Diane Kruger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Diane Kruger
Description de cette image, également commentée ci-après
Diane Kruger lors du Festival de Cannes 2017.
Nom de naissance Diane Heidkrüger
Surnom Diane Kruger
Naissance (44 ans)
Algermissen, Allemagne de l'Ouest, (Hildesheim), Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Nationalité Drapeau : Allemagne Allemande
Drapeau : États-Unis Américaine
Profession Actrice
Mannequin
Films notables Michel Vaillant
Troie
Benjamin Gates
Joyeux Noël
Pour elle
Les Brigades du Tigre
Inglourious Basterds
Mr. Nobody
Les Adieux à la reine
Un plan parfait
Infiltrator
Tout nous sépare
In the Fade
Séries notables The Bridge

Diane Heidkrüger, dite Diane Kruger [djan kʁyɡɛʁ][1] (en allemand : [diˈaːnə ˈkʁuːɡɐ][2]), née le à Algermissen, en Allemagne de l'Ouest, près de Hildesheim, est une actrice et mannequin germano-américaine.

Elle est connue du grand public pour ses participations à de grosses productions hollywoodiennes : Troie, Benjamin Gates et le Trésor des Templiers (2004), Benjamin Gates et le Livre des secrets (2007) et Inglourious Basterds (2009).

En France, parallèlement à ses premiers rôles dans les adaptations Michel Vaillant (2003) et Les Brigades du Tigre (2006), elle collabore à trois reprises avec la scénariste et réalisatrice indépendante Fabienne Berthaud : Frankie (2005), Pieds nus sur les limaces (2010) et Sky (2015). La critique souligne ses rôles dans le polar[3] Pour elle (2008), de Fred Cavayé, puis dans Les Adieux à la reine (2012), de Benoît Jacquot, où elle tient le rôle-titre. Finalement, elle convainc vraiment la critique grâce au thriller In the Fade (2017), de Fatih Akın, qui lui vaut la première récompense personnelle de sa carrière : le Prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Première vie[modifier | modifier le code]

Diane Kruger, née Diane Heidkrüger le 15 juillet 1976 en Allemagne, à Algermissen, près de Hildesheim, est la fille d'un informaticien - Hans-Heinrich Heidkrüger - et de son épouse Maria-Theresa, employée de banque. [1] Elle a un frère plus jeune. Elle a été élevée dans le catholicisme [2] et a fréquenté une école catholique. [3] Elle a déclaré qu'une de ses grands-mères était polonaise. [4]

Elle a été élevée en Allemagne de l'Ouest avec son jeune frère, Stefan. Sa mère l'a inscrite à des programmes d'échange étudiants lorsqu'elle était adolescente pour améliorer son anglais. [5] Enfant, Diane Kruger voulait devenir ballerine [6] . Elle a été reçue à la Royal Ballet School de Londres, mais une blessure au genou a coupé court à sa carrière. Par la suite, elle s'installe à Paris où elle travaille comme mannequin et apprend le français.

Jeunesse et mannequinat[modifier | modifier le code]

Ses parents divorcent quand elle a 13 ans[4]. Diane Kruger passe son enfance à la campagne en Basse-Saxe, près de Hildesheim. A l'école catholique où ses parents l'inscrivent, on lui diagnostique un trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité, trouble rarement diagnostiqué en Allemagne et pour lequel elle prend toujours un médicament. Elle quitte sa famille en 1989 à l'âge de treize ans pour réaliser son rêve et étudier la danse classique à la prestigieuse Royal Ballet School de Londres. Trois ans plus tard, en 1992, une blessure au genou met un terme à ses débuts de petit rat et la contraint à revenir dans son pays natal.

