Montrécourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Nord
Cet article est une ébauche concernant une commune du Nord.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Montrécourt
Église de Montrécourt.
Église de Montrécourt.
Blason de Montrécourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Cambrai
Canton Caudry
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Solesmois
Maire
Mandat
Marc Guillez
2014-2020
Code postal 59227
Code commune 59415
Démographie
Population
municipale
235 hab. (2014)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 13′ 59″ nord, 3° 27′ 07″ est
Altitude Min. 47 m – Max. 85 m
Superficie 3,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Montrécourt

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Montrécourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montrécourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montrécourt

Montrécourt est une commune française, située dans le département du Nord en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Selle à Montrécourt

Montrécourt est situé à 6 km au nord-ouest de Solesmes, ancien chef-lieu du canton à partir de 2015, et est traversé par la Selle.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Montrécourt
Saulzoir
Montrécourt
Saint-Aubert Haussy

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom Montrécourt, du latin "Monasterioli curtis", signifie ferme du petit monastère. Montrécourt était instaurée en 933 l'une des 12 pairies du Cambrésis, c'était la seule à ne pas être héréditaire. La première mention écrite connue est dans un diplôme de l'empereur Othon le Grand de 965 sous la forme de Mousterolcurt [1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Montrécourt (Nord).svg

Les armes de Montrécourt se blasonnent ainsi : « d'argent à la bande d'azur chargée de trois coquilles d'or »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'école dans le bâtiment de l'ancienne mairie

La commune comptant environ 233 habitants en 2008, le nombre de conseillers municipaux est de 11. Depuis le , réélu à chaque élection municipale sans interruption, le maire est Marc Guillez. Montrécourt est membre de la Communauté de communes du Pays Solesmois, qui comprend 15 communes et 14 822 habitants en 2008.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 1983 Mars 1989 Jean-Louis Boisseaux    
en cours Marc Guillez SE Vice-président de la CCPS (2001-2012)
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Au premier tour de l'élection présidentielle de 2012 les quatre candidats arrivés en tête à Montrécourt sont Marine Le Pen (FN, 30,67 %), Nicolas Sarkozy (UMP, 25,49 %), François Hollande (PS, 21,36 %) et Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche, 20,86 %) avec un taux de participation de 85,28 %. Au second tour Nicolas Sarkozy arrive en tête avec 55 % des voix et un taux de participation de 84,77 %.

Au second tour de l'élection législative de 2012, 52,30 % des électeurs de Montrécourt ont voté pour Anne-Sophie Lévêque (FN), contre 47,70 % pour Christian Bataille (PS) avec un taux de participation de 59,39 %.

Au premier tour des élections cantonales de 2011 Georges Flamengt (PS) est arrivé en tête avec 39,65 % des suffrages exprimés, face à Pascale Havrez (FN, 36,20 %), Samuel Decaux (UMP, 12,93 %) et Bruno Leclercq (PCF, 11,20 %), pour un taux de participation de 61,42 %. Au second tour Georges Flamengt, unique candidat, a obtenu 100 % des voix et un taux de participation de 46,70 %[2].

Au second tour de l'élection régionale de 2010, 42,02 % des électeurs ont voté pour la liste de Daniel Percheron (PS, Front de gauche, Europe Écologie), 39,50 % pour la liste de Marine Le Pen (FN), et 18,49 % pour la liste de Valérie Létard (UMP), pour un taux de participation de 58,93 %[3].

Aux élections européennes de 2009 la liste « Quand l'Europe veut, l'Europe peut » de Dominique Riquet (Majorité présidentielle) a obtenu 26,58 % des suffrages exprimés, la liste « Changer l'Europe » de Gilles Pargneaux (PS) 18,98 % et la liste « Front national » de Marine Le Pen (FN) 12,65 %. Aucune autre liste n'a obtenu plus de 10 % des voix. La taux de participation s'élevait à 40,79 %[4].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 235 habitants, en augmentation de 1,73 % par rapport à 2009 (Nord : 1,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
250 204 235 305 327 320 306 312 300
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
315 324 335 307 295 295 273 279 240
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
233 229 211 172 184 166 167 145 208
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
206 187 151 144 154 156 214 234 235
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006 [8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Montrécourt en 2007 en pourcentage[9].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,9 
90 ans ou +
0,0 
6,4 
75 à 89 ans
11,5 
10,0 
60 à 74 ans
8,7 
20,9 
45 à 59 ans
25,0 
27,3 
30 à 44 ans
20,2 
14,5 
15 à 29 ans
20,2 
20,0 
0 à 14 ans
14,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[10].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-André du XVe siècle, refait en 1741.
  • Le monument aux morts.
  • Le calvaire et des chapelles-oratoires.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]