Beaudignies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Beaudignies
Église fortifiée de Beaudignies
Église fortifiée de Beaudignies
Blason de Beaudignies
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Canton Quesnoy-Est
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Mormal
Maire
Mandat
Raymonde Dramez
2014-2020
Code postal 59530
Code commune 59057
Démographie
Population
municipale
564 hab. (2012)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 14′ 15″ N 3° 35′ 37″ E / 50.2375, 3.5936111111150° 14′ 15″ Nord 3° 35′ 37″ Est / 50.2375, 3.59361111111  
Altitude Min. 65 m – Max. 131 m
Superficie 7,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Beaudignies

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Beaudignies

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaudignies

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaudignies

Beaudignies est une commune française, située dans le département du Nord en région Nord-Pas-de-Calais.

Ses habitants sont appelés les Beaudigniens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Beaudignies se situe dans le sud-est du département du Nord (Hainaut) et fait partie du Parc naturel régional de l'Avesnois.

En fait, Beaudignies fait partie administrativement de l'Avesnois et historiquement du Hainaut.

La commune se trouve à 72 km de Lille (Préfecture du Nord), à 18 km de Valenciennes, à 4 km du Quesnoy (chef-lieu de canton) et 34 km d'Avesnes-sur-Helpe (sous-Préfecture).

La Belgique se trouve à 15 km.

Communes limitrophes de Beaudignies
Ruesnes Le Quesnoy
Capelle Beaudignies Ghissignies
Escarmain

Romeries

Neuville-en-Avesnois Salesches

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Voie de communication et transport[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant la Grande guerre (1914-1918)[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.

À la fin du conflit, la commune se trouve sur le chemin des Néo-Zélandais qui viennent de Solesmes. Le 23 octobre 1918, le hameau du Pont-à-Pierres est dans un premier temps repris. Les éclaireurs néo-zélandais passent au-delà de la côte de l'Arbrisseau pour se rendre compte que le village n'est pas encore défendu. Les régiments d'Otago et de Canterbury sont lancés à la conquête de Beaudignies à 17 heures le 23 octobre pour sécuriser les ponts sur l'Écaillon. L'opération réussie, l'église porte encore les traces de quelques balles, les troupes néo-zélandaises rentrent en contact avec des patrouilles allemandes. Lors d'une rencontre entre deux patrouilles ennemies, Henry James Nicholas, qui vient d'obtenir la prestigieuse croix de Victoria (Victoria Cross) en juillet 1918 à Buckingham Palace, est tué aux abords du pont nord du village. D'abord enterré sur la route de Capelle, les hommes du bataillon lui rendent les honneurs militaires dans le cimetière de Vertigneul le 29 octobre 1918.

En fin de journée, il est décidé de sécuriser la route Ruesnes-Ghissignies au nord du village. L'opération menée par les deux autres régiments d'Otago et de Canterbury s'avère difficile en raison de la sévère pente dans le village et de la résistance d'une centaine d'Allemands qui contrôlent des tranchées dans les champs à côté de Saint Roch[1].

Le 24 octobre, la position de Beaudignies est sécurisée et les régiments d'Otago et de Canterbury sont relevés par des bataillons de la Rifle brigade. Beaudignies devient alors le camp de base des Néo-Zélandais. Les divers quartiers généraux des régiments sont installés dans les fermes du village ; l'hôpital pour les premiers secours est au Pont-à-Pierres où sont aussi concentrés les nombreux prisonniers allemands. Le village voit s'installer un bivouac du régiment de Maoris qui viennent de reconstruire un pont sur le Saint Georges.

Pendant plus d'une semaine, jusqu'au 4 novembre, de minutieux préparatifs sont organisés pour amener dans le plus grand secret l'artillerie de campagne néo-zélandaise aux abords du Quesnoy. Une activité normale est maintenue (de nombreux raids) mais les munitions sont acheminées de nuit. Le village en première ligne est d'ailleurs bombardé à plusieurs reprises par l'ennemi. Les civils sont évacués dans les ambulances néo-zélandaises le 27 octobre 1918.

Au matin du 4 novembre 1918, les bataillons engagés dans la bataille du Quesnoy partent de Beaudignies. Les 1er et 3e bataillon (en support) de la Rifle brigade partent de la route encaissée à la sortie du village pour contourner par le sud-est Le Quesnoy. L'artillerie de campagne néo-zélandaise est d'abord installée dans les champs à la sortie de Beaudignies.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Tendance politique[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Raymonde Dramez    
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 564 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
586 434 479 818 921 996 1 073 1 065 1 151
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 208 1 235 1 177 1 213 1 172 1 215 1 211 1 241 1 208
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 150 1 133 1 029 852 805 785 702 696 667
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
603 597 527 543 523 537 573 569 564
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Beaudignies en 2007 en pourcentage[4].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
1,4 
4,6 
75 à 89 ans
10,4 
8,5 
60 à 74 ans
12,8 
23,2 
45 à 59 ans
22,5 
26,8 
30 à 44 ans
22,1 
16,2 
15 à 29 ans
15,2 
20,8 
0 à 14 ans
15,6 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage [5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 


Santé[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Beaudignies fait partie de l'académie de Lille.

Sports[modifier | modifier le code]

Média[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La mairie de 1789 et 1861[pas clair]
  • Chapelles-oratoires disséminées sur le territoire de la commune, dont un oratoire de 1849
  • Pigeonnier-porche de 1838
  • Ancien moulin à eau (vers 1900)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Henry James Nicholas, sergent du régiment de Canterbury et véritable premier héros de la nation néo-zélandaise, est tué dans la commune de Beaudignies.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Beaudignies

Les armes de Beaudignies se blasonnent ainsi : « De gueules au croissant d’argent, accompagné de huit billettes du même en orle. »

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Capt David Ferguson, HISTORY OF THE CANTERBURY REGIMENT. N.Z.E.F. 1914-1919; 1921 en anglais
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012
  4. « Évolution et structure de la population à Beaudignies en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 juillet 2010)
  5. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 mai 2014)