Feignies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Feignies
Feignies
L'église paroissiale Saint-Martin.
Blason de Feignies
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Intercommunalité Communauté d'agglomération Maubeuge Val de Sambre
Maire
Mandat
Patrick Leduc
2020-2026
Code postal 59750
Code commune 59225
Démographie
Gentilé Finésiens
Population
municipale
6 809 hab. (2019 en diminution de 4,14 % par rapport à 2013)
Densité 362 hab./km2
Population
agglomération
110 876 hab. (2019)
Géographie
Coordonnées 50° 18′ 11″ nord, 3° 55′ 08″ est
Altitude 150 m
Min. 130 m
Max. 161 m
Superficie 18,8 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Maubeuge (partie française)
(banlieue)
Aire d'attraction Maubeuge (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Aulnoye-Aymeries
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Feignies
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Feignies
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Feignies
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Feignies
Liens
Site web ville-feignies.fr

Feignies est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Hauts-de-France, à la frontière franco-belge.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune, qui fait partie de l'unité urbaine de Maubeuge, est située sur la RN 49, entre Valenciennes et Jeumont.

La rivière Flamenne y prend sa source.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat semi-continental ou des marges montargnardes », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat semi-continental » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, les étés sont chauds et les hivers rudes, avec un grand nombre de jours de neige ou de gel. La pluviométrie annuelle est relativement élevée[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 9,8 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 4,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 880 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Maubeuge », sur la commune de Maubeuge, mise en service en 1961[7] et qui se trouve à 5 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,6 °C et la hauteur de précipitations de 880,8 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Lille-Lesquin », sur la commune de Lesquin, mise en service en 1944 et à 65 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,8 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Feignies est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Maubeuge (partie française), une agglomération internationale dont la partie française regroupe 22 communes[17] et 110 876 habitants en 2019, dont elle est une commune de la banlieue[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Maubeuge (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 65 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (71,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (76,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (47,8 %), terres arables (19,2 %), zones urbanisées (13,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (13,1 %), zones agricoles hétérogènes (4,2 %), forêts (2,7 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La terre de Feignies, guère habitée, était occupée à l'origine par les Nerviens, subit l'invasion romaine, puis le passage des Barbares. Possession des rois francs tombée aux mains de Clovis Ier, elle fut rattachée au royaume d'Austrasie. Au IXe siècle, les invasions des Normands semèrent la désolation dans la région. Feignies appartint ensuite aux comtes de Hainaut.

En 1074, la terre de Feignies atteint une population suffisante pour construire une première église, autour de laquelle se développe au Moyen Âge un noyau d'habitations et de bâtiments communales.

Au XIIIe siècle, elle passa entre les mains des seigneurs d'Audenaerde et de Rozoit.

Au XIVe siècle, elle retourna au Comte de Hainaut qui la céda au Comte de Flandre.

Passée au pouvoir de Charles Quint, elle fut plus tard donnée au seigneur de Senzeilles, vice-roi de Naples, puis en 1545 au duc d'Aarschot. Elle passa ensuite au duc de Croÿ et d'Orléans.

À partir du traité de Nimègue en 1678 qui céda le Hainaut à la France, Feignies releva de la Prévôté royale de Maubeuge.

Donc le village a été successivement flamand, bourguignon, espagnol et français.

Pendant la Révolution française, une bande de malfaiteurs appelés « sommeurs » a sévi sur Feignies et ses environs. Leur méthode consistait en l'exigence de remise de sommes d'argent sous peine que ne soient provoqués des incendies, très dévastateurs à l'époque où nombre de toits étaient faits de chaume facilitant leur propagation. En l'an 9 (1801-1802), la bande de Feignies a été arrêtée[24].