À 15 ans, elle remporte le concours de beauté Look of the year modeling award in Germany[4]. et est recrutée par l'agence Elite pour commencer une carrière de mannequin international. Elle a alors seize ans et s'installe à Paris où elle va se familiariser avec la langue française. Bien qu'elle soit considérée comme trop petite pour être mannequin, elle débute tout de même une carrière remarquable dans le milieu de la mode et devient l'un des top-model des années 1990. Elle apparaît dans des publicités pour des marques internationales comme Yves Saint Laurent, Chanel, Salvatore Ferragamo, Jil Sander, Louis Vuitton ou Burberry. Diane Kruger a également défilé pour Marc Jacobs, Dolce & Gabbana et Sonia Rykiel. Son contrat le plus marquant reste celui d'égérie publicitaire du parfum Acqua Di Gio de Giorgio Armani. Elle a fait la couverture des éditions françaises et allemandes de Vogue, Marie Claire, Cosmopolitan, ELLE, Harper's Bazaar Russia, Flare, S Moda, Interview Germany, Vanity Fair, Esquire, Tatler ou Allure. Bien qu'elle ait arrêté le mannequinat pour devenir actrice, elle continue d'apparaître dans des publicités pour certaines marques comme L'Oréal Paris (2011), les parfums Calvin Klein et, plus récemment, les cosmétiques Chanel en 2013.

Elle rencontre Luc Besson qui lui suggère de suivre les cours d'art dramatique du Cours Florent, ce qu'elle fait en 2000. Elle rencontre la réalisatrice Fabienne Berthaud qui lui fait découvrir le monde du cinéma et l'engage pour le rôle principal de son premier long-métrage, Frankie, sorti en 2005, qui reprend quelques traits biographiques de la carrière de mannequin de l'actrice.

Diane Kruger parle couramment l'allemand, l'anglais et le français, c'est pourquoi, dans les versions françaises des films américains, elle assure elle-même son propre doublage[note 1].

Débuts d'actrice et cinéma commercial (2001-2004)[modifier | modifier le code]

Diane Kruger entame sa carrière d'actrice en 2001 en jouant aux côtés de Dennis Hopper et Christophe Lambert dans le téléfilm indépendant The Piano Player, resté inédit en France. C'est pourtant dans ce pays qu'elle va d'abord se faire connaître comme comédienne.

Elle rencontre l'acteur français Guillaume Canet, avec qui elle se marie la même année. Celui-ci lui donne le premier rôle de son premier film, la comédie dramatique Mon idole qui la fait connaître en France. La même année, elle tient un petit rôle, celui d'une call-girl, dans Ni pour ni contre (bien au contraire), le septième long-métrage de Cédric Klapisch.

Cette visibilité lui permet de décrocher un premier rôle très exposé : celui de Julie Wood dans la grosse production française Michel Vaillant, de Louis-Pascal Couvelaire, qui sort en 2003. Elle y donne la réplique à Sagamore Stévenin, mais cette adaptation de la bande dessinée de Jean Graton déçoit critiques et public[5].

Elle est déjà passée aux États-Unis. En effet, l'année 2004 est marquée par la sortie de trois projets hollywoodiens : elle tient d'abord l'un des rôles principaux de la production hollywoodienne Troie. Elle y prête ses traits à la reine de Sparte Hélène de Troie, face à Brad Pitt, Orlando Bloom, Eric Bana et Peter O'Toole. Puis elle partage l'affiche de la romance Rencontre à Wicker Park, de Paul McGuigan, avec Josh Hartnett. Enfin, elle donne la réplique à Nicolas Cage pour le blockbuster Benjamin Gates et le Trésor des Templiers, destiné à lancer une nouvelle franchise.

Elle revient en France l'année suivante pour défendre deux projets : le drame historique Joyeux Noël, de Christian Carion, pour lequel elle retrouve Guillaume Canet. Ce film est le premier succès critique de l'actrice[6].Puis elle est la tête d'affiche du film indépendant, Frankie, de Fabienne Berthaud, une amie avec qui elle collaborera plusieurs fois par la suite.

L'année 2006 marque un tournant sur le plan personnel comme professionnel : elle renoue d'abord avec une grosse production française, Les Brigades du Tigre, adaptation par Jérôme Cornuau de la série du même nom. Malgré la présencea d'Édouard Baer et de Clovis Cornillac, le film est un échec critique aussi bien que commercial. Et côté vie privée, elle divorce de Guillaume Canet après cinq ans de mariage[7].

Diversification (2006-2009)[modifier | modifier le code]

L'actrice à la Mostra de Venise 2009, pour la première de Mr. Nobody.

