Aller au contenu

Flaumont-Waudrechies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Flaumont-Waudrechies
Flaumont-Waudrechies
Vue d'ensemble.
Blason de Flaumont-Waudrechies
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de l'Avesnois
Maire
Mandat
Jean-Marie Vin
2020-2026
Code postal 59440
Code commune 59233
Démographie
Gentilé Flaumontois, Flaumontoises
Population
municipale
351 hab. (2021 en diminution de 7,39 % par rapport à 2015)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 07′ 37″ nord, 3° 58′ 10″ est
Altitude Min. 147 m
Max. 204 m
Superficie 5,7 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Avesnes-sur-Helpe
(banlieue)
Aire d'attraction Avesnes-sur-Helpe
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Fourmies
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Flaumont-Waudrechies
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Flaumont-Waudrechies
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
Flaumont-Waudrechies
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Flaumont-Waudrechies

Flaumont-Waudrechies est une commune française, située dans le département du Nord en région Hauts-de-France.

Géographie

[modifier | modifier le code]
L'Helpe Majeure
Lever de soleil brumeux dans la vallée de l'Helpe Majeure à Flaumont-Waudrechies

Le village est situé à proximité d'Avesnes-sur-Helpe dans le sud-est du département du Nord à une centaine de kilomètres de Lille et à une quinzaine de kilomètres de la Belgique et du département de l'Aisne. La commune est traversée par l'Helpe Majeure, affluent de la Sambre. Administrativement, Flaumont-Waudrechies fait partie de l'Avesnois, historiquement du Hainaut, paysagèrement de la Thiérache.

Communes limitrophes

[modifier | modifier le code]
Communes limitrophes de Flaumont-Waudrechies
Bas-Lieu Beugnies Felleries
Flaumont-Waudrechies Sémeries
Avesnelles

En 2010, le climat de la commune est de type climat des marges montargnardes, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Nord-est du bassin Parisien, caractérisée par un ensoleillement médiocre, une pluviométrie moyenne régulièrement répartie au cours de l’année et un hiver froid (°C)[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,9 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 876 mm, avec 12,7 jours de précipitations en janvier et 9,9 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Saint-Hilaire-sur-Helpe à 5 km à vol d'oiseau[3], est de 10,5 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 802,4 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Au , Flaumont-Waudrechies est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[7]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Avesnes-sur-Helpe[Note 1], une agglomération intra-départementale regroupant cinq communes, dont elle est une commune de la banlieue[Note 2],[8],[9]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Avesnes-sur-Helpe, dont elle est une commune de la couronne[Note 3],[9]. Cette aire, qui regroupe 14 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,4 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (88,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (69,7 %), terres arables (18,7 %), zones urbanisées (6,6 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (3,6 %), forêts (1,4 %)[12]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Attestations anciennes : Flodobomonte, 921, cartulaire de l'abbaye de Maroilles, Florebemont, 1167, cartlaire de l'abbaye de Maroilles, Flaumont (cf. Bulletin de la commission historique du département du Nord - tome 9 - 1866).

D'après M. Gysseling, Flaumont serait *Wulfahraƀni montem « montagne de Wulfahraƀn », anthroponyme germanique formé de wulfa (« loup ») et de hraƀna (« corbeau »)[13].

Waudrechies

[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes : Waldrecias, 646, testament de Sainte-Aldegonde (Miroeus, III, 559), Evaudrechies, Carte de Cassini, Divers doc. : Audrecy, Wadrechies.

D'après M. Gysseling, Waudrechies proviendrait de *Waldarīciacas « appartenant à Waldarīk »[14], sur l'anthroponyme germanique Waldarik, basé sur les éléments waldan[15] (« commander ») et riki (« puissant »)[16], et suivi du suffixe -acum à l'accusatif pluriel qui a régulièrement abouti à la terminaison -ies dans le nord de la France.

