Marche des femmes (2017)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marche des femmes.
Women's March on Washington
Description de cette image, également commentée ci-après
Manifestation à Washington
Informations
Date
Localisation Washington
Caractéristiques
Organisateurs Linda Sarsour
Tamika Mallory
Carmen Perez
Bob Bland
Vanessa Wruble
Gloria Steinem
Harry Belafonte
LaDonna Harris
Angela Davis
Dolores Huerta
Nombre de participants 500 000


La marche des femmes sur Washington (Women's March on Washington en anglais) est un rassemblement politique ayant eu lieu le à Washington, D.C., pour promouvoir les droits des femmes, la réforme de l'immigration, et la question des droits LGBT, et pour répondre aux inégalités raciales, aux problèmes des travailleurs, et aux problèmes environnementaux. Des événements frères ont également lieu dans d'autres villes à travers le monde[1]. La marche organisée comme un grassroots movement (en), survient le lendemain de l'inauguration du nouveau président des États-Unis Donald Trump[2]. Elle vise à envoyer un message fort à la nouvelle administration pour son premier jour ouvré, et au monde selon lequel les droits des femmes sont des droits humains[3]. La marche sur Washington D.C. est diffusée en direct sur YouTube[4].

Le mouvement aurait rassemblé des centaines de milliers de personnes à Washington[5]. À Chicago, 250 000 personnes se sont rassemblées ; à Boston, 175 000 personnes ont pu être comptées[5]. 7 000 personnes auraient été à Paris. En tout, des millions de personnes ont manifesté dans le monde.

Les marches ont été organisées tout autour du monde, avec 408 marches signalées aux États-Unis et 168 dans d'autres pays.

Organisatrices[modifier | modifier le code]

Dolores Huerta en 2016.
Harry Belafonte.

Les quatre coprésidentes sont Tamika Mallory (organisatrice politique et ancienne directrice exécutive de National Action Network (en)), Linda Sarsour (directrice exécutive de l'Arab American Association of New York), Carmen Perez (directrice exécutive du groupe The Gathering for Justice) et Bod Bland (styliste qui se concentre dans la fabrication éthique). Vanessa Wruble, cocréatrice et coprésidente d'Okayafrica, occupe la place de responsable des opérations de campagne. Angela Davis, Gloria Steinem, Harry Belafonte, LaDonna Harris et Dolores Huerta, quant à eux, sont coprésidents honoraires.

Personnalités participantes[modifier | modifier le code]

