Mila Kunis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mila Kunis
Description de cette image, également commentée ci-après

Mila Kunis lors du Comic Con 2012.

Nom de naissance Milena Markovna Kunis
Naissance (32 ans)
Tchernivtsi (Ukraine)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Actrice
Films notables Max Payne
Le Livre d'Eli
Black Swan
Sexe entre amis
Ted
Le Monde fantastique d'Oz
Séries notables That '70s Show
Les Griffin

Milena Markovna Kunis (en ukrainien : Мілена Марківна Куніс, en russe : Милена Маркοвна Кунис), dite Mila Kunis, est une actrice américaine[n 1] née le à Tchernivtsi (Ukraine)[n 2],[1],[2] .

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Sa mère, Elvira, est professeur de physique dirigeant une pharmacie et son père, Mark, est ingénieur en mécanique qui travaille comme chauffeur de taxi[3],[4]. Elle a également un frère, Michael[5], de six ans son aîné[6].

En 2011, elle déclara que ses parents avaient des « emplois incroyables » et que sa famille était « très chanceuse » et n'« était pas du tout pauvre », ils avaient décidé de quitter l'URSS parce qu'ils ont vu qu'il « n'y avait pas d'avenir » pour Mila et son frère[3]. Lorsqu'elle a sept ans, en 1991, elle et sa famille déménagent à Los Angeles avec seulement 250 $.

« C'est tout ce que nous avons été autorisés à prendre avec nous. Mes parents avaient de bons emplois et des diplômes, qui ne sont pas transférables. Nous sommes arrivés le mercredi à New York et le vendredi matin mon frère et moi étions à l'école à Los Angeles. »

— Mila Kunis[3].

De religion juive, elle a cité l'antisémitisme dans l'ex-Union soviétique comme l'une des principales raisons du départ de sa famille pour les États-Unis[7],[8],[9]. Elle a déclaré que ses parents l'ont « élevée dans la religion juive autant qu'ils le pouvaient », malgré le traitement réservé aux religions en Union soviétique[7].

Scolarité[modifier | modifier le code]

Lors de son arrivée à Los Angeles, Mila est inscrite à la Rosewood Elementary School sans connaître un mot d'anglais :

« J'ai complètement occulté le second grade[n 3]. Je n'en ai aucun souvenir. J'en parle constamment à ma mère et ma grand-mère. C'est parce que je pleurais tous les jours. Je ne comprenais pas la culture. Je ne comprenais pas les gens. Je ne comprenais pas la langue. La première phrase de mon essai pour entrer à l'université était quelque chose comme « Imaginez-vous être aveugle et sourde à l'âge de sept ans ». Et c'est le genre de sentiment que j'avais en déménageant aux États-Unis[10]. »

— Mila Kunis

Elle apprend l'anglais grâce à une amie, Maria Osadchy, d'origine russe, qu'elle rencontre en second grade[11],[12].

Elle est ensuite scolarisée à la Hubert Howe Bancroft Middle School[13]. Elle emploie un précepteur pour la plupart de ses années de lycée pendant le tournage de That '70s Show[14]. Quand elle n'est pas sur les plateaux de tournage, elle est scolarisée à la Fairfax High School, dont elle sort diplômée en 2001. Elle fréquente brièvement l'UCLA et le Loyola Marymount University[5],[15].

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts télévisuels[modifier | modifier le code]

À l'âge de neuf ans, son père l'inscrit dans des cours de théâtre après l'école aux Beverly Hills Studios, où elle rencontra Susan Curtis, qui deviendra son manager[16],[17]. Pour sa première audition, elle obtient un rôle dans une publicité télévisuelle pour Barbie[18]. Ses premiers rôles à la télévision viennent en 1994 avec une première apparition dans Des jours et des vies[19],[20], suivie quelques mois plus tard par la première de ses deux apparitions dans Alerte à Malibu[21]. Peu après, elle a eu un rôle mineur dans Sept à la maison[14] et des seconds rôles dans Santa with Muscles, Chérie, nous avons été rétrécis et Femme de rêve[5].

