Neuville-Saint-Rémy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Neuville-Saint-Rémy
Neuville-Saint-Rémy
La Mairie de Neuville-Saint-Rémy
Blason de Neuville-Saint-Rémy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Cambrai
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Cambrai
Maire
Mandat
Christian Dumont
2020-2026
Code postal 59554
Code commune 59428
Démographie
Gentilé Neuvillois
Population
municipale
3 782 hab. (2019 en diminution de 1,54 % par rapport à 2013)
Densité 1 596 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 11′ 18″ nord, 3° 13′ 23″ est
Altitude Min. 42 m
Max. 67 m
Superficie 2,37 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Cambrai
(banlieue)
Aire d'attraction Cambrai
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Cambrai
Législatives Dix-huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Neuville-Saint-Rémy
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Neuville-Saint-Rémy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuville-Saint-Rémy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuville-Saint-Rémy
Liens
Site web /www.neuvillesaintremy.fr/

Neuville-Saint-Rémy est une commune française, située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Neuvillois[1].

La commune fait face à Cambrai, sur la rive gauche de l'Escaut. Des industries s'y sont installées au XIXe siècle, dont la chocolaterie des « maîtres chocolatiers réunis » devenue les chocolats « De Neuville ». La population a rapidement augmenté dans les années 1960, faisant aujourd'hui de Neuville-Saint-Rémy la deuxième commune de l'agglomération de Cambrai malgré une démographie en baisse dans la dernière décennie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Neuville-Saint-Rémy fait partie de l'agglomération de Cambrai et de sa communauté d'agglomération. Les centres des deux communes sont distants de 1,6 km à vol d'oiseau. Douai est à 22,8 km au nord-ouest et Lille, la capitale régionale, à 50,7 km[2].

Hydrographie, géologie et relief[modifier | modifier le code]

Neuville-Saint-Rémy est située sur une nappe de craie du Crétacé qui forme la limite septentrionale du Bassin parisien, entre, à l'est, les collines de la Thiérache et de l'Avesnois, contreforts des Ardennes, et au nord-ouest, les collines de l'Artois. La commune est construite sur la rive gauche de l'Escaut et elle est bordée dans toute sa partie orientale par les zones alluviales de la vallée. L'Escaut canalisé forme la limite, à l'est, avec la commune de Cambrai[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Neuville-Saint-Rémy
Tilloy-lez-Cambrai
Raillencourt-Sainte-Olle
Tilloy-lez-Cambrai Cambrai
Raillencourt-Sainte-Olle Neuville-Saint-Rémy Cambrai
Raillencourt-Sainte-Olle Cambrai Cambrai

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[4]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[5].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[4]

  • Moyenne annuelle de température : 10,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,9 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 687 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,1 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9,3 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[8] complétée par des études régionales[9] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Pecquencourt », sur la commune de Pecquencourt, mise en service en 1962[10] et qui se trouve à 21 km à vol d'oiseau[11],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,8 °C et la hauteur de précipitations de 743,8 mm pour la période 1981-2010[12]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Saint-Quentin », sur la commune de Fontaine-lès-Clercs, dans le département de l'Aisne, mise en service en 1933 et à 42 km[13], la température moyenne annuelle évolue de 10 °C pour la période 1971-2000[14] à 10,3 °C pour 1981-2010[15], puis à 10,8 °C pour 1991-2020[16].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Neuville-Saint-Rémy est traversée par la route départementale D643, vers Douai d'une part (ancienne route nationale 43) et vers le nord de l'Aisne d'autre part (ancienne route nationale 39). Les autres routes qui parcourent la commune sont la D61 vers Hordain et la D402 vers Féchain et la jonction avec la D148

Neuville-Saint-Rémy est desservie par la Ligne 7 et la Ligne 6 du Réseau de Transports Urbains du Cambrésis (TUC)

Bien que la ligne ferroviaire Cambrai - Douai traverse le territoire communal, Neuville-Saint-Rémy n'a ni gare ni halte ferroviaire. La gare SNCF la plus proche est celle de Cambrai

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Neuville-Saint-Rémy est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[17],[18],[19]. Elle appartient à l'unité urbaine de Cambrai, une agglomération intra-départementale regroupant 8 communes[20] et 46 772 habitants en 2018, dont elle est une commune de la banlieue[21],[22].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Cambrai, dont elle est une commune du pôle principal[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 64 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[23],[24].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (62,3 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (54,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (62,2 %), terres arables (37,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,1 %)[25].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[26].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2008, Neuville-Saint-Rémy comptait 1 517 résidences principales, auxquelles s'ajoutaient 93 logements vacants, soit 5,7 % du total, et un faible nombre de résidences secondaires. Les maisons représentaient 87,5 % de l'ensemble des logements, pourcentage en légère hausse par rapport au recensement de 1999 (87,1 %) mais nettement supérieur à celui observé dans le département du Nord (68,6 %).