Le village ne se développe que lentement et garde son caractère agricole jusqu'à la deuxième moitié du XIXe siècle. Une première usine de céramique s'y installe en 1872, suivie en 1893 par une deuxième. Entre 1909 et 1911 quatre usines de métallurgie viennent s'y ajouter ; autour de la gare se développe un deuxième noyau de caractère industriel. L'urbanisation du village est interrompu par la Première Guerre mondiale. Après la guerre, le développement urbain ajoute au noyau ancien de caractère rural de la place de l'église, une nouvelle place d'allure ville industrielle avec l'école des filles, la poste et les douches bains publics, bâtiments monumentaux, devenus monuments historiques par la suite). Une troisième place de caractère contemporain avec mairie, salle des fêtes et nouvelle poste s'est formé après la guerre. Le village est toujours entouré d'un bâti agricole parfois impressionnant d'allure, auquel s'ajoute aussi un petit patrimoine de chapelles et oratoires.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Avesnes-sur-Helpe du département du Nord. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la treizième circonscription du Nord.

La commune devint en 1790 le chef-lieu d'un canton du district du Quesnoy, puis fut rattachée en 1801 au canton de Bavay[25]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton d'Aulnoye-Aymeries.

Feignies fait également partie de l'unité urbaine de Maubeuge qui est la cinquième du département du Nord.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de l'agglomération Maubeuge Val de Sambre, créée en 1996.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Maire en 1802-1803 : Antoine Lejuste[26].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1937 mars 1977 Léon Constant PS Conseiller général du canton de Bavay (1945-1976)
mars 1977 6 avril 2014 Jean Jarosz PCF Professeur
Député du Nord (1977 → 1988)
Conseiller général du canton de Bavay (1982 → 2015)
6 avril 2014[27] 17 décembre 2016[28] Chantal Lépinoy DVG Mandat écourté à la suite de la démission de 18 conseillers municipaux[29]
17 décembre 2016[28],[30],[31] En cours Patrick Leduc
Réélu pour le mandat 2020-2026[32]
app. PCF [28]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[33]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[34].

En 2019, la commune comptait 6 809 habitants[Note 8], en diminution de 4,14 % par rapport à 2013 (Nord : +0,49 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0501 0381 2461 4621 6201 7691 8461 9381 857
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9292 2472 4052 4272 6542 6182 7182 6522 948
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 1393 0333 1763 9734 4714 9034 8035 0385 599
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
6 4696 6667 1476 9107 2697 1837 2027 1807 222
2015 2019 - - - - - - -
7 0066 809-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 37,8 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 24,7 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 3 365 hommes pour 3 489 femmes, soit un taux de 50,9 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[36]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,0 
5,2 
75-89 ans
7,6 
16,8 
60-74 ans
18,2 
19,2 
45-59 ans
19,5 
18,8 
30-44 ans
17,6 
17,8 
15-29 ans
17,5 
21,6 
0-14 ans
18,6 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[37]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Marché sur la place de la mairie, le jeudi matin
  • Festival International de Harpe, en janvier/février
  • Repas organisé par la section locale de l'Union Nationale des Combattants en avril
  • Exposition de l'association 4F en avril, à l'Espace Gérard-Philipe
  • Exposition de voitures anciennes au fort de Leveau, en avril
  • Salon de l'habitat en avril
  • Foire à l'ail le dernier dimanche du mois d'août
  • Portes ouvertes du Fort Leveau en mai et en septembre, pour les fêtes du patrimoine
  • Salon du mariage en novembre.

Culture[modifier | modifier le code]