La liste des célébrités ayant participé à l'une des manifestations organisées inclut Scarlett Johansson, Rihanna, Nick Offerman, Mandy Moore, Maggie Gyllenhaal, Madonna, Lin-Manuel Miranda, Lena Dunham, Kristen Stewart, Katy Perry, Julia Roberts, Joseph Gordon-Levitt, Janelle Monáe, James Franco, Jake Gyllenhaal, Ian McKellen, Gina Rodriguez, Gillian Anderson, Felicity Huffman, Emma Watson, Chris O’Dowd, Chelsea Handler, Charlize Theron, André 3000, Amy Poehler[6], Alicia Keys, Amy Schumer, Ashley Judd, Barbra Streisand, Cher, Demi Lovato, Helen Hunt, Helen Mirren, Jamie Lee Curtis, Jane Fonda, Jason Ritter, Jessica Biel, Jessica Chastain, John C. Reilly, John Kerry, Juliette Lewis, Kerry Washington, Lana Parrilla, Laura Dern, Laverne Cox, Lily Tomlin, Marcia Gay Harden, Melissa Benoist, Miley Cyrus, Natalie Portman, Patricia Arquette, Robert De Niro, Rosario Dawson, Sophia Bush, Drew Barrymore, Olivia Wilde, Chloë Grace Moretz, Elizabeth Banks, Lupita Nyong'o, Mark Ruffalo, Michael Moore, Bella Thorne, Chrissy Teigen, Julianne Moore, Gloria Steinem, John Legend, Jennifer Beals, St. Vincent, Zoë Kravitz, Kate Hudson, Amber Rose, Ariana Grande, Kelly Rowland, Christina Milian, Dita von Teese, Christine Lahti, Alfre Woodard, Constance Wu, Rose McGowan, Tracee Ellis Ross, America Ferrera, Angela Davis, Janet Mock, Melissa Harris-Perry, Van Jones, Muriel Bowser, Tammy Duckworth, Kamala Harris, Jesse Jackson, Anne-Marie Slaughter, John Lewis, Bernie Sanders, Madeleine May Kunin, Jacinda Ardern, Aisha Tyler, Alec Baldwin, Amber Tamblyn, Blake Lively, Chris Rock, Clark Gregg, Connie Britton, Debra Messing, Dolph Ziggler, Evan Rachel Wood, Fran Drescher, Idina Menzel, Jackie Cruz, Jenna Ushkowitz, Jennifer Grey, Jenny Slate, Jessica Williams, Jidenna, Josh Gad, Joshua Jackson, Julia Louis-Dreyfus, Kesha, Lance Bass, Laura Prepon, Macklemore, Padma Lakshmi, Patricia Richardson, Rami Malek, Rowan Blanchard, Samantha Ronson, Seth Rogen, The Edge, Willow Smith, Zendaya, Dolores Huerta, Harry Belafonte, Caitriona Balfe, Vera Farmiga, Brooke Smith, Ellen Page, Elizabeth Gilbert, Paige Davis, Jack Falahee, Gillian Robespierre, Mary McCormack, Yoko Ono, Brie Larson, Caity Lotz, Aja Naomi King, Alfred Enoch, Ricky Gervais, Kirstie Alley, Seth MacFarlane, Gwendoline Christie, Felicia Day, Katheryn Winnick, Judy Blume, Chris Colfer, Cory Booker, Elizabeth Warren, Marty Walsh, Chaz Bono, Yara Shahidi, Edie Falco, Maria Bello, Jason Sudeikis, Marisa Tomei, Debi Mazar, Mary Steenburgen, Benjamin Bratt, Paul Rudd, Christy Turlington, Mindy Kaling, Questlove, Mariska Hargitay, Angélique Kidjo, Indigo Girls, MC Lyte, Mary Chapin Carpenter, Maxwell, Tig Notaro, Sleater-Kinney, Janeane Garofalo, Ted Leo, Al Franken, Nicole Richie, Victoria Beckham, Callie Khouri, Katie Jacobs, Whoopi Goldberg, Shia LaBeouf, Danielle Brooks, Uzo Aduba, Hari Nef, Sadiq Khan, Pink, Carey Hart, Emily Ratajkowski et Vanessa Hudgens [7],[8],[9],[10],[11].

Lieux[modifier | modifier le code]

Des marches sœurs (« sister marches » en anglais) ont été organisées dans les 50 États des États-Unis et à Porto Rico, ainsi que dans 55 villes mondiales telles que Tokyo, Sydney, Nairobi, Paris et Bogotá. Dans la matinée, des manifestants défilaient à Amsterdam, Bangkok, Berlin, Delhi, Londres, Mexico, Paris, ainsi que dans d'autres villes.

États-Unis[modifier | modifier le code]

Dans le monde[modifier | modifier le code]

Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud[modifier | modifier le code]

Au Cap, des femmes se sont rassemblées, pour une marche de solidarité avec les manifestants de Washington.

Drapeau de l'Allemagne Allemagne[modifier | modifier le code]

En Allemagne, on a enregistré sept marches en relation avec la Women's March de Washington, dont Berlin, Bonn, Düsseldorf, Francfort-sur-le-Main, Heidelberg et Munich. La police a estimé à environ 2 100 manifestants à la marche de Francfort et 800 à celle d'Heidelberg.

Drapeau de l'Antarctique Antarctique[modifier | modifier le code]

Au moins trente personnes ont voyagé à Paradise Bay (Antarctique), pour participer à la Women's March, surlignant les problèmes environnementaux qui affectent le climat de l'Antarctique.

Drapeau de l'Australie Australie et Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande[modifier | modifier le code]

Les toutes premières marches se sont déroulées en Australie et en Nouvelle-Zélande. À Sydney, 3 000 manifestants se sont rassemblés à Hyde Park. Des supporters australiens de Donald Trump ont écrit dans le ciel « TRUMP » pendant la manifestation. Environ 5 000 personnes ont manifesté à Melbourne. À Auckland (Nouvelle-Zélande), plus de 2 000 manifestants ont défilé.

