Pierre bleue (calcaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierre bleue.
Blocs de pierre bleue.

La pierre bleue (aussi appelée « pierre de Soignies » ou « petit granit » - à ne pas à confondre avec le granite, qui est une roche magmatique) est une roche sédimentaire de couleur bleu gris provenant des provinces du Hainaut, de Namur et de Liège (Belgique), utilisée en architecture depuis la fin du Moyen Âge. Son extraction se fait exclusivement en Belgique[1],[2] dans les régions de Soignies, Écaussinnes, Sprimont et Spontin[3].

Elle est constituée de fossiles d'organismes marins, des crinoïdes cimentés par une boue calcaire. Extraite à l'origine dans de nombreuses petites carrières situées entre autres dans le bassin de Soignies, Tournai, Clavier et à Sprimont en Belgique, mais aussi dans l'Avesnois et à Givet en France, la pierre bleue a vu son extraction industrialisée en 1668.

Une des premières utilisations historiques de la pierre bleue fut les fonts baptismaux de style roman fabriqués à Tournai et exportés très loin (de très nombreuses églises européennes possèdent des vieux fonts baptismaux médiévaux en pierre bleu de Tournai), puis ce furent les dallages des églises ; la pierre bleue a beaucoup contribué à la richesse de Tournai au Moyen Âge.

Dans les derniers siècles[Lesquels ?] on l’utilisait davantage pour la structure et l'enveloppe du bâtiment, et surtout les fondations, du fait de sa solidité, de son étanchéité et de sa capacité à fournir de gros blocs, ainsi que pour les dallages, elle était très anciennement exportée à grande échelle vers le nord de la France, la Flandre et la Hollande entre autres pour les seuils et les soubassements des maisons et immeubles, elle est utilisée maintenant dans tous types de pièces, en revêtement de sol, parement mural, plan de travail, évier... La pierre bleue est une pierre à bâtir mais également une pierre d’ornement. Car elle présente de nombreux avantages : résistance aux intempéries, aux salissures et à la pollution. La pierre bleue prend des patines bien particulières en vieillissant. Elle est non poreuse, sèche vite, et la végétation ne s'y accroche pas.

Une même pierre peut donner une vingtaine de coloris différents simplement selon la manière dont elle est polie : noir, gris, bleu gris, bleu...

Exemples de construction[modifier | modifier le code]

Le blason de Liège gravé dans une pierre bleue, daté de 1592.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Construire avec la Pierre NaturelleBouwen met Natuursteen, Michel de Kemmeter, Beta Plus nv, février 1998. 288 p.
  • La Pierre Bleue du Hainaut - De Blauwe Steen van Henegouwen, Michel de Kemmeter, Beta Plus nv, novembre 1998, 288 p.
  • Pierre Naturelle & Habitat, 101 questions sur la pierre naturelle, Wonen met Natuursteen, 101 vragen over natuursteen, Michel de Kemmeter, édition 2000 augmentée, Beta Plus janvier 2000.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. nature_granit.pdf
  2. [1]
  3. Carl Nachtergal, Lucien Nachterga, Agenda du bâtiment, De Boeck Supérieur, Pierres Belges p. 41 : Petit Granit

Liens externes[modifier | modifier le code]