  • L'espace Gérard-Philipe propose de nombreuses programmations de spectacles dans le cadre de la programmation du théâtre du manège à Maubeuge et de la F.L.A.C.
  • La médiathèque municipale installée dans les murs du château Derkenne depuis 1983 propose à ses adhérents un large choix de documents écrits, sonores et vidéos ; elle propose aussi un espace multimédia et un espace destiné aux enfants avec des ateliers création et des activités.
  • L'auditorium Jean-Baptiste Douenne abrite l'harmonie municipale et l'école de musique.
  • L'école de danse dispense des cours de danse classique et de jazz à ses adhérents généralement jeunes mais talentueux leur permettant parfois d'intégrer une grande institution de danse.[réf. nécessaire]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Renault : La création de la zone industrielle de Grevaux-les-Guides à Feignies a permis d’accueillir les usines Chausson en 1971, qui deviendront l'Usine Renault de Maubeuge, Maubeuge Construction Automobile (MCA), filiale de Renault-Nissan. On y construit notamment la Renault Kangoo et la Nissan Kubistar.
  • Menissez : Boulangerie industrielle située sur la zone industrielle des Longenelles. L'entreprise réalise plus de 50 % de son chiffre d'affaires à l'export. Leader dans le précuit, Menissez est l'un des précurseurs dans ce nouveau secteur.
  • Vesuvius : Leader mondial dans le développement, la fabrication et la vente de produits céramiques réfractaires.
  • ITS Fabry : Prestataire spécialisé en logistique, qui accompagne les marchands dans la gestion de leurs livraisons, et notamment du stockage, de la préparation des commandes, de l'expédition et des formalités fiscales.
  • Lear Corporation : Équipementier automobile.
  • Amelot Logistique : transport et logistique.
  • Dehestru : négoce inter-industriel.
  • Sambre et Meuse : Fonderie, aciérie.[fermeture en 2016]
  • Cantiniau : location, matériel de levage et de manutention.
  • Sculfort, Muller et Pesant : spécialisé dans la conception, la fabrication et l'installation de systèmes de profilage de roues, et notamment dans le domaine ferroviaire (TGV, métro et tramway).
  • Les Pépinières de Beaufort : vente d'arbustes et de végétaux, fleurissement, aménagement, terrassement et plantation d'arbres.
  • Becker Industrie : peinture, vernis, produits assimilés (fabrication, gros).
  • Delsaut : travaux publics.
  • Euro Environnement : aménagement, entretien de jardins et parcs.
  • ASAP Trad : traduction dans plus de 25 langues.
  • OPC France : édition de cartes postales.
  • CGE Distribution : distributeur de matériel électrique.
  • Les Délices de l'Avesnois : boulangerie et pâtisserie industrielle.

Avec le projet Méca-futur, installé sur le territoire de Feignies, la communauté d'agglomération de Maubeuge Val de Sambre veut confirmer la position dominante du Val de Sambre dans l’industrie mécanique. Méca-futur est le seul pôle de formation à l’usinage à grande vitesse de la région Nord-Pas-de-Calais, et au nord de Paris.

La Cité de l'Entreprise de la Chambre de commerce et d'industrie de l'Arrondissement d'Avesnes[38] a été construite en plein cœur de la zone industrielle de Feignies.

L'Institut Polytechnique du Hainaut (IPHC)[39] a ouvert une école sur la zone de la Cité de l'Entreprise. La formation prépare des ingénieurs de terrain destinés à manager et optimiser la production. Ils occuperont des fonctions dans le domaine de la gestion de production, la qualité, la fabrication, les méthodes, dans des secteurs aussi variés que la métallurgie, la plasturgie, les industries du livre, l'agroalimentaire, etc.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'école des filles : école Marie Curie.
Fort de Leveau.
  • L'église Saint-Martin de 1877, sur l'emplacement de l'église du XIe siècle. Dans l'église une sculpture classée monument historique et un chemin de croix sculpté.
  • L'ensemble école des filles, bains douches et postes, architecte Adolphe Danis, de la période d'urbanisation de 1918-1932, classée.
  • Musée du Fort de Leveau : Construit dans le cadre du programme de 1874 du système Séré de Rivières, le fort de Leveau fait partie des six forts construits en périphérie de Maubeuge pour mettre la ville à l'abri des bombardements. Il se situe à 3 250 mètres au nord-ouest de la place et occupe une superficie totale de 82 500 m2. Aujourd'hui propriété de la ville de Feignies, il est l'un des derniers témoins de Maubeuge la Militaire en 1914. L'association Sauvegarde du Fort de Leveau est née en 1993 et travaille depuis à la restauration des lieux. Son but est de redonner au site son aspect d'origine, tout en conservant la trace des combats du passé.
  • Plusieurs chapelles et oratoires, disséminés sur le territoire. En plus de ceux montrés en photo, des chapelles-oratoires ont été relevés à la Rue de Lanière, la Rue de Doursies et Rue de Keyworth.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François Joseph Liénard, né le 10 avril à Feignies, décédé le 9 juillet 1881 à Souvigny (Allier). Engagé volontaire dans l'artillerie, puis gendarme à cheval, il fut nommé lieutenant de gendarmerie et chevalier de la Légion d'honneur le 13 janvier 1852 par Louis-Napoléon Bonaparte.(dossier site Léonore).
  • Antoine-Joseph Moneuse