Drapeau de la Belgique Belgique[modifier | modifier le code]

À Bruxelles, une veillée aux chandelles appelée Lights for Rights a été organisée à la place de la Monnaie. Ce rassemblement est en lien avec la Women's March.

Drapeau du Canada Canada[modifier | modifier le code]

Plus de trente événements ont été organisés à travers le Canada dont au moins vingt en Colombie-Britannique. À Toronto, il y avait environ 60 000 manifestants (selon les organisateurs)[12] et à Vancouver 15 000. Environ 5 000 personnes étaient présentes à Montréal[13].

Des centaines de Canadiens ont voyagé à Washington pour participer à la manifestation.

Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud[modifier | modifier le code]

À Séoul, un millier de manifestants se sont rassemblés et ont défilé dans la neige pour envoyer des messages à propos des droits des femmes et des droits de l'homme.

Drapeau du Danemark Danemark[modifier | modifier le code]

La police a estimé à 5 000 le nombre de personnes ayant défilé à Copenhague de l'ambassade américaine au siège du Parlement danois à Christiansborg.

Drapeau de la France France[modifier | modifier le code]

À Paris, environ 7 000 personnes se sont rassemblées Place du Trocadéro pour une marche de solidarité avec les manifestants de Washington[14].

Des manifestants se sont également rassemblés pour les droits des femmes à Bordeaux, Marseille, Toulouse et Montpellier.

Drapeau de la Grèce Grèce[modifier | modifier le code]

Des manifestants se sont aussi groupés en Grèce.

Drapeau de l'Inde Inde[modifier | modifier le code]

Des marches de solidarité contre le viol et avec la Women's March de Washington ont pris place dans plus de 20 villes indiennes, dont Bangalore, Calcutta et New Delhi. Les marches ont aussi utilisé le hashtag #IWillGoOut.

Drapeau de l'Irlande Irlande[modifier | modifier le code]

À Dublin, des milliers de personnes se sont rassemblées.

Drapeau de l'Islande Islande[modifier | modifier le code]

À Reykjavik, environ 200 personnes sont sorties de chez elles pour manifester en solidarité avec la Women's March de Washington.

Drapeau de l'Italie Italie[modifier | modifier le code]

Des manifestants se sont rassemblés à l'extérieur du Panthéon à Rome. Parmi leurs messages, il y avait Women's rights are human rights et Yes we must.

Drapeau du Japon Japon[modifier | modifier le code]

Environ 650 personnes ont défilé dans le parc d'Hibiya à Tokyo, beaucoup plus que les 150 personnes prévues. L'événement a été organisé par Erica Summers.

Drapeau du Kenya Kenya[modifier | modifier le code]

Des centaines de manifestants ont défilé dans la forêt de Karura à Nairobi.

Drapeau du Kosovo Kosovo[modifier | modifier le code]

Des manifestants se sont aussi rassemblés au Kosovo.

Drapeau du Mexique Mexique[modifier | modifier le code]

À Mexico, une manifestation a été organisée par l'ambassade américaine, suivie par une grande marche, manifestant contre le président Donald Trump, contre le président mexicain Enrique Peña Nieto, qui n'a que 12 % d'opinion favorable, et pour l'égalité des genres et les droits des femmes.

Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas[modifier | modifier le code]

À Amsterdam, 3 000 personnes se sont rassemblées pour une marche de solidarité avec les manifestants de Washington.

Drapeau de la République tchèque République tchèque[modifier | modifier le code]

Des manifestants se sont rassemblés en République tchèque.

Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

La foule écoutant un orateur à une marche sœur à Liverpool (Angleterre).

Une marche s'est produite à Londres, où presque 100 000 manifestants ont défilé sur 2 km. Des marches se sont aussi déroulées à Belfast, Bristol, Cardiff, Édimbourg, Lancaster, Leeds, Liverpool et Manchester.

Drapeau de la Suède Suède[modifier | modifier le code]

À Stockholm, des milliers de manifestants, dont la plupart sont des femmes, se sont regroupés à Norrmalmstorg pour une marche de solidarité avec les manifestants de Washington.

