Nouba (musique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La nouba, nūba ou nawba[1] est une forme musicale de la musique arabo-andalouse que l'on retrouve dans tout le Maghreb (Algerie, Libye, Tunisie et Maroc)[2].

Son origine remonterait au VIIe siècle[3].

Dénomination et étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot se dit nūba (plur. nūbāt)[4] ou nawba (plur. nawbat[5]). Le mot nouba voudrait dire « attendre son tour » ou se succéder en arabe natanawabou. Les musiciens se succèdent, chacun des musiciens attendant son tour pour chanter devant le calife.

Le terme nouba signifierait « corde », et en est arrivé, dans l'acceptation familière, à évoquer le désordre et les excès susceptibles de le provoquer[3].

Dans les textes manuscrits des XVIIIe et XIXe siècles, le terme nouba est le plus souvent utilisé pour désigner l'art arabo-andalou. Mais le vocabulaire en vigueur varie d'une région à l'autre[6]. Au Maroc, c'est le terme de âla' qui revient pour exprimer ce répertoire. Ala signifie « instrument » et s'oppose ainsi au samâa, musique essentiellement vocale et sacrée. La transmission de ce terme a dû être orale, car il n'est pas cité dans le manuscrit d'al-Haik[6].

En Algérie, la désignation de nouba l'emporte dans les textes anciens. Mais au XXe siècle, le terme est supplanté par celui de san'a (« métier »), qui s'impose notamment à Alger[6]. Le terme gharnati désigne le style de l'école de Tlemcen[7]. À Constantine comme en Tunisie, la musique savante traditionnelle est appelée malouf (« fidèle à la tradition »). Le terme s'est davantage manifesté dans la tradition orale qu'au sein de l'écrit[6].

Selon Habib Touma, la nouba peut aussi être appelée en Tunisie ma'louf, en Algérie san'a et au Maroc girnati[8].

Description[modifier | modifier le code]

La nouba est une suite de neuf pièces instrumentales et vocales réalisées autour de poèmes dont les thèmes de prédilection sont l'amour, la nature, le vin ainsi que d'autres thèmes ayant trait à la vie mondaine. Néanmoins, certains d'entre eux abordent des sujets religieux prônant la piété et implorant la clémence divine[3].

Les poèmes sont de types mouachah, zadjal, shugol (d'obédience populaire[9]) ou barwal (en langue populaire[10]), entrecoupés de pièces musicales instrumentales, libres ou mesurées[11]. Les noubas marocaines se distinguent des algériennes, comme celles-ci de leurs consœurs tunisiennes par l'expression et le style[11].

La nouba est fondée sur la notion de mode que l'on nomme tab (« caractère »). C'est le mode qui assure à chaque nouba cohérence et identité. Un seul mode la dirige, mais des modes secondaires s'y ajoutent[11]. Elle est considérée comme un domaine définitivement clos de la création musicale. La tendance actuelle penche plus vers la recherche des pièces perdues[12]. Les modes pratiqués dans les trois pays du Maghreb, comme les modes raml al-maya et rasd, ne sont pas identiques dans leur structure. Ils diffèrent considérablement selon les pays. Ceci montre que les modes ont dû être réinterprétés en fonction de traditions locales s'éloignant sensiblement du modèle d'origine[13].

Dans la tradition marocaine, les noubas sont très longues. En revanche, si la durée des noubas algériennes et tunisiennes conserve des proportions plus réduites, c'est qu'avec le temps, se sont constitués des répertoires parallèles, qui n'ont pas reçu de classement définitif. À cet égard la nouba algérienne, comme la tunisienne, se distingue de la marocaine en ce qu'elle a multiplié les versions d'un même mouvement[14].

Les nouba sont destinées à être exécutées à une heure très précise du jour ou de la nuit, la nature même des poèmes répondant à cette obligation de caractère mystique[3]. Par exemple, de minuit à une heure, la nouba célèbre la beauté du genre humain, d'une heure à deux heures du matin, celle de la nature, etc.[3]. La nouba comprend plusieurs mélodie. Son exécution peut se prolonger pendant une heure et c'est, pour les musiciens les plus savants, l'occasion de faire valoir leurs qualités d'improvisateurs[3].

