Aller au contenu

Fontaine-au-Pire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fontaine-au-Pire
Fontaine-au-Pire
Église de Fontaine-au-Pire.
Blason de Fontaine-au-Pire
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Cambrai
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Caudrésis - Catésis
Maire
Mandat
Jean-Claude Gérard
2020-2026
Code postal 59157
Code commune 59243
Démographie
Gentilé Fontenois, Fontenoises
Population
municipale
1 213 hab. (2021 en augmentation de 0,5 % par rapport à 2015)
Densité 160 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 07′ 50″ nord, 3° 22′ 32″ est
Altitude Min. 87 m
Max. 129 m
Superficie 7,57 km2
Type Ceinture urbaine
Unité urbaine Caudry
(banlieue)
Aire d'attraction Caudry
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Cateau-Cambrésis
Législatives Douzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Fontaine-au-Pire
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Fontaine-au-Pire
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
Fontaine-au-Pire
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Fontaine-au-Pire

Fontaine-au-Pire est une commune française située dans le département du Nord (59), en région Hauts-de-France.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Ce village se situe dans le canton de Carnières, dans l'arrondissement de Cambrai.

Communes limitrophes

[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est dans une zone de transition entre le climat océanique et le climat océanique altéré et est dans la région climatique Nord-est du bassin Parisien, caractérisée par un ensoleillement médiocre, une pluviométrie moyenne régulièrement répartie au cours de l’année et un hiver froid (°C)[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,9 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 771 mm, avec 12,3 jours de précipitations en janvier et 9,3 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune d'Épehy à 22 km à vol d'oiseau[3], est de 10,6 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 752,8 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Au , Fontaine-au-Pire est catégorisée ceinture urbaine, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[7]. Elle appartient à l'unité urbaine de Caudry[Note 1], une agglomération intra-départementale regroupant quatre communes, dont elle est une commune de la banlieue[Note 2],[8],[9]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Caudry, dont elle est une commune de la couronne[Note 3],[9]. Cette aire, qui regroupe 17 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (93,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (81 %), prairies (9,8 %), zones urbanisées (9,2 %)[12]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

On trouve le village mentionné au long des XIe au XVIIe siècles sous les différents noms de Wicart de la fontaine (1065), Fonte wicardi (1174) ou Wicardi de fonte (1184), Fontanæ le Gobierto (1222), Fontaine les Wambaix (1690), mais aussi Fontaine le wicart, Fontanæ wauberti, Fontaine les Aubert, Fontaine les Gobert, Altare de fontanis oleri, Fontaine à Beauvois ou Fontaine les trois tours[13] et finalement Fontaine au Pire (dite le Wambres) à partir de 1608.

Un seigneur du nom de Wicart fit construire près de l'église actuelle un château dont les murs dominaient une fontaine. Les noms Wambaix et Beauvois sont ceux de communes proches.

Boniface[13] fait dériver le nom pire du roman pierge (« grand chemin », « chaussée ») ou pire (« chemin empierré ») et du bas-latin perecium (« chaussée de pierres »), de la chaussée reliant Cambrai au Cateau qui traversait encore Fontaine au début du XVIIIe. Cette rue s'appelle encore la rue du Pire (Lamartine). Fontaine se situait aussi sur le trajet d'un chemin très ancien menant de Saint-Quentin à Valenciennes.

Fontaine-au-Pire existe depuis plus de 1200 ans. Une paroisse y était déjà installée en l'an 878. Des sites de l'époque du silex (haches en silex), du temps des Romains et des Mérovingiens ont été découverts[réf. nécessaire].

L'emplacement de l'ancienne ferme Bezin, qui n'existe plus depuis longtemps, a dû être occupé par les Romains. Il y fut en effet découvert des aqueducs romains en ciment, d'anciens puits, d'anciens tombeaux, des médailles romaines en or et des monnaies datant du règne de Diocletien (284-305)[réf. nécessaire].

Le , par lettres données à Madrid, Philippe d'Anneux, chevalier, baron de Crèvecœur, premier pair en Cambrésis, châtelain héréditaire de Cambrai, seigneur d'Abancourt, Rumilly, Saint-Souplet, Fontaine-au-Pire, etc., gouverneur d'Avesnes, bénéficie de l'érection de la terre et seigneurie de Grand-Wargnies en marquisat, en y joignant les seigneuries de Boussois-sur-Sambre (Boussois) et Bual en Hainaut[14].

Plus près de nous, le 15 août 1793, le village fut pillé par les troupes d'occupation autrichiennes[réf. nécessaire].

