Cousolre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cousolre
L'église vue de la place.
L'église vue de la place.
Blason de Cousolre
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Canton Fourmies
Intercommunalité Communauté d'agglomération Maubeuge Val de Sambre
Maire
Mandat
Maurice Boisart
2014-2020
Code postal 59149
Code commune 59157
Démographie
Gentilé Cousolreziens
Population
municipale
2 319 hab. (2014)
Densité 111 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 14′ 47″ nord, 4° 09′ 00″ est
Altitude Min. 143 m – Max. 229 m
Superficie 20,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Cousolre

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Cousolre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cousolre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cousolre
Liens
Site web www.cousolre.fr

Cousolre est une commune française située dans l'Avesnois, dans le département du Nord en région Hauts-de-France.
Ses habitants sont appelés les Cousolreziens.

La commune fait partie du Parc naturel régional de l'Avesnois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue d'ensemble.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Cousolre
Colleret Bersillies-l'Abbaye Bousignies-sur-Roc
Aibes Cousolre Beaumont
Bérelles Hestrud Leugnie

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Thure ; le hameau de Reugnies l'est par la Hante.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village était dénommé auXIe siècle Curtis Solra, toponyme latin. Curtis désignait le lieu où était administré le secteur, dénommé Solra. Il daterait de la dynastie mérovingienne, dont Charlemagne serait venu à Cousolre en 798 à l'occasion de la translation des reliques de sainte Aldegonde à Maubeuge[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au VIIe siècle, l'un des premiers gouverneurs mérovingiens du Hainaut, le futur Saint Walbert, avait son château à Cousolre[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La communauté d'agglomération Maubeuge Val de Sambre dans le département du Nord.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Haumont se trouve dans l'arrondissement d'Avesnes-sur-Helpe du département du Nord. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la troisième circonscription du Nord.

La commune se trouvait depuis 1793 dans le canton de Solre-le-Chateau [2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Fourmies.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération Maubeuge Val de Sambre créée en 2001.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Ancien régime
Article détaillé : Commune (Moyen Âge).

Dans les temps anciens (avant la Révolution), l'administration communale se composait du Mayeur (parfois héréditaire) qui était nommé par l'abbesse du Chapitre de Maubeuge et, de cinq échevins pris parmi les riches propriétaires[3].

Liste de mayeurs d'Ancien régime[3]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1548 1558 Thomas Martin    
1604 1605 Jehan Mocqueau    
1605 1628 Anselme Martin    
1648 1654 Jean Longfils    
1654 1672 Pierre Camberlin    
1672 1676 Jean Cornil Martin    
1677 1683 Claude Camberlin    
1683 1686 Jacques Durieux    
1687 1690 Jean Camberlin    
1691 1695 François Martin    
1696 1698 Guillaume Deroyer    
1699 1710 Jean Henry    
1710 1713 Alexis Fissiaux   Censier
1714 1720 Lambert Martin   Laboureur
1721 1745 Alexis Fissiaux   Censier
1745 1753 Jean Joyeux    
1754 1764 Jean François Fissiaux    
1765 1766 Nicolas Mortier    
1767 1777 Jean François Fissiaux    
1778 1788 Lambert Henry   Coroyeur
Régime contemporain
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1789 1791 Nicolas Levecq    
1791 1795 Maximilien Lecat    
1795 1796 Jean François Fissiaux    
1796 1797 Maximilien Lecat    
1797 1798 Jean Baptiste Joffroy    
1798 1800 Maximilien Lecat    
1800   Jean Baptiste Joffroy    
1803 1812 Lambert Joseph Henry    
1813 1816 François Joseph Martin    
1816 1821 Jean Baptiste Joffroy    
1822 1832 Jean Baptiste Levecq    
1832 1834 Eusèbe Dufosset   régisseur de forge
1835 1848 Jean Baptiste Levecq    
1850 1853 Achille Wallerand   Maître marbrier
1854 1861 Jean Baptiste Levecq (fils)   agriculteur
1861 1869 François Martin    
1870 1870 Jean Baptiste Levecq (fils)   agriculteur
mars 1871   Léandre Wallerand    
juin 1871 1879 Xavier Hénaut   Maître marbrier
1879 1889 Léandre Wallerand    
1890 1890 Benoît Blanpin    
1890 1903 Alfred Deltour    
1903   Céli Henaut    
Les données manquantes sont à compléter.
1965 1995 Jean Ghislain[4]    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 avril 2006[5] Jean Hénaut   Démissionnaire
avril 2006[5] en cours
(au 6 mai 2016[6])
Maurice Boisart[7],[8] PS Réélu pour le mandat 2014-2020[9]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 319 habitants, en diminution de -4,69 % par rapport à 2009 (Nord : 1,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
738 554 725 910 1 220 1 186 1 427 1 602 1 633
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 746 1 912 2 174 2 500 2 852 3 316 3 203 3 150 3 311
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 293 3 267 3 226 2 742 2 908 2 822 2 806 2 594 2 880
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
2 936 3 004 2 894 2 632 2 471 2 362 2 381 2 395 2 319
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007
Pyramide des âges à Cousolre en 2007 en pourcentage[13].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
0,8 
5,7 
75 à 89 ans
11,5 
11,8 
60 à 74 ans
14,1 
21,1 
45 à 59 ans
20,4 
20,1 
30 à 44 ans
19,7 
18,7 
15 à 29 ans
16,1 
22,2 
0 à 14 ans
17,3 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[14].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune a été récompensée de deux fleurs au concours des villes et villages fleuris[1].