À dix ans, Mila Kunis auditionna pour le rôle d'une jeune juive russe déménageant en Amérique dans Make a Wish, Molly, mais échoua à l'obtenir[22]. Au lieu de cela, elle a été choisie pour un second rôle d'une jeune fille mexicaine[23].

En 1998, elle est choisie pour incarner Jackie Burkhart dans That '70s Show, sitcom diffusé sur la FOX. Alors que tous les acteurs auditionnés devaient avoir 18 ans, Mila, alors âgée de 14 ans, affirma qu'elle « allait avoir 18 ans »... sans préciser quand. Les producteurs décidèrent finalement qu'elle était la plus indiquée pour le rôle[7],[17]. That '70s Show dura au total huit saisons[24] ; elle termina donc la série à l'âge de 22 ans, bien plus jeune que ses partenaires à l'écran.

L'année suivante, elle remplace Lacey Chabert pour le doublage du personnage de Meg Griffin dans la série d'animation Les Griffin[25], créée par Seth MacFarlane pour la FOX. La jeune femme obtint le rôle après des auditions et une légère réécriture du personnage, due en partie à son interprétation dans That '70s Show[26]. MacFarlane appela Mila Kunis à revenir après sa première audition, insistant sur le fait de parler plus lentement, d'apprendre dans un autre temps et d'énoncer davantage. Sur l'affirmation de la comédienne qu'elle avait maîtrisé ces indications vocales, MacFarlane l'a embauchée[26]. Sa performance dans Les Griffin est saluée par une nomination aux Annie Awards en 2007 dans la catégorie meilleure voix dans une production d'animation télévisée[27]. Elle prête de nouveau sa voix à Meg pour Family Guy Video Game! (en), jeu vidéo basé sur Les Griffin, où elle décrit son personnage comme un « bouc émissaire »[28].

Passage au cinéma et progression[modifier | modifier le code]

Après plusieurs seconds rôles dans des films, elle apparaît en 2001 dans Allison Forever aux côtés de Kirsten Dunst, enchaînant par la suite avec le direct-to-video American Psycho 2: All American Girl, suite d'American Pyscho, sorti en 2000, aux côtés de William Shatner. American Psycho 2: All American Girl a été largement éreinté par la critique[29] et la jeune actrice exprima plus tard son embarras pour ce film[30]. En 2004, elle joue dans l'adaptation cinématographique de Tony n' Tina's Wedding. Bien que tourné en 2004, le film ne sortit en salle qu'en 2007[31] et reçut un accueil négatif de la part de la critique[32].

En 2005, Mila Kunis partage la vedette avec Jon Heder dans Moving McAllister, qui sera également distribué en salle en 2007[33]. Le film rencontre un accueil critique assez faible et n'est distribué que dans un circuit de salles limité en restant deux semaines à l'affiche[34]. Elle enchaîne avec After Sex, dans lequel elle retrouve Zoe Saldana après Allison Forever[35]. En 2006, elle tourne le film Boot Camp[36], qui ne sortira pas en salle mais directement en DVD en août 2009 sur le territoire américain[37].

En 2008, deux ans après la fin de That 70s Show, elle parvient à décrocher un nouveau rôle comique marquant : le personnage de Rachel Jansen dans la comédie sentimentale Sans Sarah, rien ne va, produite par Judd Apatow. Son rôle, obtenu après avoir vainement auditionné pour En cloque, mode d'emploi[38], comporte une part d'improvisation de sa part[39]. Le long-métrage rencontre un accueil critique positif[40] et un succès commercial avec 105 millions de dollars de recettes au box-office mondial[41]. Sa performance fut également saluée par la critique : Joe Morgenstern du Wall Street Journal a salué sa « beauté douce et son énergie concentrée»[42], tandis que James Berardinelli note qu'elle est « habile dans son interprétation et comprend la notion du rythme comique»[43]. Pour ce film, elle obtient une nomination au Teen Choice Awards[44]. Dans une interview, elle crédite Apatow pour son aide dans le développement de sa carrière depuis That '70s Show[38].

L'actrice à la première hollywoodienne de Max Payne, en octobre 2008.

