Amfroipret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amfroipret
Amfroipret, mairie et monument aux morts.
Amfroipret, mairie et monument aux morts.
Blason de Amfroipret
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Canton Aulnoye-Aymeries
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Mormal
Maire
Mandat
Jacky Beth
2014-2020
Code postal 59144
Code commune 59006
Démographie
Gentilé Aufridiennes, Aufridiens
Population
municipale
239 hab. (2014)
Densité 155 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 16′ 50″ nord, 3° 44′ 18″ est
Altitude Min. 125 m – Max. 146 m
Superficie 1,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Amfroipret

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Amfroipret

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Amfroipret

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Amfroipret

Amfroipret est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Aufridiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Position d'Amfroipret par rapport aux communes limitrophes.
Communes limitrophes d’Amfroipret
Preux-au-Sart Bermeries Bermeries
Gommegnies Amfroipret Bermeries
Gommegnies Gommegnies Obies

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Voie de communication et transport[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom d'Amfroipret (Ansfridi pratum, pré d'Ansfroi) mentionné dès 1147, tire vraisemblablement son origine de la sédentarisation des Francs. Il est attesté en 1297 dans une correspondance de Jean d'Avesnes, comte de Hainaut.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1340, au début de la guerre de Cent Ans, les Français brûlèrent le village.

D'après une gouache des Albums de Croÿ, Amfroipret possédait au début du XVIIe siècle, un important château médiéval qui comprenait de nombreuses tours carrées de hauteurs inégales; à l'une d'elles était adossée une svelte tourelle cylindrique coiffée d'une flèche aigüe[1]. Bâti par Pierre de Haynin, dit Brongnart, grand bailli de Hainaut de 1408 à 1417, le château est déjà en ruines au XVIIIe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Tendance politique[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Emmanuel Legat UMP  
mars 2008 en cours
(au 4 avril 2014)
Jacky Beth   Réélu pour le mandat 2014-2020[2]

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 239 habitants, en augmentation de 11,16 % par rapport à 2009 (Nord : 1,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
158 124 260 280 269 300 340 328 337
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
351 319 322 282 274 288 284 258 263
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
235 242 218 190 215 214 176 176 169
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
164 157 148 150 173 156 201 228 239
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Amfroipret en 2007 en pourcentage[7].
Hommes Classe d’âge Femmes
1,0 
90 ans ou +
1,0 
3,1 
75 à 89 ans
7,8 
8,2 
60 à 74 ans
8,7 
17,3 
45 à 59 ans
18,4 
27,6 
30 à 44 ans
26,2 
10,2 
15 à 29 ans
18,4 
32,7 
0 à 14 ans
19,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage[8].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 

Santé[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école.

Amfroipret est située dans l'académie de Lille.

Sports[modifier | modifier le code]

Média[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité du village est essentiellement rurale, même si une brasserie a fonctionné à la fin du XIXe siècle.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Nicolas, construite en 1860 avec sol en pierres bleues. Elle renferme des fonts baptismaux datés de 1514.
  • Croix dans l'église, classée monument historique au titre d'objet[réf. nécessaire].
  • Croix de chemin, datant de 1818, avec inscription Yce ono ma nu aurom petet in cruse[9].
  • Brasserie-malterie Carlier, classée monument historique[réf. nécessaire].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Amfroipret

Les armes d'Amfroipret se blasonnent ainsi : « D’azur au lion d’argent, au chef d’or. »

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le guide des châteaux de France, Nord, Éditions Hermé, 1986
  2. « Jacky Beth, reconduit dans ses fonctions de maire », La Sambre La Frontière, no 1921,‎ , p. 27
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Evolution et structure de la population à Amfroipret en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 23 juillet 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 mai 2014)
  9. J. Ca., « L'acte d'amour de Mme Stordeur à son fils, Jacques, grognard de Napoléon », La Voix du Nord, (consulté le 23 juillet 2013)