Elle poursuit donc sa carrière vers un cinéma européen plus indépendant. En 2006, elle est ainsi à l'affiche de Copying Beethoven d'Agnieszka Holland, où elle interprète Anna Holtz, une jeune assistante du compositeur Ludwig van Beethoven (Ed Harris), dont ce dernier tombe éperdument amoureux.

En 2007, elle connaît une année très éclectique : elle joue d'abord dans le drame historique Goodbye Bafana, de Bille August ; fait partie de la large distribution réunie par le canadien Denys Arcand pour sa satire L'Âge des ténèbres ; s'aventure dans un cinéma d'action à petit budget avec The Hunting Party, de Richard Shepard ; et reprend le rôle du Dr Abigail Chase pour Benjamin Gates et le Livre des secrets.

Mais c'est en 2008, en France, qu'elle connaît le second succès critique de sa carrière, avec le thriller Pour elle, réalisé par Fred Cavayé, qui l'oppose à Vincent Lindon.

Elle confirme cette reconnaissance critique avec son film suivant, Inglourious Basterds, le sixième long métrage très attendu de Quentin Tarantino, présenté en compétition au Festival de Cannes 2009. Le film lui permet de retrouver son partenaire de Troie, Brad Pitt, et connait un large succès critique [8] et commercial à travers le monde[9].

Son projet suivant, d'envergure internationale, est aussi très bien reçu par la critique : dans le drame de science-fiction Mr. Nobody, mis en scène par le Belge Jaco Van Dormael et porté par Jared Leto, elle côtoie également les acteurs Sarah Polley, Linh-Dan Pham et Rhys Ifans.

Cette année est marquée par d'autres projets, plus confidentiels : ses films à Hollywood sont mal reçus par la critique : le thriller américain choral État de choc, de Baltasar Kormákur[10], puis le thriller Sans identité, de Jaume Collet-Serra, avec Liam Neeson dans le rôle principal[11]. Elle fait également une apparition dans l'épisode 17 de la saison 2 de la série de science-fiction Fringe, dans laquelle son compagnon depuis 2006, Joshua Jackson, joue un des rôles principaux. C'est en France qu'elle est à l'affiche d'un film indépendant mais plus ambitieux, Pieds nus sur les limaces, qui marque sa seconde collaboration avec Fabienne Berthaud.

Et c'est en France qu'elle essaie l'année suivante de s'imposer comme tête d'affiche.

Premiers rôles (années 2010)[modifier | modifier le code]

L'actrice, membre du jury du Festival de Cannes 2012, présidé par Nanni Moretti.

Entre 2011 et l'année suivante, elle est la tête d'affiche de trois longs métrages, dans des genres différents : tout d'abord le film de guerre français Forces spéciales, de Stéphane Rybojad ; puis la comédie romantique Un plan parfait avec le populaire Dany Boon, et sous la direction de Pascal Chaumeil. Enfin, elle prête ses traits à Marie-Antoinette pour le drame d'époque Les Adieux à la reine, de Benoît Jacquot. Si les deux premiers films sont très mal reçus par la critique[12],[13]. Le dernier, en revanche, est acclamé[14]. C'est cependant sa partenaire Léa Seydoux qui décroche une nomination au César de la meilleure actrice.

L'actrice revient donc à Hollywood, où elle privilégie un registre dramatique : elle porte le drame indépendant en noir et blanc The Better Angels, de A.J. Edwards. Ce long-métrage, sorti en 2014, lui permet d'incarner Sarah Bush Lincoln, mais reçoit des critiques négatives[15]. Elle fait aussi partie du casting de la grosse production hollywoodienne Les Âmes vagabondes, adaptation du roman homonyme écrit par Stephenie Meyer. Ce film de science-fiction réalisé par Andrew Niccol et porté par Saoirse Ronan est également éreinté par la critique[16] et le box-office très mauvais[17], tue dans l'œuf l'espoir d'une franchise[18]. Pour finir, l'actrice accepte de tenir l'un des rôles principaux d'une nouvelle série télévisée dramatique : le thriller The Bridge, qui, malgré des critiques positives, finit par être arrêté, faute d'audience[19].