  • Camp de César : sur le sommet d'une colline au Sud-Ouest du village, au-delà de l'Helpe Majeure, on voit, bien conservé, sur un terrain dont une grande partie est encore en friche, l'emplacement d'un camp romain[réf. nécessaire] établi d'après toutes les règles de la castramétation de cette époque, et qui est toujours désigné sous le nom de Catelet, Camp de César. Des parapets de deux mètres, au moins, de hauteur à l'intérieur, établis sur le pourtour du plateau, circonscrivaient une enceinte fortifiée, en forme de trapèze, d'une surface d'environ 15 hectares, divisée en deux parties inégales, par une levée de terre intérieure, et la défendaient par un talus de 25 mètres, très-escarpé et même perpendiculaire sur certains points. On a trouvé, en défrichant le plateau et les terrains voisins, des monnaies romaines de Gordien, d'Antonin-le-Pieux et de Vespasien, des boucles ou agrafes en bronze et de longs clous recourbés.
  • 843 : avec le Traité de Verdun, le partage de l'empire carolingien entre les trois petits-fils de Charlemagne octroie à Lothaire I, la Francie médiane qui comprend le Hainaut dont fait partie le village.
  • 855 : avec le Traité de Prüm qui partage la Francie médiane entre les 3 fils de Lothaire I, le Hainaut est rattaché à la Lotharingie dont hérite Lothaire II.
  • 870 : avec le Traité de Meerssen après la mort de Lothaire II, une partie de la Lotharingie dont fait partie le Hainaut est rattachée à la Francie occidentale.
  • 880 : avec le traité de Ribemont en 880, le Hainaut est rattaché à la Francie orientale qui deviendra le Saint-Empire romain germanique en 962.
  • Noms Anciens : 1083 Wulframmus mons dans la charte de Gérard, évêque de Cambrai; 1131 Mons Wlframni dans la bulle du pape Innocent II; 1184 Wulfraumont dans l'acte d'échange de biens entre les abbayes d'Hautmont et de Liessies[17] 921 Flodobomonte dans le cartulaire de l'Abbaye de Maroilles; 1167 Florbemont dans le cartulaire de l'abbaye de Liessies[18].
  • Flaumont fut concédé en 921 à l'abbaye de Maroilles, en même temps que d'autres possessions sur les bords des rivières de la Grande et de la Petite Helpe, par un diplôme du roi de France, Charles II. L'abbaye d'Hautmont y possédait aussi des biens, ainsi que la dîme et le terrage dont une partie revenait à celle de Liessies. L'église de Flaumont a été bâtie en 1545 ; elle était protégée par une massive construction carrée, placée en avant, sur une éminence et entourée d'une forte muraille. Ce dernier bâtiment qui constituait une véritable forteresse, a été complètement démoli dans le siècle dernier. L'église ne fut érigée en paroisse qu'en 1664 ; avant cette époque, elle n'était qu'une annexe de celle de Sémeries.
  • Waudrechies, autrefois Audrecy, est désigné en 646 par Waldrecias, dans le testament de Ste-Aldegonde (Mirœus, III, 559), qui le légua aux chanoines de St.-Quentin, de Maubeuge. Cette localité formait un village particulier, qui, d'après les nombreuses constructions qu'on y a découvertes, devait avoir une importance beaucoup plus considérable que celle qu'il a de nos jours. Son église, dédiée à Sainte Aldegonde, possédait, de sa patronne, des reliques reconnues authentiques par l'archevêque de Cambrai, Vander Burch et qui attiraient un assez grand nombre de pèlerins pour la guérison des fièvres. Il a été ravagé et entièrement détruit, si on en croit la tradition, vers 1521, pendant les guerres qui ont ruiné la contrée[19]. La chapelle de Waudrechies est ancienne, elle renferme une cloche qui porte la date de 1567.
  • Flaumont-Waudrechies se trouve sur les Plans cadastraux napoléoniens du 1813 et 1869[20].
  • Juillet 1901 : Inauguration et mise en service de la Ligne de chemin de fer Avesnes-sur-Helpe - Sars-Poteries. La ligne est ouverte au public le 20 juillet 1901. Elle relie Avesnes sur Helpe à Solre-le-Château, via le Flaumont-Waudrechies, Sémeries, Felleries, Sars-Poteries. Le trafic voyageur fonctionne jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale (16 août 1941).

Héraldique

[modifier | modifier le code]

Les armes de Flaumont-Waudrechies se blasonnent ainsi : "D'or à trois chevrons de sable."

La mairie
La mediathèque
La place

Politique et administration

[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats

[modifier | modifier le code]

Jean-Marie Vin devient maire à l'issue des élections municipales de mars 2001.

Le premier tour des élections municipales de 2020 se déroule le . Le confinement lié à la pandémie de Covid-19 retarde de deux mois l'élection des maires par les nouveaux conseils municipaux. Jean-Marie Vin est réélu maire pour un quatrième mandat le 27 mai avec dix voix sur onze.

Liste des maires

[modifier | modifier le code]

Maire de 1802 à 1807 : Vandermarcq[21],[22].