Politique et administration

[modifier | modifier le code]

Maire de 1802 à 1807 : Fr. Senez[15],[16].

Depuis janvier 2010, la commune a intégré la Communauté de communes du Caudrésis - Catésis.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1964 mars 2008 Jean-Marie Lemaire DVD Ancien conseiller général du canton de Carnières
Mars 2014 En cours Jean Claude Gérard DVD  

Population et société

[modifier | modifier le code]

Démographie

[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18].

En 2021, la commune comptait 1 213 habitants[Note 4], en augmentation de 0,5 % par rapport à 2015 (Nord : +0,23 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8067407589961 1161 1981 1821 2431 174
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2661 3801 4561 4451 6461 9342 0502 2402 337
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 3792 4602 4861 8951 8371 7491 6821 4771 505
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 3741 3311 2601 2171 1271 1111 1741 1941 213
2021 - - - - - - - -
1 213--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges

[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 33,4 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 26,2 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 585 hommes pour 633 femmes, soit un taux de 51,97 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,4 
90 ou +
4,0 
7,2 
75-89 ans
12,2 
13,5 
60-74 ans
13,8 
21,4 
45-59 ans
19,2 
21,1 
30-44 ans
19,2 
15,4 
15-29 ans
13,5 
19,9 
0-14 ans
18,1 
Pyramide des âges du département du Nord en 2021 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,4 
5,3 
75-89 ans
8,1 
14,8 
60-74 ans
16,2 
19,1 
45-59 ans
18,4 
19,5 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,2 
0-14 ans
18 

Vie associative

[modifier | modifier le code]

Festirolls - Club cyclotouriste avec section randonneurs - Star Club - Moto Club - Société de Chasse - Country Dance Connexion - Les Passionnés des jeux d'adresses - Société Colombophile Beauvois-Fontaine-Carnières - Groupement des Travailleurs Retraités - Comité d'Expansion - Amicale Laïque - Harmonie Mutualiste Beauvois-Fontaine - Gymanstique Volontaire Féminine - Section UNC.AFN - Le Clocher[Quoi ?] Le contrat enfant-jeunesse comprenant l'accueil péri-scolaire et l'accueil de loisirs s'est étoffé, en 2010, par l'ouverture d'un Lalp pour adolescents de 11 à 17 ans.

Football : le village comporte un club de foot qui actuellement évolue en Ligue District du Nord-Pas-de-Calais, Star C Fontaine-au-Pire dans sa pelouse du Stade Fernand Basquin.

Culture locale et patrimoine

[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]

Fontaine-au-Pire dans les arts

[modifier | modifier le code]

Fontaine-au-Pire est citée (orthographiée « Fointaine-au-Pire »)[23] dans le poème d’Aragon, Le conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[24].

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Héraldique

[modifier | modifier le code]

Les armes de Fontaine-au-Pire se blasonnent ainsi :"D'azur à une étoile à cinq rais d'or, accompagnée en chef d'un lambel à trois pendants du même."

Pour approfondir

[modifier | modifier le code]

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • Louis Boniface, Etude sur la signification des noms topographiques de l'arrondissement de Cambrai, Valenciennes, Impr. Louis Henry, (lire en ligne)
  • Eugène Mannier, Études étymologiques, historiques et comparatives sur les noms des villes, bourgs et villages du département du Nord, Paris, Auguste Aubry, Libraire-Éditeur, (lire en ligne).

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  2. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite de banlieue lorsqu'elle n'est pas ville-centre, à savoir que sa population est inférieure à 50 % de la population de l’agglomération ou de la commune la plus peuplée. L'unité urbaine de Caudry comprend une ville-centre et trois communes de banlieue.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. « Orthodromie entre Fontaine-au-Pire et Épehy », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Epehy_sapc » (commune d'Épehy) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Epehy_sapc » (commune d'Épehy) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  8. « Unité urbaine 2020 de Caudry », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  9. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Fontaine-au-Pire ».
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Caudry », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  13. a et b Boniface 1866, p. 134.
  14. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 286, lire en ligne.
  15. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 275, lire en ligne.
  16. « Annuaire statistique du département du Nord Année 1807 », sur LillOnum Bibliothèque numérique, p. 132-133 (image 162-163).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  21. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Fontaine-au-Pire (59243) », (consulté le ).
  22. Insee, « Évolution et structure de la population en 2021 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  23. Probablement une erreur typographique dans le recueil de Pierre Seghers. L'édition originale de La Diane Française orthographie correctement Fontaine-au-Pire
  24. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375