Grand-Fayt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grand-Fayt
Mairie.
Mairie.
Blason de Grand-Fayt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Canton Avesnes-sur-Helpe
Intercommunalité Communauté de communes du Cœur de l’Avesnois
Maire
Mandat
Jean-Paul Sculfort
2014-2020
Code postal 59244
Code commune 59270
Démographie
Gentilé Fagusiens, Fagusiennes
Population
municipale
509 hab. (2014)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 06′ 51″ nord, 3° 48′ 09″ est
Altitude Min. 135 m
Max. 191 m
Superficie 8,8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Grand-Fayt

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Grand-Fayt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grand-Fayt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grand-Fayt

Grand-Fayt est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Grand-Fayt se situe dans le sud-est du département du Nord (Hainaut) en plein cœur du Parc naturel régional de l'Avesnois. L'Avesnois est connu pour ses prairies, son bocage et son relief un peu vallonné dans sa partie sud-est (début des contreforts des Ardennes), dite « petite Suisse du Nord ». La commune est traversée par l'Helpe Mineure, affluent de la Sambre.

Grand-Fayt fait partie administrativement de l'Avesnois, historiquement du Hainaut et ses paysages rappellent la Thiérache.

La commune se trouve à 100 km de Lille (préfecture du Nord), Bruxelles (Belgique) ou Reims (Marne), à 45 km de Valenciennes, Mons (B) ou Charleroi (B) et à 10 km d'Avesnes-sur-Helpe (sous-préfecture). Le village est bordé par la commune de Petit-Fayt. La Belgique se trouve à 17 km et le département de l'Aisne à 10 km.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Grand-Fayt
Maroilles Taisnières-en-Thiérache Marbaix
Grand-Fayt
Prisches Petit-Fayt

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Fagetus en 921[1].

Il s'agit d'un toponyme gallo-roman du type FAGETU « hêtraie » qui se décompose en FAGU hêtre (latin fagus), suivi du suffixe collectif -ETU (autrement donné sous la forme -etum), d'origine latine ou gauloise) qui sert à désigner « un ensemble d'arbres appartenant à la même espèce », la forme féminine -ETA a abouti au suffixe français moderne -aie (hêtraie, chênaie, etc.). FAGETU a régulièrement abouti à fay, fy « hêtraie » en ancien français[2]. Le t final graphique latinise.

La séparation de Fayt en Petit- et Grand- est postérieure au Xe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 855 : avec le traité de Prüm qui partage la Francie médiane entre les trois fils de Lothaire I, le Hainaut est rattaché à la Lotharingie dont hérite Lothaire II.
  • Le seigneur d'Avesnes, Wédric le Barbu possède au cours du Xe siècle un château dans cette commune. Il n'en reste aujourd'hui aucune trace. Grand-Fayt s'appelait alors Fayt le château et Petit-Fayt, Fayt Ville.
  • Jusqu'en 1846, Petit-Fayt et Grand-Fayt ne sont qu'une seule commune appelé "Les Fayts".
  • 1907 : le 28 octobre 1907 est mise en service la ligne de chemin de fer Avesnes-sur-Helpe - Solesmes via Landrecies (47 km). La ligne comporte une station dans la Commune. Un service régulier des voyageurs est assuré. En août 1914, le trafic voyageur est interrompu. En 1916, pendant l'occupation allemande, les rails sont démontés. La ligne de chemin de fer est dans l'impossibilité de fonctionner.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Grand-Fayt (Nord).svg

Les armes de Grand-Fayt se blasonnent ainsi : D’argent à trois fasces de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Mai 1900 Mai 1904 Alban Prangère    
Mai 1904 Mai 1912 Léger Berlaymont    
Mai 1912 Mai 1945 Omer Delleaux    
Mai 1945 Mars 1965 Raymond Larousserie    
Mars 1965 1998 Jean Larousserie    
1998 Mars 2001 Marie-Françoise Leblond    
Mars 2001 Août 2002 Edgard Bouleau    
Août 2002 Mars 2014 Claude Gaveriaux    
Mars 2014 en cours
(au 4 avril 2014)
Jean- Paul Sculfort[3]   Clerc de notaire
  1. Population et société

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 509 habitants, en diminution de -0,39 % par rapport à 2009 (Nord : 1,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
810 816 845 964 995 991 1 032 593 615
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
595 596 586 572 569 584 590 563 533
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
549 543 538 518 503 459 471 489 498
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
499 476 460 426 420 446 455 511 509
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Grand-Fayt en 2007 en pourcentage[8].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
0,0 
6,0 
75 à 89 ans
8,8 
10,8 
60 à 74 ans
11,5 
19,2 
45 à 59 ans
15,7 
25,2 
30 à 44 ans
21,8 
16,0 
15 à 29 ans
16,5 
22,4 
0 à 14 ans
25,7 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[9].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Mairie de 1849
  • Monument aux morts
  • Église Saint-Pierre-des-Liens (XIIe siècle, 1680 et XVIIIe siècle)
  • Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours (1671 et 1745)
  • Chapelle Sainte-Renel (1768 et 1803)
  • Kiosque à musique
  • Moulin à eau (1600 et fin XIXe siècle)
  • Une pierre aux armes sculptées
  • Le cimetière de Grand-Fayt héberge une dizaine de tombes de guerre, dont 5 de la Commonwealth War Graves Commission, de soldats morts au début ou à la fin de la guerre 1914-1918[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Wédric le Barbu, seigneur d'Avesnes au XIe siècle (né à Avesnes sur Helpe)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 281a
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  3. « Jean- Paul Sculfort élu maire », L'Observateur de l'Avesnois, no 19461,‎ , p. 17
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Évolution et structure de la population à Grand-Fayt en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)
  9. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)
  10. Grand-Fayt sur le site www.inmemories.com