La part de résidences principales datant d'avant 1949 s'élevait à 24,9 %. Pour les constructions plus récentes, 36,3 % des logements dataient d'entre 1949 et 1974 et 38,7 % d'après 1975[27]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La localité est connue au Moyen Âge sous le nom de Sanctus Remigius (en 1104, 1137, 1349), et de Sanctus Remigius de Nova Villa dans divers documents, en l'honneur de l'évêque de Reims Remi[Note 8]. Le nom Neuville, commun à plus de 80 communes principalement françaises, dérive du latin nova villa, ou « nouveau domaine ».

Les deux localités voisines de Neuville et de Saint-Rémi ayant été réunies en commune, celle-ci prit le nom de Neuville-Saint-Rémy, inverse de l'appellation utilisée précédemment de Saint-Rémy de la Neuville[28].

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant la période gallo-romaine, le territoire était peuplé par les Nerviens, dont les chefs-lieux furent Bavay puis Cambrai.

Au Moyen Âge le village dépendait de l'abbaye bénédictine d'Anchin[29].

À la suite du traité de Verdun de 843 qui partageait l'empire de Charlemagne, l'Escaut devint pour huit siècles la frontière du royaume de France et de l'Empire. La position frontalière du village l'exposa à plusieurs reprises aux destructions et aux pillages : il fut incendié par les Français le , par les Espagnols en 1595[29].

En 1794 le zèle anti-religieux de la Convention montagnarde, pourchassant partout les signes du « fanatisme », renomma la commune « Neuville-la-Chaussée ». Au XIXe siècle l'Escaut fut canalisé et relié au canal de Saint-Quentin, ce qui transforma le village rural en une petite ville industrielle et résidentielle[29].

La Première Guerre mondiale laissa la commune en grande partie détruite[29].

C'est au cours du XXe siècle, plus particulièrement dans les années 1960, que la commune a connu sa croissance la plus spectaculaire par la construction de lotissements pavillonnaires, avec un gain de population de 45 % entre les recensements de 1962 et 1968. Neuville-Saint-Rémy est aujourd'hui la deuxième commune de l'agglomération de Cambrai par sa population, mais a perdu presque 200 habitants entre 1999 et 2009.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Au premier tour de l'élection présidentielle de 2012[30], les quatre candidats arrivés en tête à Neuville-Saint-Rémy sont François Hollande (PS, 29,46 %), Marine Le Pen (FN, 29,39 %), Nicolas Sarkozy (UMP, 21,65 %), et Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche, 10,48 %), avec un taux de participation de 77,80 %. Au second tour François Hollande est arrivé en tête avec 55,98 % des voix, pour un taux de participation de 76,47 %.

Au deuxième tour des élections régionales de 2010[31], 50,04 % des suffrages exprimés sont allés à la liste conduite par Daniel Percheron (PS), 25,60 % à celle de Valérie Létard (UMP), et 24,36 % à la liste FN de Marine Le Pen, pour un taux de participation de 47,27 %.

Aux élections européennes de 2009[32], les deux meilleurs scores à Neuville-Saint-Rémy étaient ceux de la liste du Parti socialiste conduite par Gilles Pargneaux, qui a obtenu 245 suffrages soit 25,71 % des suffrages exprimés (département du Nord 19,55 %), et de la liste de la majorité présidentielle conduite par Dominique Riquet, qui a obtenu 207 suffrages soit 21,72 % des suffrages exprimés (département du Nord 24,57 %), pour un taux de participation de 34,74 %.

Au deuxième tour de l'élection présidentielle de 2007[33], 49,27 % des électeurs ont voté pour Nicolas Sarkozy (UMP), et 50,73 % pour Ségolène Royal (PS), avec un taux de participation de 82,93 %.

