Pommereuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pommereuil
Pommereuil
Le village.
Blason de Pommereuil
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Cambrai
Intercommunalité Communauté de communes du Caudrésis - Catésis
Maire
Mandat
Pascal Paquet
2020-2026
Code postal 59360
Code commune 59465
Démographie
Gentilé Pommereullois
Population
municipale
776 hab. (2019 en diminution de 0,77 % par rapport à 2013)
Densité 120 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 06′ 46″ nord, 3° 35′ 48″ est
Altitude Min. 91 m
Max. 153 m
Superficie 6,45 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Le Cateau-Cambrésis
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Cateau-Cambrésis
Législatives Dix-huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Pommereuil
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Pommereuil
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pommereuil
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pommereuil
Liens
Site web lepommereuil.fr

Le Pommereuil ou Pommereuil est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

« Pommereuil » est le nom officiel de la commune selon le code officiel géographique de l'Insee[1], bien que « Le Pommereuil », synonyme de « pommeraie », soit la forme la plus utilisée localement. On dit toujours : J'habite au Pommereuil et non ... à Pommereuil et on parle des habitants du Pommereuil. Le site de la mairie s'intitule « Site de la mairie de Le Pommereuil »[2].

Cette petite commune rurale, longtemps dépendante de la ville voisine du Cateau-Cambrésis, est à la jonction de deux terroirs différents : le Cambrésis, terre d'openfield et de grande culture, et l'Avesnois bocager et forestier. Appartenant au premier administrativement et historiquement, elle se rattache aux paysages du second par sa proximité avec le Bois-l'Évêque (forêt domaniale de Bois-l'Évêque appelée également Bois du Pommereuil) et son inclusion dans le parc naturel régional de l'Avesnois.

Les habitants sont appelés les Pommereullois[3]. Le nom jeté des habitants du Pommereuil est les Coucous ou, moins connu, les Planteux de perches[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village du Pommereuil est situé dans la région Nord-Pas-de-Calais, le département du Nord et l'arrondissement de Cambrai, à environ 4 km au nord-est du Cateau-Cambrésis, 24 km d'Avesnes-sur-Helpe, 26 km de Cambrai et 28 km de Valenciennes, à vol d'oiseau [Note 1].

Le Pommereuil est dans le périmètre du parc naturel régional de l'Avesnois, sur sa bordure ouest[5]. La lisière ouest de la forêt domaniale de Bois-l'Évêque est contigüe à la limite du territoire communal et aux dernières maisons du village[6].

Communes limitrophes de Pommereuil
Forest-en-Cambrésis
Le Cateau-Cambrésis Pommereuil Ors
Bazuel

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Photographie montrant l'étang du Flaquet dans le Bois-l'Évêque en hiver
L'étang du Flaquet dans le Bois-l'Évêque en hiver
Plan du Pommereuil

Le village du Pommereuil est situé à la jonction de deux régions naturelles : le Cambrésis, terre de champ ouvert (ou openfield) et de culture intensive, auquel il appartient administrativement, et l'Avesnois, pays de bocage, de forêts et d'élevage. Le sous-sol est fait de couches de calcaire du crétacé. Le village s'est construit à une altitude de 150 m environ, sur une pente couronnée par le Bois-l'Évêque et délimitée, au nord et à l'est, par des ruisseaux affluents de la Selle.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune du Pommereuil est située dans le bassin de l'Escaut. Le ruisseau de Richemont s'écoule en contrebas du village vers le nord-ouest et forme la limite occidentale du finage avec celui du Cateau-Cambrésis. Il rejoint la Selle, affluent de rive droite de l'Escaut, à Montay. Le ruisseau du Cambrésis (ou « riot du Cambrésis ») prend sa source dans le Bois-l'Évêque et s'écoule en direction sud-ouest, formant la limite nord de la commune avec celle de Forest-en-Cambrésis, pour rejoindre le ruisseau de Richemont en amont de Montay[7].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[8]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[9].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 2]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[8]

