Clairfayts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Clairfayts
Clairfayts
Mairie de Clairfayts.
Blason de Clairfayts
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Canton Fourmies
Intercommunalité Communauté de communes du Cœur de l'Avesnois
Maire
Mandat
Guy Erphelin
2014-2020
Code postal 59740
Code commune 59148
Démographie
Gentilé Clarofagiens, Clarofagiennes
Population
municipale
370 hab. (2015 en augmentation de 0,54 % par rapport à 2010)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 09′ 27″ nord, 4° 07′ 23″ est
Altitude Min. 175 m
Max. 246 m
Superficie 7,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Clairfayts

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Clairfayts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Clairfayts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Clairfayts

Clairfayts est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont les Clarofagiens et les Clarofagiennes .

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Clairfayts
Beaurieux
Solre-le-Château Clairfayts Sivry-Rance (Belgique)
Felleries Eppe-Sauvage

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune, instituée lors de la Révolution française, absorbe en 1825 celle d'Épinoy[1].

1914-1918 : Les allemands arrivent dans le village de Clairfayts le mardi 25 août 1914. le village se trouvera en zone occupée jusque début novembre 1918.

La 2e guerre mondiale

Le , le général de division Rommel — à la tête de la 7e Panzerdivision — qui avait atteint Cerfontaine (Belgique) au centre de l’Entre-Sambre-et-Meuse — y est retenu une journée entière car son flanc nord est toujours tenu par les troupes françaises. Le lendemain à midi, après la prise de Boussu-lez-Walcourt (Nationale 40) par la 5e Panzer, il reçoit l’autorisation d’avancer vers l’ouest et la frontière française. A 15 h 15, ses tanks atteignent Sivry (village-frontière).

Dans ses mémoires, Rommel dit redouter, ou du moins appréhender, le passage de la ligne Maginot prolongée. En effet, une ligne de blockhaus — construite en 1936-1937 — s’étire tout le long de la frontière belge jusqu’à la mer. Ici, ce sont les fortins de Malakoff, Riamé, Chapelle, Perche à l’Oiseau, Gobinette, Trieu du Chêneau, Cinse à Puche, Auniaux …

Arrivé au bureau (frontière) de Clairfayts, un groupe de reconnaissance se dirige vers Solre-le-Château et essuie le feu nourri des blocs de Riamé et de la Perche à l’Oiseau. Rommel est impressionné également par l’explosion de mines de la place d’Épinois. La bataille fait rage, plusieurs chars allemands sont détruits mais les défenseurs des fortins doivent bientôt se rendre devant les forces ennemies de loin supérieures en nombre et en armement.

A Clairfayts, une stèle rappelle l’héroïque défense du 84e RIF à l’attaque ennemie.

En soirée, Rommel fait dégager la route et fonce sur Avesnes où a lieu une bataille nocturne de chars — une première — pour atteindre la Sambre à Landrecies et tenir les ponts qui n’ont pas sauté[2]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Avesnes-sur-Helpe du département du Nord. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la troisième circonscription du Nord.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Solre-le-Château[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune intègre le canton de Fourmies.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes des vallées de la Solre, de la Thure et de l'Helpe, créée en 1993.

Cette communauté fusionne avec ses voisines pour former, le , pour former la communauté de communes du Cœur de l'Avesnois dont la commune est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1876   Philippe Fosser    
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 en cours
(au 10 août 2018)
Guy Erphelin UMPLR Réélu pour le mandat 2014-2020[4]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2015, la commune comptait 370 habitants[Note 1], en augmentation de 0,54 % par rapport à 2010 (Nord : +1,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
224176243298436461502517440
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
399405404342342341330332310
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
320305290289314279292297283
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
290268253244316338342359364
2015 - - - - - - - -
370--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007
Pyramide des âges à Clairfayts en 2007 en pourcentage[8].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
8,2 
75 à 89 ans
9,7 
8,2 
60 à 74 ans
9,1 
23,4 
45 à 59 ans
24,6 
16,8 
30 à 44 ans
13,1 
20,7 
15 à 29 ans
17,1 
22,8 
0 à 14 ans
26,3 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[9].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune sont scolarisés dans une école construite en 2007. Lors de la rentrée 2018-2019, une nouvelle classe ouvre, entraînant l'agrandissement du bâtiment, afin d'accueillir les 65 élèves inscrits[10].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de la Conversion-de-Saint-Paul de 1556 avec tombe de la famille de Croy-Solre des XIXe et XXe siècles
  • Chapelle d'Épinoy du XVe siècle, au village d'Épinoy.
  • Chapelle d'Huart
  • Calvaire d'Épinoy
  • Monument aux morts
  • Mémorial des Passeurs.
  • Étang
  • Un grand nombre de chapelles et oratoires disséminés sur le territoire de la commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Clairfayts (Nord).svg

Les armes de Clairfayts se blasonnent ainsi :
« D’argent à la croix d’azur » .

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. André Lépine & Guy Heynen, Mai 1940 - Rommel traverse l’Entre-Sambre-et-Meuse, de Dinant à Landrecies, Cahier du Musée de Cerfontaine (Belgique) n° 415, 40 pages, 45 photos & croquis, 2009. — Avance fulgurante de la 7e Panzer ou 7e division  qui traverse la Meuse à Bouvignes (Dinant) et fonce vers l’ouest, par Philippeville, Sivry et Avesnes où se déroule pour la première fois une bataille nocturne de chars
  3. « Les maires de Clairfayts », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 13 août 2018).
  4. « Mise en place des nouveaux conseils municipaux », L'Observateur de l'Avesnois, no 19461,‎ , p. 22
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. « Évolution et structure de la population à Clairfayts en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 juillet 2010)
  9. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 juillet 2010)
  10. Tiffany Gaspard, « Construction d’une nouvelle classe », L'Observateur de l'Avesnois, no 19688,‎ , p. 11.