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Feignies

Les armes de la commune de Feignies se blasonnent ainsi :
D'or au lion de sable, armé et lampassé de gueules.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  7. « Station Météo-France Maubeuge - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Feignies et Maubeuge », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Maubeuge - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Feignies et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Maubeuge (partie française) », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Maubeuge (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 230, lire en ligne.
  25. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 276, lire en ligne.
  27. « Jean Jarosz a cédé son fauteuil à Chantal Lépinoy : La nouvelle première magistrate souhaite se montrer digne de son prédécesseur. Pour elle, il s’agit de tourner une page dont l’écriture a débuté il y a près de 40 ans », La Sambre La Frontière, no 1922,‎ (ISSN 0183-8415).
  28. a b et c « Présentation de vos élus », sur le site de la mairie (consulté le ).
  29. Matthias Dormigny, « Écœurée, la maire jette l’éponge : Après 21 années de présence au conseil municipal, Chantal Lépinoy ne briguera pas un nouveau mandat, les 4 et 11 décembre. Lassée par la tournure qu’ont prise les choses, elle tourne la page », La Sambre La Frontière,‎ , p. 17 « Trois listes ont été déposées pour le premier tour, dimanche 4 décembre. Désavouée par la majorité, Chantal Lépinoy a décidé de ne pas briguer un nouveau mandat. Chantal Lépinoy ne s’attendait pas à ce qu’il soit facile de succéder à Jean Jarosz, qui a tenu les rênes de la ville pendant près de 40 ans. De là à imaginer que sa majorité exploserait au bout de deux ans et demi… ».
  30. Sophie Rabot, « Patrick Leduc l’emporte dans un climat tendu : C’est dans l’agitation que les résultats ont été prononcés, ce dimanche soir. Patrick Leduc, attristé par ces comportements, en a appelé au rassemblement et à une unité qu’il souhaite instaurer au sein du conseil municipal », La Sambre La Frontière, no 2062,‎ , p. 13 « Avec 55,50 % des suffrages exprimés, Patrick Leduc, tête de la liste de rassemblement Feignies… de tout coeur, a remporté les élections municipales anticipées, ce dimanche 11 décembre. L’ambiance était particulièrement tendue dimanche soir, dans la salle du foyer Emile-Colmant, comble de monde. A l’image de la campagne municipale, qui a été très agressive, à l’annonce des résultats, ce sont à la fois des applaudissements et des huées qui ont résonné dans la salle, des regards agressifs ont également été échangés,… difficile dans ces circonstances de se réjouir de sa victoire ».
  31. « Patrick Leduc a désormais les clés de la mairie : Élu depuis 2001 sous l'ère Jarosz à la communication puis aux finances, le 1er adjoint avait échoué en 2014. Après 30 mois passé dans l'opposition, le voici installé comme maire de Feignies », La Sambre La Frontière, no 2063,‎ , p. 12.
  32. https://reader.cafeyn.co/fr/1978716/21599238
  33. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  34. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  36. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Feignies (59225) », (consulté le ).
  37. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  38. CCI
  39. Institut Polytechnique du Hainaut Cambresis