Ors

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ors (homonymie).
Ors
Le centre du village et le canal.
Le centre du village et le canal.
Blason de Ors
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Cambrai
Canton Le Cateau-Cambrésis
Intercommunalité Communauté de communes du Caudrésis - Catésis
Maire
Mandat
Jacky Duminy
2014-2020
Code postal 59360
Code commune 59450
Démographie
Gentilé Orsois, Orsoises
Population
municipale
660 hab. (2014 en stagnation par rapport à 2009)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 06′ 01″ nord, 3° 38′ 05″ est
Altitude Min. 133 m
Max. 167 m
Superficie 17,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Ors

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Ors

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ors

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ors

Ors est une commune française située dans le département du Nord (59), en région Hauts-de-France. La tendance locale semble être de prononcer le « s » final, mais ce n'était sans doute pas le cas au début du XXe siècle[1].

Le nom jeté des habitants d'Ors est les Enragés[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Site et situation[modifier | modifier le code]

Ors est située dans la région Hauts-de-France, dans le sud du département du Nord, au contact des plaines céréalières du Cambrésis et du bocage de l'Avesnois. À vol d'oiseau, la commune est à 6,6 km du Cateau-Cambrésis, 29,2 km de Cambrai, 29,8 km de Valenciennes et 37,3 km de Saint-Quentin. La capitale régionale, Lille, est à 71,9 km[3].

La plus grande partie territoire communal est située dans la vallée de la Sambre, affluent de la Meuse. Cependant la ligne de partage des eaux entre les bassins de l'Escaut et de la Meuse passe au nord du territoire, dans la forêt de Bois-l'Évêque : le ruisseau du Cambrésis issu du Flaquet Briffaut coule vers l'ouest et se jette dans la Selle, affluent de l'Escaut[4].

Autour d'Ors s'étendent des paysages de bocage. Le territoire de la commune est dans le périmètre du Parc naturel régional de l'Avesnois. Le village est en bordure du Bois-l'Évêque, qui est situé entièrement sur le territoire de la commune.

Communes limitrophes de Ors
Forest-en-Cambrésis

Le Pommereuil

Bousies Fontaine-au-Bois Landrecies
Ors La Groise
Bazuel Catillon-sur-Sambre

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Ors est située à l'écart des axes principaux, au carrefour des routes départementales D160 de Mazinghien à Landrecies, D160B vers le nord à travers le Bois-l'Évêque, et D360 vers Catillon-sur-Sambre.

Voies navigables[modifier | modifier le code]

Le canal de la Sambre à l'Oise à Ors
Le canal de la Sambre à l'Oise à Ors

La commune est située dans la haute vallée de la Sambre. Le canal de la Sambre à l'Oise, ouvert en 1839, traverse le village.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La gare est située sur la ligne de Creil à Jeumont, à l'ouest du village. En semaine Ors est desservie par deux trains par jour, circulant entre Busigny et Jeumont.

Le réseau Arc-en-Ciel dessert la commune par la ligne no 337 Mazinghien - La Groise - Le Cateau[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village est mentionné au long des XIIe au XIVe siècles sous les noms Orcetum, Ors ou Orceium. L'origine du nom est incertaine. L'une pourrait être trouvée dans le roman ortz ou orts (« jardin » ou « verger », du latin hortus), une autre dans les noms de lieux germaniques, ors se rapportant parfois à l'est (oster), Ors étant à la limite est du Cambrésis[6],[7],[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La forêt voisine fut donnée le 24 avril 995 à l'évêque de Cambrai Rothard par l'empereur du Saint-Empire Othon III. De là le nom de Bois-l’Evêque qu'elle a encore aujourd'hui. La forêt devint domaniale sous la Révolution[9].

En 1033 l'empereur Conrad II confirme à l'abbaye Saint-André du Cateau la possession de l'église d'Ors (« ecclesia de Orceto ») que lui avait précédemment donnée Gérard Ier, évêque de Cambrai[10].