La même année, elle est à l'affiche de son premier blockbuster : elle prête ses traits à l'assassin Mona Sax dans l'adaptation cinématographique du jeu vidéo Max Payne, dont le rôle-titre est tenu par Mark Wahlberg. Elle a suivi une formation avec maniement de fusils, boxe et arts martiaux en préparation de son rôle[45]. Max Payne connaît un succès commercial relatif avec 85 millions de dollars de recettes au box-office mondial[46], mais est largement éreinté par la critique[47], et plusieurs examinateurs appellent à l'erreur de casting concernant Mila Kunis[48],[49],[50]. Mais le réalisateur John Moore a défendu son choix concernant l'actrice[45]. Toutefois, sa performance lui vaut une nomination au Teen Choice Awards[51].

Au Comic-Con de San Diego 2009, pour la promotion de Le Livre d'Eli.

En 2009, elle poursuit sa progression hollywoodienne en tenant l'un des rôles principaux du film Extract, de Mike Judge, partageant la vedette avec Jason Bateman, Kristen Wiig et Ben Affleck. Le film recueille des critiques plutôt positives[52] et engrange 10,8 millions de dollars de recettes au box-office mondial[53]. Roger Ebert, tout en critiquant le film lui-même, écrit qu'elle apporte une crédibilité pour son rôle[54]. Le réalisateur Mike Judge, qui l'a engagée après avoir vu sa performance dans Sans Sarah, rien ne va et après avoir voulu la comédienne dans le rôle qui lui sera échu[55], a fait remarquer qu'il a été surpris, dans le cadre de son rôle, par sa capacité à faire des références au film Rejected (en)[56].

En 2009, elle tente de nouveau le blockbuster, en tenant le premier rôle féminin du film d'action Le Livre d'Eli, aux côtés des stars Denzel Washington et Gary Oldman. Bien qu'ayant obtenu des commentaires très mitigés[57], le long-métrage rencontre un succès commercial avec 157 millions de dollars de recettes au box-office mondial[58]. En dépit de cet accueil critique, sa prestation dans Le Livre d'Eli est toutefois saluée par un certain nombre d'observateurs[59],[60],[61],[62], mais également jugée assez défavorablement par d'autres[63],[64],[65]. Son rôle lui vaut néanmoins une nouvelle nomination au Teen Choice Awards[66],[67]. La même année, sa participation dans un second rôle dans la comédie Crazy Night, qui met en vedette Steve Carell et Tina Fey[68], lui vaut plusieurs commentaires positifs[69],[70],[71].

Révélation critique et confirmation commerciale[modifier | modifier le code]

Mila Kunis lors des Golden Globes 2012.

Toujours en 2010, elle passe à un registre dramatique plus ambitieux, en étant à l'affiche du thriller psychologique Black Swan, dans lequel elle incarne une danseuse de ballet rivale de Natalie Portman. Elle obtient le rôle grâce à son interprétation dans Sans Sarah, rien ne va ! et sur la recommandation de Natalie Portman, qui la connaissait[72],[22]. Pour ce film, elle entame un programme d'entraînement comprenant des exercices cardiovasculaires, un régime de 1 200 calories par jour (elle perd 20 livres — soit plus de neuf kilos — qu'elle a retrouvés après la fin du tournage) et des cours de ballet, quatre heures par jour, sept jours par semaine[73],[74],[75]. À cause des exigences de production, elle subit des blessures, y compris un ligament déchiré et une luxation de l'épaule[76].

Unanimement saluée par la critique[77] et nommé pour cinq Oscars, dont celui du meilleur film[78], Black Swan a rapporté plus de 100 millions de dollars de recettes au box-office américain[79] et 329 millions de dollars de recettes au box-office mondial[79].

Sa prestation dans Black Swan a reçu des commentaires positifs[80],[81],[82],[83], comme celui de The Hollywood Reporter qui note que Kunis « fait une alternative parfaite à Portman, tout aussi agile et sombre[84]» et qui lui vaut également d'obtenir le prix Marcello-Mastroianni à la 67e Mostra de Venise[85], ainsi que plusieurs nominations pour le Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle[86] et au Screen Actors Guild Award de la meilleure actrice dans un second rôle[87]. Elle a également reçu le prix de la meilleure actrice dans un second rôle lors de la 37e cérémonie des Saturn Awards[88].