  • Moyenne annuelle de température : 10 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 14,8 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 4] : 805 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9,5 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[12] complétée par des études régionales[13] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Étreux », sur la commune d'Étreux, mise en service en 1956[14] et qui se trouve à 14 km à vol d'oiseau[15],[Note 5], où la température moyenne annuelle est de 10,2 °C et la hauteur de précipitations de 839,4 mm pour la période 1981-2010[16]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 6], « Saint-Quentin », sur la commune de Fontaine-lès-Clercs, dans le département de l'Aisne, mise en service en 1933 et à 43 km[17], la température moyenne annuelle évolue de 10 °C pour la période 1971-2000[18] à 10,3 °C pour 1981-2010[19], puis à 10,8 °C pour 1991-2020[20].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le Pommereuil est située au croisement des routes départementales no 959 (ex-route nationale 359), qui relie Le Cateau-Cambrésis à Maubeuge via Landrecies et Aulnoye-Aymeries, et no 86 de Forest-en-Cambrésis à Mazinghien[7].

La commune est desservie par la ligne 337 du Cateau-Cambrésis à Mazinghien du réseau Arc en Ciel 3, groupement composé de six entreprises de transport locales[21]. Quatre arrêts se trouvent sur le territoire de la commune (Rue du Cateau, École, Place des Combattants, St-André).

La gare SNCF la plus proche est celle du Cateau-Cambrésis.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pommereuil est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 7],[22],[23],[24].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction du Cateau-Cambrésis, dont elle est une commune de la couronne[Note 8]. Cette aire, qui regroupe 11 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[25],[26].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (90,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (48,4 %), terres arables (40,1 %), zones urbanisées (11,3 %), forêts (0,2 %)[27].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[28].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2008, Le Pommereuil comptait 275 résidences principales, auxquelles s'ajoutaient 16 logements vacants, soit 5,4 % du total, et cinq résidences secondaires. Les maisons représentaient 100 % de l'ensemble des logements, pourcentage égal à celui du recensement de 1999 et très nettement supérieur à celui observé dans le département du Nord (68,6 %).

La part de résidences principales datant d'avant 1949 s'élevait à 60,8 %. Pour les constructions plus récentes, 20,9 % des logements dataient d'entre 1949 et 1974 et 18,4 % d'après 1975[29]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village tire vraisemblablement son nom du latin pomarolium qui signifie verger planté de pommiers. Un « pommereuil » est une pommeraie, un lieu planté de pommiers, selon le Dictionnaire étymologique de la langue française de Jean-Baptiste-Bonaventure de Roquefort[30]. Sur la carte de Cassini, le village apparaît sous le nom de « Pomereul ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant la période antique, le territoire était peuplé par les Nerviens, dont les chefs-lieux, sous l'administration romaine, furent Bavay puis Cambrai.

Au Moyen Âge, le village de Wasvillers, mentionné pour la première fois en 852 et terre de « franc alleu », c'est-à-dire libre de droits féodaux, se trouvait entre Le Pommereuil, Montay et Forest-en-Cambrésis. Détruit par un ouragan en 1606, il prit le nom de Hurtevent, avant de disparaître complètement[31]. Le chemin d'Urtevent est une des rues du Pommereuil. Le nom « Hurtevent » figure sur la carte de Cassini et « Hurlevent » figure encore sur les cartes de l'Institut géographique national, au nord-ouest du village[32].

Jusqu'au XVIIe siècle, Le Pommereuil n'était qu'un hameau dépendant du Cateau-Cambrésis, ville fondée en 1001 par l’évêque de Cambrai. Ce n'est qu'en 1716 que la paroisse Saint-Michel fut fondée, bien que l'église ait été construite antérieurement, vers 1620. La paroisse, agrandie du territoire de Waswiller, devint une commune rattachée au district de Cambrai en 1790[31].