D'un point de vue social et culturel, ce patrimoine, très raffiné, répond aux besoins d'une société urbaine au sein de laquelle il s'est développé. Grâce à l'ancien système des corporations artisanales et des confréries religieuses, la pratique de cet art s'est maintenue avec toute son ardeur. Dans toutes les fêtes publiques ou familiales, profanes ou religieuses, le répertoire des nouba bénéficie d'un grand prestige[3]. Le choix d'un de ces morceaux dans un concert ou à l'occasion d'une veillée intime est généralement lié à un état d'âme ou à un sentiment que l'on souhaite évoquer[3].

C'est une composition musicale bien structurée, construite selon un mode bien défini ; d'où le choix du nom nouba. À l'origine, il y avait vingt-quatre noubas. Aujourd'hui, il n'en reste plus que douze, dans leur intégralité. Cependant, leur interprétation varie selon les écoles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Manuscrit médiéval ; Chant au luth dans un jardin pour une noble dame

La nouba se définit historiquement par le souci de rassembler des pièces éparses pour former des ensembles de grande envergure[12]. Au XIIe siècle, Ahmad al-Tifachi mentionne que certains musiciens connaissaient cinq cents noubas. Il devait être question de pièces beaucoup plus courtes que le répertoire actuel et qui s'inséraient probablement dans une forme à quatre mouvements dont il donne les noms : nashid, sawt, mouachah et zadjal[12].

Al Maqqari utilise le terme de nouba pour désigner le tour de chaque musicien. Il note que le concert andalou fait se succéder quatre mouvements : nashid (« hymne ») pièce d'ouverture, suivi du basit (simple ou lent), puis viennent les pièces dénommées muharrakât (les mobiles), qui prédisposaient probablement à la danse et aházij (les chants)[12].

Les noubas furent introduites en al-Andalus par Ziriab au IXe siècle, d'abord ne tant que un art tiré de l'Orient, mettant en valeur la notion de sawt avec prédominance de la qasida[15]. Ziriab est considéré comme le père de la musique arabo-andalouse dont il avait constitué les fondements. Ses successeurs vont effacer peu à peu le lien avec l'Orient. Ainsi, un art andalou autonome va naître, deux répertoires ont pu coexister : le moderne basé sur le mouachah et le zadjal, et l'ancien fondé sur la qasida[15].

La période qui va du XVe siècle à la fin du XVIIIe siècle, reste la plus obscure. Durant cette longue période, les noubas ont dû se remodeler[15]. Le XXe siècle est le siècle de cette musique par excellence, elle n'a jamais été autant jouée, enregistrée, discutée et analysée[16]. Elle devient mythique dans la conscience arabe. Toutefois, cet héritage n'a cessé de s'enrichir au cours du temps[16]. Il n'est pas comparable avec la musique à la veille de la chute de Grenade en 1492[15]. L'univers des noubas ne constitue pas un monde définitivement clos. Ainsi, de nombreux poèmes nouveaux n'ont cessé de s'ajouter au répertoire[17].

Selon qu'un musicien se réclame de Grenade, de Séville ou de Cordoue, il ne jouera pas la même musique, surtout à l'époque de la Reconquista. Beaucoup de musiciens, musulmans et juifs confondus, durent fuir les royaumes catholiques d'Espagne et du Portugal pour se réfugier dans le Maghreb. Il ouvrirent des écoles et ces écoles, mêmes voisines géographiquement, interprètent le genre musical différemment, pendant que d'autres, très éloignées, peuvent être très proches dans le jeu[réf. nécessaire]. On parle ainsi de style différent, tel le gharnati, le malouf, etc.

École libyenne[modifier | modifier le code]

En Libye, le maluf désigne un répertoire ancien originaire d'Al-Andalus et maluf wa-muwashahat des compositions récentes dans l'esprit traditionnel[6].

École tunisienne[modifier | modifier le code]

La nouba tunisienne appartient à la musique traditionnelle savante de la Tunisie : le malouf[3].

