Felleries

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Nord
Cet article est une ébauche concernant une commune du Nord.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Felleries
Image illustrative de l'article Felleries
Blason de Felleries
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Canton Fourmies
Intercommunalité Communauté de communes du Cœur de l’Avesnois
Maire
Mandat
Pascal Noyon
2014-2020
Code postal 59740
Code commune 59226
Démographie
Gentilé Fleurisiens, Fleurisiennes
Population
municipale
1 426 hab. (2014)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 08′ 37″ nord, 4° 01′ 33″ est
Altitude Min. 160 m – Max. 236 m
Superficie 19,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Felleries

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Felleries

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Felleries

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Felleries

Felleries est une commune française, située dans le département du Nord en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Felleries se situe dans le sud-est du département du Nord (Hainaut) en plein cœur du Parc naturel régional de l'Avesnois. L'Avesnois est connu pour ses prairies, son bocage et son relief un peu vallonné dans sa partie sud-est (début des contreforts des Ardennes), dite « petite Suisse du Nord ».

Felleries fait partie administrativement de l'Avesnois, géologiquement des Ardennes, historiquement du Hainaut et ses paysages rappellent la Thiérache.

Elle est traversée par un cours d'eau, la Belleuse, qui se jette dans l'Helpe Majeure à Sémeries.

Felleries se trouve à 8 km d'Avesnes-sur-Helpe, sous-préfecture, et 100 km de Lille, préfecture du Nord. Valenciennes, Mons (B) et Charleroi (B) se trouvent à 45 km.

La Belgique se trouve à 6 kilomètres du centre village.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Felleries
Beugnies Sars-Poteries Solre-le-Château
Flaumont-Waudrechies Felleries Clairfayts
Sémeries Ramousies Willies
Liessies

