Buchy (Seine-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Buchy
Buchy (Seine-Maritime)
La mairie.
Blason de Buchy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Intercommunalité CC inter-Caux-Vexin
(siège)
Maire
Mandat
Joël Lefebvre
2020-2026
Code postal 76750
Code commune 76146
Démographie
Gentilé Bucheois
Population
municipale
2 840 hab. (2019)
Densité 108 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 35′ 00″ nord, 1° 22′ 00″ est
Altitude Min. 139 m
Max. 231 m
Superficie 26,3 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Rouen
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Mesnil-Esnard
Législatives 2e circonscription de la Seine-Maritime
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Buchy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Buchy
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Buchy
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Buchy

Buchy est une commune nouvelle française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Elle est créée le sous le statut de commune nouvelle après la fusion des communes de Buchy, de Bosc-Roger-sur-Buchy et d'Estouteville-Écalles[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Buchy.


Commune au nord-est de Rouen, située entre les pays de Bray et Caux. La commune se situe dans le pays « Entre Seine et Bray ».

Distance de Rouen : 25 km ; de Forges-les-Eaux : 15 km ; de Neufchâtel-en-Bray : 21 km

Buchy est desservie par la gare de Montérolier-Buchy sur la ligne Amiens - Rouen.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 9,9 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,8 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 902 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et en service de 1960 à 2018 permet de connaître l'évolution des indicateurs météorologiques[8]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records BUCHY (76) - alt : 211 m 49° 35′ 06″ N, 1° 21′ 42″ E
Records établis sur la période du 01-01-1960 au 31-12-2018
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,5 0,6 2,6 4 7,6 10,3 12,1 12,1 9,6 6,9 3,4 1 5,9
Température moyenne (°C) 3,3 4 6,8 8,9 12,7 15,5 17,5 17,7 14,6 11 6,7 3,8 10,2
Température maximale moyenne (°C) 6,2 7,3 11,1 13,7 17,8 20,6 23 23,2 19,7 15,1 10 6,6 14,6
Record de froid (°C)
date du record
−20
17.01.1966
−14,4
05.02.1963
−10,1
07.03.1971
−5
08.04.03
−4,1
01.05.1967
−2
05.06.1991
1,8
01.07.1960
2
30.08.1964
0,6
18.09.1962
−7
29.10.1997
−10,2
14.11.1965
−15
29.12.1964
−20
1966
Record de chaleur (°C)
date du record
15,5
27.01.03
20
28.02.1960
23,1
30.03.17
28,6
20.04.18
30
13.05.1998
35,4
27.06.1976
37,6
01.07.15
38
12.08.03
32,4
01.09.1961
28
01.10.11
21,3
01.11.14
15,1
02.12.18
38
2003
Précipitations (mm) 91,9 67,9 69,7 64,1 68,3 61,7 66,6 62,2 67,4 95,1 90,3 96,7 901,9
Source : « Fiche 76146001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Buchy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[9],[10],[11].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rouen, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 317 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[12],[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes, peut-être, Bilcei entre 1037 et 1045[14], de Bicheio en 1175 (Arch. S.-M. 14 H)[14], peut-être, Belci à la fin du XIIe siècle[15] vers 1185-1189[14], Bichi au XIIe siècle (Arch. S.-M. 19 H — ch. de H. Talbot), Ecc. de Bichi vers 1240, Terra de Bichiaco en 1270, Apud Buichi en 1274 (Arch. Eure H 364 fds Ile-Dieu), Beuchi en 1319[15], Bucy en 1390 (Arch. S.-M. tab. Rouen, reg. 5 f. 9), Buchi en 1392 (Arch. S.-M. G 3267), Bucy en 1460 et 1461 (Arch. S.-M. 2 H 12), Ecc. Sancti Petri de Buchy en 1493 (Arch. S.-M. G 1438), Ecc. Sancti Petr, de Buchiaco en 1498 et 1499 (Arch. S.-M. G 9489), Bourg de Buchy en 1581 (Arch. S.-M. tab. Cailly) et en 1606 (Arch. S.-M. II B Com. des Aides), Saint Pierre de Buchy en 1715 (Arch. S.-M. G 739), Buchy 1715 (Frémont) et en 1757 (Cassini)[14]

Le terminaison -ei dans les formes anciennes témoigne généralement de l'évolution phonétique du suffixe -(i)acon, d'origine gauloise, indiquant un lieu ou une propriété. L'évolution en -y est caractéristique des régions situées au nord de la France. Dans les textes anciens, sa version latinisée la plus commune est -iacum.

Le premier élément Bilc- a régulièrement évolué en Belc, puis Beuc-, c'est-à-dire *Beuss- devant [i]. La forme Beuch- est caractéristique du traitement phonétique normanno-picard du groupe /si/ appelé chuintement.

