Floursies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Floursies
Floursies
Ancien kiosque à musique.
Blason de Floursies
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de l'Avesnois
Maire
Mandat
Alain Deltour
2020-2026
Code postal 59440
Code commune 59240
Démographie
Gentilé Floursiciens, Floursiciennes
Population
municipale
127 hab. (2021 en diminution de 3,05 % par rapport à 2015)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 10′ 56″ nord, 3° 58′ 10″ est
Altitude Min. 177 m
Max. 208 m
Superficie 4,65 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Maubeuge (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Avesnes-sur-Helpe
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Floursies
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Floursies
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
Floursies
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Floursies

Floursies est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Floursies se situe dans le sud-est du département du Nord (Hainaut) en plein cœur du Parc naturel régional de l'Avesnois. L'Avesnois est connu pour ses prairies, son bocage et son relief un peu vallonné dans sa partie sud-est (début des contreforts des Ardennes), dite « petite Suisse du Nord ».

En fait, Floursies fait partie administrativement de l'Avesnois, historiquement du Hainaut et ses paysages rappellent la Thiérache.

La commune se trouve à 95 km de Lille (préfecture du Nord) ou Bruxelles, à 40 km de Valenciennes, Mons (B) et à 8 km d'Avesnes-sur-Helpe (sous-préfecture).

La Belgique et le département de l'Aisne se trouvent à 15 km.

Les communes proches de Floursies sont : Semousies, Dourlers, Beugnies, Saint-Aubin, Éclaibes, Beaufort, Wattignies-la-Victoire, Dimont.

Floursies doit peut-être son nom à un temple romain dédié à Flore.

Un aqueduc romain partait de Floursies pour alimenter Bavay en eau.

Floursies comporte des espaces boisés qui forment la Haie d'Avesnes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Floursies
Éclaibes Beaufort Wattignies-la-Victoire
Floursies
Dourlers Beugnies

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat des marges montargnardes, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Nord-est du bassin Parisien, caractérisée par un ensoleillement médiocre, une pluviométrie moyenne régulièrement répartie au cours de l’année et un hiver froid (°C)[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,7 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,9 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 902 mm, avec 12,9 jours de précipitations en janvier et 10,4 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Saint-Hilaire-sur-Helpe à 7 km à vol d'oiseau[3], est de 10,5 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 802,4 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Floursies est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Maubeuge (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 65 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (70,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (70,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (40,1 %), prairies (30 %), forêts (23,7 %), zones urbanisées (6,2 %)[12]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Noms anciens : Florgies, 1180, bulle du pape Alexandre III (cf Statistique archéologique du département du Nord - seconde partie - 1867), Florsies, 1140, cart. de l'abb. de Liessies. — Floresies, 1151, id. — Florsies, 1162, Mirœus, III, 342. Floresies, 1186, J. de Guise, XII, 339. — Floresies, 1249, cart. de l'abb. de Liessies. — Floresies, 1349, pouillé de Cambrai. — Fontaine-Florie, Vinchant, annales du Hainau. — Florezies. — Florsies — Florzies. — Floursy. — Floursies. — Documents divers (cf Bulletin de la commission historique du département du Nord - tome IX - 1866).