Cimetière britannique du Pommereuil

Le , au début de la Première Guerre mondiale, le village se trouva au centre de la bataille du Cateau, qui permit au Corps Expéditionnaire Britannique, malgré des pertes importantes, de faire retraite vers Saint-Quentin et Paris[33]. À la fin de la guerre, les Allemands, chassés de la ligne Hindenburg après la deuxième bataille de Cambrai du 8 au , prirent une nouvelle position défensive sur la Selle. La bataille de la Selle, lancée par les Britanniques le , avait pour but de les en repousser. De violents combats eurent lieu au Pommereuil les 23 et [34].

Le village et la forêt environnante, le Bois-l'Évêque, furent très endommagés le par une tornade de type EF4 (échelle de Fujita améliorée) de 2 500 m de large, qui a fait dans la région 7 morts, 61 blessés, a détruit 600 maisons et arraché 16 800 pommiers, occasionnant 130 millions de francs de dégâts[31]. Au Pommereuil, 234 des 238 maisons du village ont été endommagées. De nombreuses bâtiments du village portent encore les séquelles de la tornade. Autre commune voisine touchée par la tornade : Fontaine-au-Bois.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La commune ayant entre 500 et 1 500 habitants le nombre de conseillers municipaux est de 15. Depuis 2008 le maire est Marc Dufrenne.

La commune appartenait jusqu'au à la Communauté de communes de Haute Sambre-Bois l'Évêque (CCHSBE) dont elle était le siège. Depuis le cette communauté a fusionné avec la Communauté de communes du Caudrésis-Catésis[35], qui est devenue en 2019 la Communauté d'agglomération du Caudrésis - Catésis.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 2020 Marc Dufrenne PS  
mai 2020 En cours Pascal Paquet [36]   Agent SNCF
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La protection et la mise en valeur de l'environnement font partie des compétences optionnelles de la communauté de communes du Caudrésis-Catésis à laquelle Le Pommereuil appartient depuis le [37].

Le territoire communal est en partie couvert par deux zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF), un des éléments majeurs de la politique de protection de la nature et de prise en compte de l'environnent dans l'aménagement du territoire : une ZNIEFF de type 1 correspond aux vallées du riot du Cambrésis et du ruisseau de Richemont ; une autre couvre la lisière du Bois-l'Évêque ; enfin une ZNIEFF de type 2, qui couvre la forêt de Mormal et les zones bocagères associées, concerne la totalité du territoire communal[38],[39].

Le finage du Pommereuil est également entièrement inclus dans les limites du parc naturel régional de l'Avesnois. Par la nouvelle charte du parc datant du , les collectivités du territoire s’engagent à mettre en œuvre un projet de développement durable du territoire[40].

Jumelages[modifier | modifier le code]

En , Le Pommereuil n'est jumelée avec aucune autre commune[41].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[43].

En 2019, la commune comptait 776 habitants[Note 9], en diminution de 0,77 % par rapport à 2013 (Nord : +0,49 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7839308271 0031 1641 1481 2361 3431 344
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5231 5511 5701 5091 5071 3291 3611 3011 259
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1601 1011 047848807789751723749
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
730701756707752717742749782
2018 2019 - - - - - - -
765776-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[44] puis Insee à partir de 2006[45].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 38,3 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 22,6 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 384 hommes pour 381 femmes, soit un taux de 50,2 % d'hommes, légèrement supérieur au taux départemental (48,23 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[46]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
0,5 
6,0 
75-89 ans
6,0 
15,9 
60-74 ans
16,3 
19,5 
45-59 ans
19,7 
18,8 
30-44 ans
20,2 
18,8 
15-29 ans
18,4 
20,6 
0-14 ans
18,9 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[47]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Lille, de l'inspection académique du Nord et de la circonscription de Cambrai-Le Cateau. Elle gère l'école élémentaire publique de la rue du Cateau (plateau scolaire Marcelle-Marquant)[48].

Santé[modifier | modifier le code]

Il y a une infirmière au Pommereuil, mais ni médecin ni établissement de santé dans la commune. L'hôpital le plus proche est le Centre hospitalier du Cateau-Cambrésis.

Cultes[modifier | modifier le code]

Les Pommereuillois disposent d'un lieu de culte catholique : l'église Saint-Michel, rattachée à la paroisse Notre-Dame de la Fraternité du Cateau-Cambrésis, dans le diocèse de Cambrai[31].

