Arrondissement d'Avesnes-sur-Helpe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Avesnois redirige ici.
Arrondissement d'Avesnes-sur-Helpe
Situation de l'arrondissement d'Avesnes-sur-Helpe dans le département Nord.
Situation de l'arrondissement d'Avesnes-sur-Helpe dans le département Nord.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais-Picardie
Département et
collectivité territoriale
Nord
Chef-lieu Avesnes-sur-Helpe
Démographie
Population 232 032 hab. (2013)
Densité 165 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° N 4° E / 50.1167, 3.9333350° Nord 4° Est / 50.1167, 3.93333
Superficie 1 407,88 km2
Subdivisions
Cantons 4 (2015)
Communes 151 (2015)

L'arrondissement d'Avesnes-sur-Helpe, appelé communément « Avesnois », est une division administrative française située dans le département du Nord, en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. L'Avesnois est le seul arrondissement départemental dont les limites se confondent avec celles d'un pays traditionnel et d'un pays d'aménagement du territoire constitué en EPCI (dont le nom officiel est « pays de Sambre-Avesnois »).

Les villes les plus peuplées de l'arrondissement sont Maubeuge, Hautmont et Fourmies, bien que son siège soit la ville d'Avesnes-sur-Helpe et ses 4 894 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

L'Avesnois se situe dans le sud-est de la région Nord-Pas-de-Calais, limitrophe de la Belgique au nord et à l'est et de l'Aisne au sud, à proximité des Ardennes. Par la route, l'Avesnois se trouve à h à h 30 de Lille et h 30 à h de Paris.

Arrondissement avesnes nord 59.png

Paysage[modifier | modifier le code]

Bocage avesnois

Les paysages de l'Avesnois sont verdoyants, et constituent une exception par rapport au reste du département : prairies, bocage, forêts de feuillus, relique de la forêt linéaire de la Haie d'Avesnes, vergers, rivières sinueuses, moulins et villages pittoresques où les kiosques de spectacle et les oratoires en pierre bleue sont encore nombreux. Les paysages de bocages sont pour partie des reliques de l'antique forêt charbonnière ou préhistorique[1], fortement réaménagés par l'Homme, mais encore très enherbés en raison d'un sous-sol peu propice à l'agriculture intensive. Ils confèrent à l'Avesnois son unité et un attrait touristique particulier, si bien qu'aujourd'hui les habitants et les instances touristiques officielles de l'Avesnois ne revendiquent ni n'utilisent plus l'appellation « Hainaut », ancien comté dont l'Avesnois pourtant faisait autrefois partie[2].

Relief[modifier | modifier le code]

L'ensemble de l'arrondissement se situe à une altitude supérieure au reste de la région (environ 200 m d'altitude). C'est ainsi que les points culminants de celle-ci s'y trouvent. Le point culminant se situe à l'extrémité sud-est de la région, sur le territoire de la commune d'Anor, près de la frontière belge, au Bois Saint-Hubert qui culmine à 271 m (la borne géodésique sur place en témoigne). À quelques kilomètres de là se situent les Monts de Baives, d'une altitude proche de 239 m, formé sur un ancien massif corallien âgé de plus de 370 millions d'années, ce site est constitué des dernières pelouses calcicoles du département du Nord.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat du Nord-Pas-de-Calais.
Base de loisirs du Val Joly.
Yucca redevenu sauvage.

Situé à près de 200 km de la mer, l’Avesnois bénéficie d’un climat continental dégradé adouci par l’influence du Gulf Stream[réf. souhaitée]. Avec son exposition aux pieds des Ardennes, fermée du coté nord par les collines du Beaumontois (Belgique), la région se trouve protégée des vents dominants du nord et de l’est (70 % des vents sont en provenance du secteur sud-ouest).

Comparativement au reste de la région Nord-Pas-de Calais, les saisons y sont bien plus marquées et les amplitudes thermiques journalières et annuelles plus importantes. Avec une moyenne maximale des températures estivales légèrement supérieures à 23°C, l’Avesnois est l’endroit le plus chaud de la région Nord-Pas-de-Calais en été. Le coté continental du climat se fait ressentir également durant les hivers lors desquels les températures sont bien plus basses que dans le reste de la région (avec des moyennes minimales situées plus de 2°C en dessous de celles de Lille-Lesquin et 5°C en dessous de Dunkerque ou Boulogne-sur-Mer). Les précipitations sous forme de neige et de grêles sont également plus fréquentes. Malgré l’apparente rudesse hivernale, l’endroit est réputé pour son coté de pâturages verdoyant même en plein hiver[réf. souhaitée]. Les journées sans dégel sont rares ce qui permet dans de bonnes expositions la prolifération de certaines plantes subtropicales[réf. souhaitée].

