Jenlain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jenlain
Jenlain
L'église Saint-Martin vue de l'ancienne voie ferrée.
Blason de Jenlain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Intercommunalité CC du Pays de Mormal
Maire
Mandat
Johan Dremaux
2020-2026
Code postal 59144
Code commune 59323
Démographie
Gentilé Jenlinois
Population
municipale
1 141 hab. (2018 en augmentation de 2,52 % par rapport à 2013)
Densité 193 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 18′ 46″ nord, 3° 37′ 49″ est
Altitude Min. 54 m
Max. 116 m
Superficie 5,91 km2
Élections
Départementales Canton d'Aulnoye-Aymeries
Législatives 12e circonscription du Nord
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Jenlain
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Jenlain
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jenlain
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jenlain

Jenlain est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune française se situant dans le département du Nord (59) entre Valenciennes (10 kilomètres) et Le Quesnoy (6 kilomètres).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Jenlain, Gentlinium en latin, est dans un acte de 885 nommé en tant que possession de l'église de Cambrai. Un autel est mentionné en 1148 et une église en 1181.

Jenlain, formes anciennes aussi Jenlaing, Genlaing, Genlang, Genlain, Genlin, était en 1186 une paroisse du chapitre de l'église de Cambrai. La paroisse a existé jusqu'à la Révolution et est reconstituée inchangée après la Révolution[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans la période féodale, la seigneurie hautaine de Jenlain était un arrière-fief de la seigneurie hautaine de l'Ausnoit (Aulnoy-lez-Valenciennes), et possédait à son tour un des trois fiefs de la terre de Bruay (Bruay-sur-l'Escaut).

En 1890, Jenlain possède une fabrique de chicorée, une teinturerie, 3 moulins à eau et 4 brasseries[2].

Une légende raconte qu'au XVe siècle, lors du rattachement du Hainaut à la Bourgogne, un seigneur bourguignon du nom de Jean y fit construire son château. Il voulut former un territoire franc sur les terres entourant l'actuelle commune et prit le nom de Jean Ier, dit 'Jean l'Un' dans le patois local. Selon cette légende, il aurait donné son nom à la commune qui se serait appelée successivement 'Jeanlun' puis 'Jeanlain' et 'Jenlain'.

Jenlain a vu passer souvent des troupes armées. En 1712, pendant la Guerre de Succession d'Espagne, l'armée française aménageait un retranchement de la forêt de Mormal à Jenlain. Au début de la révolution, général Neyrode, avec une partie de la garnison du Quesnoy, attaquait Jenlain. En 1815, une compagnie de chasseurs Frisons des Pays-Bas passe à Jenlain. Un soldat succombe de fatigue et est enterré dans le cimetière de Jenlain[3]. Le cimetière de Jenlain a été déplacé en 1890, et on ne trouve plus trace de sa tombe. Le nouveau cimetière communal de Jenlain garde avec 18 tombes de guerre de la Commonwealth War Graves Commission aussi le souvenir des soldats tombés pendant la Première Guerre mondiale au moment de la libération du village en .

Événement insolite : en 2007 un habitant de la commune a eu la surprise de trouver sur son terrain une grande quantité d'ossements : c'était l'ancien cimetière. Les restes de plus de 200 personnes ont été transférés au nouveau cimetière[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Valenciennes, du tribunal de grande instance de Valenciennes, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Valenciennes, du conseil de prud'hommes de Valenciennes, du tribunal de commerce de Valenciennes, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1985 mai 2020 Claude Laurent[5] DVG  
mai 2020[6] En cours
(au 27 mai 2020)
Johan Dremaux   Professeur de lettres et d’histoire

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8].

En 2018, la commune comptait 1 141 habitants[Note 1], en augmentation de 2,52 % par rapport à 2013 (Nord : +0,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5024696907838819591 0001 025998
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0099799909038989249761 016938
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
950930912772810774781809809
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
8459079629781 1371 1401 0971 0911 085
2013 2018 - - - - - - -
1 1131 141-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007
Pyramide des âges à Jenlain en 2007 en pourcentage[11].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,5 
5,1 
75 à 89 ans
8,6 
12,9 
60 à 74 ans
11,3 
25,4 
45 à 59 ans
25,0 
21,6 
30 à 44 ans
20,3 
16,1 
15 à 29 ans
14,5 
18,9 
0 à 14 ans
19,7 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[12].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Manifestions culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Marché de Noël

Jenlain est connue pour son marché de Noël. Elle est la première commune de la région à avoir importé ce concept d'Allemagne et son marché reste un des plus fréquentés de la région. Depuis 1990, sous l'égide de l'Association Jenlinoise du Tourisme (AJT), une quinzaine d'associations du village travaillent de concert pour en assurer le succès. Les exposants vous diront qu'ici, ce n'est pas un marché ordinaire. Ils ne s'y trompent pas et lui sont fidèles, avec toutefois un léger taux de renouvellement permettant de proposer chaque année des articles différents.