Un barwal, poème contenu dans la nouba nawá, récapitule l'ordre du déroulement des treize modes, et fixe ainsi la disposition des treize noubas tunisiennes[18]. Ce qui donne la disposition suivante[13] :

  1. Nouba dhil
  2. Nouba 'iraq
  3. Nouba sikâ
  4. Nouba hsîn
  5. Nouba rast
  6. Nouba raml al-maya
  7. Nouba nawa
  8. Nouba asbaʻayn
  9. Nouba rast al-dhil
  10. Nouba ramal
  11. Nouba isbahân
  12. Nouba mazmum
  13. Nouba mâya

De ces treize noubas : dhil, asbaʻayn, rast al-dhil et isbahân sont les plus jouées et remportent les suffrages du public[13].

La nouba tunisienne comporte sept mouvements : msaddar (« installation »), abyat (« vers »), btâyhi (« allongé »), barwal (« poème »), darj (« étape »), khafif (« léger »), khatm (« final »), en plus de l'ouverture libre et improvisée intitulée, istiftâh, et la tushiya, intermède[19].

École algérienne[modifier | modifier le code]

L’orchestre de la Moutribia dans les années 1930, au début du XXe siècle, les associations musicales arabo-andalouses foisonnent en Algérie.

La nouba comporte des noms spécifiques dans chacune des régions d'Algérie[20],[7] :

Toutefois, selon Taoufik Bestandji, « école » est un terme impropre et flou, il n'y a pas de différences structurelles entre les spécificités de ces « Écoles »[20]. Les différences sensibles que l'on y décèle restent plutôt liées aux influences locales qu'à une différenciation originelle liée aux villes d'Andalousie[7].

Il existe en Algérie, douze noubas complètes et quatre noubas incomplètes. Elles s'appuient sur un ensemble de seize modes, mais à la fin du XIXe siècle Delphin et Guin signalaient l'existence de dix-neuf modes. Les noubas algériennes ne sont pas classées dans un ordre particulier, mais, par consensus on s'achemine vers la disposition suivante[21] :

  1. Nouba al-dhil,
  2. Nouba mjenba (de mujannab, qui renvoie au vocabulaire du luth),
  3. Nouba al-husayn,
  4. Nouba raml al-maya,
  5. Nouba ramal
  6. Nouba ghrib.
  7. Nouba zidan,
  8. Nouba rasd,
  9. Nouba mazmum,
  10. Nouba sika,
  11. Nouba rast al-dhil,
  12. Nouba maya.

Cet ordre adopté de nos jours n'est pas celui mentionné à la fin du XIXe siècle et montre que le XXe siècle a fortement influencé le développement de la musique arabo-andalouse[21]. Le terme le plus ancien de cette nomenclature est celui de mazmum[21]. Il est signalé au XIIIe siècle par Ahmad al-Tifachi puis au XVIIIe siècle sous l'appellation de mizmoune. Un air basé sur cette modalité a été mentionné par l'anglais Thomas Shaw lors de son séjour en Algérie vers le milieu du XVIIIe siècle. Il correspond à un mouachah[22].

La nouba raml al-maya est probablement la nouba la plus jouée et la plus appréciée. Elle a fait l'objet d'une série impressionnante d'extraits portés sur 78 tours. Elle est suivie par celles de mâya, ghrib, et dhil[18].

La nouba algérienne comprend cinq mouvements de base : msaddar (« installation »), btâyhi (« allongé »), darj (« étape finale »), insiraf (« sortie ») et khlâs (« final »). L'ensemble est souvent précédé d'une ouverture ou de deux, dont l'origine n'est pas andalouse[19]. Une tushiya, introduction non mesurée est de plus en plus intégrée dans l'ensemble, comme l'interlude libre istikhbâr, sorte d'intermède[19].

La nouba algérienne se distingue par la multiplicité des versions d'un même mouvement. Ainsi, dans le mode raml al-maya, il existe pour le premier mouvement, msaddar, dix-huit versions dans la tradition de Constantine, dix dans celle d'Alger et dix dans celle de Tlemcen. Quant au dernier mouvement, insiraf. Constantine en possède vingt-huit versions, Alger trente et une, et Tlemcen quarante et une[14].

École marocaine[modifier | modifier le code]

Le corpus marocain englobe onze noubas, codifiées au XVIIIe siècle par al-Ha'ik, qui englobent vingt-six modes différents[23].