Au deuxième tour des élections législatives de 2007[34], 56,46 % des électeurs de Neuville-Saint-Rémy ont voté pour François-Xavier Villain (UMP) (57,45 % dans la 18e circonscription du Nord), et 43,54 % pour Brigitte Douay (PS) (42,55 % dans la circonscription), avec un taux de participation de 59,23 % à Neuville-Saint-Rémy et de 60,08 % dans la circonscription.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Neuville-Saint-Rémy fait partie de la communauté d'agglomération de Cambrai. La commune ayant entre 3 500 à 5 000 habitants le nombre de conseillers municipaux est de 27. Le maire est Christian Dumont.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1800 1812 Joseph Defontaine    
1812 1831 Augustin Leleu    
1831 1834 Joachin Joseph Defontaine    
1834 1852 Charles Pluvinage    
1852 1888 Alfred Le Doux    
1888 1896 Jean-Baptiste Pluvinage    
1896 1919 Auguste Corneille    
1919 1925 François Luce    
1925 1929 Henri Boudailliez    
1929 1945 Henri Bocquet    
1945 1969 Edouard Lhotellier    
1969 mars 1971 Marcel Crinon    
1994 Georges Morchain   Agriculteur
1994 novembre 2010
(décès)
Jean-Jacques Ségard UMP Attaché commercial
Conseiller général du canton de Cambrai-Ouest (2002 → 2010)
novembre 2010 En cours Jean-Pierre Couvent DVD Expert-comptable retraité
1er vice-président de la CA de Cambrai
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune de Neuville-Saint-Rémy est dans le ressort de la cour d'appel de Douai, du tribunal de grande instance, du tribunal d'instance et du conseil de prud'hommes de Cambrai, et à la suite de la réforme de la carte judiciaire engagée en 2007, du tribunal de commerce de Douai.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La protection et la mise en valeur de l'environnement font partie des compétences optionnelles de la communauté d'agglomération de Cambrai à laquelle appartient Neuville-Saint-Rémy[35].

Jumelages et partenariats[modifier | modifier le code]

Au , Neuville-Saint-Rémy n'est jumelée avec aucune autre commune[36].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[37]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[38].

En 2019, la commune comptait 3 782 habitants[Note 9], en diminution de 1,54 % par rapport à 2013 (Nord : +0,49 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
253458516656710709834931884
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9271 0071 1241 0871 1251 2801 4751 5381 538
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5881 6581 7301 6631 9731 8641 9202 0481 971
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
2 8464 1273 8474 1073 9573 9623 7083 7113 748
2014 2019 - - - - - - -
3 8713 782-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[39] puis Insee à partir de 2006[40].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 34,3 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 30,0 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 779 hommes pour 2 013 femmes, soit un taux de 53,09 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[41]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ou +
3,4 
6,3 
75-89 ans
11,8 
18,5 
60-74 ans
18,8 
18,3 
45-59 ans
18,0 
18,4 
30-44 ans
16,8 
17,1 
15-29 ans
14,2 
20,6 
0-14 ans
17,0 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[42]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune gère l'école maternelle « Le Petit Prince » et l'école primaire Jean-Lebas. En 2012 ces écoles scolarisent environ 340 élèves dans 13 classes[43].

Les établissements d'enseignement secondaire les plus proches sont à Cambrai.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La fête communale, accompagnée d'une brocante, a lieu le 1er dimanche d'octobre[29].

Santé[modifier | modifier le code]

La commune compte quelques cabinets médicaux généralistes ou spécialisés, ainsi que deux pharmacies[44]. La résidence « Les Edelweiss » est un établissement de type EHPAD. Les établissements hospitaliers les plus proches sont à Cambrai.

Sports[modifier | modifier le code]

Le « FC Neuville-Saint-Rémy »[45], l'« Avenir Cycliste neuvillois », le « running-club neuvillois » et le club de tennis sont quelques-unes des associations sportives de la commune[46].

Cultes[modifier | modifier le code]

Les Neuvillois disposent d'un lieu de culte catholique, l'église Saint-Rémy qui fait partie de la paroisse Saint-Vaast-Saint-Géry de Cambrai dans le diocèse de Cambrai[47].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2009, le revenu fiscal médian par ménage était de 15 779 , ce qui plaçait Neuville-Saint-Rémy au 23 983e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[48].

Emploi[modifier | modifier le code]

Neuville-Saint-Rémy se trouve dans le bassin d'emploi du Cambrésis. L'agence Pôle emploi pour la recherche d'emploi la plus proche est celle de Cambrai.

En 2008, la population de Neuville-Saint-Rémy se répartissait ainsi : 71,1 % d'actifs, ce qui est proche des 71,6 % d'actifs de la moyenne nationale et 10,4 % de retraités, un chiffre supérieur au taux national de 8,5 %. Le pourcentage de chômeurs était de 11,9 % contre 13,1 % en 1999[27].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , Neuville-Saint-Rémy comptait 140 établissements[27].

Répartition des établissements par domaines d'activité

  Ensemble Agriculture Industrie Construction Commerce Services
Nombre d'établissements 140 4 13 24 74 25
% 100 % 2,9 % 9,3 % 17,1 % 52,9 % 17,9 %
Sources des données : INSEE[27]

Les entreprises principales de la commune sont Covetex (emballages et conditionnement à façon), Sobaudes (remplissage et conditionnement à façon des produits cosmétiques) et Duez (construction de réseaux électriques et de télécommunications)[49].