Selon François de Beaurepaire, Bilc- résulte de la contraction du nom de personne gaulois Bilicius[16]. Albert Dauzat et Charles Rostaing qui ne connaissaient pas de formes anciennes y ont vu le nom de personne latin Bucius incompatible avec Bilcei, Belci[17].

Il explique en revanche Buchy (Moselle) (Busseium au XIe siècle) et les différents Bucy, etc.[18].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1876, le conseil municipal présidé par le Dr Persac décide de doter le bourg de l'adduction d'eau. La ville de Buchy a par la suite érigé en hommage au docteur Persac un buste sur la place publique portant son nom. En 1889, furent installées deux pompes aspirantes et refoulantes ainsi qu’un puisard d'aspiration destinés à refouler à Buchy l'eau de la source à partir du moulin d'Héronchelles. L'eau partait d'une source située dans une ferme proche du moulin, captée et amenée par une tuyauterie longeant la rivière, et passait sous le canal alimentant la roue du moulin. À cette époque, Buchy a été l'un des premiers bourgs à avoir l'eau potable sous pression ainsi que le château d'Héronchelles, l'une des fermes avoisinantes et le moulin par lui-même.

Afin notamment d'éviter des baisses de dotations de l'État, les élus de Buchy, de Bosc-Roger-sur-Buchy et d'Estouteville-Écalles ont engagé une démarche de fusion de leurs collectivité[19], qui a abouti à la création, le , de la commune nouvelle de Buchy, par un arrêté préfectoral du [1].

Malgré un certain nombre de réalisations en 2017 dans la dynamique de la fusion, tels que l'enfouissement des réseaux, la rénovation et la réhabilitation du campanile sur la mairie, aire de jeux, boîtes à lire, le remplacement d'anciens candélabres, un columbarium à Estouteville, un abribus et une nouvelle salle des fêtes à Bosc-Roger[20], des élus de Bosc-Roger-sur-Buchy s'interrogent sur l'intérêt de maintenir ce regroupement et demandent le retour à la situation antérieure[21],[22].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

La commune se trouve dans l'arrondissement de Rouen du département de la Seine-Maritime.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune est située dans le canton du Mesnil-Esnard.

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de la Seine-Maritime.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Buchy est le siège de la Communauté de communes inter-Caux-Vexin.

Liste des communes déléguées[modifier | modifier le code]

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Buchy
(siège)
76146 CC du Moulin d'Ecalles 3,67 1 443 (2014) 393


Bosc-Roger-sur-Buchy 76127 CC du Moulin d'Ecalles 14,17 735 (2014) 52
Estouteville-Écalles 76248 CC du Moulin d'Ecalles 8,46 519 (2014) 61

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1er janvier 2017 23 octobre 2020 Patrick Chauvet UMP-LR Agriculteur
Sénateur de la Seine-Maritime (2020 → )
Conseiller départemental du Mesnil-Esnard (2015 → )
Vice-président de la CC Inter-Caux-Vexin (2017 → 2020)
Maire de Buchy (2001 → 2016)
Réélu pour le mandat 2020-2026[23]
23 octobre 2020[24] En cours Joël Lefebvre   Cadre commercial, ancien 1er adjoint

Le conseil municipal du a élu trois maires délégués pour le mandat 2020-2026 : Patrick Chauvet pour Buchy, Joël Savary pour Estouteville-Écalles et Dominique Alix, qui succède à Jacques Sellier, pour Bosc-Roger-sur-Buchy[23].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique du territoire dela commune nouvelle
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 7461 8421 8861 9842 1742 5162 6272 731
Nombre retenu à partir de 1968 : population sans doubles comptes.
Les données mentionnées ci-dessus sont établies à périmètre géographique constant, dans la géographie en vigueur au .
(Source : INSEE RGP 2016[25])

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le marché de Buchy : Marché renommé le lundi matin, ainsi que les foires annuelles de Pentecôte et de Pâques (le marché à Buchy est attesté depuis au moins l’année 1227).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les halles de Buchy : Les halles actuelles (inscrites aux Monuments historiques par arrêté du [26]) semblent datées du XVIIe siècle, car en 1675, Nicolas Le Pesant de Bois-Guilbert et son prédécesseur Pierre de Bonissent de Buchy sont autorisés à construire des halles pour abriter le commerce de denrées et marchandises. Les deux halles qui entourent la mairie sont construites en 1679 avec les bois du Trianon de Bois-Héroult.
Il existait cependant d’autres halles auparavant, comme l’atteste un bail des halles de Buchy, daté de 1589, ainsi qu’un document de 1640 (chartrier du château de Bois-Héroult).

