Estrun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Estrun
Image illustrative de l'article Estrun
Blason de Estrun
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Cambrai
Canton Cambrai
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Cambrai
Maire
Mandat
Jean-Luc Fasciaux
2014-2020
Code postal 59295
Code commune 59219
Démographie
Gentilé Estrunois
Population
municipale
710 hab. (2014 en augmentation de 14,33 % par rapport à 2009)
Densité 252 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 14′ 55″ nord, 3° 17′ 42″ est
Altitude 52 m
Min. 34 m
Max. 72 m
Superficie 2,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Estrun

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Estrun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Estrun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Estrun

Estrun est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Estrun se situe au confluent de l'Escaut et de la Sensée au lieu-dit Le bassin rond.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Estrun
Bouchain Bouchain Hordain
Paillencourt Estrun Iwuy
Paillencourt Thun-l'Évêque Thun-l'Évêque

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

A 10 km de Cambrai et 15 km de Valenciennes, Estrun est facilement accessible par l'autoroute A2 proche.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village est mentionné au long des IXe au XIVe siècles sous les noms Strum et Stroms (881), Estrung (1122), Strunium (1142), Estreun (1349). Boniface[1] rappelle qu'il existe à Estrun les restes d'un campement romain dit « camp de César », de même qu'on trouve à Étrun dans le Pas-de-Calais les vestiges d'un camp romain également surnommé « camp de César ». Il voit dans le nom la même origine que pour Estourmel : forteresse, campement militaire. Mannier[2] voit plutôt l'origine du nom dans les mots germaniques strom, stroma ou stroem (rivière, cours d'eau) (stroom en flamand), le village étant situé sur les bords de l'Escaut. Mais selon Mannier le nom pourrait encore venir des mots germaniques stre et hem (« route » et « habitation »), comme pour Étrœungt dans l'arrondissement d'Avesnes-sur-Helpe, située sur la voie romaine de Bavay à Reims.

La bulle du pape Innocent II, du 21 décembre 1142, confirme l'appartenance de la seigneurie d'Estrun, comprenant les propriétés, les terres, les prés et les ruisseaux, à l'église métropolitaine de Cambrai.

L'orthographe du nom varie entre Etrun (1793, 1801) et Estrun (1801, et depuis le 13 juin 1994)[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Sur ce lieu, en 881, le jeune roi de France Louis III contrôle l'avancée des Normands en faisant construire un château[4],[5]

À la suite du siège d'Arras, le diocèse d'Arras est détaché de l'archidiocèse de Cambrai en 1093. Deux évêques se retrouvent responsables de Cambrai Manassès, de 1093 à 1103 transféré par Pascal II à Soissons et Walcher ou Gaucher ou Gautier, de 1093 à 1106 promu à l'évêché par l'empereur Henri IV, il s'y maintint contre Manassès, bien que déposé par le pape au concile de Clermont en novembre 1095. Walcher se réfugie à Estrun dans un château qu'il avait fait construire[6].

Renaissance[modifier | modifier le code]

Marie de Médicis, veuve de Henri IV, mère de Louis XIII et régente du royaume tente d'exiger du Roi la disgrâce de Richelieu, elle tente d'obtenir le renvoi du ministre. Après la fameuse Journée des Dupes, le , Richelieu reste le principal ministre et Marie de Médicis est contrainte de se réconcilier avec lui.

Elle décide finalement de se retirer de la cour. Le roi la jugeant trop intrigante, parvint à la faire partir au château de Compiègne. De là, elle réussit à s'enfuir à Bruxelles en 1631, où elle compte plaider sa cause.

Le 18 juillet 1631, elle sort de Compiègne vers son exil de Bruxelles et s'arrête le lendemain à Estrun où elle eut la protection du marquis de Crèvecœur[7],[8], Henri-Marie Gouffier (1619-1640) son filleul [9] et gouverneur d'Avesnes-sur-Helpe où elle arrive le 20 juillet 1631[10].

Période révolutionnaire[modifier | modifier le code]

Adam Philippe de Custine dit général moustaches

Compris entre l'Escaut et la Sensée, Estrun est un lieu stratégique, dominant les inondations défensives qui sont tendues entre Cambrai, Bouchain et Valenciennes. Ainsi, le village est-il occupé par les troupes françaises en 1793 sous le commandement du général Adam Philippe de Custine[11], puis par les Autrichiens et les Anglais durant le siège de Valenciennes.

Période moderne[modifier | modifier le code]

L'intense navigation sur l'Escaut et la Sensée avant la Première Guerre mondiale permet le développement de la cité, en particulier au niveau du Bassin Rond[12], où les mariniers se retrouvent et font leurs achats[13].

Cette activité ayant disparu, Estrun développe des activités nautiques et touristiques.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 15[14].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Le vote à Estrun favorise clairement les partis de droite.

