Berneval-le-Grand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Berneval-le-Grand
Berneval, vu par Camille Pissaro.
Berneval, vu par Camille Pissaro.
Blason de Berneval-le-Grand
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Dieppe-2
Intercommunalité Communauté de communes des Falaises du Talou
Maire délégué Patrice Philippe
2016-2020
Code postal 76370
Code commune 76081
Démographie
Gentilé Bernevalais
Population 1 422 hab. (2013)
Densité 256 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 57′ 32″ nord, 1° 11′ 20″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 110 m
Superficie 5,56 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Petit-Caux
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Berneval-le-Grand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Berneval-le-Grand

Berneval-le-Grand est une ancienne commune française située dans le département de la Seine-Maritime, en région Haute-Normandie.

Dans le cadre de la fusion le des 18 communes qui constituaient la communauté de communes du Petit Caux pour former la commune nouvelle du Petit-Caux, Berneval-le-Grand devient à cette date une de ses communes déléguées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.

La commune se situe sur la côte d'Albâtre, entre Belleville-sur-Mer et Saint-Martin-en-Campagne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Origine du nom : littéralement Val Breton, du nom d'occupants venus de Grande-Bretagne[1][réf. insuffisante].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers 636, le roi mérovingien Dagobert Ier fait don de la commune à l'abbaye de Saint-Denis, nouvellement fondée. Ces faits sont confirmés par Pépin le Bref en 750[1].

On cite un seigneur de Berneval à la bataille d'Hastings en 1066[1].

Au XIVe siècle, cette baronnie appartient aux Montmorency[1].

Du Petit-Berneval, aujourd'hui Berneval-sur-Mer, serait parti, en 1402, Bertin de Berneval. Il allait, avec Jean de Béthencourt, conquérir les Îles Canaries[1].

Le manoir des sires de Berneval, ruiné pendant les guerres du XVe siècle, était situé aux Quarante-Acres, entre Berneval et Saint-Martin-en-Campagne[1].

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le 19 août 1942, la plage de Berneval fut l'un des lieux de débarquement de la force de raid anglo-canadienne lors du raid sur Dieppe. Les hommes du commando no 3 débarqués sur « yellow 1 », la plage du Petit Berneval, parvinrent difficilement au sommet des falaises, sans pouvoir remplir leur mission. La majorité furent tués ou faits prisonniers, un seul a réussi à s'échapper en retournant jusqu'à sa barge à la nage. Ceux qui débarquèrent sur « yellow 2 », au lieu-dit le Fond de Belleville, remontèrent à travers champs attaquer la batterie Goebbels, empêchant les artilleurs de régler leurs tirs sur les plages de Dieppe où le gros du débarquement avait lieu. Ils purent tous reprendre la mer par le même chemin et regagner Newhaven.

Le village est totalement reconstruit après 1944.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du Petit Caux. Celle-ci s'est transformée le en commune nouvelle sous le nom du Petit-Caux et les 18 communes qui constituaient l'intercommunalité deviennent des communes délégués, reprenant le nom et les limites territoriales des anciennes communes[2].

Le projet de schéma départemental de coopération intercommunale présenté par le préfet de Seine-Maritime le 2 octobre 2015 dans le cadre de l'approfondissement de la coopération intercommunale prévu par la Loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du prévoit la fusion de la communauté de communes des Monts et Vallées (12 338 habitants), de cette commune nouvelle du Petit-Caux (9 042 habitants), et Avesnes-en-Val, commune jusqu'alors membre de la communauté de communes de Londinières (264 habitants)[3].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires et maires-délégués successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
1936 1944 Edmond Innemer    
1944 1950 Raoul Morlet    
1950 1959 Georges Boitout    
1959 1989 André Brunel    
mars 1989 1995 Jacques André Lambert    
mars 1995 2001 Jean Freville    
mars 2001 en cours
(au 24 mai 2015[5])
Patrice Philippe   Réélu pour le mandat 2014-2020[6]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 1 422 habitants, en augmentation de 17,81 % par rapport à 2008 (Seine-Maritime : 0,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
900 671 863 906 772 714 662 655 612
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
573 553 575 533 541 491 567 523 489
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
451 468 463 440 476 492 523 423 531
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2013
641 666 760 893 998 1 047 1 166 1 385 1 422
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église actuelle comprend une vaste nef en pierre blanche de Vernon, prolongée par un chœur un peu plus étroit. Le clocher s'élève au-dessus du pignon est. L'entrée est située sous un porche, côté sud[1].

L'ancienne église de Berneval remontait au XIIIe siècle : le clocher est alors élevé sur le transept sud avec un toit en bâtière, une allée latérale sud est construite au XVIe siècle[1].

Le 3 juin 1944, cette église est détruite par un bombardement aérien allié.

  • Chapelle Notre-Dame de Liesseau Petit-Berneval[11].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Berneval-le-Grand

Les armes de la commune de Berneval-le-Grand se blasonnent ainsi :

D'azur au pal fuselé d’argent et de gueules, cantonné au I et au IV d’une gerbe de blé d’or et au II et III d’une nef aussi d’argent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h « Berneval-le-Grand », dans Le Patrimoine des communes de la Seine-Maritime, Charenton-le-Pont, Éditions Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France », , 1389 p. (ISBN 2-84234-017-5)
  2. « Arrêté préfectoral du 26 novembre 2015 portant création de la commune nouvelle du Petit-Caux », Recueil des actes administratifs du département de la Seine-Maritime, no 122,‎ , p. 198-201 (lire en ligne [PDF]).
  3. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale 2015 » [PDF], Préfecture de Seine-Maritime (consulté le 25 octobre 2015), p. 6.
  4. « Les maires de Berneval-le-Grand », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 21 décembre 2015).
  5. « Le maire de Berneval-le-Grand en déplacement en Belgique pour une commémoration », Paris Normandie,‎ (lire en ligne).
  6. « Liste des maires élus en 2014 » [PDF], Liste des élus, Préfecture de Seine-Maritime, (consulté le 21 décembre 2015).
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  11. Panneau d'informations, près de l'église de Berneval-le-Grand.