Titulaires de la fonction de maire de Flaumont-WaudrechiesVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDuréeÉtiquette
DébutFin
Jean-Marie Vin (d)[23],[24],[25]
(né le )
En cours23 ans et 4 mois

Population et société

[modifier | modifier le code]

Démographie

[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[27].

En 2021, la commune comptait 351 habitants[Note 4], en diminution de 7,39 % par rapport à 2015 (Nord : +0,23 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
291146327305412422435414402
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
391388367376367402403357450
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
457495515414414443406439422
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
431392320315352353364369371
2015 2020 2021 - - - - - -
379356351------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges

[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 37,9 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 23,1 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 181 hommes pour 192 femmes, soit un taux de 51,47 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[30]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
1,6 
5,8 
75-89 ans
5,5 
15,6 
60-74 ans
17,5 
23,1 
45-59 ans
18,6 
17,3 
30-44 ans
19,1 
20,2 
15-29 ans
16,9 
17,9 
0-14 ans
20,8 
Pyramide des âges du département du Nord en 2021 en pourcentage[31]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,4 
5,3 
75-89 ans
8,1 
14,8 
60-74 ans
16,2 
19,1 
45-59 ans
18,4 
19,5 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,2 
0-14 ans
18 

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]
  • L'église Saint-Victor de Flaumont (1545).
  • La chapelle Sainte-Aldegonde de Waudrechies (vers 1550).
  • L'oppidum Camp de César.
  • Le Moulin Cordier, moulin à eau de 1745. Le village se trouve sur la route touristique des moulins à eau de l'Avesnois.
  • Le kiosque à musique.
  • Monument aux morts.
  • Quelques chapelles-oratoires.

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Pour approfondir

[modifier | modifier le code]

Bibliographie

[modifier | modifier le code]

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  2. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite de banlieue lorsqu'elle n'est pas ville-centre, à savoir que sa population est inférieure à 50 % de la population de l’agglomération ou de la commune la plus peuplée. L'unité urbaine d'Avesnes-sur-Helpe comprend une ville-centre et quatre communes de banlieue.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. « Orthodromie entre Flaumont-Waudrechies et Saint-Hilaire-sur-Helpe », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « St-hilaire-sur-helpe » (commune de Saint-Hilaire-sur-Helpe) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « St-hilaire-sur-helpe » (commune de Saint-Hilaire-sur-Helpe) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  8. « Unité urbaine 2020 d'Avesnes-sur-Helpe », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  9. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Flaumont-Waudrechies ».
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Avesnes-sur-Helpe », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  13. « Maurits Gysseling: Toponymisch Woordenboek (1960) p. 359 », sur bouwstoffen.kantl.be (consulté le )
  14. « Maurits Gysseling: Toponymisch Woordenboek (1960) p. 1052 », sur bouwstoffen.kantl.be (consulté le )
  15. « Toponymie de la France », sur pandor.u-bourgogne.fr (consulté le )
  16. « Toponymie de la France », sur pandor.u-bourgogne.fr (consulté le )
  17. "Statistique archéologique du département du Nord" - seconde partie - 1867
  18. ("Bulletin de la commission historique du département du Nord - tome IX - 1866)
  19. "bulletin de la commission historique du département du Nord" - tome IX - 1866
  20. site internet des Archives départementales du Nord
  21. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 276, lire en ligne.
  22. « Annuaire statistique département du nord année 1807 », p. 130-131..
  23. C. H., C. P., R. H., M.-F. M., L. D. et O. T., « Les maires (ré)élus par leur conseil municipal pour les six prochaines années », La Voix du Nord, Lille, no 24240,‎ , p. 34 (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, BNF 34418428) :

    « Jean-Marie Vin, maire sortant, a été reconduit pour six ans en obtenant dix voix sur onze. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  24. « Jean-Marie Vin réélu à la tête de la commune », L'Observateur de l'Avesnois, no 19461,‎ , p. 15 (ISSN 0183-8415)Voir et modifier les données sur Wikidata
  25. L. Dufranne, « À Flaumont-Waudrechies, un quatrième mandat pour le maire Jean-Marie Vin », La Voix du Nord, Lille,‎ (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, BNF 34418428, lire en ligne) :

    « Jean-Marie Vin, maire sortant, a été reconduit dans ses fonctions pour six ans en obtenant dix voix sur onze. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  30. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Flaumont-Waudrechies (59233) », (consulté le ).
  31. Insee, « Évolution et structure de la population en 2021 - Département du Nord (59) », (consulté le ).