Les communes limitrophes sont Beugnies, Clairfayts, Flaumont-Waudrechies, Liessies, Ramousies, Sars-Poteries, Sémeries, Solre-le-Château et Willies.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Noms Anciens : Felgeriis, 1122, cart. de l'abb. de Liessies. — Feleries, 1186, J. de Guise, XII, 339. — Fullerines, 1250, cart. de l'abb. de Liessies. — Feeleries. — Fecleries. — Fleury. dans titres divers (cf "Bulletin de la commission historique du département du Nord" - tome IX - 1866).
  • Felleries, quoique n'étant encore, au XVIe siècle, qu'un hameau de Ramousies, formait cependant, déjà, en 1180, une paroisse particulière figurant dans la liste donnée par J. de Guise, XII, 339, à l'occasion des tailles imposées au clergé du Hainaut par les évêques de Cambrai et d'Arras (cf "Bulletin de la commission historique du département du Nord" - tome IX - 1866).
  • Felleries figure sur les Plans du cadastre napoléonien (1813 et 1868)[1].
  • Extrait du livre Description du Nord de F. Grille 1825-1838 : « L'arrondissement d'Avesnes étant couvert de bois, offre de grandes ressources pour le commerce de la boisselerie. Felleries est le centre de cette fabrication, qui s'étend ensuite dans plus de trente à quarante communes aux alentours. Il n'est sorte d'ustensiles que les boisseliers n'exécutent, depuis les cuillers, les écuelles, les égrugeoirs, les livrettes ou machines à mesurer le beurre, les éclissons ou moules pour les fromages, jusqu'aux boîtes à poivre, gobelets d'enfans, pièges pour les souris, robinets, etc. On compte plus de cinquante objets différents fabriqués Felleries : pelles à remuer le grain, manches d'alênes et de faucilles, attelés pour harnois, ellettes pour filer le lin et la laine, bobines, fuseaux, rouets de toutes qualités, cercles de tambours, sabots ordinaires, sabots flamands, sabots longs dits incroyables. Ces produits et tous ceux de la même nature obtenus dans le Nord sont consommés pour moitié dans le département même ; l'autre moitié s'expédie dans les provinces voisines, soit françaises, soit belges et hollandaises : il en est fait aussi des pacotilles pour l'Amérique. »
L'ancienne gare
  • Juillet 1901 : inauguration et mise en service de la ligne de chemin de fer Avesnes-sur-Helpe - Sars-Poteries. Inscrite dans le plan Freycinet (loi du 17 juillet 1879), concédée à la Compagnie des chemins de fer du Nord par une loi du 20 novembre 1883, les travaux de construction de la ligne commencent après le jugement d'expropriation rendu le 29 avril 1898. La réception des travaux a lieu le 24 juin 1901. La ligne est ouverte au public le 20 juillet 1901. Elle relie Avesnes-sur-Helpe à Solre-le-Château, via Flaumont-Waudrechies, Sémeries, Felleries, Sars-Poteries. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale (16 août 1941), le transport des voyageurs est assuré. Ensuite, seul le transport de marchandises composé essentiellement par la livraison de fournitures agricoles (paille, engrais...) subsiste jusqu'en 1953. Les bâtiments existent encore aujourd'hui.
  • 1914-1918 (Première Guerre mondiale) : après avoir envahi la Belgique, les Allemands entrent en France. Les Français cèdent devant leur poussée. Le 25 août 1914, des soldats français battent en retraite et se dirigent vers Avesnes-sur-Helpe. Les Allemands suivent. Felleries se trouvera en zone occupée jusqu'à l'armistice (11 novembre 1918).
  • 1940-1945 (Seconde Guerre mondiale) : venue de Belgique, la 7e Panzer (Division blindée), commandée par le maréchal Erwin Rommel, arrive dans l'Avesnois le 16 mai 1940 en passant par Clairfayts. Elle progresse très rapidement, rejoignant la route qui mène de Solre-le-Château aux "3 pavés" de Semousies, près de la ferme du Trianon, puis poursuit en passant à Avesnes-sur-Helpe (en empruntant l'avenue du Pont-Rouge) et continue vers Landrecies. Felleries sera ensuite occupée par les Allemands et libérée début septembre 1944 par des troupes américaines.
  • 2015 : Sous l'impulsion du Maire Pascal Noyon et de son adjoint aux travaux Jean-Luc Vander Goten, ils mettent en place la création d'un géant nommé Jenny, éléphant du parc zoologique Tierpark Hagenbeck amené par les allemands durant la première guerre mondiale[2]. L'éléphant mesurant 2,5 mètres de haut et 4 mètres de long, pesant près de 220 kilos est créé par deux artistes Pascal Harbonnier (vannier) et Florent Tilmant (coutelier)[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Ecu bandé or gueules.svg

Les armes de Felleries se blasonnent ainsi : "Bandé d’or et de gueules".

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 Colette Sandrard    
mars 2014 Pascal Lambret DVD  
en cours Pascal Noyon SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 426 habitants, en diminution de -10,31 % par rapport à 2009 (Nord : 1,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 304 1 098 1 581 1 599 1 650 1 738 1 753 1 746 1 752
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 686 1 723 1 769 1 729 1 846 1 932 2 049 1 955 1 922
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 992 1 943 1 950 1 649 1 661 1 727 1 707 2 048 2 035
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 656 1 651 1 880 1 882 1 621 1 387 1 489 1 590 1 426
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006 [7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Felleries en 2007 en pourcentage[8].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
0,9 
6,9 
75 à 89 ans
14,2 
13,6 
60 à 74 ans
12,4 
23,0 
45 à 59 ans
21,3 
22,3 
30 à 44 ans
18,9 
15,3 
15 à 29 ans
13,2 
18,4 
0 à 14 ans
19,0 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[9].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Lambert. Le village fait partie de la paroisse Sainte-Hiltrude en Avesnois (Diocèse de Cambrai)[10]
  • Le monument aux morts.
  • L'ancienne gare.
  • Moulin des Bois-Jolis.
  • Musée des Bois Jolis de Felleries
  • Anciennes brasseries: la brasserie-malterie Sirot devenue brasserie-malterie coopérative des Trois-Cantons; la brasserie-malterie Danhiez.
Article détaillé : Brasseries du Nord-Pas-de-Calais.
  • Un calvaire et quelques chapelles disséminées.
La locomobile, type D.R.Patent utilisée jadis pour l'étuvage du bois

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]