L’église de Buchy : L’église Notre-Dame est consacrée à saint Pierre et saint Paul. L’église primitive date des XIIe et XIIIe siècles. Époque de construction : XVIe siècle (chœur reconstruit en 1547) ; au XIXe siècle, remplacement en 1827 de la construction devenue vétuste ; les travaux ont duré dix-huit mois. Auteur : Dauphine (maître-d’œuvre) ; nef et clocher reconstruits en 1860, 1862, 1863 par Dauphine.

Le collège : Le collège est nommé d’après Francis Yard.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Le Clerc de la Pierre, maître ès arts et astronome, qui a laissé plusieurs ouvrages, est né à Buchy, le . On lui attribua des libelles manuscrits contre la religion et le gouvernement, répandus du côté de Neufchâtel.
  • Charlemagne Wilhorgne (1806-1889) né à Buchy, avocat. Il a publié divers ouvrages, entre autres un Alphabet mnémonique, méthode de lecture par demandes et par réponses (1843), un opéra-bouffe (La Cénérentola - 1836 musique de Rossini), et la Dactylographie, ou Sténographie des doigts, art de converser avec les sourds-muets instruits au moyen de ce procédé, avec une vitesse qui rivalise presque avec la parole, système inventé par lui-même en 1847. Ses autres œuvres (chansons, poèmes, fables, etc.) ont été publiées à titre posthume en 1906.
  • Ernest Marius Noury (1877-1968) : naturaliste bucheois ; entomologiste (cécidologue) et botaniste.
  • Gustave Flaubert (1821-1880) : dans son roman Madame Bovary, Buchy est cité plusieurs fois[27].
  • Monsieur Poulpe, animateur de télévision et acteur pour la chaîne de télévision Nolife, est originaire de Buchy.
  • Georges Journois (1896-1944) : général de brigade, mort en déportation. Déporté résistant.
  • Bessie Davidson, peintre australienne d'origine écossaise, avait une propriété dans la commune.
  • Jérémie Lefebvre, auteur du roman Le collège de Buchy inspiré de sa scolarité dans la commune.
  • Fernand Piolé (1892-1977) Résistant, directeur du journal "Le Bulletin", imprimeur, habitait Buchy

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Buchy

Les armes de la commune de Buchy se blasonnent ainsi :

De gueules à la hache d'or plantée en fasce dans une souche d'arbre d'argent; au chef cousu d'azur chargé de trois coins de bûcheron d'argent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  •  : lettre du Roi Henri IV du camp de Buchy, dans Lettres missives de Henri IV, édit. Berger de Xivrey, t. III p. 567.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Buchy », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le ).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Arrêté du 15 novembre 2016 portant création de la commune nouvelle de Buchy | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr, (consulté le ).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  8. « Fiche du Poste 76146001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Rouen », sur insee.fr (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. a b c et d Charles de Robillard de Beaurepaire et dom Jean Laporte, Dictionnaire topographique du département de la Seine-Maritime, t. 2, Paris, 1982-1984 (lire en ligne), p. 156.
  15. a et b François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150), p. 54.
  16. François de Beaurepaire, op. cit.
  17. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 122a et b.
  18. ibidem
  19. Isabelle Villy, « Une commune nouvelle en gestation, près de Rouen : Trois communes près de Rouen (Seine-Maritime), ont décidé de s’unir au sein d’une commune nouvelle. Objectif : faire face aux baisses de dotations de l'État. Explications », 76 actus,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Buchy : première bougie pour la commune nouvelle », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. Isabelle Villy, « Commune nouvelle de Buchy, en Seine-Maritime : des envies de « défusion » exprimées par certains élus : La commune nouvelle de Buchy va présenter une liste pour les municipales de mars 2020, même si certains élus ont choisi de ne pas se représenter, évoquant même une "défusion" », 76 actu,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. Isabelle Villy, « Les élus de Bosc-Roger-sur-Buchy expliquent pourquoi ils veulent une « défusion » : Les élus de Bosc-Roger-sur-Buchy ont souhaité expliquer pourquoi ils ont demandé une « défusion » de la commune nouvelle et pourquoi ils ne se représentent pas en mars 2020 », 76 actu,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. a et b « Patrick Chauvet, élu maire de la commune nouvelle de Buchy : Patrick Chauvet repart pour un quatrième mandat. Il sera assisté par Joël Savary et Dominique Alix, respectivement maires délégués d’Estouteville-Écalles et Bosc-Roger-sur-Buchy », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. « Joël Lefebvre est le nouveau maire de la commune nouvelle de Buchy », sur 76actu, .
  25. INSEE, Recensement général de la population 2016, Document mentionné en liens externes.
  26. « Anciennes halles de Buchy », notice no PA00100585, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. Buchy dans Madame Bovary