En 2015, elle tient l'un des rôles principaux du mélodrame italo-américain Fathers and Daughters, mis en scène par Gabriele Muccino ; puis retrouve Fabienne Berthaud pour un film indépendant, Sky, tourné aux États-Unis. Cette fois, les critiques saluent cette troisième collaboration[20]. Pour finir, elle partage l'affiche du thriller franco-belge Maryland avec Matthias Schoenaerts. Mais malgré une présentation au Festival de Cannes 2015, le film passe inaperçu et divise la critique[21].

En 2016, l'actrice tient le premier rôle féminin du thriller américain Infiltrator réalisé par Brad Furman, dans lequel elle donne la réplique au titulaire du rôle-titre, Bryan Cranston.

Le , elle est la star du thriller indépendant In the Fade de Fatih Akın une femme voulant se venger des crimes racistes en Allemagne, rappelant les meurtres du NSU. La particularité du rôle est que c'est le premier film germanophone de l'actrice. Donnée rapidement favorite, elle remporte, au Festival de Cannes 2017, le prix d'interprétation féminine[22],[23],[24].

En 2018, avec Leslie Mann, Janelle Monáe et Eiza González, elle fait partie des femmes entourant Steve Carell pour la comédie dramatique à gros budget Bienvenue à Marwen réalisée par Robert Zemeckis. Puis elle seconde Kristen Stewart et Laura Dern dans le film indépendant JT LeRoy, de Justin Kelly.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle déclare être athée[4]. Elle raconte avoir découvert le cinéma et voulu se lancer dans le métier d'actrice en ayant vu le premier volet des aventures de Mary Poppins (1964) : ''Comme une petite fille, j'ai fait de la danse, et ce film m'a montré que l'on pouvait chanter, danser et faire rire les gens; et les faire rêver. Une révélation complète ! ". C'est également une grande fan de la saga Twilight et des livres de Stephanie Meyer. Elle a d'ailleurs joué dans l'une des adaptations cinématographiques tirées de ses romans.[25]

En 2001, elle épouse l'acteur et réalisateur français Guillaume Canet. Ils divorcent en 2006[26]. Selon eux, leurs carrières respectives ne laissaient que peu de place à leur vie de couple[27] et ils ont préféré y mettre fin en restant en bons termes[26]. De 2006 à 2016, elle a vécu avec l'acteur canadien Joshua Jackson[28]. Depuis 2016, elle est en couple avec l'acteur américain Norman Reedus, rencontré sur le tournage du film Sky[29],[30]. Elle donne naissance à son premier enfant, le 2 novembre 2018, une petite fille[31],[32],[33].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Années 2000-2020[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • 2002 : Duelles (série télévisée) : Sabine
  • 2010 : Fringe (série télévisée) : Miranda Greene (saison 2 épisode 16) (non créditée)
  • 2013 - 2014: The Bridge (série télévisée) : Sonya Cross (26 épisodes)