Drapeau de la Suisse Suisse[modifier | modifier le code]

À Genève, une foule de 2 000 manifestants s'est rassemblée pour une marche de solidarité avec les manifestants de Washington[15].

Controverses[modifier | modifier le code]

  • Asra Q. Nomani dans le New York Times a montré les liens financiers qui existaient entre le milliardaire George Soros et plus de 50 « partenaires » de la Marche des Femmes. Posant la question du caractère réellement « spontané » de cette manifestation, la journaliste et féministe américaine avance que cette marche de protestation présentée comme une « marche des femmes » est avant tout une marche des femmes qui sont anti-Trump[16]. Fervent soutien d'Hillary Clinton, dont il est l'un des plus importants donateurs pendant la campagne électorale américaine, George Soros s'investit très activement contre Donald Trump[17].
  • Durant la manifestation de Washington, une tribune a été offerte à Donna Hylton, une activiste qui a été condamnée pour avoir kidnappé, violé, torturé et assassiné un homme en 1985[18],[19],[20].
  • La Women's March a été critiquée dans certains médias pour ses contradictions et sa complaisance avec l'islam intégriste. Dans une tribune pour le Herald Sun, la journaliste Rita Panahi évoque la « vacuité du féminisme moderne », en notant que les préoccupations et les revendications affichées lors de la marche sont éloignées du combat pour les droits des femmes initialement annoncé. Elle souligne « qu'il n'y a pas eu de marche pour les femmes d'Arabie saoudite, de Somalie ou d'Afghanistan et plusieurs autres régions du monde où les femmes sont victimes d'assujettissement systématique, brutal et implacable ». Elle ajoute que Linda Sarsour, l'une des principales organisatrices de la marche, est connue pour défendre le régime d'Arabie saoudite et pour être en faveur de la loi de la charia[21]. L'essayiste française Fiammetta Venner fait un constat similaire : elle rappelle que Linda Sarsour soutient des théories conspirationnistes sur les États-Unis, que la famille de celle-ci a des liens avérés avec le Hamas et que l'association CAIR, qui avait été invitée à prendre la parole, milite pour un islam politique et a été placée sur la liste des organisations terroristes par les Émirats arabes unis. Critiquant l'attitude de certaines manifestantes encourageant des marcheuses à porter le voile, Venner dénonce aussi, à l'instar de l'écrivaine égyptienne Mona Eltahawy, l'utilisation faite du hijab comme d'un « symbole de résistance » : des affiches réalisées par Shepard Fairey, représentant une femme vêtue d'un hijab aux couleurs du drapeau américain, auraient mis de nombreux musulmans libéraux « mal à l'aise » en excluant « le combat des femmes musulmanes ne portant pas le voile »[22].
  • Les organisatrices se sont vu reprocher de ne pas avoir inclus Hillary Clinton sur la liste des personnalités d'honneur. En outre, le Daily Mail remarque que cette liste comprenait Yuri Kochiyama (en), une activiste controversée ayant fait part en 2003 de son admiration pour Oussama ben Laden[23].
  • Trois semaines avant la marche, des messages publiés sur les comptes Instagram et Facebook de l'évènement créent des dissensions parmi certaines futures participantes. Une activiste noire et administratrice du compte Instagram enjoint les « alliées blanches » à « écouter plus et à parler moins », leur expliquant comment combattre le racisme. Sur Facebook est publiée une citation de la féministe noire bell hooks: « On ne pourra devenir des sœurs qu'en confrontant les façons dont des femmes - au travers du sexe, de la classe sociale et de la race - ont dominé et exploité d'autres femmes ». Certaines participantes estiment ne plus se sentir bienvenues et décident d'annuler leur venue. Linda Sarsour, l'une des organisatrices de la marche, revendique l'accent ainsi mis sur la situation des minorités : « C'était une opportunité d’amener la discussion à des niveaux plus profonds. Parfois, vous allez contrarier des gens »[24],[25].
