Gérard de Cambrai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Gérard de Cambrai (aussi connu sous le nom de Gérard de Florennes), né vers 975 et décédé le 14 mars 1051, est un prélat catholique des Pays-Bas méridionaux. Figure importante de l'épiscopat du XIe siècle[1] il fut évêque de Cambrai de 1012 à sa mort.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Gérard était le second fils d'Arnold de Rumigny, seigneur de Florennes et petit-fils de Godefroid Ier, comte de Hainaut[2].

Il fut élève de Gerbert d'Aurillac, futur Pape Sylvestre II. Autour de l'an mille, il s'oppose avec Adalbéron de Laon au mouvement de la paix de Dieu. Il fut aumônier de l'Empereur romain germanique Henri II puis devint évêque de Cambrai de 1012 à sa mort le 14 mars 1051[3].

En 1012, encore chanoine à Reims, il fonda l'Abbaye Saint Jean-Baptiste à Florennes qui eut comme premier abbé Richard de Verdun. En 1015, avec son frère Godefroid, il fait don de l'abbaye de Florennes à l'Église de Liège[4]. En 1018, il apporte son aide au duc Godefroy II pour aller combattre le comte félon Thierry III puis en 1020 il fonde l'Abbaye Saint-André du Cateau[5].

En 1025, il est confronté à une poussée d'hérésie dans son diocèse[6], et réunit un synode à Arras. Cette hérésie de Cambrai est interprétée, non comme la mise au pas de personnalités jusque-là indépendantes, mais, au contraire comme une réaction de l'Église devant des clercs trop zélés dans leur volonté de réforme, aux yeux d'un clergé local encore insuffisamment prêt.

Il apparaît avec Adalbéron de Laon comme l'un des premiers promoteurs de l'idée d'une structure ternaire pour la société médiévale (ceux qui prient, ceux qui combattent, ceux qui travaillent) à l’image de la Cité de Dieu chez saint Augustin[7]. Au vrai, cette vision est déjà pour l'époque relativement conservatrice et dépassée par les réalités de la société du XIe siècle.

Éditions[modifier | modifier le code]

  • S. Vanderputten. D.J. Reilly (éd.), Gerardus Cameracensis. Acta Synodi Atrebatensis, Vita Autberti, Vita Gaugerici; Varia scripta ex officina Gerardi exstantia (= Corpus Christianorum. Continuatio Mediaevalis 270), Turnhout: Brepols Publishers, 2014 (ISBN 978-2-503-55255-2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Erik Van Mingroot, art. "Gérard Ier de Florennes, évêque de Cambrai », dans Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. 20, Paris, 1984, col. 742-751
  2. (Foundation for Medieval Genealogy) Namur 5.C
  3. Il fut nommé par l'Empereur le 10 février 1012 et consacré à Reims le 27 avril. Erik van Mingroot, ed. Les chartes de Gérard Ier, Liébert et Gérard II, évêques de Cambrai 2005, p. 2.)
  4. L'église impériale : de Baldéric II à Otbert
  5. Antoine-Augustin Bruzen de la Martinière, Le grand dictionnaire géographique, historique et critique, , 748 p. (lire en ligne)
  6. Jean-Michel Matz, Anne-Marie Helvétius, Église et société au Moyen Âge, Ve-XVe siècle, Hachette, 2008, lire en ligne
  7. Alain Demurger, L'origine des ordres religieux militaires, Clio.fr