En 2011, Mila Kunis revient à un registre léger en tenant la vedette aux côtés de Justin Timberlake dans la comédie romantique Sexe entre amis[89]. Le réalisateur du film, Will Gluck, a déclaré qu'il a écrit l'histoire avec les deux acteurs en tête[90]. Le long-métrage rencontre un succès commercial avec 149 millions de dollars de recettes au box-office mondial[91] et a été accueilli favorablement par les critiques, qui pour la plupart saluent l'alchimie du duo à l'écran[92]. L'actrice recueille notamment un commentaire positif de la part de Manohla Dargis du New York Times : « [Elle] est en train de prouver qu'elle est un cadeau qui continue à donner dans le courant de la comédie romantique » et « son énergie est si vivifiante et expansive et sa présence si vivante qu'elle remplit l'écran »[93].

En 2012, elle poursuit dans cette veine romantique et décalée en incarnant la petite amie du personnage de Mark Wahlberg, de la comédie Ted, écrite et réalisée par Seth MacFarlane[94]. Lors de la conception du projet, il considérait Mila Kunis encore trop jeune pour le rôle. Cependant, le film est resté en développement pendant plusieurs années et, quand il a été enfin prêt à commencer la production, le réalisateur a fini par l'engager[95]. Bien accueilli par la critique[96], le film rencontre un véritable succès commercial avec plus de 500 millions de dollars de recettes au box-office mondial[97].

Ces succès commerciaux lui permettent de passer à des productions hollywodiennes attendues dès l'année 2013 : elle fait déjà partie du trio de stars féminines réuni par Sam Raimi pour le blockbuster fantastique Le Monde fantastique d'Oz ; est choisie par Guillaume Canet pour évoluer dans son premier essai américaine, le drame Blood Ties, et fait partie de la distribution de luxe réunie par Paul Haggis pour le drame choral Puzzle.

Elle prend plus de risques en 2014 : d'abord en évoluant dans le drame Deuxième chance à Brooklyn, de Phil Alden Robinson ; puis en participant à la comédie d'animation pour adultes Hell and Back de Tom Gianas et Ross Shuman. Enfin, elle porte l'ambitieux premier rôle féminin du blockbuster Jupiter : Le Destin de l'univers, aux côtés de Channing Tatum. Ce nouvel essai du côté des superproductions est couronné par un nouvel échec. Sorti en 2015 ce long métrage de Lana et Andy Wachowski est très mal reçu par la critique et échoue au box-office.

En 2016, elle fait donc un retour précautionneux à la comédie potache, avec Bad Moms, où elle est entourée de Kristen Bell et Christina Applegate.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mila Kunis en 2011.

En 2002, Mila Kunis commence à fréquenter Macaulay Culkin[98],[99]. Des rumeurs de mariage circulent avant que Mila Kunis ne les démente[100]. Après plus de huit ans de vie commune, Mila Kunis confirme la rupture début 2011 par le biais d'un proche[101],[98].

Mi-2011, Mila Kunis et Ashton Kutcher commencent à se fréquenter [102],[103]. Ils se fiancent en [104]. En mars 2015, elle confirme dans l'émission The Late Show With James Corden qu'elle et Ashton Kutcher se sont mariés après trois ans de vie commune et plus d'un an de fiançailles[105]. Le 1er octobre 2014, Mila Kunis donne naissance à leur premier enfant, une fille prénommée Wyatt Isabelle Kutcher[106]. Le 15 juin 2016, il est annoncé qu'ils attendent leur second enfant[107].

Mila Kunis soutient le parti démocrate et Barack Obama[108]. Dans une interview en 2012, elle critique le Parti républicain[109]

Dans les médias[modifier | modifier le code]

En 2010, Mila est apparue dans le clip « Women We Love » du magazine Esquire et depuis, elle est vue comme étant l'une des plus belles femmes du monde.[Par qui ?] En 2012, les magazines Esquire et GQ la nomment « Femme la plus sexy de tous les temps »[110],[111]. En 2013, d'autres magazines comme FHM, Men's Health et AskMen lui décernent le prix de la « Femme la plus désirée »[112]. En 2013, elle signe un contrat avec Dior[113].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Note : La filmographie de Mila Kunis est issue, sauf mention contraire, du site IMDb[114].

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Clips[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • YoungStar Awards 2000 : [Quoi ?] pour That '70s Show

Nominations[modifier | modifier le code]

  • Teen Choice Awards 2001 : [Quoi ?] pour That '70s Show
  • Young Artist Awards 2001 : [Quoi ?] pour That '70s Show
  • Teen Choice Awards 2002 : [Quoi ?] pour That '70s Show
  • Teen Choice Awards 2003 : [Quoi ?] pour That '70s Show
  • Teen Choice Awards 2004 : [Quoi ?] pour That '70s Show
  • Teen Choice Awards 2005 : [Quoi ?] pour That '70s Show
  • Teen Choice Awards 2006 : [Quoi ?] pour That '70s Show

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Marjorie Frantz est la voix française régulière de Mila Kunis[121],[122].

Au Québec, Camille Cyr-Desmarais est la voix française régulière de l'actrice[123].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par naturalisation.
  2. Alors dans l'URSS.
  3. Le Second Grade est l’équivalent du CE1 en France.
  4. a, b, c et d Le film est sorti directement en vidéo
  5. Le film est réalisé par douze étudiants de l'Université de New York : Edna Luise Biesold, Sarah-Violet Bliss, Gabrielle Demeestere, Alexis Gambis, Brooke Goldfinch, Shripriya Mahesh, Pamela Romanowsky, Bruce Thierry Cheung, Tine Thomasen, Virginia Urreiztieta et Omar Zúñiga Hidalgo.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Ukrainian Jews », Bible Discovered.
  2. (uk) Міла Куніс зіграє у трилері ”Чорний лебідь”, Gazeta.ua, 13 août 2009.
  3. a, b et c (en) Will Lawrence, « Mila’s crossing to fame », The Daily Telegraph, Royaume-Uni,‎ (consulté le 26 juillet 2012)
  4. (en) « Mila Kunis: “Nothing was ever given to me” », Yahoo.com,‎ (consulté le 12 juillet 2012)
  5. a, b et c (en) Christine Spines, « Mila Kunis Keeps it Real  », Women's Health,‎ (consulté le 26 février 2010)
  6. (en) « Куніс згадала, як гасала Чернівцями голодна й закривавлена (Kunis recalled how in Chernivtsi she was running around hungry and scratched up) »
  7. a, b et c (en) Caroline Kepnes, « Schmoozin' with Mila Kunis », JVibe Magazine,‎ date inconnue
  8. (en) « Exclusive Interview : Mila Kunis », Moviehole.net
  9. (en) « Interview: Mila Kunis on Black Swan, Kissing Natalie Portman, Her Russian Heritage & More!  », obsessedwithfilm.com 20 janvier 2011.
  10. (en) Cristy Lytal, « I was a good kid », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  11. [1]
  12. [2]
  13. (en) « Mila Kunis  », New York Post,‎ (lire en ligne)
  14. a et b (en) Galina Espinoza, « High Roller », People,‎ (consulté le 17 mars 2011)
  15. (en) Jim Slotek, « That busy 70s' girl  », Toronto Sun,‎ (consulté le 26 juin 2010)
  16. (en) « Mila Kunis: The other Black Swan finds her feet », independent.co.uk (20 janvier 2011)
  17. a et b (en) Allison Scoth, « The American Dream Girl », Americanway Magazine,‎ (consulté le 24 juillet 2010)
  18. (en) « Before They Were Stars: Mila Kunis in Barbie Commercials », The-Back-Row.com,‎ (consulté le 14 août 2012)
  19. (en) Ryan Smith, « Mila & the immigration », Vogue, Condé Nast Publications,‎ (consulté le 13 septembre 2012)
  20. (en) « Mila Kunis- Biography », Yahoo! Movies (consulté le 13 septembre 2012)
  21. (en) « It's Mila Ku-teness! Watch star's acting debut in Baywatch », The Sun,‎ (consulté le 12 septembre 2012)