D'après Maurits Gysseling, Floursies viendrait d'un anthroponyme germanique, Flōrtso[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 843 : avec le traité de Verdun, le partage de l'empire carolingien entre les trois petits fils de Charlemagne octroie à Lothaire I, la Francie médiane qui comprend le Hainaut dont fait partie le village.
  • 855 : avec le traité de Prüm qui partage la Francie médiane entre les trois fils de Lothaire I, le Hainaut est rattaché à la Lotharingie dont hérite Lothaire II.
  • 870 : avec le traité de Meerssen après la mort de Lothaire II, une partie de la Lotharingie dont fait partie le Hainaut est rattachée à la Francie occidentale.
  • 880 : avec le traité de Ribemont en 880, le Hainaut est rattaché à la Francie orientale qui deviendra le Saint-Empire romain germanique en 962.
  • Monuments : Il ne reste plus aujourd'hui que le bassin circulaire qui renferme l'abondante fontaine dont les eaux alimentaient, sous les Romains, la ville de Bavay, au moyen d'un aqueduc de plus de 20 kilomètres de longueur. Les constructions romaines qui entouraient cette fontaine et l'aqueduc lui-même, dont, selon Vinchant, on voyait encore les ruines au XVIIe siècle, ont entièrement disparu. L'église actuelle, qui date de 1755, a été, sans aucun doute, reconstruite sur l'emplacement et avec les matériaux d'une plus ancienne et peut-être même avec ceux d'un temple que les Romains auraient élevé à Flore en cet endroit. Des fondations cimentées et un pavé en larges dalles, découvert dans une prairie au nord de l'église, font supposer qu'outre les constructions qui bordaient la fontaine, il existait anciennement d'autres habitations dans ses environs[14].
  • Plans du cadastre napoléonien (1813 et 1868) de Floursies : site internet des Archives départementales du Nord
  • 1914-1918 - Première guerre mondiale : Floursies se trouve en zone occupée par les troupes Allemandes d'août 1914 jusqu'au 8 novembre 1918, date où le village est libéré par des troupes britanniques, au sein desquelles 5 soldats irlandais trouveront la mort. Leurs noms figurent sur le monument aux mot de Floursies.
  • 1921 : Inauguration du monument aux morts le 24 juillet 1921.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Les armes de Floursies se blasonnent ainsi : D’azur à trois clefs d’or mises en pal, les pannetons en haut et à dextre..

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie
  • Maire en 1802-1803 : Alex. Thiroux[15].
  • Maire en 1807 : Wautier[16].
  • Jacques Ansieau, maire en 1981 (réf. : JO du 15 avril 1981).
  • Maire en 1881 : Stordreau[17].
Titulaires de la fonction de maire de FloursiesVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDuréeÉtiquette
DébutFin
Fernand Debarle (d)[18]
( - )
12 ans et 9 mois
Alain Deltour (d)[19]
(né le )
En cours16 ans et 1 mois

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[21].

En 2021, la commune comptait 127 habitants[Note 3], en diminution de 3,05 % par rapport à 2015 (Nord : +0,23 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
151147209181220233240238231
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
225248216203200183174185176
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
168149147151164138134145160
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
153139127136129129135134138
2015 2020 2021 - - - - - -
131127127------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 34,6 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 27,5 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 63 hommes pour 64 femmes, soit un taux de 50,39 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,0 
4,8 
75-89 ans
6,3 
19,0 
60-74 ans
25,0 
27,0 
45-59 ans
17,2 
17,5 
30-44 ans
14,1 
15,9 
15-29 ans
21,9 
15,9 
0-14 ans
15,6 
Pyramide des âges du département du Nord en 2020 en pourcentage[25]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,4 
5,1 
75-89 ans
14,6 
60-74 ans
16 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,5 
30-44 ans
18,7 
20,6 
15-29 ans
19,1 
20,5 
0-14 ans
18,2 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. « Orthodromie entre Floursies et Saint-Hilaire-sur-Helpe », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « St-hilaire-sur-helpe » (commune de Saint-Hilaire-sur-Helpe) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « St-hilaire-sur-helpe » (commune de Saint-Hilaire-sur-Helpe) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Maubeuge (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  13. « Maurits Gysseling: Toponymisch Woordenboek (1960) p. 364 », sur bouwstoffen.kantl.be (consulté le )
  14. Bulletin de la commission historique du département du Nord - tome IX - 1866)
  15. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 276, lire en ligne.
  16. « Annuaire statistique du département du Nord Année 1807 », sur LillOnum Bibliothèque numérique, p. 132-133 (image 162-163).
  17. « Le Petit Nord : journal politique quotidien ["puis" journal républicain quotidien du matin "puis" journal républicain absolument indépendant] », sur Gallica, (consulté le ), p. 2-3..
  18. G. B., « Floursies : Fernand Debarle, l’ancien maire, est décédé à l’âge de 87 ans », La Voix du Nord,  : « Fernand Debarle qui fut maire de Floursies de 1995 à 2008 est décédé mardi à Avesnes-sur-Helpe à l’age de 87 ans. »
  19. « Floursies: Alain Deltour à la tête d’un conseil qui n’aura pas de troisième adjoint », La Voix du Nord,  : « Ensuite l’élection du maire a pu se dérouler, avec la majorité des voix pour Alain Deltour, 66 ans, retraité et maire sortant. »
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  24. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Floursies (59240) », (consulté le ).
  25. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Nord (59) », (consulté le ).