Clips[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

et aussi

Participations évènementielles[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Décoration[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Diane Kruger assure le doublage de la majorité de ses films tournés notamment aux États-Unis, sauf pour le second volet de Benjamin Gates et la série The Bridge, où le doublage est assuré par Laura Blanc et Sans identité (Unknown), où le doublage est assuré par Wioletta Michalczuk.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Prononciation en français de France (français standard) retranscrite selon la norme API.
  2. Prononciation en haut allemand (allemand standard) retranscrite selon la norme API.
  3. (en) « Diane Kruger », sur Rotten Tomatoes (consulté le 10 juin 2020).
  4. a b et c Pierre Groppo, « Blonde ambition», Vanity Fair no 29, novembre 2015, page 90-101.
  5. http://www.allocine.fr/film/fichefilm-45667/critiques/spectateurs/
  6. (en) « Joyeux Noël (Merry Christmas) (2006) » [vidéo], sur Rotten Tomatoes (consulté le 10 juin 2020).
  7. (en) By Noam Friedlander, « Diane Kruger interview », Telegraph.co.uk,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mai 2017).
  8. (en) « Inglourious Basterds (2009) » [vidéo], sur Rotten Tomatoes (consulté le 10 juin 2020).
  9. https://www.boxofficemojo.com/movies/?id=inglouriousbasterds.htm
  10. (en) « Inhale (2010) » [vidéo], sur Rotten Tomatoes (consulté le 10 juin 2020).
  11. (en) « Unknown (2011) » [vidéo], sur Rotten Tomatoes (consulté le 10 juin 2020).
  12. (en) « A Perfect Plan (Un plan parfait) (2012) » [vidéo], sur Rotten Tomatoes (consulté le 10 juin 2020).
  13. (en) « Special Forces (2012) » [vidéo], sur Rotten Tomatoes (consulté le 10 juin 2020).
  14. (en) « Farewell, My Queen (2012) » [vidéo], sur Rotten Tomatoes (consulté le 10 juin 2020).
  15. (en) « The Better Angels (2014) » [vidéo], sur Rotten Tomatoes (consulté le 10 juin 2020).
  16. (en) « The Host (2013) » [vidéo], sur Rotten Tomatoes (consulté le 10 juin 2020).
  17. https://www.boxofficemojo.com/movies/?id=host2013.htm
  18. (en) « Twilight Of 'The Host' : A Sequel Is Not Likely », sur Movieline, (consulté le 10 juin 2020).
  19. (en) « Exclusive: FX Exec Explains Why ‘The Bridge’ Not Renewed for Season 3 », The New York Observer,‎ (lire en ligne, consulté le 10 juin 2020).
  20. (en) « Sky (2016) » [vidéo], sur Rotten Tomatoes (consulté le 10 juin 2020).
  21. http://www.allocine.fr/film/fichefilm-232284/critiques/presse/
  22. « Cannes 2017: In the Fade, la consécration de Diane Kruger ? », sur Le Figaro, .
  23. « Cannes 2017. In the fade de Fatih Akin : malaise de la critique allemande », sur Courrier International, .
  24. « Cannes 2017 : Tableau final des Etoiles de la critique #11 » [image], sur Le Film Français, .
  25. « Diane Kruger : fan de Mary Poppins et de Stephenie Meyer », sur www.actualitte.com (consulté le 2 septembre 2019)
  26. a et b (en) « Diane Kruger and Guillaume Canet to Divorce », sur Hollywood.com, (consulté le 2 avril 2013).
  27. (en) Helen Barlow, « Vintage Kruger », sur Sydney Morning Herald, (consulté le 13 avril 2013).
  28. (en) Karen Reardanz, « Kruger engaged to Jackson ? », sur San Francisco Chronicle, (consulté le 10 avril 2013).
  29. (en) « Norman Reedus and Helena Christensen reunite at son's high school graduation », EW.com,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2018)
  30. (en) « Yes, They're Dating! Diane Kruger and Norman Reedus Spotted Kissing in N.Y.C. », PEOPLE.com,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2018)
  31. « Diane Kruger confirme (enfin) avoir eu un enfant avec Norman Reedus », sur LCI (consulté le 11 décembre 2018)
  32. Closermag.fr, « Diane Kruger est maman ! L'actrice a donné naissance à son premier enfant », Closermag.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2018)
  33. « Diane Kruger est maman pour la première fois à 42 ans », Public.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2018)
  34. http://voxofilm.free.fr/vox_I/inglourious_basterds.htm.
  35. http://allodoublage.com/glossaire/definition.php?val=1493_ames+vagabondes.
  36. http://www.rsdoublage.com/acteur-3688-Diane-Kruger.html.
  37. http://www.allodoublage.com/glossaire/definition.php?val=307_sans+identite.
  38. « Sandrine Bonnaire et Diane Kruger, membres du jury au Festival de Berlin », Pure People,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mai 2017).
  39. « Diane Kruger », sur IMDb (consulté le 29 mai 2017).
  40. http://www.newportbeachfilmfest.com/2014/2013-awards/.
  41. « Discours de Fleur Pellerin, prononcé à l'occasion de la cérémonie de remise des insignes d’Officier de l’ordre des Arts et des Lettres à D... - Ministère de la Culture et de la Communication », sur www.culturecommunication.gouv.fr (consulté le 29 mai 2017).

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Revue de presse[modifier | modifier le code]

  • Nathalie Chuc, « Diane Kruger, bientôt héroïne de série », Le Républicain Lorrain, Groupe Républicain Lorrain Communication, fgggggWoippy, , p. 31, (ISSN 0397-0639)

Liens externes[modifier | modifier le code]