  22. a et b (en) Stephen Applebaum, « Mila Kunis - The black swan who spread her wings  », The Independent,‎ (lire en ligne)
  23. (en) James Franco, « Mila Kunis », Interview (consulté le 7 septembre 2012)
  24. (en) David Hochman, « Even Those 70's Kids Should Have Seen It Coming », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  25. (en) Josh Wolk, « Troubled Life », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne)
  26. a et b (en) « Family Guy – Casting Mila Kunis », The Paley Center for Media (consulté le 15 mai 2010)
  27. (en) « Mila Kunis – Awards », Internet Movie Database,‎ (consulté le 22 octobre 2009)
  28. (en) Kris De Leon, « Mila Kunis Talks About Working on Family Guy and Her Upcoming Movie  », BuddyTV,‎ (consulté le 3 septembre 2009)
  29. (en) « American Psycho 2 Movie Reviews, Pictures  », Rotten Tomatoes (consulté le 11 février 2009)
  30. (en) Chris Harris, « Mila Kunis' Career Thrives Despite Psycho In Her Past », MTV,‎ (consulté le 11 février 2010)
  31. (en) Ronnie Scheib, « Tony n Tina's Wedding », Variety,‎ (lire en ligne)
  32. (en) « Tony N' Tina's Wedding », Rotten Tomatoes (consulté le 29 juin 2010)
  33. (en) Brandee Tecson, « Heder Lines up Six Pics »,‎ (consulté le 29 juin 2010)
  34. (en) « Moving McAllister », Box Office Mojo (consulté le 29 juin 2010)
  35. (en) Justin Chang, « After Sex  », Variety,‎ (lire en ligne)
  36. (en) Dave McNary, « Straight Edge  », Variety,‎ (lire en ligne)
  37. (en) Mondo Kane, « Blue Ray and DVD News », DVDtown.com,‎ (consulté le 29 juin 2010)
  38. a et b (en) «  Mila Kunis is willing to turn pirouettes for her role in Black Swan », Orlando Sentinel,‎
  39. (en) Jeff Otto, « Exclusive Mila Kunis Interview », ReelzChannel (consulté le 5 mars 2010)
  40. (en) « Forgetting Sarah Marshall Movie Reviews, Pictures », Rotten Tomatoes (consulté le 9 février 2010)
  41. (en) « Forgetting Sarah Marshall », The Numbers (consulté le 2 août 2008)
  42. (en) Joe Morgenstern, « Sarah Marshall Has No Craft but Plenty of Comedy », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  43. (en) James Berardinelli, « Forgetting Sarah Marshall », Reelviews (consulté le 9 février 2010)
  44. (en) « 2008 Teen Choice Awards winners and nominees », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  45. a et b [PDF] (en) « Max Payne Production Notes », visualhollywood.com,‎ (consulté en octobre 2008)
  46. (en) « Max Payne (2008) », Box Office Mojo (consulté le 9 février 2010)
  47. (en) « Max Payne Movie Reviews, Pictures  », Rotten Tomatoes (consulté le 9 février 2009)
  48. (en) Roger Moore, « Movie review: Max Payne – 2 out of 5 stars », Orlando Sentinel,‎ (consulté le 9 février 2010)
  49. (en) Matt Brunson, « New releases: W., Max Payne », Connect Savannah,‎ (consulté le 9 février 2010)
  50. (en) Travis Estvold, « Max Payne », Boise Weekly,‎ (consulté le 9 février 2010)
  51. (en) Meghan Carlson, « Gossip Girl, Twilight Big Winners at Teen Choice Awards 2009  », BuddyTV,‎ (consulté le 2 octobre 2011)
  52. (en) « Extract (2009) », Rotten Tomatoes (consulté le 16 février 2010)
  53. (en) « Extract (2009) », Box Office Mojo (consulté le 15 mars 2010)
  54. (en) Roger Ebert, « Extract », Chicago Sun-Times,‎ (lire en ligne)
  55. (en) Tim Nasson, « Extract: Behind the Scenes », wildaboutmovies.com,‎ (consulté le 18 juillet 2010)