Nicolas de Fontaines, évêque de Cambrai, fit construire en 1255 au bord de la rivière une vaste forteresse pour garder le passage de la vallée de la Sambre. Cette motte féodale dotée d'un donjon, d'une triple enceinte et de fossés fut connue sous le nom de « Mâle Maison » (ou « fière » maison), mais aussi de « Malmaison » car elle était source de conflits avec les seigneurs locaux. Elle fut démantelée en 1429, ce qui fit dire à Enguerrand de Monstrelet : « Ce fut grand dommage, car c’était la non pareille et la mieux édifiée qui fut en tout le pays à l’environ, et le plus fort lieu. ». Des fouilles eurent lieu en 1884 à l'instigation de M. Wuillot, maire de l'époque. On y retrouva « des murailles d’une épaisseur de 1,20 mètre, des traces de galeries souterraines, des armes, des vases, des ossements, des flèches, des boulets en grès, des débris de tuiles et de poterie, des éperons en fer revêtus d’une mince couche d’or, un fer de lance à trois tranchants assez bien conservé ». Des pierres ont été extraites pour l’entretien des chemins et la construction des bâtiments[11].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En mars 1794, des combats opposèrent autour d'Ors et de Catillon-sur-Sambre des troupes françaises commandées par le général Jacques Fromentin à des forces autrichiennes supérieures en nombre. À cette occasion le clocher d'Ors s'effondra sous la mitraille française, les Autrichiens s'étant réfugiés dans le village. Avant la bataille les paysans d'Ors avaient été réquisitionnés pour construire des redoutes. Ils le furent encore après la bataille pour enterrer les morts autrichiens. En avril ils furent à nouveau réquisitionnés, avec ceux de villages environnants, pour creuser des tranchées autour de Landrecies assiégée par les Autrichiens. C'est dans ces circonstances que les habitants d'Ors auraient gagné leur surnom d'« Enragés »[12].

Ors connaît de grands changements au XIXe siècle : le canal de la Sambre à l'Oise est ouvert en 1839. En 1852 la Compagnie du Nord est autorisée à prolonger vers Erquelinnes la ligne de chemin de fer de Paris à Saint-Quentin : l’ouverture à la circulation des trains a lieu en 1855. La ligne, qui relie Paris à Bruxelles, connaît un trafic important : on y recense quotidiennement en 1900 le passage de « 22 trains de voyageurs, 21 express et 33 trains de marchandises soit en tout 76 trains ». Une halte de voyageurs est ouverte à Ors en 1884. En 1891 la commune sollicite et obtient, moyennant un emprunt de 25 000 francs, la création d'une « voie de garage pour wagons complets », en raison de l'augmentation du trafic commercial lié à l'industrie beurrière. La gare draine aussi les ouvriers des environs vers les usines de la région d'Aulnoye-Aymeries[13],[14]. L'exode rural s'observe dès cette époque : la population passe de 1312 habitants en 1851 à 767 en 1911.

Lors de la Première Guerre mondiale, une offensive franco-britannique, connue sous le nom de bataille de la Sambre, est lancée en direction de Maubeuge et Mons à l'aube du 4 novembre 1918. Le premier obstacle à franchir est le canal de la Sambre à l'Oise. Des combats ont lieu à Ors, au cours desquels le lieutenant Wilfred Owen du Manchester Regiment est tué. 107 soldats britanniques sont inhumés au cimetière militaire, et 63 autres dans le cimetière communal[15].

La forêt du Bois-l'Évêque et le village voisin de Pommereuil furent très endommagés le 24 juin 1967 par une tornade de type F4 sur l'échelle de Fujita[16]

La commune a abrité le camp militaire d'Ors entre 1932 et 2008. Il devait d'abord servir à accueillir des installations annexes à la ligne Maginot. Pendant la Seconde Guerre mondiale l'Allemagne y installa des bâtiments et dépôts de munitions, et commença la construction d'une base de V2, restée inachevée en raison de la libération de la région. Après la guerre le camp servit de dépôt de munitions, notamment pour la base aérienne 103 Cambrai-Épinoy[17],[18].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie
La mairie

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La commune comptant moins de 1 500 habitants en 2008, le nombre de conseillers municipaux est de 15. Depuis 2001, le maire est Jacky Duminy. Ors est membre de la Communauté de communes du Caudrésis-Catésis, qui comprend 46 communes et 65 874 habitants en 2014.

