Aller au contenu

Englefontaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Englefontaine
Englefontaine
Mairie et église.
Blason de Englefontaine
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Mormal
Maire
Mandat
Sandra Pluchart
2020-2026
Code postal 59530
Code commune 59194
Démographie
Gentilé Englefontainois, Englefontainoises
Population
municipale
1 281 hab. (2021 en diminution de 2,36 % par rapport à 2015)
Densité 277 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 11′ 32″ nord, 3° 38′ 37″ est
Altitude Min. 128 m
Max. 152 m
Superficie 4,62 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Poix-du-Nord
(ville-centre)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Avesnes-sur-Helpe
Législatives Douzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Englefontaine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Englefontaine
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
Englefontaine
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Englefontaine
Liens
Site web Site officiel

Englefontaine est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Englefontaine se situe dans le Nord, dans l'Avesnois, entre Landrecies et Louvignies-Quesnoy.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Englefontaine
Louvignies-Quesnoy Raucourt-au-Bois
Englefontaine Locquignol
Poix-du-Nord Hecq

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Nord-est du bassin Parisien, caractérisée par un ensoleillement médiocre, une pluviométrie moyenne régulièrement répartie au cours de l’année et un hiver froid (°C)[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,9 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,9 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 819 mm, avec 12,4 jours de précipitations en janvier et 9,9 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Saint-Hilaire-sur-Helpe à 20 km à vol d'oiseau[3], est de 10,5 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 802,4 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Englefontaine est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9]. Elle appartient à l'unité urbaine de Poix-du-Nord, une agglomération intra-départementale regroupant 5 communes[10] et 4 895 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[11],[12]. La commune est en outre hors attraction des villes[13],[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (80,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (80,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (48,5 %), terres arables (32,4 %), zones urbanisées (18,9 %), forêts (0,3 %)[15]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Histoire[modifier | modifier le code]

Il existe deux versions pour l'origine du nom de la ville, la première proviendrait d'une légende, lors du passage de Saint Georges accompagné d'un groupe de soldats anglais, son cheval aurait fait jaillir une fontaine à l'aide de ses sabots. La seconde tire son nom de la fontaine du village, appelé fontaine des ingélés.

Proche de la ville de Bavay (ville gallo-romaine) et de la chaussée Brunehaut, l'on retrouve beaucoup d'indices d'une présence gallo-romaine.

  • Au XIXe siècle, l'un des atouts du village est la présence d'argile d'excellente qualité. L'activité liée à la tuilerie se developpe. Il y avait une rue complète consacrée à cette activité, la rue des Tuileries. Le village atteint 2 000 habitants dont un tiers travaille dans la fabrication de terre cuite. Avant la 1re guerre mondiale, on dénombrait 7 tuileries industrielles et un atelier de poterie. La tuile couvrait un grand marché local étendu sur la moitié du département. La fabrication était consacrée aux carreaux rouges qui ressemblent à des tomettes mais avec des dimensions et forme bien spécifiques. De la poterie utilitaire était également façonnée. Un recensement effectué par le préfet du Nord en 1802 ou 1804 évoque des milliers voire des millions de pièces fabriquées en une année. Celles-ci étaient cuites au four à bois de boulanger. L'autre spécialité du village était la confection de plats avec des scènes de la vie courante, un peu naïves. De l'activité d'avant guerre sont restés une poterie culinaire jusque dans les années 1930 et une briqueterie jusque dans les années 1950. (cf supplément spécial L'Observateur du 20/07/2012).
  • Guerre 1914-1918 : le village est détruit à 80 - 90 %.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Les armes d'Englefontaine se blasonnent ainsi :"De vair à trois pals de gueules" .

Mairie, poste, salle des fêtes

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Maire de 1802 à 1807 : Rob. Mercier[16],[17].

Maire en 1881 : Lenglet[18].

Maire en 1931 : Victorien Cantineau a exercé la fonction de conseiller général du canton du Quesnoy-Est de 1901 à 1937. Agriculteur, décoré de la Légion d'honneur[19].