Fête de la bière

Depuis 2003, la commune organise aussi sa fête de la bière: le Festibière. Il a lieu toutes les années impaires. La Confrérie de l'Ordre des Bières de Jenlain y joue un rôle prépondérant. La manifestation est aujourd'hui reconnue comme l'une des cinq principales, en France.[réf. nécessaire]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin, de 1752 et 1865.
  • Le Calvaire route nationale.
  • Le Château d'en Haut et la ferme d'en Haut, inscrit partiellement à l'ISMH[13]. Le bâtiment principal est du XVIIIe siècle. La grange est la partie la plus ancienne (1701). Le pigeonnier-porche est daté de 1772.
  • La Brasserie Duyck ; elle produit de la bière de garde depuis 1922, la Jenlain (bière). Celle-ci a pris le nom du village en 1968. Il y avait deux brasseries à Jenlain : Duyck, mais aussi Pannaville. La présence de ces brasseries était due à l'existence de sources dont l'eau est bonne et pure. Une de ces sources a été bouchée lors de la construction de la voie expresse reliant Valenciennes à Maubeuge.
  • Le cimetière de Jenlain héberge une vingtaine de tombes de la Commonwealth War Graves Commission de soldats morts à la libération du village dans la première semaine de [14].
Jenlain.- Brasserie Duyck

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

L'Histoire généalogique des Païs-Bas, ou Histoire de Cambray et du Cambresis, livre de 1664 signale un acte de 1196 qui mentionne un Simon de Jenlain[15]. Villehardouin rapporte que son frère Nicolas de Jenlain sauva la vie à Jacques II d'Avesnes pendant la prise de Constantinople en 1203, à l'attaque de la Tour de Galatha[16].

Un autre seigneur de Jenlain était Jean de Mauny, dit le Borgne de Mauny, qui épousa Jeanne de Jenlain. La demeure de ce Jean de Mauny seigneur de Jenlain fut brulée en 1319, parce qu'il avait dérogé aux droits du comte du Hainaut. Son fils Gauthier de Mauny (Walter Manny), sire de Jenlain, est bien connu grâce aux Chroniques de Froissart.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Jenlain.svg

Les armes de Jenlain se blasonnent ainsi : "D'argent, au chevron de sable accompagné de trois trèfles de sinople".

On le retrouve parfois sous l'ancien Blason : "D'argent au chevron de sable, accompagné de trois trèfles du même[17]."

Blason de la ville de Jenlain (59) Nord-France.svg

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Adrien-Joseph Michaux, Notice historique sur les circonscriptions ecclésiastiques: anciennes et modernes du Diocèse de cambrai, 1867, p 231
  2. Annuaire du département du Nord. An xi-1890
  3. Wopke Eekhoff, Friesland in 1815: historische byzonderheden omtrent de deelneming, etc., 1865, pg 66
  4. http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Maubeuge/actualite/Autour_de_Maubeuge/Maubeuge_et_sa_region/2009/03/11/article_des-ossements-humains-regagnent-le-cimet.shtml La Voix du Nord du 11 mars 2009
  5. Réélu pour son 6e mandat (2014-2020) : N, « Claude Laurent entame son 6e mandat de maire », L'Observateur de l'Avesnois, no 19462,‎ , p. 36 (ISSN 0183-8415)
  6. « Jenlain : Johan Dremaux succède à Claude Laurent : Le conseil municipal a élu Johan Dremaux au poste de maire. », La Voix du Nord,‎ « Conseiller d’opposition sortant, âgé de 51 ans, ce professeur de lettres et d’histoire a vu toute sa liste Construisons ensemble l’avenir de Jenlain, passée au premier tour ».
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  11. « Évolution et structure de la population à Jenlain en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 juillet 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 27 juillet 2010)
  13. « Château et Ferme d'en Haut », notice no PA00107558, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Jenlain sur le site www.inmemories.com
  15. Jean-Baptiste Carpentier, Histoire généalogique des Païs-Bas, ou Histoire de Cambray et du Cambresis, 1664
  16. Mémoires et publications de la Société des sciences, des arts et des lettres du Hainaut, 1858
  17. Source: Le généalogiste fou