  • En décembre 2018, les organisateurs de la Marche des Femmes de Washington ont annoncé dissoudre leur groupe pour protester contre les liens existants entre quatre leaders de la Marche avec Louis Farakkhan, un conférencier antisémite. Bob Bland, Tamika Mallory, Carmen Perez et Linda Sarsour avaient été appelés à démissionner[26], et étaient eux-même accusés par une enquête du magazine Tablet d'avoir tenu à plusieurs reprises des propos antisémites[27].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jia Tolentino, « The Somehow Controversial Women’s March on Washington », sur The New Yorker, (consulté le 20 janvier 2017).
  2. (en) Rogers, Katie, « Amid Division, a March in Washington Seeks to Bring Women Together », New York Times,‎ (lire en ligne).
  3. (en) Sophie Tatum, « Women's March on Washington: What you need to know », sur CNN, (consulté le 20 janvier 2017).
  4. « Women's March on Washington ».
  5. a et b (en) « Women’s March Highlights as Huge Crowds Protest Trump: ‘We’re Not Going Away’ », sur New York Times, (consulté le 22 janvier 2017).
  6. (en-US) Elahe Izadi et Elahe Izadi, « Plenty of celebrities showed up for the women’s marches — as demonstrators, not performers », The Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne).
  7. (en) http://www.newsday.com/entertainment/celebrities/celebrities-supporting-the-women-s-march-on-washington-1.12989917
  8. (en) https://www.usatoday.com/story/life/entertainthis/2017/01/21/celebrities-womens-march-protests/96879740
  9. « Madonna, Scarlett Johansson... Les stars se mobilisent contre Donald Trump ! », Purepeople,‎ (lire en ligne).
  10. RTL Newmedia, « Les stars mobilisées à la "Marche des femmes" contre Donald Trump (photos) », RTL,‎ (lire en ligne).
  11. (en) « Celebrities on the move in Women's March 2017 », sur USA TODAY (consulté le 3 avril 2018).
  12. (en) Erica Vella, « Tens of thousands attend Women’s March Toronto », sur GlobalNews.ca, (consulté le 22 janvier 2017).
  13. Agence QMI, « Des milliers de personnes rassemblées à Montréal », sur TVA Nouvelles.ca, (consulté le 22 janvier 2017).
  14. Benoit Collet, « Manifestation anti-Trump à Paris : « J’ai peur qu’il autorise implicitement les hommes à se comporter comme lui » », sur Le Monde, (consulté le 22 janvier 2017).
  15. Sophie Roselli, « Deux mille personnes réunies pour la dignité s'opposent à Trump », Tribune de Genève,‎ (lire en ligne).
  16. (en) Billionaire George Soros has ties to more than 50 ‘partners’ of the Women’s March on Washington, nytlive.nytimes.com, 20 janvier 2017.
  17. A Davos, George Soros étrille Donald Trump, tdg.ch, 20 janvier 2017.
  18. « Women’s March Featured Speaker Who Kidnapped And Tortured A Man », sur The Daily Caller (consulté le 28 janvier 2017).
  19. (en-US) « ‘Torturer And Murderer’ Donna Hylton Women’s March Speech Infuriates Conservatives Over So-Called Liberal Hypocrisy », The Inquisitr News,‎ (lire en ligne).
  20. (en-US) « Women’s March speaker a kidnapper, murderer », WND,‎ (lire en ligne).
  21. (en) « The Left must change course in the Trump era and do more than march for women’s rights », sur www.heraldsun.com.au, .
  22. « Porter un Hijab pour lutter contre le machisme de Donald Trump, une manière de légitimer l'oppression des femmes », sur Le Huffington Post, .
  23. (en) « Women's march organizers face fury for snubbing Hillary - and are accused of not even inviting her because 'its's a march for Bernie bros' », sur www.dailymail.co.uk, .
  24. Farah Stockman, « Women’s March on Washington Opens Contentious Dialogues About Race », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  25. (en) « What Every White Woman Attending The Women's March Needs To Know », sur www.bustle.com, .
  26. « Washington Women’s March group disbands amid anti-Semitism controversy at national level | The Spokesman-Review », sur www.spokesman.com (consulté le 17 décembre 2018)
  27. (en) « What the Hell Is Going on With the Women’s March? », sur The Cut,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :