Willies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Willies
Willies
La mairie de Willies rénovée (2015).
Blason de Willies
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Avesnois
Maire
Mandat
Patrick Landa
2020-2026
Code postal 59740
Code commune 59661
Démographie
Population
municipale
131 hab. (2021 en diminution de 15,48 % par rapport à 2015)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 07′ 18″ nord, 4° 05′ 56″ est
Altitude Min. 162 m
Max. 230 m
Superficie 4,14 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Fourmies
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Willies
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Willies
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
Willies
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Willies

Willies est une commune française du département du Nord (59), en région Hauts-de-France, dans l'Avesnois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Paysage de la commune.

Willies se situe dans le Sud-Est du département du Nord (Hainaut) au cœur du Parc naturel régional de l'Avesnois. L'Avesnois est de tradition bocagère et de relief un peu vallonné dans le Sud-Est (au début des contreforts des Ardennes), dite « petite Suisse du Nord ».

En fait, Willies fait partie administrativement de l'Avesnois, géologiquement des Ardennes, historiquement du Hainaut et ses paysages rappellent la Thiérache.

La commune se trouve à 110 km de Lille (préfecture du Nord), Bruxelles (Belgique) ou Reims (Marne), à 55 km de Valenciennes, Mons (B), 40 km de Charleroi (B), à 15 km d'Avesnes-sur-Helpe (sous-préfecture) et 10 km de Fourmies. La frontière avec la Belgique est à quelques kilomètres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Willies
Felleries Clairfayts
Liessies Willies Eppe-Sauvage
Trélon

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé sur l'Helpe Majeure, affluent de la Sambre, et donc sous-affluent du fleuve la Meuse.

Environnement[modifier | modifier le code]

Malgré la présence du barrage qui a fortement artificialisé le cours de l'Helpe, la commune bénéficie d'un contexte naturel d'une richesse inhabituelle pour cette région industrielle et d'agriculture intensive. Ce contexte la place dans une zone qui est un cœur d'habitat de la trame verte et bleue régionale qui décline localement la trame verte du Grenelle de l'environnement et le réseau écologique paneuropéen.

De nombreuses espèces rares et/ou protégées peuvent encore y être observées mais quelques espèces invasives comme l'écrevisse américaine sont enregistrées et des pressions importantes sur l'environnement.

En 2008, la commune est concernée par les classements suivants :

Le bois de la Garde de Belleux et le bois du Cheneau sont des ZNIEFF de type I, comme la forêt domaniale du Val-Joly, le bois de Nostrimont, le bois de Fetru et la forêt domaniale de Bois l'Abbé et ses lisières ; le complexe écologique de la Fagne forestière est classé en ZNIEFF de type II (En savoir plus).

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat des marges montargnardes, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Nord-est du bassin Parisien, caractérisée par un ensoleillement médiocre, une pluviométrie moyenne régulièrement répartie au cours de l’année et un hiver froid (°C)[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 892 mm, avec 13,1 jours de précipitations en janvier et 9,9 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Saint-Hilaire-sur-Helpe à 14 km à vol d'oiseau[3], est de 10,5 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 802,4 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Willies est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9]. La commune est en outre hors attraction des villes[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (81,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (81,1 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (9,2 %), eaux continentales[Note 2] (6,4 %), forêts (3,3 %)[12]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Noms anciens : Wilheis (640, Diplôme de Dagobert, roi de France, Miroeus I, 489), Wilhies (697, Tit . de l'abb. de Lobbes, Miroeus III , 283), Villis (1151, Cart.. de l'abb. de Maroilles), Willies (1643, Acte féodal de la pairie d'Avesnes) - Sources : Bulletin de la commission historique du département du Nord - 1866.
  • Il semble que la localité doive son nom à la présence d'une villa gallo-romaine sur son territoire.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 843 : le traité de Verdun partage de l'empire carolingien entre les trois petits fils de Charlemagne et octroie à Lothaire I, la Francie médiane qui comprend le Hainaut avec le village de Willies ;
  • 855 : le traité de Prüm partage la Francie médiane entre les trois fils de Lothaire I, le Comté de Hainaut est alors rattaché à la Lotharingie dont hérite Lothaire II ;
  • 870 : le traité de Meerssen après la mort de Lothaire II donne une partie de la Lotharingie dont fait partie le Comté de Hainaut à la Francie occidentale ;
  • 880 : avec le traité de Ribemont, le comté de Hainaut est rattaché à la Francie orientale qui deviendra le Saint-Empire romain germanique en 962 ;
  • Avec les conquêtes de Louis XIV, la commune fait ensuite partie du Royaume de France ;
  • En ...1343-49..., Marie d'ENCRE, dame d'Auxy, et aussi dame de Willies. (acte du parlement de Paris contre les prieurs et frères OSJ du prieuré de France. Archives nationales)
  • En 1626, le village était compris dans le marquisat de Trélon ;
  • En 1790, Willies fait partie du département du Nord ;
  • Elle est instituée en 1793 commune, fait partie intégrante du département du Nord,du district d'Avesnes et du canton de Trélon[13] ;
  • Au XVIIIe siècle, Willies n'est qu'un hameau dont les jardins étaient entourés de haies qui les séparaient des champs périphériques. Le village est construit dans une trouée d'essartage de la forêt d'Avesnes (Haie d'Avesnes), le long de l'Helpe majeure, en aval de Liessies. À l'est de la commune, un secteur linéaire de prairies humides et de landes à bruyères conduisait le long de la rivière à une forge dite « Forge d'enfer » ;
  • La bruyère, la vallée et la forge ont été noyés au XXe siècle par la mise en eau du barrage du Val Joly.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Avesnes-sur-Helpe du département du Nord. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la troisième circonscription du Nord.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Trélon[13]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, Willies est intégrée au canton de Fourmies.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Willies était membre de la communauté de communes Guide du pays de Trélon, créée fin 1992.

Celle-ci fusionne avec sa voisine pour former le la communauté de communes du Sud Avesnois, dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Maire en 1802-1803 : Ignace Boutée[14].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1965 mars 2001 Benoît Desmarescaux[15]   Membre du syndicat mixte du Val Joly
mars 2001 2017[16] Laurent Méresse[17]   Démissionnaire
septembre 2017[18] mars 2020[19] Bruno Lallemant   Directeur de l’association les Francas du Nord
Décédé en fonctions

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[21].

En 2021, la commune comptait 131 habitants[Note 3], en diminution de 15,48 % par rapport à 2015 (Nord : +0,23 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
312295342399498495516543542
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
505456407335297271252229218
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
201185182215199189165154140
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
134137107105128139145143165
2014 2019 2021 - - - - - -
156136131------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 34,6 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 22,8 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 69 hommes pour 73 femmes, soit un taux de 51,41 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,0 
3,0 
75-89 ans
10,0 
19,7 
60-74 ans
12,9 
16,7 
45-59 ans
25,7 
24,2 
30-44 ans
18,6 
15,2 
15-29 ans
10,0 
21,2 
0-14 ans
22,9 
Pyramide des âges du département du Nord en 2020 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,4 
5,1 
75-89 ans
14,6 
60-74 ans
16 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,5 
30-44 ans
18,7 
20,6 
15-29 ans
19,1 
20,5 
0-14 ans
18,2 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le barrage hydroélectrique du Val Joly est le plus grand de la Région nord-Pas de Calais, et le seul qui ait une production significative d'électricité, le reste de la région étant en raison d'une faible déclivité peu propice à la production hydroélectrique. Il a permis l'installation d'une base nautique sur le lac.
  • La fontaine de Sainte-Hiltrude.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Les armes de Willies se blasonnent en :

« de gueules à deux fasces bretessées et contre-bretessées d'argent ; au franc-canton de gueules à trois pals de vair et au chef d'or »[25],[26].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Willies », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le ).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. « Orthodromie entre Willies et Saint-Hilaire-sur-Helpe », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « St-hilaire-sur-helpe » (commune de Saint-Hilaire-sur-Helpe) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « St-hilaire-sur-helpe » (commune de Saint-Hilaire-sur-Helpe) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 277, lire en ligne.
  15. « À la mémoire de Monsieur Benoît Desmarescaux », sur http://memoire.lavoixdunord.fr (consulté le ).
  16. Gilles Baclet (Clp), « WILLIES Pour le maire, qui déménage, il s’agissait des derniers vœux ! : Rituel du début d’année, la cérémonie des vœux s’est tenue, dimanche matin, dans la salle communale », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ) « L’édile l’a annoncé sans écran de fumée, il s’agissait de ses derniers vœux. «  Je vais en effet quitter la région pour rejoindre ma compagne en Bretagne. Je garderai le cœur willien ».
  17. « Les projets des maires » : à Willies, Laurent Méresse encourage l’action participative : Comme elle l’a fait avec le bilan des maires avant les élections municipales, « La Voix du Nord » lance une série nouvelle consacrée aux « projets des maires ». Aujourd’hui, la commune de Willies et son maire Laurent Méresse », = La Voix du Nord,‎ « J’étais la tête de la seule liste, renouvelée, qui s’est présentée et sur laquelle les 11 conseillers municipaux de la commune ont été élus. Pour ma part, c’est mon troisième mandat de maire qui est très prenant puisque je suis aussi salarié ».
  18. Lionel Maréchal, « WILLIES Bruno Lallemant, 56 ans, est le nouveau maire du village : Suite à la démission de Laurent Méresse, Bruno Lallemant a été élu maire de la commune de Willies. Il souhaite remettre en place des commissions entre édiles et habitants, prochainement, pour aborder différents thèmes. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Sud-Avesnois: disparition brutale du maire de Willies Bruno Lallemant », Echo-FM,‎ (lire en ligne, consulté le ) « il avait pris la suite de Laurent Meresse qui avait démissionné pour des raisons professionnelles. Bruno Lallemant, qui était âgé de 58 ans, avait décidé de se représenter aux prochaines municipales, ».
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  23. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Willies (59661) », (consulté le ).
  24. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  25. Source : le généalogiste fou
  26. http://www.labanquedublason2.com/lecture_fiche_commune.php3?page=f59661