Les sites les plus importants à visiter sont :

  • La chapelle du Bon Dieu de Pitié
  • l'église Saint-Martin, bâtie entre 1501 et 1521 en pierre bleue, dont le chœur a été reconstruit après les Guerres de religion en 1617. L'édifice contient la chasse de saint Walber et de sainte Bertille de Thuringe, son épouse[1].
Article détaillé : Église Saint-Martin de Cousolre.
  • Le cimetière et sa tombe du commonwealth
  • Musée de la machine parlante (phonographes, gramophones et radios[1],[15].
  • La place du marais, espace vert situé au centre du bourg.
  • Le kiosque à musique, inauguré en 1908 et censé être le plus beau de l'Avesnois, dont le socle a été réalisé par les tailleurs de pierre de la marbrerie Vienne, les colonnes en fonte fondues par les établissements Décamps, les balustres forgées chez Dandoy. Il est situé place Charles-de-Gaulle[1].

Ce qui suit ne se visite pas :

  • Le vieux château de Cousolre (transformé en prison par l'envahisseur en 1914-1918), il a ensuite appartenu dans les années 60-70 à la comtesse Borelli, proche amie du couple De Gaulle).
  • Le château de Branleux aussi à Cousolre (probablement disparu depuis).
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Galerie photos

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Les plus connues des habitantes de Cousolre sont sainte Aldegonde et sa sœur sainte Waudru, filles de saint Walber et de sainte Bertille.

Aldegonde créa le Chapitre des Dames de Maubeuge.

Waudru fut la créatrice de la ville de Mons.

Alfred Jennepin (1836 - 1914), professeur et archéologue, a écrit les chroniques de ce village, histoire remontant de l'époque romaine jusqu'au XIXe siècle. Un monument lui rend hommage, route Nationale, et le collège de la commune porte son nom[1],[16].

Burt Blanca, musicien, vivant dans ce village à l'heure actuelle.

Jean-Guy Wallemme, né le 10 août 1967 à Maubeuge, est un ancien footballeur français évoluant au poste de défenseur, devenu entraîneur. Il a passé la plupart de sa carrière à Lens, le club de son cœur, et en est devenu l'entraîneur de juin 2008 à janvier 2011.
Il a vécu une grosse partie de son enfance dans le village où il pratiqua le football en catégorie poussin.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Hautmont (Nord).svg

Les armes de Cousolre se blasonnent ainsi : « D’or à trois chevrons de sable ».
L’or symbolise la pureté, la foi, la justice, l’honneur. Les chevrons noirs - signe d’humilité - évoquent les éperons d’un chevalier ou la pièce d’une charpente[1]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h « En noir et blanc, et haute en couleurs : Durant tout l’été, La Sambre vous emmène à la découverte de plusieurs de nos communes. Après Saint-Rémy-du-Nord, deuxième étape cette semaine à Cousolre, un village uni, riche, passionné, fier et animé », La Sambre La Frontière, no 2039,‎ , p. 20-23.
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. a et b Alfred Jennepin : Notice historique sur la commune de Cousolre, ouvrage mentionné en bibliographie.
  4. Simon Butel, « Maire pendant trente ans, Jean Ghislain s’en est allé : Maire de 1965 à 1995, Jean Ghislain est décédé mardi, à 92 ans. Le village lui doit notamment le collège, la salle de sports, le centre socioculturel et le jumelage avec Freienohl, en Allemagne », La Sambre La Frontière, no 2060,‎ , p. 18 « Cousolre, dont il a été maire de 1965 à 1995, doit aussi à Jean Ghislain « la construction des cités sous la gendarmerie, les Ifs et les Malus, la construction du collège Jennepin avec la salle de sports, liste Jacques Copin, ancien élu entré à la mairie avec Jean Ghislain. Sous son temps, la commune a aussi acheté l’ancienne marbrerie, devenue un dancing, le Blue Stone, en référence à la pierre bleue, pour en faire une salle polyvalente, qui est aujourd’hui le centre socio- culturel » . Autres réalisations saluées par l’ancien adjoint aux travaux, « le transfert de La Poste dans une maison de la place, l’entretien des routes, la desserte des hameaux, l’installation du gaz en 64, (…) le remplacement du clocher de l’église ».
  5. a et b « Carnet », Maires du Nord, Association des maires du Nord, no 19,‎ , p. 8 (lire en ligne [PDF]).
  6. « Le maire ne veut pas lâcher sa gendarmerie : Un temps oublié, le transfert de la gendarmerie à Solre- le- Château est de nouveau évoqué. Déjà fermement opposé au projet en 2012, Maurice Boisart n’a pas changé d’avis », La Sambre La Frontière, no 2030,‎ , p. 14.
  7. Ariane Chemin, « La gifle du maire, saison II », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  8. « Gifle à un adolescent de Cousolre: le maire relaxé en appel », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  9. « Cousolre: élu sur le fil, Maurice Boisart disposera d’une confortable majorité : Cela s’est joué à quinze voix d’écart. Autant dire, à la photo finish. La liste du maire sortant, Maurice Boisart (50,66 %) l’emporte d’une très courte tête face à la liste menée par l’ancien adjoint aux sports, Éric Appart (49,34 %) », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne) « En 2008 aussi, l’élection avait été très serrée. Dix conseillers avaient émergé de la liste Boisart, neuf de l’autre. Conséquence, le mandat avait été marqué par une scission au sein du conseil ».
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. « Évolution et structure de la population à Cousolre en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 juillet 2010)
  14. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 juillet 2010)
  15. « Le musée de la machine parlante vous souhaite la bienvenue !  », Office du tourisme de Cousolre, (consulté le 31 décembre 2016).
  16. « Alfred Jennepin (1836-1914) », data.bnf.fr, Bibliothèque nationale de France (consulté le 31 décembre 2016).