Bermeries

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bermeries
Bermeries
Chapelle Notre-Dame-de-Lourdes.
Blason de Bermeries
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Canton Aulnoye-Aymeries
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Mormal
Maire
Mandat
Jean-Claude Grossemy
2014-2020
Code postal 59570
Code commune 59070
Démographie
Gentilé Bermeriennes, Bermeriens
Population
municipale
376 hab. (2015 en diminution de 6,93 % par rapport à 2010)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 17′ 14″ nord, 3° 45′ 25″ est
Altitude Min. 113 m
Max. 153 m
Superficie 5,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Bermeries

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Bermeries

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bermeries

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bermeries

Bermeries est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Bermeries est une commune du parc naturel régional de l'Avesnois.

Communes limitrophes de Bermeries
Saint-Waast
Preux-au-Sart Bermeries Bavay
Amfroipret Locquignol Obies

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Voie de communication et transport[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Bermeries se trouve mentionné sous le nom Berimariacas dans un acte de Clovis II, roi des Francs, daté de 657[1]. Cet acte traite de Curtilis fibi, l'actuel hameau de Courtilfoix. L'histoire de la commune est liée avec celle de l'abbaye de Cambron, à Cambron-Casteau dans le Hainaut belge[2].

Au début de la Grande Guerre, des troupes britanniques sont passées par Bermeries le 27 août 1914 et peu après, il y eut un accrochage avec les troupes allemandes autour de Bréaugies, au sud de Bellignies[3]. Ensuite, les Allemands ont occupé la commune jusqu'au 6 novembre 1918, quelques jours avant la fin de la guerre. Un des derniers échanges de feu a été fait sur le territoire de la commune. Parmi les dix-neuf soldats britanniques, enterrés dans le cimetière communal de Bermeries, dix-sept sont tombés ces 5 et 6 novembre 1918[4]. Pour les victimes du village, la commune a érigé, en commun avec la commune d'Amfroipret, un monument aux morts dans ce dernier village.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Tendance politique[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jean Goffart    
mars 2008 en cours
(au 4 avril 2014)
Jean-Claude Grossemy   Retraité EDF
Réélu pour le mandat 2014-2020[5]

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7].

En 2015, la commune comptait 376 habitants[Note 1], en diminution de 6,93 % par rapport à 2010 (Nord : +1,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
273 220 249 257 280 383 394 406 411
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
424 448 430 395 391 399 377 328 308
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
307 308 304 291 293 263 270 251 254
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
255 252 236 307 318 305 359 367 375
2013 2015 - - - - - - -
383 376 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Bermeries en 2007 en pourcentage[10].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
1,0 
4,4 
75 à 89 ans
5,7 
9,3 
60 à 74 ans
8,9 
23,0 
45 à 59 ans
22,4 
23,0 
30 à 44 ans
22,9 
16,4 
15 à 29 ans
15,6 
24,0 
0 à 14 ans
23,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage[11].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 

Santé[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Bermeries fait partie de l'académie de Lille.

Sports[modifier | modifier le code]

Média[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Chapelle N.D. de Bon Secours au hameau Bermeries-la-Boëte.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Bermeries ne possède pas d'église, mais il y a au hameau de Cambron (autrefois une possession de l'abbaye de Cambron) une chapelle Notre-Dame de Lourdes, connue aussi sous le nom Notre-Dame de la Tour[12]. Cette chapelle a pu servir comme église, mais déjà en 1860, Bermeries se servait de l'église d'Amfroipret.
  • La chapelle Notre-Dame de Bon Secours se trouve dans le hameau de Bermeries-la-Boëte, à la frontière avec Amfroipret. Cette chapelle possédait une statue de Vierge avec Enfant, inventoriée dans la base Palissy[13]. Cette statue est maintenant gardée dans un endroit privé contre le vol.
  • On[Qui ?] signale également une chapelle au hameau Place de Bermeries, du type potale intégrée dans le mur d'enceinte de la place.
  • La ferme de Cambron y est également installée. Elle a été construite vers le XIIe siècle par Anselme de Trazegnies[2].
  • Le cimetière de Bermeries héberge 19 tombes de la Commonwealth War Graves Commission, de soldats presque tous morts à la libération du village début novembre 1918[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Bermeries (Nord).svg

Les armes de Bermeries se blasonnent ainsi : « D’argent au chef de gueules et sur le tout un arbre de sinople accosté de six poissons d’azur, trois à dextre mis en barre, trois à sénestre mis en bande ».

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Acte no 4458 », sur Chartes originales antérieures à 1121 conservées en France, Cédric GIRAUD, Jean-Baptiste RENAULT et Benoît-Michel TOCK, éds., Nancy : Centre de Médiévistique Jean Schneider; éds électronique : Orléans : Institut de Recherche et d'Histoire des Textes, 2010. (Telma)
  2. a et b « Le village de Bermeries », Communauté de communes du Bavaisis, (consulté le 18 juillet 2011)
  3. Général de Brigade James E. Edmonds, « Chapitre 5 - La retraite après Mons (Suite) - 25 août » (consulté le 18 juillet 2011)
  4. (en) Pierre Vandervelden, « BERMERIES Communal Cemetery (Nord France) », In Memory (consulté le 18 juillet 2011)
  5. « Un second mandat pour Jean- Claude Grossemy », La Sambre La Frontière, no 1921,‎ , p. 28
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. « Évolution et structure de la population à Bermeries en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 juillet 2010)
  11. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 mai 2014)
  12. « Église Notre-Dame-de-la-Tour », clochers.org (consulté le 18 juillet 2011)
  13. Notice no IM59001266, base Palissy, ministère français de la Culture
  14. Bermeries sur le site www.inmemories.com