C. K. Williams

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis C.K. Williams)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles Williams et Williams.
C. K. Williams
Description de cette image, également commentée ci-après

C. K. Williams en 2011.

Nom de naissance Charles Kenneth Williams
Naissance
Newark, New Jersey, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 78 ans)
Hopewell, New Jersey, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain

Œuvres principales

Repair,Misgivings: My Mother, My Father, Myself , Poetry and Consciousness

Charles Kenneth Williams[1], [2] est un poète, essayiste, traducteur et professeur d'université américain, né le à Newark dans le New Jersey et mort le à Hopewell (New Jersey) des suites d'un cancer[3]. Il est auteur de nombreux ouvrages de poésie ainsi que de traductions.Il enseigné la création littéraire à l'Université de Princeton[4]. En 2003 il devient membre de American Academy of Arts and Letters[5], il fut élu à la charge de Chancelier de l'Academy of American Poets de 2004 à 2010[6].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Dossie (née Kasin) et de Paul, Charles Kenneth Williams est né à Newark dans l'état du New Jersey[7].

Après ses études secondaires, il entre au Bucknell College puis à l'Université de Pennsylvanie où il obtient son Bachelor of Arts en 1959, avec les spécialités de philosophie et de littérature anglaise. En 1965, il épouse Sarah Jones, et ils ont une fille, Jessica Anne, qui est citée dans des poèmes de C.K.. Au Pennsylvania Hospital de Philadelphie il crée une thérapie de groupe par l'expression poétique en direction d'adolescents en grandes difficultés[8]. en 1975, il épouse une française Catherine Mauger. Il enseignera dans diverses universités[9] : la Columbia University, la New York University, la Boston University, la Drexel University[10], la George Mason University, le Franklin and Marshall College[11] pour enfin enseigner la création littéraire et les problèmes de la traduction à Princeton à partir de 1996 jusqu'à sa mort[12]. À la fin de sa vie il alternera des séjours entre la France et Princeton.

Il publie son premier recueil de poésie, Lies, en 1969 grâce à l'appui d'Anne Sexton. Son écriture est dans la tradition de  Walt Whitman et de William Carlos Williams, et traversée par les grands moments de la vie sociale américaine : droits civiques, assassinats des Kennedy et de Martin Luther King, Guerre du Viet Nam, scandale du Watergate, etc. Les questions éthiques sont présentes dans toute son œuvre.

C. K. Williams est aussi traducteur de Sophocle, Euripide, Adam Zagajewski et Francis Ponge[13].

Publications[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Falling ill, éd. Farrar, Straus and Giroux, 2017.
  • Selected Later Poems, éd. Farrar, Straus and Giroux, 2015[14],
  • All at Once: Prose Poems, éd. Farrar, Straus and Giroux, 2014,
  • Catherine's laughter / C.K. Williams, éd. Sarabande Books, 2013,
  • Writers Writing Dying, éd. Farrar Straus and Giroux, 2012,
  • Crossing State Lines, éd. Farrar Straus and Giroux, 2011.
  • Wait, éd. Farrar Straus and Giroux, 2010,
  • Creatures, éd. Green Shade, Haverford, 2006,
  • Collected Poems, éd.Farrar Straus and Giroux, 2006,
  • The Singing, éd. Farrar Straus and Giroux, 2003,
  • Repair, éd.Farrar Straus and Giroux, 1999,
  • The Vigil, éd. Farrar Straus and Giroux, 1997,
  • New and Selected Poems, éd. Bloodaxe Books, Newcastle, 1995,
  • Selected Poems, éd. Farrar Straus and Giroux, 1994,
  • A Dream of Mind, Poems, éd. Farrar Straus and Giroux, 1992,
  • Helen, éd. Orchises Press, 1991,
  • Poems 1963–1983, éd. Farrar Straus and Giroux, 1988,
  • Flesh and Blood, éd. Farrar Straus and Giroux, 1987,
  • The Lark. The Thrush. The Starling. Poems from Issa, éd. Burning Deck Press, Providence, 1983,
  • Tar, Random, éd. House, 1983,
  • With Ignorance, éd. Houghton Mifflin, 1977,
  • I Am the Bitter Name, éd. Houghton Mifflin, 1971,
  • Lies, éd. Houghton Mifflin Company, 1969,
  • A Day for Anne Frank, éd. Falcon Press, 1968,

Essais[modifier | modifier le code]

  • In Time: Poets, Poems, and the Rest. éd. Forthcoming 2012,
  • On Whitman, éd. Princeton University Press, 2010,
  • Love about love, éd. Ausable Press, 2001,
  • Poetry and Consciousness, Selected Essays; éd. University of Michigan Press, 1998.

Proses diverses[modifier | modifier le code]

  • A Not Scary Story About Big Scary Things illustration de Gabi Swiatkowska, éd. Harcourt-Houghton Mifflin, 2010,
  • How the Nobble Was Finally Found, éd. Harcourt-Houghton Mifflin, 2009,
  • Misgivings, My Mother, My Father, My Self, a memoir, éd. Farrar Straus and Giroux, 2000.

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Canvas, traduction de Adam Zagajewski (écrivain polonais), avec Renata Gorczynski et Benjamin Ivry, éd. Farrar Straus and Giroux, 1991.

Ouvrages traduits en français[modifier | modifier le code]

  • Chair et sang (titre original : Flesh and blood), trad. par Claire Malroux, éd. La Différence, coll. Orphée n° 155, 1993
  • Gratitude, trad. par Claire Malroux, Le Cri & Jacques Darras, 1996
  • Anthologie personnelle, trad. par Michel Lederer, Claire Malroux et Emmanuel Moses, éd. Actes Sud, 2001,
  • Dissentiments : ma mère mon père moi-même (titre original : Misgivings), trad. par Michelle-Viviane Tran Van Khai, Actes Sud, coll. Un Endroit où aller, 2006

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2005, le prix Ruth Lilly Poetry[15],
  • 2000, le Prix Pulitzer[16],
  • 1999, le National Book Award[17],
  • 1999, le American Academy of Arts and Letters Award in Literature[18],
  • 1998, le prix PEN / Voelcker[19],
  • 1974, boursier de la Fondation Guggenheim[20], etc.

Articles et interviews autour de C.K. Williams[modifier | modifier le code]

  • Remembering Charlie (C. K.) Williams, par Tzvetan Todorov pour FSG / Work in Progress, 2015[21],
  • Mort du poète américain C.K. Williams, par Thierry Clermont pour le Figaro, 2015[22],
  • C.K. Williams au New Yorker , par  David Haglund pour la revue The New Yorker, 2015[23]
  • C.K. Williams, distinguished poet and ‘great mentor’, dies at 78, par Jamie Saxon pour le service de communication de l'Université de Princeton, 2015[12],
  • C. K. Williams, 1936–2015, par Dan Piepenbring pour la Paris Review, 2015[24],
  • C. K. Williams, Poet, Dies at 78; Pulitzer Winner Tackled Politics and Morality, par William Grimes pour le New York Times, 2015[25]
  • Poet who won awards for more than a dozen books of poetry, par Ahren Warner pour le Guardian, 2015[7],
  • Poets Who Look Death in the Eye, par Dana Jennings pour le New York Times, 2012[26]
  • Poet Marshals His Moral Passion Against the War, par Chris Hedges pour le New York Times, 2005[27],

Diverses vidéos[modifier | modifier le code]

Sur Penn sound[28], Big Think[29], YouTube[30], Librairie du Congrès[31]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « CK Williams »
  2. (en) « C. K. Williams (1936-2015) », The Library of Congress,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Martin Weil et Martin Weil, « C.K. Williams, Pulitzer-winning poet, dies at 78 », The Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne)
  4. « C K Williams Biography - Biographical Poet Info », sur www.poetrysoup.com (consulté le 20 août 2017)
  5. (en) « Academy Members – American Academy of Arts and Letters », sur artsandletters.org (consulté le 21 août 2017)
  6. (en) aapone, « chancellors », sur chancellors, (consulté le 20 août 2017)
  7. a et b (en) Ahren Warner, « CK Williams obituary », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  8. (en) « C. K. Williams Biography - eNotes.com », sur eNotes (consulté le 21 août 2017)
  9. « C.K. Williams Obituary on Legacy.com », sur Legacy.com (consulté le 21 août 2017)
  10. (en) « Drexel University », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  11. (en) « Franklin & Marshall College », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  12. a et b (en) « C.K. Williams, distinguished poet and 'great mentor,' dies at 78 », Princeton University,‎ (lire en ligne)
  13. « Le poète C.K. Williams, traducteur de Francis Ponge, est mort », Actua Litté,‎ (lire en ligne)
  14. (en) Katy Lederer, « ‘Selected Later Poems,’ by C. K. Williams », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  15. (en) « Ruth Lilly Poetry Prize », sur Poetry Foundation, (consulté le 21 août 2017)
  16. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. (en) http://www.pulitzer.org/prize-winners-by-year/2000, sur www.pulitzer.org (consulté le 21 août 2017)
  17. « 1999 National Book Awards Winners and Finalists, The National Book Foundation », sur www.nationalbook.org (consulté le 21 août 2017)
  18. (en) « Awards – American Academy of Arts and Letters », sur artsandletters.org (consulté le 21 août 2017)
  19. (en) « 1998 Literary Award Winners - PEN America », PEN America,‎ (lire en ligne)
  20. (en) « John Simon Guggenheim Foundation | C. K. Williams », sur www.gf.org (consulté le 21 août 2017)
  21. (en) « Remembering Charlie (C. K.) Williams – Work in Progress », sur fsgworkinprogress.com (consulté le 21 août 2017)
  22. Thierry Clermont, « Mort du poète américain C.K. Williams », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  23. « C. K. Williams in The New Yorker », sur The New Yorker (consulté le 21 août 2017)
  24. (en) Dan Piepenbring, « C. K. Williams, 1936–2015; Read His Poem "From My Window" », sur www.theparisreview.org (consulté le 21 août 2017)
  25. (en) William Grimes, « C. K. Williams, Poet, Dies at 78; Pulitzer Winner Tackled Politics and Morality », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  26. (en) Dana Jennings, « Poems on Mortality by C. K. Williams and Cynthia Cruz », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  27. (en) Chris Hedges, « Poet Marshals His Moral Passion Against the War », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  28. « PennSound: C.K. Williams », sur www.writing.upenn.edu (consulté le 21 août 2017)
  29. « C.K. Williams », sur Big Think (consulté le 21 août 2017)
  30. TED, « C.K. Williams: Poetry for all seasons of life », (consulté le 21 août 2017)
  31. (en) archive of recorded poetry and literature (library of congress), gertrude clarke whittall poetry and literature fund, williams, c. k. (charles kenneth) et zagajewski, adam, « Adam Zagajewski and C.K. Williams reading their poems in the Mumford Room, Library of Congress, Feb. 29, 1996 », The Library of Congress,‎ (lire en ligne)