Michel Manesse a exercé la même fonction de 2008 à mars 2015.

Titulaires de la fonction de maire d'EnglefontaineVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDuréeÉtiquette
DébutFin
Michel Manesse (d)[20],[21]
(né le )
19 ans et 2 mois Parti socialiste
Sandra Pluchart (d)
(née le )
En cours4 ans et 22 jours
Victorien Cantineau (d) Parti radical

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[23].

En 2021, la commune comptait 1 281 habitants[Note 2], en diminution de 2,36 % par rapport à 2015 (Nord : +0,23 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1999281 1521 3781 5721 6801 6961 7751 685
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7141 8821 9491 9661 9021 9001 8991 8881 823
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7181 6761 5111 3281 3631 2491 1721 0861 156
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 1891 3231 3371 3491 3541 3271 3431 3431 305
2015 2020 2021 - - - - - -
1 3121 2711 281------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 36,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 26,1 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 635 hommes pour 658 femmes, soit un taux de 50,89 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,5 
6,7 
75-89 ans
7,9 
16,8 
60-74 ans
18,5 
19,2 
45-59 ans
19,6 
18,9 
30-44 ans
17,6 
16,2 
15-29 ans
15,1 
21,5 
0-14 ans
19,6 
Pyramide des âges du département du Nord en 2020 en pourcentage[27]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,4 
5,1 
75-89 ans
14,6 
60-74 ans
16 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,5 
30-44 ans
18,7 
20,6 
15-29 ans
19,1 
20,5 
0-14 ans
18,2 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Georges
  • Fontaine Saint-Georges de 1948
  • Le lavoir
  • Chapelle place Jeanne d'Arc
  • Le plus vieil arbre d'Englefontaine, un chêne planté au moment de la révolution de 1789, se trouve Place Eugène Thomas.
  • Le monument aux morts de la commune et les monuments dans l'église
  • Dans le cimetière britannique d'Englefontaine se trouvent 170 tombes de guerre de la Commonwealth War Graves Commission de soldats tués en octobre-novembre 1918[28].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. « Orthodromie entre Englefontaine et Saint-Hilaire-sur-Helpe », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « St-hilaire-sur-helpe » (commune de Saint-Hilaire-sur-Helpe) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « St-hilaire-sur-helpe » (commune de Saint-Hilaire-sur-Helpe) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Unité urbaine 2020 de Poix-du-Nord », sur insee.fr (consulté le ).
  11. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  16. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 276, lire en ligne.
  17. « Annuaire statistique du département du Nord. Pour … (0000AnNord_0... », sur Mnesys (consulté le ), p. 128-129..
  18. « Le Petit Nord : journal politique quotidien ["puis" journal républicain quotidien du matin "puis" journal républicain absolument indépendant] », sur Gallica, (consulté le ), p. 2-3..
  19. Annuaire statistique du département du Nord, année 1931, p. 19-20.
  20. « À Englefontaine, Michel Manesse repart pour « six années assez lourdes » », La Voix du Nord,  : « La seule et unique liste « Poursuivons ensemble à construire le 3e millénaire » a élu, dimanche, son maire. Sans surprise, Michel Manesse a reçu 100 % des voix et a donc été réélu. »
  21. « Bilan des maires : à Englefontaine, Michel Manesse a un projet d’école dans les cartons », La Voix du Nord,  : « Michel Manesse, 56 ans, retraité EdF-GdF, ne fait pas mystère de ses intentions pour mars prochain : il briguera un troisième mandat de maire. Ce qui, en cas de succès, le propulsera dans la catégorie des élus du Quercitain disposant déjà d’une ancienneté certaine, puisqu’élu conseiller municipal en 1995, maire en 2001, reconduit en 2008 et élu la même année conseiller général du canton Le Quesnoy-Est, en lieu et place d’un Paul Raoult, sénateur-maire-conseiller général, touché par le cumul des mandats. »
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  26. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Englefontaine (59194) », (consulté le ).
  27. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  28. Englefontaine sur www.inmemories.com