Arelaune-en-Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Arelaune-en-Seine
Arelaune-en-Seine
L'église Notre-Dame-et-Saint-Mathurin à La Mailleraye-sur-Seine.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Intercommunalité Caux Seine Agglo
Maire
Mandat
Maryline Miranda Teodoro
2020-2026
Code postal 76940
Code commune 76401
Démographie
Gentilé Arelaunais
Population
municipale
2 576 hab. (2017)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 29′ 44″ nord, 0° 45′ 41″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 136 m
Superficie 53,81 km2
Élections
Départementales Canton de Notre-Dame-de-Gravenchon
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Arelaune-en-Seine
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Arelaune-en-Seine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arelaune-en-Seine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arelaune-en-Seine
Liens
Site web arelauneenseine.fr

Arelaune-en-Seine est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie, créée le .

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Arelaune-en-Seine fait partie du Parc naturel régional des Boucles de la Seine normande.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une formation toponymique récente qui renvoie, sous une forme francisée, à la dénomination carolingienne de la Forêt de Brotonne. Elle est attestée en latin médiéval sous les formes Arlauno avant 811; Arelaunum au début IXe siècle[1]. Elle a abouti régulièrement à Arlon[1] en proto-français cf. Arlon, Belgique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une réflexion était engagée de longue date pour la fusion des cinq communes de la presqu’île de Brotonne, accélérée par une réforme à la baisse des dotations de l’État aux communes, suspendue pour les communes qui décideraient de s'unir avant le [2].

Dans ce cadre, la commune nouvelle, issue du regroupement des deux seules communes de La Mailleraye-sur-Seine et Saint-Nicolas-de-Bliquetuit, qui deviennent à cette occasion des communes déléguées, est créée au par un arrêté préfectoral du [3],[4],[5],[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune nouvelle se trouve depuis 1926 dans l'arrondissement de Rouen du département de la Seine-Maritime. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la cinquième circonscription de la Seine-Maritime.

Elle est intégrée au canton de Notre-Dame-de-Gravenchon[7]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération dénommée Caux Seine Agglo.

Liste des communes déléguées[modifier | modifier le code]

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
La Mailleraye-sur-Seine
(siège)
76401 CA Caux vallée de Seine 44,58 1 997 (2013) 45


Saint-Nicolas-de-Bliquetuit 76625 CA Caux vallée de Seine 9,23 577 (2013) 63

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la fin des élections municipales de 2020, le conseil municipal de la nouvelle commune est constitué de l'ensemble des conseillers municipaux des anciennes communes[3].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2016[8] mai 2020 Yves Delaune   Enseignant
Maire de Saint-Nicolas-de-Bliquetuit (2014 → 2015)
Vice-président de Caux Seine Agglo (2014 → 2020)
mai 2020[9],[10] En cours
(au 10 août 2020)
Maryline Miranda-Téodoro [11]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique du territoire de la commune nouvelle actuelle
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 8772 0412 1702 3432 3252 4522 6232 606
Nombre retenu à partir de 1968 : population sans doubles comptes.
Les données mentionnées ci-dessus sont établies à périmètre géographique constant, dans la géographie en vigueur au .
(Source : INSEE RGP 2016[12])



Économie[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Arelaune-en-Seine », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le 28 mars 2020).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Charles de Beaurepaire et Dom Jean Laporte, Dictionnaire topographique du département de la Seine-Maritime, Paris, 1982-1984, p. 151.
  2. « Presqu’île de Brotonne : seules deux communes fusionneront : Le regroupement sera moins étendu que prévu : au 1er janvier 2016, seules deux communes sur cinq, Saint-Nicolas-de-Bliquetuit et La Mailleraye-sur-Seine, fusionneront », Paris Normandie,‎ (lire en ligne).
  3. a et b « Arrêté préfectoral du 16 décembre 2015 portant création de la commune nouvelle de Arelaune-en-Seine », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Seine-Maritime, nos 76-2015-131,‎ , p. 285-287 (lire en ligne [PDF]).
  4. Thomas Dubois, « Les communes nouvelles commencent à émerger en Haute-Normandie : Le chiffre phare des quelque 36 000 communes françaises devra bientôt être réactualisé. Au 1er janvier 2016, beaucoup auront disparu (du moins administrativement) au profit de communes nouvelles, autre aspect de la vaste réforme territoriale engagée par le gouvernement. En Haute-Normandie, elles sont plusieurs dizaines à avoir ainsi choisi de se regrouper au nom des économies et de l’efficacité. Et ce avec la promesse de voir, au contraire des autres, la dotation budgétaire de l’État maintenue pour quelques années. Un réel progrès ? Les élus ne sont pas tous convaincus », Paris Normandie,‎ (lire en ligne).
  5. D.L, « Six communes nouvelles créées au 1er janvier 2016 en Seine-Maritime : Au 1er janvier 2016, la Seine-Maritime ne comptera plus que 718 communes contre 745 jusqu'à maintenant. La raison: la création de six communes nouvelles conformément à la loi du 16 mars 2015. Elles regrouperont 33 anciennes municipalités. Le détail à découvrir ici », Tendance Ouest,‎ (lire en ligne).
  6. « Fusion Saint-Nicolas-La Mailleraye : Arelaune-en-Seine est né », Le Courrier cauchois,‎ (lire en ligne).
  7. « Commune d'Arelaune-en-Seine (76401) - commune actuelle », Code Officiel Géographique (date de référence : 01/01/2020), sur https://www.insee.fr (consulté le 28 mars 2020).
  8. « Yves Delaune élu maire d’Arelaune-en-Seine : Arelaune-en-Seine. Le premier maire, Yves Delaune, a été élu par son conseil municipal vendredi dernier », Paris Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2020) « On pouvait légitimement s’attendre à une majorité de suffrages en faveur d’André Leborgne puisque celui-ci est maire de la commune la plus importante, disposant donc d’un conseil municipal plus fourni (19 à La Mailleraye contre 15 pour Saint Nicolas-de-Bliquetuit). Pourtant, c’est bien Yves Delaune qui a été élu à la majorité absolue dès le premier tour (25 votes, contre 6 pour André Leborgne ; 1 bulletin nul et 2 blancs) ».
  9. « La-Mailleraye-sur-Seine. La continuité malgré une nouvelle tête de liste : Maryline Miranda-Téodoro figure en tête de la liste qu'elle conduit avec le maire sortant, Yves Delaune », Le Courrier cauchois,‎ (lire en ligne, consulté le 1er septembre 2020).
  10. « Liste des maires » [PDF], Listes des élus, Préfecture de la Seine-Maritime, (consulté le 14 août 2020).
  11. https://reader.cafeyn.co/fr/1980468/21598358
  12. INSEE, Recensement général de la population 2016, Document mentionné en liens externes.