  56. (en) Jeff Gordinier, « Mila Kunis », Details Magazine,‎ (consulté le 18 février 2010)
  57. (en) « The Book of Eli (2010) », Rotten Tomatoes (consulté le 6 février 2010)
  58. (en) « The Book of Eli (2010) », Box Office Mojo (consulté le 6 avril 2010)
  59. (en) Richard Roeper, « The Book of Eli », richardroeper.com (consulté le 16 février 2010)
  60. (en) Pete Hammond, « The Book of Eli », Boxoffice,‎ (consulté le 9 février 2010)
  61. (en) James Berardinelli, « The Book of Eli », Reelviews (consulté le 9 février 2010)
  62. (en) Colin Covert, « The Book of Eli », Star Tribune (consulté le 16 février 2010)
  63. (en) Scott Tobias, « The Book of Eli », The A.V. Club,‎ (consulté le 9 février 2010)
  64. (en) Nick Pinkerton, « The Book of Eli: Kicking Ass for Jesus », The Village Voice,‎ (consulté le 9 février 2010)
  65. (en) Claudia Puig, « Book of Eli: The end of the world, this time with Denzel », USA Today,‎ (lire en ligne)
  66. (en) « 2010 Teen Choice Awards », Gossipcenter.com,‎ (consulté le 14 juin 2010)
  67. (en) « The Book of Eli Production Notes », thecia.com.au,‎ (consulté le 3 juillet 2010)
  68. (en) Jay A. Fernandez, « Date Night lures Liotta, Ruffalo », Reuters,‎
  69. (en) Carrie Rickey, « The Steve Carell-Tina Fey way to revive a marriage », Philadelphia Inquirer,‎ (consulté le 8 avril 2010)
  70. (en) Roger Moore, « Date Night », Orlando Sentinel,‎ (consulté le 8 avril 2010)
  71. (en) Frank Scheck, « Date Night – Film Review », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  72. (en) Eric Ditzian, « Black Swan Director on Ballet », MTV,‎ (consulté le 30 août 2010)
  73. (en) Ben Barna, « Mila Kunis: On the Brink of Movie Stardom  », Black Book Magazine,‎ (consulté le 16 février 2010)
  74. (en) Andrew Fenton, « Mila Kunis, drama queen », The Daily Telegraph (Australia),‎ (consulté le 14 avril 2010)
  75. (en) Steve Dollar, « Swan Song Schizophrenia », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  76. (en) Lynn Hirschberg, « Venus de Mila », W,‎ (consulté le 11 février 2011)
  77. (en) « Black Swan Movie reviews, Pictures  », Rotten Tomatoes (consulté le 1er février 2011)
  78. (en) « Nominees for the 83rd Academy Awards », oscars.org (consulté le 1er février 2011)
  79. a et b (en) « Black Swan (2010) », Box Office Mojo (consulté le 6 avril 2011)
  80. (en) Ann Hornaday, « Black Swan », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  81. (en) James Berardinelli, « Black Swan », Reelviews,‎ (consulté le 15 décembre 2010)
  82. (en) Mick LaSalle, « Black Swan review: She's dancing on the edge », San Francisco Chronicle,‎ (lire en ligne)
  83. (en) Guy Lodge, « Review: Black Swan », In Contention,‎ (consulté le 2 septembre 2010)
  84. (en) Kirk Honeycutt, « Black Swan: Film Review », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  85. (en) « Sofia Coppola's Somewhere Wins Golden Lion », newsinfilm.com,‎ (consulté le 12 septembre 2010)
  86. (en) « The 68th Annual Golden Globe Awards », Goldenglobes.org,‎ (consulté le 15 avril 2012)
  87. (en) « The 17th Annual Screen Actors Guild Awards », Sagawards.org,‎ (consulté le 15 avril 2012)
  88. (en) « The 37th Annual Saturn Award Winners », Saturnawards.org,‎ (consulté le 23 juin 2011)
