Maretz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maretz
Église Saint-Martin de Maretz.
Église Saint-Martin de Maretz.
Blason de Maretz
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Cambrai
Canton Le Cateau-Cambrésis
Intercommunalité Communauté de communes du Caudrésis - Catésis
Maire
Mandat
Pascal Lévêque
2014-2020
Code postal 59238
Code commune 59382
Démographie
Population
municipale
1 469 hab. (2014)
Densité 130 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 02′ 49″ nord, 3° 25′ 11″ est
Altitude Min. 123 m
Max. 166 m
Superficie 11,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Maretz

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Maretz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maretz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maretz

Maretz est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

La commune s'étend le long de la D932 (dite « Chaussée Brunehaut ») sur plus de 4 km. Elle administre aussi le hameau d'Avelu (100 habitants) situé le long de la D111 entre Maretz et Élincourt.

Le nom jeté des habitants de Maretz est les Culs Frais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Maretz
Clary Bertry Maurois
Élincourt Maretz Busigny
Prémont

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve le village mentionné au long des XIe au XIVe siècles sous les noms Marets, Maerech, Marez, Maareth, Maarech, Maray ou Marais, Marest. Selon Boniface[2] ces noms se rapportent aux marais de la vallée humide où est situé le village.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 14 juillet 1712, les troupes anglaises du duc d'Ormont enferment les habitants du village de Maretz dans leur église et y mettent le feu. Près de 350 personnes périssent dans les flammes. Les 150 maisons de la paroisse sont ensuite réduites en cendres[3].

Dès le XIXe siècle, la commune de Maretz a accueilli beaucoup de filatures comme de nombreuses localités du Cambrésis. Depuis les années 1970, toutes ces filatures textiles ont fermé expliquant le déclin démographique relatif du village. Parmi les entreprises passées importantes, nous retiendrons G.T.N. (Groupement Textile du Nord) délocalisé et les Entreprises Lasson.

Le , un incendie volontaire détruit totalement la mairie de Maretz[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Maretz (59) Nord-France.svg

Les armes de Maretz se blasonnent ainsi : "De gueules à une rose tigée et feuillée d'argent."

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Photographie montrant la mairie et la poste avant l'incendie de mai 2012
La mairie et la poste avant l'incendie de mai 2012
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1805   Jean Baptiste Leduc    
1817   Duva    
1830   Danjou    
1835   Pierre Joseph Dégardin    
1852 1861 Ghislain Mention    
1862 1865 Victor Taisne    
1883 ? 1883 ? Poëte Taisne    
1885 1889 Théodore Lefevre    
1890   Lévèque Leduc    
1987 mars 2008 Guy Raviteau PS  
mars 2014 Aimé Bleuse DVG  
2014 en cours Pascal Lévêque DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Guy Rativeau a été maire de la commune pendant 21 ans. Sa vie politique a été notamment ponctuée par son association à la candidate PS aux législatives de 2002, Mme Brigitte Douay, actuellement députée européenne.

Le 9 mars 2008, à la suite du premier tour des élections municipales, à la surprise générale, M. Guy Rativeau (maire depuis 1987) est battu. M. Aimé Bleuse est élu. Candidat sans étiquette, il est membre du parti socialiste mais n'a pas reçu d'investiture officielle dudit parti.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 469 habitants, en diminution de -1,54 % par rapport à 2009 (Nord : 1,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 400 1 257 1 471 1 687 1 983 2 107 2 314 2 485 2 595
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 723 3 138 3 217 3 022 3 123 3 228 3 084 2 966 2 874
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 773 2 912 2 556 2 312 2 289 2 191 2 029 1 949 1 877
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 747 1 717 1 595 1 497 1 416 1 363 1 428 1 481 1 469
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Maretz en 2007 en pourcentage[9].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,6 
5,3 
75 à 89 ans
7,6 
11,9 
60 à 74 ans
13,9 
19,6 
45 à 59 ans
18,1 
22,3 
30 à 44 ans
19,9 
16,5 
15 à 29 ans
19,8 
24,3 
0 à 14 ans
20,2 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[10].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin, détruite à plusieurs reprises et construite à l'origine grâce à Fénelon, qui a pu exempter le village d'impôts.

Il y a 2 monuments dédiés aux morts pour la France. Un, en hommage aux soldats de la guerre de 1870, est dans le cimetière communal, rue des Alliés (en direction du Hameau d'Avelu). L'autre est érigé face à la mairie et face à l'église. Ce monument est dédié aux morts des guerres 1914-1918 et 1939-1945. Une statue d'un soldat français de 1918 (de taille proche du réel) domine ce dernier monument.

Deux chapelles sont présentes sur le territoire communal. Une, un peu exurbanisée, proche de la Cité Jardins, en direction du Cateau-Cambrésis. Une représentation du Christ crucifié y trône. L'autre chapelle est de taille plus réduite. Elle se situe à Avelu (hameau administré par Maretz) et a été récemment restaurée.

Une plaque a été érigée en mémoire des combattants français morts en A.O.F et A.E.F., sous l'impulsion du maire, M. Guy Rativeau.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Fernand Lantoine, né à Maretz en 1878 et mort à Paris en 1955, peintre français

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Boniface, Etude sur la signification des noms topographiques de l'arrondissement de Cambrai, Valenciennes, Impr. Louis Henry, (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]