La Nubah La Gamme
Raml al-Máya (Maroc)
\relative c' { \override Staff.BarLine #'stencil = ##f  { d2 e4 f4 g4 a2 b4 c4 d4 }}
Iráq al-Ajam (Maroc)
\relative c' { \override Staff.BarLine #'stencil = ##f { g'2 a4 b2 c4 d2 e fis4 g2 }}
Al-Máya (Maroc)
\relative c' { \override Staff.BarLine #'stencil = ##f { c2 d4 e2 f4 g2 a4 b c2 }}
Rasd (Maroc)
\relative c' { \override Staff.BarLine #'stencil = ##f  { d2 e4 g4 a2 b4 | d4 a2 g4 e4 d2 c d }}
Hijaz Al Kabir (Maroc)
\relative c' { \override Staff.BarLine #'stencil = ##f  { d2 ees4 fis4 g2 a2 b4 c4 d2 }}
Hijaz (Maroc)
\relative c' { \override Staff.BarLine #'stencil = ##f  { d2 e4 fis4 g4 a2 b4 c4 d2 }}
Al-Ushshaq (Maroc)
\relative c' { \override Staff.BarLine #'stencil = ##f { g'2 a4 b2 c4 d2 e4 f g2 }}
Al-Isbahán (Maroc)
\relative c' { \override Staff.BarLine #'stencil = ##f  { d2 e4 f4 g4 a2 b4 c4 d2 }}
Al-Istihlál (Maroc)
\relative c' { \override Staff.BarLine #'stencil = ##f  { c2 d4 e f g2 a4 b4 c2 }}
Gharíbat al-Housayn (Maroc)
\relative c' { \override Staff.BarLine #'stencil = ##f  { c2 d4 e2 f4 g a b c2 | c b4 a 2g f4 e d c2 }}
Rasd Al-dhil (Maroc)
\relative c' { \override Staff.BarLine #'stencil = ##f { c2 d4 e2 f4 g a2 b4 c2 }}

La nouba marocaine s'articule en cinq mouvements : basit (« léger ou lent »), qaim wa-nisf (« une battue et demie »), btâyhi (« allongé »), quddâm" (« en avant »), dârij ou darj (« étape finale »)[24].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Nicolas, Les sources du muwaššaḥ andalou & traité sur le zağal : du chant mésopotamien antique au chant "arabo-andalou", Editions Publibook, , 261 p. (ISBN 978-2-7483-5482-9, lire en ligne)
  2. Sālih al-Mahdī, La musique arabe : structures, historique, organologie; 39 exemples musicaux extraits du répertoire traditionnel, A. Leduc, (lire en ligne)
  3. a b c d e f g h et i Michel Malherbe et Amaury Rosa De Poullois, Les musiques de l'humanité, Fleurus, , 412 p. (ISBN 978-2-7413-0201-8, lire en ligne).
  4. Cahiers de musiques traditionnelles, Georg, (ISBN 978-2-8257-0920-7, lire en ligne)
  5. Jean-Paul Chagnollaud, L'élargissement de l'Europe vu du sud, Harmattan, (ISBN 978-2-7475-4487-0, lire en ligne)
  6. a b c d et e Poché 1995, p. 25
  7. a b et c Manda Tchebwa, L'Afrique en musiques, Paris, L'Harmattan, , 348 p. (ISBN 978-2-296-96409-9, lire en ligne), p. 35
  8. Habib Touma, La musique Arabe, Éditions Buchet/Chastel, (lire en ligne)
  9. Poché 1995, p. 151
  10. Poché 1995, p. 145
  11. a b et c Poché 1995, p. 71
  12. a b c et d Poché 1995, p. 73
  13. a b et c Poché 1995, p. 82
  14. a et b Poché 1995, p. 89
  15. a b c et d Poché 1995, p. 128
  16. a et b Poché 1995, p. 127
  17. Poché 1995, p. 129
  18. a et b Poché 1995, p. 81
  19. a b et c Poché 1995, p. 86
  20. a et b Bestandji, Taoufik,, L'Algérie en musique, Paris, l'Harmattan, 123 p. (ISBN 978-2-343-13494-9, 2-343-13494-4 et 978-2-14-005292-7, OCLC 1062438393, lire en ligne), p. 36
  21. a b et c Poché 1995, p. 79
  22. Poché 1995, p. 80
  23. Poché 1995, p. 77
  24. Poché 1995, p. 85

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]