Sports[modifier | modifier le code]

Il y a plusieurs sports pratiqués dans la commune : le football avec le club du « Football club de le Pommereuil » qui possède une équipe senior et des catégories de jeunes (U 17, U 15, U 13, U 11, U 9 et U6)[49]. L'équipe senior évolue en 4e division du District de l'Escaut en 2011-2012[50].

Il y a aussi de la gymnastique féminine, du tir à l'arc, du tennis de table, de la danse, de la pétanque et de l'acrogym[51].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2009, le revenu fiscal médian par ménage était de 15 475 , ce qui plaçait Le Pommereuil au 25 234e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[52].

Emploi[modifier | modifier le code]

Le Pommereuil se trouve dans le bassin d'emploi du Cambrésis. L'agence Pôle emploi pour la recherche d'emploi la plus proche est localisée au Cateau-Cambrésis.

En 2010, la population du Pommereuil se répartissait ainsi : 69 % d'actifs, ce qui est inférieur au 71,6 % d'actifs de la moyenne nationale et 10,7 % de retraités, un chiffre supérieur au taux national de 8,5 %. Le taux de chômage était de 10,7 % contre 11,3 % en 1999[29].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , Le Pommereuil comptait 30 établissements actifs[29].

Répartition des établissements par domaines d'activité au

  Ensemble Agriculture Industrie Construction Commerce Services
Nombre d'établissements 30 8 0 5 12 5
% 100 % 26,7 % 0 % 16,7 % 40,0 % 16,7 %
Sources des données : INSEE[29]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Photographie montrant la façade de l'église
L'église Saint-Michel
Ferme du bois d'Evillers

L'église Saint-Michel fut construite entre 1620 et 1628 sous l'épiscopat de Mgr François Van Der Burch, archevêque de Cambrai. C'est l'une des plus belles églises fortifiées du Cambrésis, bâtie en grès et en briques et caractérisée par deux tourelles encadrant le clocher-porche. Les bas-côtés sont séparés de la nef par des colonnes de pierre bleue[53].

Le portail monumental de la ferme du Bois d'Evillers fut édifié à la fin du XIXe siècle avec les matériaux d'une ancienne porte de la ville de Landrecies[54]. La ferme se trouve sur le site de Wasvillers.

Le Pommereuil British Cemetery est un cimetière militaire britannique géré par la Commonwealth War Graves Commission. Situé au sud de la route départementale 959, bordé par la départementale et la petite rue du Cateau, il fut établi par la 25th Division après les combats meurtriers des 23 et qui aboutirent à la capture du village[55].

Un mini musée de la Grande Guerre et de la Seconde Guerre mondiale se trouve face à l'église du Pommereuil[56].

Le « Sentier bocager de Pommereuil » a été créé par le conseil général du Nord : long de 4,5 km, il permet de découvrir en h 30 de marche les paysages variés de la commune, du bocage et de la forêt[57].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

armes du Pommereuil

Les armes du Pommereuil se blasonnent ainsi : « D'argent à la croix ancrée de sable ».

Les armoiries sont celles de la famille de Neufvilly[59]


Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « orthodromie : distance à vol d'oiseau », sur le site lion1906.com, site personnel de Lionel Delvarre (consulté le ).
  2. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[10].
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[11].
  5. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  6. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  7. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  8. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Code Géographique », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. « Accueil », sur le site de la mairie (consulté le ).
  3. « Nom des habitants des communes françaises, Pommereuil », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le ).
  4. J.-N. D., « Coucous ou planteux de perches, au Pommereuil, on assume ses origines », lavoixdunord.fr, (consulté le ).
  5. « Présentation », sur le site du parc naturel régional de l'Avesnois (consulté le ).
  6. « Voir la carte » sur Géoportail (consulté le 31 décembre 2011.)..
  7. a et b « Photo-scan » sur Géoportail (consulté le 31 décembre 2011.)..
  8. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  9. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  10. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  11. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  12. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  13. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  14. « Station Météo-France Étreux - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  15. « Orthodromie entre Pommereuil et Étreux », sur fr.distance.to (consulté le ).
  16. « Station Météo-France Étreux - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  17. « Orthodromie entre Pommereuil et Fontaine-lès-Clercs », sur fr.distance.to (consulté le ).
  18. « Station météorologique de Saint-Quentin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  19. « Station météorologique de Saint-Quentin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  20. « Station météorologique de Saint-Quentin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  21. « Carte réseau Arc-en-ciel 3 - Lignes de Bus », sur le site du réseau Arc-en-ciel CambrésiX (consulté le ).
  22. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  24. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Le Cateau-Cambrésis », sur insee.fr (consulté le ).
  26. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  27. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  28. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  29. a b c et d [PDF] « Résultats du recensement de la population 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  30. Jean-Baptiste-Bonaventure de Roquefort, Dictionnaire étymologique de la langue françoise, t. 2, Paris, Decourchant, Imprimeur-Éditeur, (lire en ligne).
  31. a b c et d « Pommereuil - église Saint Michel », sur le site du diocèse de Cambrai (consulté le ).
  32. « Photo-scan » sur Géoportail (consulté le 31 décembre 2011)..
  33. (en) Micheal Duffy, « The Battle of Le Cateau, 1914 », sur le site firstworldwar.com, (consulté le ).
  34. (en) Rickard, J, « Battle of the Selle, 17-25 October 1918 », sur le site historyofwar.org, (consulté le ).
  35. « Les membres du bureau et leurs délégations », sur le site du quotidien La Voix du Nord, (consulté le ).
  36. https://reader.cafeyn.co/fr/1978716/21599238
  37. « Les statuts - Compétences optionnelles », sur le site de la communauté de communes du Caudrésis Catésis (consulté le ).
  38. « Liste des ZNIEFF dans la commune : Pommereuil (Nord) », sur le site du muséum national d'histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel, 2003-2011 (consulté le ).
  39. « Voir la carte » sur Géoportail (consulté le 5 janvier 2012.)..
  40. « Un nouveau projet pour le territoire », sur le site du parc naturel régional de l’Avesnois (consulté le ).
  41. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le ).
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  44. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  45. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  46. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Pommereuil (59465) », (consulté le ).
  47. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  48. « Les écoles du département - Pommereuil », sur le site de l'inspection académique du Nord (consulté le ).
  49. « page sur les équipes », sur le site du FC Pommereuil (footéo) (consulté le ).
  50. « page sur le classement de la poule C de 4e division », sur le site du district de football de l'Escaut (consulté le ).
  51. « page sur les loisirs », sur le site de la commune du Pommereuil (consulté le ).
  52. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  53. « Eglise Saint-Michel de Pommereuil », sur le site de Tourisme en Cambrésis (consulté le ).
  54. « Ferme du Bois d'Evillers », sur le site de Tourisme en Cambrésis (consulté le ).
  55. (en) « POMMEREUIL BRITISH CEMETERY », sur le site de la Commonwealth War Graves Commission (consulté le ).
  56. « Mini musée 1ère et seconde guerre », sur le site de Tourisme en Cambrésis (consulté le ).
  57. « Sentier bocager de Pommereuil », sur le site du parc naturel régional de l'Avesnois (consulté le ).
  58. Si François Stanislas Cloëz est né à Ors, rue Basuel (où résidaient ses parents agriculteurs), cette rue est partie intégrante de la commune du Pommereuil depuis 1854. Cf. Biographie de François Stanislas Cloëz, pages 17-20 de : « Monographie Communale de Pommereuil » Accès libre, sur monographies-catesis.fr (consulté le ), volume 12 d’un ensemble intitulé Monographie des communes du canton du Cateau-Cambrésis, réalisé en 1899/1900 par les instituteurs dudit canton à la demande de l'inspection académique ; Retrancription (depuis le manuscrit) faite dans les années 2000 par Jacques Bouvart, Christiane Bouvart, Aude Bouvart et Quentin Bouvart.
  59. Source: Cambrésis terre d'histoire