  89. (en) « Friends with Benefits first filming location in NYC », Onlocationsvacations.com,‎ (consulté le 30 août 2010)
  90. (en) Jen Yamato, « Easy A Director Will Gluck on Teen Sex and '80s Fantasy Boyfriends », Moviefone.com,‎ (consulté le 18 septembre 2010)
  91. (en) « Friends with Benefits », Box Office Mojo (consulté le 18 octobre 2011)
  92. (en) « Friends with Benefits (2011) », Rotten Tomatoes (consulté le 24 juillet 2011)
  93. (en) Manohla Dargis, « It's Just Sex. We're Just Friends. You Know the Rules. Etc., Etc. », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  94. (en) Rob Brunner, « Mila Kunis on Seth MacFarlane's Ted, Oz: The Great and Powerful, and the joys of 'poo-fart' humor  », Entertainment Weekly,‎ (consulté le 13 juillet 2012)
  95. (en) « Seth MacFarlane Turns Into A Stuffed Bear In Ted », Access Hollywood (consulté le 13 juillet 2012)
  96. (en) « Ted (2012) », Rotten Tomatoes (consulté le 29 juin 2012)
  97. Ted sur Box Office Mojo
  98. a et b (en) Jessica Derschowitz, « Mila Kunis and Macaulay Culkin Split », CBS News,‎ (consulté le 3 janvier 2011)
  99. (en) Roger Friedman, « Macaulay Culkin's Happy 'Ending' », Fox News,‎ (consulté le 21 février 2010)
  100. (en) « The Nerds are Winning », Parade,‎ (lire en ligne)
  101. « Pourquoi Mila Kunis a largué Macaulay Culkin », sur 7 sur 7 (consulté le 15 avril 2013).
  102. (en) « Ashton Kutcher & Mila Kunis Dating: “I'm Happy for Them” Says That 70s Show Costar », E! Online,‎ (consulté le 30 mars 2013)
  103. (en) Mickey Rapkin, « Nobody's Fool », Elle Magazine,‎ (consulté le 30 mars 2013)
  104. [3]
  105. « Un bijou qui ne trompe pas - Mila Kunis confirme s'être mariée à Ashton Kutcher », sur www.parismatch.com (consulté le 16 juin 2016)
  106. Closermag.fr, « Mila Kunis et Ashton Kutcher sont parents : l’actrice a accouché ! », sur Closermag.fr (consulté le 16 juin 2016)
  107. « Mila Kunis et Ashton Kutcher attendent leur second enfant », sur Le Huffington Post (consulté le 16 juin 2016)
  108. (en) « Interview: Mila Kunis », Stylist (consulté le 26 octobre 2012)
  109. [4]
  110. [5]
  111. (en) « Mila Kunis », GQ,‎ (consulté le 14 avril 2012)
  112. [6]
  113. [7]
  114. « Filmographie de Mila Kunis », sur IMDb.com (consulté le 9 mars 2013).
  115. « vCasting et équipe technique du film », sur IMDb (consulté le 15 avril 2013).
  116. « vCasting et équipe technique du filmv », sur IMDb (consulté le 15 avril 2013).
  117. « Fiche du filmv », sur IMDb (consulté le 15 avril 2013).
  118. « Fiche du film », sur IMDb (consulté le 15 avril 2013).
  119. « Fiche du film », sur IMDb (consulté le 15 avril 2013).
  120. (fr) Virginie Gonçalves, « Bad Moms : Mila Kunis est une mauvaise mère... dans la bande-annonce de son nouveau film (VIDEO) », sur Télé-Loisirs,‎ (consulté le 8 juin 2016)
  121. a, b, c, d, e et f « Comédiennes ayant doublé Mila Kunis en France », sur RS Doublage (consulté le 9 mars 2013).
  122. a, b, c, d, e, f et g « Comédiennes ayant doublé Mila Kunis en France », sur AlloDoublage (consulté le 9 mars 2013).
  123. a, b et c « Comédiennes ayant doublé Mila Kunis au Québec », sur Doublage.qc.ca (consulté le 9 mars 2013).
  124. « Fiche du doublage français du film Blood Ties (2013) », sur Alterego75.fr (consulté le 29 mai 2013).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]