Les précipitations annuelles sont de l'ordre de 650 mm, soit moins qu'à Lille (740 mm). Elles sont en grande partie délivrées sous forme de pluies d’orage en été, et sous forme de neige ou pluie en hiver, faisant du printemps et de l’automne les saisons les plus sèches de l’année. À ce titre, des sécheresses printanières sont courantes et ne sont pas sans préjudice pour la végétation.

L’ensoleillement annuel enregistré dans le Nord-Avesnois (station météorologique sur la commune de Hestrud) est supérieur de plus de 500 h à celui de Lille-Lesquin, dépassant les 2 150 h (moyenne sur 5 ans)[réf. souhaitée], ce qui est pour le moins exceptionnel pour la région car correspondant à l’ensoleillement moyen de la ville de Toulouse. Le climat particulièrement agréable[non neutre] de l’Avesnois n'a pas échappé à l’attention des promoteurs immobiliers[réf. souhaitée], ce qui a conduit au développement touristique dans les dernières décennies, ceci de part et d’autre de la frontière belge avec deux complexes nautiques, celui du Val Joly en France et de l’Eau d’Heure en Belgique, situés à une vingtaine de kilomètres l’un de l’autre et bénéficiant de conditions climatiques semblables.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Maroilles.

L'Avesnois, version verte et bocagère, région d'industrie ancienne, est aussi connue pour être le pays du Maroilles. Elle a développé depuis plusieurs années un tourisme de proximité : présence de gîtes, randonnées, base de loisirs du Val-Joly dans le canton de Fourmies-Trélon. Il est également possible de visiter les fermes locales et les fruitières où on fabrique le désormais célèbre fromage local portant le nom de Maroilles, ainsi que découvrir la gastronomie locale utilisant ce fromage dans de nombreuses recettes telles que moules au Maroilles ou encore l’entrecôte sauce Maroilles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Seigneurie d'Avesnes

IXe siècle – 1795

Blason
Description de cette image, également commentée ci-après

La Terre d'Avesnes et le comté de Hainaut

Depuis sa création avec les autres arrondissements du département du Nord en 1800, cet arrondissement n'a jamais remis en cause le choix d'Avesnes-sur-Helpe comme sous-préfecture, bien que la ville de Maubeuge ait acquis depuis longtemps un poids économique et démographique plus important.

1793 : Création du district d'Avesnes comportant 9 cantons[3] : Avesnes-sur-Helpe, Barbençon[4], Dourlers, Etroeungt, Maroilles, Maubeuge, Prisches, Solre-le-Château et Trélon et du district du Quesnoy comportant 6 cantons [5] : Bavai, Berlaimont, Feignies, Landrecies, Le Quesnoy, Solesmes.

1801 : Fusion entre le district d'Avesnes-sur-Helpe et du Quesnoy. L'arrondissement comporte 9 cantons : Avesnes-sur-Helpe-Nord, Avesnes-sur-Helpe-Sud, Bavay, Berlaimont, Landrecies, Le Quesnoy-Est, Le Quesnoy-Ouest, Maubeuge, Solre-Libre, Trélon

1910 : Scission du canton de Maubeuge en Maubeuge-Nord et Maubeuge-Sud

1958 : Création du canton d'Hautmont

En 1998 a été créé le parc naturel régional de l'Avesnois, regroupant tout l'arrondissement à l'exception du Canton de Maubeuge-Nord (excepté Gognies-Chaussée) et des communes de Boussois, Cerfontaine, Louvroil, Recquignies et Rousies

Composition[modifier | modifier le code]

Composition de l'arrondissement depuis 2015[modifier | modifier le code]

Composition de l'arrondissement avant 2015[modifier | modifier le code]

Sous-Préfecture[modifier | modifier le code]

Liste des Sous-Préfets d'Avesnes :

