Erquelinnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Erquelinnes
Photo prise à Erquelinnes
Photo prise à Erquelinnes
Blason de Erquelinnes
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Thuin
Bourgmestre David Lavaux
Majorité IC
Sièges
IC (15)
PS
MR
21
15
5
1
Section Code postal
Erquelinnes
Bersillies-l'Abbaye
Grand-Reng
Hantes-Wihéries
Montignies-Saint-Christophe
Solre-sur-Sambre
6560
6560
6560
6560
6560
6560
Code INS 56022
Zone téléphonique 071
064 (Grand-Reng)
Démographie
Gentilé Erquelinnois(e)[1]
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
9 759 ()
48,68 %
51,32 %
221 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
22,19 %
60,90 %
16,90 %
Étrangers 7,82 % ()
Taux de chômage 19,28 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 11 206 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 18′ N 4° 06′ E / 50.3, 4.1 ()50° 18′ Nord 4° 06′ Est / 50.3, 4.1 ()  
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
44,23 km2 (2005)
72,66 %
13,41 %
12,02 %
1,90 %
Localisation
Image illustrative de l'article Erquelinnes

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Erquelinnes

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Erquelinnes
Liens
Site officiel www.erquelinnes.be

Erquelinnes (en wallon (ou picard ?) Erkelene) est une commune francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Hainaut, et faisant partie de la Thudinie.

Commune frontalière et ancien poste frontière franco-belge, elle est voisine la ville française de Jeumont. Erquelinnes est la première commune belge arrosée par la Sambre et fait partie de la région touristique de la Haute-Sambre.

Étymologie[modifier | modifier le code]

661 Herchelines, 858 Erchelines, 1161 Ercheliniis

Petit pont (dissimilation du roman *arcanina, diminutif du latin arcus « arche de pont »)[2] ; variante : hydronyme prémédiéval *Arcana (cf. Archennes)[3], ou terre (suffixe -ina) [protégée par une défense en] encorbellements (germanique *erchel, *archen « [palissade ornée de] becs-de-corbin ») (?); variante : site voué au culte d'Hercule (A.-G. Chotin)

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville be Erquelinnes.svg
Blason d'Erquelinnes
Blasonnement : D’azur à la fasce d’or accompagnée de trois têtes de lion du même, lampassées de gueules, à la bordure engrêlée également d’or[4].
Blason à dessiner.svg
Drapeau d'Erquelinnes : Blanc avec, au centre, un emblème rouge constitué de deux parallélogrammes et de quatre trapèzes s'emboîtant en spirale de façon à former une lettre « e » hexagonale[5].


Origine du blason : Ignace de la Barre, seigneur d'Erquelinnes, fils de Philippe et d'Anne Marie de Bousseau, portait ; d’azur, à une fasce d’or, accompagnée de trois têtes de lion arrachées du même et lampassées de gueules.

Il a épousé par contrat le 24/09/1694 à Aire en Artois (à présent Aire-sur-la-Lys 62921) , Marie-Jeanne-Thérèse de Haynin, baptisée à Valenciennes (Saint-Vaast 14/10/1665), fille de Louis Charles de Haynin, seigneur de Barat ou Barra à cette époque (et du Fay du chef de sa femme Anne Marie Sarat de Haynin Courtembecque, qui portait les mêmes armes sans brisure), gentilhomme et plénipotentiaire après avoir servi treize ans au service du roi d’Espagne) qui portait ; d'or, à la croix engrêlée de gueules et un croissant du même au premier canton.

Ces deux armes apparaissent ainsi mais accostées dans l' Armorial général de France Volume 1 par C. d'Hozier (par Borel d'Hauterive Annuaire de la noblesse 1856-1878 p 2 Flandres à 13bis).

Cette bordure engrêlée d'or n'apparaissant pas dans l'armorial en référence, ce dessin pouvait être relevé par un descendant du couple (la partie engrêlée n'étant qu'une brisure). Y a-t-il eu telle descendance, la généalogie ne donne hélas rien. La commune a très probablement volontairement fait cet assemblage récent pour distinguer la ville d'Erquelinnes de son ancienne famille seigneuriale.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Erquelinnes est jumelée avec :

Curiosités touristiques[modifier | modifier le code]

Villages de la commune[modifier | modifier le code]

Bersillies-l'Abbaye, Erquelinnes, Grand-Reng, Hantes-Wihéries, Montignies-Saint-Christophe et Solre-sur-Sambre.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean Germain, Guide des gentilés : Les noms des habitants en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Communauté française,‎ 2008 (lire en ligne), p. 33.
  2. A. Carnoy, Origines des noms des communes de Belgique, Louvain, Éditions Universitas,‎ 1948, 2 vol.
  3. Jules Herbillon, Les noms des communes de Wallonie, Bruxelles, Crédit communal, coll. « Histoire » (no 70),‎ 1986
  4. Lieve Viaene-Awouters et Ernest Warlop, Armoiries communales en Belgique, Communes wallonnes, bruxelloises et germanophones, t. 1 : Communes wallonnes A-L, Bruxelles, Dexia,‎ 2002, p. 306.
  5. Lieve Viaene-Awouters et Ernest Warlop, Armoiries communales en Belgique, Communes wallonnes, bruxelloises et germanophones, t. 1 : Communes wallonnes A-L, Bruxelles, Dexia,‎ 2002, p. 307.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Le port de plaisance.