Liste des maires[19][modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1753   Louis Cléande Lempereur  
1755   Antoine Collet  
1759   Gaspard Boucher  
1763   Antoine Derampe  
1764   André Joseph Vallez  
1773   Jean Adrien Bracq  
1783   Louis Joseph Selliez  
1788   Jean-Baptiste Pamart  
1790   Jean François Fichero  
  2 novembre 1797 Philippe Willot  
  18 juillet 1798 Jacques Boucher  
  23 septembre 1800 Zacharie Joseph Vallez  
  15 octobre 1801 François Boucher  
  16 novembre 1802 Zacharie Vallez  
16 novembre 1802 6 décembre 1815 Jacques Joseph Danjou  
  22 octobre 1831 Louis Bouchez  
  28 janvier 1835 Auguste Constantin Selliez  
  16 octobre 1839 Jacques Danjou  
  26 mars 1848 Isidore Pamart  
  7 août 1850 Henri Auguste Selliez  
  23 octobre 1855 Louis Bouchez  
  7 mars 1859 Antoine Dominique Givry  
  15 mai 1871 Isidore Pamart  
  14 janvier 1872 Cyrille Gille  
  22 janvier 1878 Charlemagne Burillon  
  18 mai 1884 Pascal Wuillot  
    Clément Manesse  
en cours Jacky Duminy    
Les données manquantes sont à compléter.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Ors est située dans l'arrondissement de Cambrai. La commune est rattachée au canton du Cateau-Cambrésis et à la dix-huitième circonscription du Nord.

Ors relève du tribunal d'instance de Cambrai, du tribunal de grande instance de Cambrai, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Cambrai, du conseil de prud'hommes de Cambrai, du tribunal de commerce de Douai, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai[20].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[22].

En 2014, la commune comptait 660 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2009 (Nord : +1,23 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 141 1 210 1 126 1 231 1 289 1 270 1 302 1 322 1 312
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 171 1 149 1 175 1 024 939 888 922 783 797
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
823 786 767 738 756 704 701 697 739
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
743 744 683 630 697 712 685 674 663
2013 2014 - - - - - - -
656 660 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Ors en 2007 en pourcentage[25].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,9 
4,7 
75 à 89 ans
8,5 
10,8 
60 à 74 ans
11,0 
23,6 
45 à 59 ans
22,6 
21,4 
30 à 44 ans
20,9 
18,4 
15 à 29 ans
17,1 
20,8 
0 à 14 ans
18,9 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[26].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune d'Ors est rattachée à la circonscription scolaire Cambrai / Le Cateau du bassin d'éducation du Cambrésis, qui dépend de l'inspection académique du Nord et de l'académie de Lille. La commune gère une école de niveau élémentaire (école maternelle et élémentaire)[27].

Cultes[modifier | modifier le code]

Ors fait partie de la paroisse Notre-Dame de la Fraternité en Cambrésis, regroupant 17 communes et rattachée au doyenné du Cateau-Cambrésis et à l'archidiocèse de Cambrai. Le lieu de culte est l'église de l'Assomption[28].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 27 743 €, ce qui plaçait Ors au 20 022e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[29].

Population active et emploi[modifier | modifier le code]

Ors se trouve dans le bassin d'emploi du Cambrésis. L'agence Pôle emploi pour la recherche d'emploi la plus proche est localisée au Cateau-Cambrésis.

En 2013, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 427 personnes, soit 73,5 % de la population totale, parmi lesquelles on comptait 74,9 % d'actifs dont 66,3 % ayant un emploi et 8,7 % de chômeurs[30].

On comptait 177 emplois dans la zone d'emploi, contre 194 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 285, l'indicateur de concentration d'emploi était de 62 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offrait près de deux emplois pour trois habitants actifs[30].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Les entreprises Dufour-Delattre (fabrication d'éléments de construction en béton) et Transports Dufour (transport de fret de proximité) sont les principaux employeurs de la commune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Des joutes nautiques ont lieu à Ors chaque année le 15 août. La tradition remonte au Moyen Âge[31].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le polissoir
Le polissoir

La Maison forestière Wilfred-Owen est un lieu de mémoire et de création dédié au poète anglais Wilfred Owen[32],[33] et à son œuvre, dont la conception est due à l'artiste anglais Simon Patterson[34].

Le polissoir du lieu-dit Le Flaquet dans le Bois-l'Évêque est inscrit aux Monuments historiques depuis 1980[35].

La motte castrale, située au sud du village et en partie entamée lors du creusement du canal de la Sambre à l'Oise, est inscrite aux Monuments historiques depuis 1993[36].

L'Église de l'Assomption date de 1858. Construite en brique et en pierre bleue sur les plans d'André Louis de Baralle, architecte du diocèse de Cambrai, elle remplace l'église précédente bâtie en 1727 et détruite en 1794[37] par les Autrichiens pendant le siège de Landrecies. Dans l'intervalle les offices ont longtemps été chantés dans une ancienne brasserie[38].