Au premier tour de l'élection présidentielle de 2012, les quatre candidats arrivés en tête à Estrun sont Marine Le Pen (FN, 27,18 %), Nicolas Sarkozy (UMP, 25,49 %), François Hollande (PS, 21 %) et Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche, 11,65 %) avec un taux de participation de 86,96 %. Au second tour, Nicolas Sarkozy arrive en tête avec 57 % des voix et un taux de participation de 84,89 %.

Au second tour de l'élection législative de 2012, 55,72 % des électeurs d'Estrun ont voté pour François-Xavier Villain (UDI), contre 44,28 % pour Martine Filleul (PS).

Au second tour de l'élection présidentielle de 2007, 59,94 % des électeurs ont voté pour Nicolas Sarkozy (UMP), et 40,06 % pour Ségolène Royal (PS).

Au second tour de l'élection présidentielle de 2002, 98,79 % des électeurs ont voté pour Jacques Chirac (RPR), 1,21 % pour Jean-Marie Le Pen (Front National).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 mars 2008 Jean-Marie Mettier DVD  
mars 2008 en cours
(au 3 avril 2014[15])
Jean-Luc Fasciaux    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[17].

En 2014, la commune comptait 710 habitants[Note 1], en augmentation de 14,33 % par rapport à 2009 (Nord : +1,23 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
432 424 577 539 554 557 579 615 599
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
574 582 625 636 642 627 657 614 618
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
643 668 674 588 588 600 581 586 646
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
578 502 460 464 441 421 446 621 710
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Estrun en 2007 en pourcentage[19].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,6 
2,3 
75 à 89 ans
8,1 
8,1 
60 à 74 ans
7,4 
16,5 
45 à 59 ans
16,7 
32,0 
30 à 44 ans
28,5 
15,0 
15 à 29 ans
14,4 
26,2 
0 à 14 ans
24,3 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[20].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

le bassin rond.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Boursies (59) Nord-france.svg

Les armes d'Estrun se blasonnent ainsi :"D'or à trois lions d'azur, au chef de gueules chargé d'une Notre-Dame-de-Grâce de carnation à mi-corps, tenant à senestre l'Enfant Jésus, et vêtue de gueules et d'azur" .

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Boniface, Etude sur la signification des noms topographiques de l'arrondissement de Cambrai, Valenciennes, Impr. Louis Henry, (lire en ligne)
  • Eugène Mannier, Études étymologiques, historiques et comparatives sur les noms des villes, bourgs et villages du département du Nord, Paris, Auguste Aubry, Libraire-Éditeur, (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Boniface 1866, p. 123
  2. Mannier 1861, p. 279
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France: COA - H, volume 2 - édité en 1804 par Baudouin ; Laporte, - archive de la bibliothèque de l'État de Bavière - A lire
  5. Hippolyte-Romain-Joseph Duthillœul, Petites histoires des pays de Flandre et d'Artois, Foucart, 1835 - Archive de l'université de Gand -A lire
  6. Hippolyte-Romain-Joseph Duthillœul, Petites histoires des pays de Flandre et d'Artois, Foucart, 1835 - Archive de l'université de Gand - A lire
  7. Jean-Baptiste Honore Raymond Capefigue, Richelieu, Mazarin, la fronde, et le règne de Louis XIV, volume 5, Dufey, 1835 Alire
  8. Paul Guynemer, L'isolement de Marie de Médicis au château de Compiègne en 1631, son évasion : d'après des manuscrits inédits, Progrès de l'Oise (Compiègne), 1911 A lire
  9. Badier, Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l'histoire & la chronologie des familles nobles de la France, l'explication de leurs armes, & l'état des grandes terres du royaume ... On a joint ... le tableau généalogique, historique, des maisons souveraines de l'Europe, & une notice de..., Édité chez la veuve Duchesne... et l'auteur, 1774 - archive de l'université de Gand A lire
  10. Richard de Bury,Richard Girard de Bury, Histoire de la vie de Louis XIII, roi de France et de Navarre, volume 2, Saillant, 1768 A lire
  11. Dictionnaire de la conversation et de la lecture, volume 10, Belin-Mandar, 1833 - A lire
  12. Joseph Dutens, Histoire de la navigation intérieure de la France: avec une exposition des canaux à entreprendre pour en compléter le système..., A. Sautelet et Cie, 1829 -A lire
  13. Edme Théodore Bourg Saint-Edme - Itinéraire des bateaux à vapeur de Paris au Havre, avec une description statistique et historique des bords de la Seine: suivi d'un guide du voyageur, précédé d'une notice historique sur le chemin de fer de Paris à Saint-Germain..., E. Bourdin, 1812 - archive de la New York Public Library A lire
  14. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  15. A.F., « Jean-Luc Fasciaux élu maire », L'Observateur du Cambresis, no 1331,‎ , p. 18.
  16. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  19. « Évolution et structure de la population à Estrun en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)
  20. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)