  • ..e Sous-Préfet : M. Théodore Marie Joseph Prissette (1829) Chevalier de la Légion d'Honneur.
  • ..e Sous-Préfet : M. Gase (???? - 1854)
  • Ernest Guillemin (1870)
  • ..e Sous-Préfet : M. Pasques (???? - 1883)
  • ..e Sous-Préfet : M. Mosset (???? - mars 1889)
  • ..e Sous-Préfet : M. F. Isaac (avril 1889 - 1891)
  • ..e Sous-Préfet : M. Adrien Letailleur (18 juin 1891 - 16 novembre 1895)
  • ..e Sous-Préfet : M. A. Milleteau (16 novembre 1895 - 19 juillet 1898)
  • ..e Sous-Préfet : Pierre Marie Blanc (19 juillet 1898-1903)
  • ..e Sous-Préfet : M. Charles (1903-1906)
  • ..e Sous-Préfet : M. Morice (1906-1907)
  • ..e Sous-Préfet : M. Jean-Marie Ducaud (26 février 1907-25 novembre 1911)
  • ..e Sous-Préfet : M. Maurice Anjubault (1911-1914)
  • ..e Sous-Préfet : M. Fernand Leroy (22 octobre 1920-13 février 1925)
  • ..e Sous-Préfet : M. J. Godefroy (1925-1927)
  • ..e Sous-Préfet : M. Henri Ferdinand Chéberry (13 décembre 1927-29 mars 1934)
  • ..e Sous-Préfet : M. J. E. Jossier (1934-1939)
  • ..e Sous-Préfet : M. J. Bernard (????-1949)
  • ..e Sous-Préfet : M. J. Biehn (????-1956)
  • ..e Sous-Préfet : Paul Adam (1957-1960)
  • ..e Sous-Préfet : Léon Barbier (1960-1967)
  • ..e Sous-Préfet : Yves Régnery (1967-1974)
  • ..e Sous-Préfet : Jacques Millorit (1975 - août 1978)
  • ..e Sous-Préfet : Claude Érignac (août 1978 - août 1981)
  • ..e Sous-Préfet : Jean Sarton du Jonchay (... - ...)
  • ..e Sous-Préfet : Xavier Bertrand (... - ...)
  • ..e Sous-Préfet : Emmanuel Karlin (... - ...)
  • 50e Sous-Préfet : Jean-Claude GIRAUD (???? - sept 1996)
  • 51e Sous-Préfet : Philippe FAURE (oct 1996 - octobre 1998) - Décret du 27 septembre 1996
  • 52e Sous-Préfet : Paul MAURAU (nov 1998 - mai 2001) - Décret du 10 novembre 1998
  • 53e Sous-Préfet : Michel JEANJEAN (juin 2001 - oct 2005) - Décret du 29 mai 2001
  • 54e Sous-Préfet : François LOBIT (nov 2005 - déc 2008) - Décret du 17 octobre 2005
  • 55e Sous-Préfet : Olivier ANDRÉ (jan 2009 - jan 2013) - Décret du 3 décembre 2008
  • 56e Sous-Préfet : Philippe CURÉ (depuis fév 2013 - décembre 2014) - Décret du 1er février 2013
  • 57e Sous-Préfet : Virginie KLÉS (depuis janvier 2015) - Décret du 2 janvier 2015[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
239 613 246 662 251 746 250 632 245 460 238 466 234 656 234 131 232 680
2013 - - - - - - - -
232 032 - - - - - - - -
(Sources : Insee : Population sans doubles comptes à partir de 1962[7] puis population municipale à partir de 2006[8])
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Comparaison des pyramides des âges de l'arrondissement et du département du Nord en 2006 :

Pyramide des âges de l'Arrondissement d'Avesnes-sur-Helpe en 2006[9] en pourcentage.
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans et plus
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,9 
21,3 
45 à 59 ans
20,5 
20,1 
30 à 44 ans
19,2 
20,3 
15 à 29 ans
18,8 
21,6 
0 à 14 ans
19,1 
Pyramide des âges du Nord en 2006[10] en pourcentage.
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans et plus
0,8 
4,3 
75 à 89 ans
7,9 
10,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,7 
45 à 59 ans
19,4 
21,1 
30 à 44 ans
20,1 
22,6 
15 à 29 ans
21 
21,6 
0 à 14 ans
19 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mézières S., « La formation du paysage en Avesnois au XVIIIe siècle », Noctuathène, revue de l’association « symbiose », Saint-Gérard, 2001
  2. http://www.tourisme-nord.fr/cdtnord_fr/Tourisme-Nord-le-guide-de-vos-vacances-et-week-end-dans-le-Nord/5-pays-a-decouvrir
  3. Voir la composition de chaque canton page 11 ici
  4. Le canton de Barbençon, avec ses cinq communes, a été cédé en 1816 à la Belgique. Voir le document des archives départementales, page 10 ici
  5. Voir la composition de chaque canton page 14 ici
  6. « Prise de fonctions de Virginie Klés, sous-préfète d'Avesnes-sur-Helpe », sur Préfecture du Nord,‎
  7. Structure de la population de l'arrondissement de 1962 à 1999
  8. Fiches Insee - Populations légales de l'arrondissement pour les années 2006, 2013
  9. « Pyramide des âges de l'Arrondissement d'Avesnes-sur-Helpe en 2006 », sur site de l'INSEE (consulté le 5 avril 2010)
  10. « Pyramides des âges du département du Nord », sur site de l'INSEE

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]