Le canal de la Sambre à l'Oise est un canal à bief de partage au gabarit Freycinet reliant les vallées de la Sambre et de l'Oise.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le carré militaire du cimetière communal d'Ors
Le carré militaire du cimetière communal d'Ors

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Ors (59) Nord-france.svg

Les armes d'Ors se blasonnent ainsi : « D'or à trois lions d'azur, au chef de gueules chargé d'une Notre-Dame-de-Grâce de carnation à mi-corps, tenant à senestre l'Enfant Jésus, et vêtue de gueules et d'azur [41]. »

Les trois lions sont du Cambrésis, qui porte « d'azur aux trois lionceaux d'or », et Notre-Dame-de-Grâce est la patronne de Cambrai (le seigneur d'Ors était le comte-évêque de Cambrai).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Busin, Monographie communale de Ors, Inspection primaire du Quesnoy, (lire en ligne)
  • Louis Boniface, Etude sur la signification des noms topographiques de l'arrondissement de Cambrai, Valenciennes, Impr. Louis Henry, (lire en ligne)
  • Eugène Mannier, Études étymologiques, historiques et comparatives sur les noms des villes, bourgs et villages du département du Nord, Paris, Auguste Aubry, Libraire-Éditeur, (lire en ligne).
  • (revue) Wilfred Owen , nord', revue de critique littéraire du Nord-Pas-de-Calais n°52 (www.revue-nord.com)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Busin, dans sa monographie sur Ors, fait rimer le nom du village avec « bords »
  2. J.-N. D., « Les Enragés d'Ors, un trait de caractère toujours d'actualité », lavoixdunord.fr, (consulté le 1er décembre 2012)
  3. Calcul de l'orthodromie sur le site Lion1906
  4. Busin 1900, p. 9
  5. « Ligne 337 », sur le site http://www.arcenciel3.fr (consulté le 30 août 2017).
  6. Boniface 1866, p. 222
  7. Mannier 1861, p. 298
  8. Busin 1900, p. 13
  9. Busin 1900, p. 10
  10. Mannier 1861, p. 298.
  11. Busin 1900, p. 20-22
  12. Busin 1900, p. 13-14
  13. Busin 1900, p. 9
  14. « Ors », sur le site diu diocèse de Cambrai, (consulté le 1er septembre 2017).
  15. « Find a cemetery », sur Le site de la Commonwealth War Graves Commission (consulté le 1er septembre 2017).
  16. « Tornade EF4 à Pommereuil (Nord) le 24 juin 1967 », sur Keraunos, observatoire français des tornades et orages violents (consulté le 3 septembre 2017).
  17. « Les drôles de tours du Bois-l’Évêque », sur Le site du quotidien La Voix du Nord, (consulté le 3 septembre 2017).
  18. « Canton du Cateau-Cambrésis », sur Le site France, le trésor des régions (consulté le 3 septembre 2017).
  19. Busin 1900, p. 28-31
  20. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des libertés (consulté le 8 décembre 2017).
  21. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  25. « Évolution et structure de la population à Ors en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 30 juillet 2010)
  26. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 30 juillet 2010)
  27. « L'annuaire », sur le site du Ministère de l'Éducation nationale, (consulté le 30 août 2017)
  28. « Paroisse Notre-Dame Fraternité en Cambrésis - Ors », sur le site du diocèse de Cambrai (consulté le 2 septembre 2017).
  29. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 novembre 2013).
  30. a et b « Population active, emploi et chômage en 2013 Commune d’Ors (59450) », sur le site de l'Insee (consulté le 4 septembre 2017).
  31. « Joutes nautiques d'Ors », sur le site de l'office de tourisme du Cambrésis (consulté le 29 août 2017).
  32. Fiche tourisme Maison Forestière Owen
  33. Inauguration de la Maison Forestière Wilfred Owen
  34. La Maison Forestière Wilfred Owen - Simon Patterson
  35. Notice no PA00107770, base Mérimée, ministère français de la Culture
  36. Notice no PA00125632, base Mérimée, ministère français de la Culture
  37. L'auteur de la monographie citée donne comme date 1793, sans doute par erreur.
  38. Busin 1900, p. 17
  39. Busin 1900, p. 15
  40. « Cloez, Francois Stanislas (1817 - 1883) », sur le site de l'Encyclopedia of Australian science, (consulté le 31 août 2017).
  41. Source: Cambrésis terre d'histoire