La commune est limitrophe du parc d'activités « Actipôle » de l'agglomération de Cambrai.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église
  • Le moulin Savary, ou moulin du Mont-Ferrand, d'abord construit en bois, fut reconstruit en brique en 1606. Au cours de la Première Guerre mondiale, les Allemands l'utilisèrent comme poste d'observation[50].
  • L'église Saint-Rémy, construite en 1869.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La marque de chocolat « De Neuville » tire son nom de celui de la commune, où étaient fabriqués depuis 1883 des chocolats majoritairement belges de la société « Les maîtres chocolatiers réunis », passant en 1986 dans le giron de Rowntree Mackintosh qui rebaptise la marque « De Neuville, les chocolats français » et la spécialise dans la fabrication de chocolat noir pur beurre de cacao de petite taille (10 g contre 16-18 g pour les chocolats belges) et moins sucré. La société De Neuville est rachetée par Nestlé en 1988 et en 1996 par la holding financière SA Herbierse de Participation du groupe Bongrain[Note 10] qui positionne la marque en milieu de gamme et en fait en 2013 le premier réseau franchisé de chocolats français avec 150 boutiques (succursales en nom propre et 85 % de franchises)[51],[52].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Neuville-Saint-Rémy

Les armes de Neuville-Saint-Rémy se blasonnent ainsi : D'azur semé de fleurs de lis d'or, à un cerf passant d'argent brochant le tout


Ce sont les armoiries de l'abbaye d'Anchin[53].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[6].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[7].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. L'évêché de Cambrai dépendait de l'archevêché de Reims au Moyen âge.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  10. Soparind Bongrain opérant déjà dans le chocolat (Valrhona, Révillon Chocolatier, La Maison du Chocolat, Villars Maître Chocolatier, Chocolat Weiss).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom des habitants des communes françaises, Neuville-Saint-Rémy », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le ).
  2. Calcul de l'orthodromie pour Lille, Douai, Cambrai
  3. « Hydro » sur Géoportail (consulté le 26 janvier 2018.)..
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  5. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  6. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  7. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  8. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  9. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  10. « Station Météo-France Pecquencourt - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Orthodromie entre Neuville-Saint-Rémy et Pecquencourt », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station Météo-France Pecquencourt - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  13. « Orthodromie entre Neuville-Saint-Rémy et Fontaine-lès-Clercs », sur fr.distance.to (consulté le ).
  14. « Station météorologique de Saint-Quentin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Saint-Quentin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Station météorologique de Saint-Quentin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  17. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  19. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Unité urbaine 2020 de Cambrai », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  21. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  22. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  23. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Cambrai », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  24. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  25. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  26. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  27. a b c et d [PDF] « Résultats du recensement de la population 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  28. Eugène Mannier, Études étymologiques, historiques et comparatives sur les noms des villes, bourgs et villages du département du Nord, Paris, Auguste Aubry, Libraire-Éditeur, (lire en ligne).
  29. a b c d et e « Neuville-Saint-Rémy », sur le site de l'association Office de tourisme du Cambrésis (consulté le ).
  30. « Les résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le ).
  31. « Résultats de l’élection régionale 2010 », sur le site du ministère de l’Intérieur (consulté le ).
  32. « Résultats de l’élection européenne de 2009 », sur le site du ministère de l’Intérieur (consulté le ).
  33. « Les résultats de l'élection présidentielle 2007 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  34. « Résultats de l’élection législative 2007 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  35. « Présentation de l'institution », sur le site de la communauté d'Agglomération de Cambrai (consulté le ).
  36. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le ).
  37. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  38. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  39. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  40. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  41. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Neuville-Saint-Rémy (59428) », (consulté le ).
  42. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  43. « Enfance & Jeunesse », sur le site de la mairie (consulté le ).
  44. « Nord », sur site de ALLO-MEDECINS.FR, 2010-2012 (consulté le ).
  45. « page d'accueil », sur le site du Football Club Neuville Saint Remy (consulté le ).
  46. « Le quiz : spécial sport à Neuville-Saint-Rémy », sur le site du quotidien La Voix du Nord., (consulté le ).
  47. « Paroisse Saint-Vaast-Saint-Géry », sur le site du diocèse de Cambrai (consulté le ).
  48. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  49. « Neuville-Saint-Rémy », sur le site France, trésor des régions du professeur Roger Brunet (consulté le ).
  50. « Moulin du Mont-Ferrand », sur le site de Tourisme Cambrésis (consulté le ).
  51. « Son histoire », sur le site de la société De Neuville (consulté le ).
  52. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Guide de l'amateur de chocolat, Petit Futé, , p. 37.
  53. « L'armorial du Cambrésis », sur le site de Cambrésis terre d'histoire (consulté le ).