X-Men

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir X-Men (homonymie).
X-Men
Logo de la série de comic books X-Men (2013)
Logo de la série de comic books X-Men (2013)

Adresse Jean Grey School for Higher Learning
Anciennement :
Île d'Utopia, Institut Xavier pour Jeunes Surdoués (puis Institut Xavier pour Études Avancées) (Salem Center, Comté de Weshester, New York)
Maynards Plains, Australie
Graymalkin Industries Marin Headlands, San Francisco)
Ennemi(s) Ennemis des X-Men

Membre(s) Cyclope [leader]
Emma Frost [co-leader]
Anole
Angel
Colossus
Gambit
Iceberg
Indra
Ink
Légion
Malicia
Match
Prodigy
Le Professeur X
Shadowcat
Wolverine
Voir liste complète

Créé par Stan Lee (scénariste)
Jack Kirby (dessinateur)
Première apparition Uncanny X-Men #1 (septembre 1963)
Éditeur(s) Marvel Comics

Les X-Men sont un groupe de super-héros, créé par le scénariste Stan Lee et le dessinateur Jack Kirby, dont les aventures ont été publiées dans le comic book X-Men édité par Marvel Comics à partir de septembre 1963. En France, ils sont apparus pour la première fois en janvier 1970 dans le journal Strange no 1 publié par les éditions Lug.

Ils sont aussi les héros d'une une franchise cinématographique depuis 2000.

L'histoire[modifier | modifier le code]

Dans l'univers des X-Men, les mutations génétiques octroient des super-pouvoirs à une part croissante de la population. Ces qualités surhumaines se dévoilent en général à l’adolescence, moment critique pendant lequel un mutant peut sombrer dans le doute et l’égarement ou au contraire peut arriver à maîtriser ses dons et devenir un individu épanoui.

Afin de les aider à franchir ce moment difficile, le professeur Charles Xavier a créé une école spécialisée où il les forme à utiliser leurs pouvoirs et à s’accepter eux-mêmes. Il leur apprend également à vivre en harmonie avec les humains « normaux ».

Mais d’autres mutants, qui n’ont pas eu la chance de rencontrer le professeur Xavier, ou qui l'ont rejeté, se sont égarés sur la voie du mal. Regroupés parfois autour du mutant Magnéto, ils n’ont pour but que d’affirmer leur prééminence en réduisant l’humanité en esclavage.

Sur cet argument, les auteurs ont créé une multiplicité de mutants aux pouvoirs variés dont les affrontements sans cesse renouvelés ont assuré le succès de la série depuis une quarantaine d’années.

Se pose ainsi le problème du rapport de l'homme à son évolution et de l'intégration des différences. Les mutants, eux, se répartissent en deux groupes : ceux qui sont proches du professeur Charles Xavier et qui croient à l'avantage de la différence et aux bénéfices du métissage des capacités; et ceux qui sont proches de Magnéto, se considèrent comme le stade évolué de l'homme et à ce titre, considèrent que ce dernier est condamné à disparaître car il ralentit l'émergence d'une nouvelle humanité.

Le cadre général de la série, ses implications philosophiques et humaines, et les principales péripéties peuvent sembler fortement inspirés du chef d'œuvre d'A. E. Van Vogt À la poursuite des Slans, publié en 1940. Quoi qu'il en soit, elle s'inscrit manifestement dans la même veine[réf. nécessaire].

Histoire des séries[modifier | modifier le code]

La série des X-Men a connu un succès extraordinaire qui lui a valu d'être déclinée en une multitude de séries parallèles. Certains personnages, tels Wolverine, prenant même leur autonomie pour vivre leur vie dans un magazine propre. Opportuniste, la maison Marvel Comics a su répondre à la demande des fans pour faire de cette série une licence très lucrative.

Les années 1960[modifier | modifier le code]

La série originale des X-Men[modifier | modifier le code]

Logo de la série de comic books X-Men (1963)

En 1963, les X-Men sont un groupe de cinq jeunes étudiants super-héros créés par Stan Lee et Jack Kirby pour Marvel Comics. Ils apprennent à maîtriser leurs pouvoirs, aidés par leur mentor : le professeur Xavier, paraplégique et télépathe qui les accueille dans son école spécialisée pour jeunes mutants.

Stan Lee a avoué qu'il avait utilisé l'aspect génétique de la mutation pour créer un nombre important de personnages doués de super-pouvoirs, sans avoir à inventer une origine particulière pour chacun d'eux[réf. nécessaire].

Les X-Men portent tous le même costume noir et jaune, avec un ceinturon surmonté d'une boucle caractéristique en forme de X. Comme le veut la tradition, leur visage est masqué afin de préserver leur identité lorsqu'ils interviennent en public, face aux mauvais mutants. Leurs aventures sont faites d'action et de combats, face aux dangers qui menacent la population.

Les personnages originaux des X-Men sont :

Nom de Code Vrai nom Pouvoirs
Le Professeur X Pr Charles Xavier Plus grand télépathe du monde
Angel Warren Worthington III Possède des ailes et plus tard un sang guérisseur[1]
Le Fauve Hank McCoy Agilité et force supérieures à la normale
Cyclope Scott Summers Rafales d'énergie optique
Marvel Girl, puis Phénix Jean Grey Pouvoirs télékinésiques et plus tard télépathiques
Iceberg Bobby Drake Crée et contrôle la glace

Le premier épisode présente également l'ennemi juré des X-Men : Magnéto, qui contrôle les métaux et champs magnétiques. Il pense que les mutants ont pour destinée de diriger le monde et de remplacer les humains, incapables de vivre sur terre sans causer le malheur et la destruction. Le personnage de Magnéto gagnera en complexité avec le temps pour ressembler au professeur Xavier, son ancien ami. Sa volonté de se servir des pouvoirs mutants contre les humains sera décrite dans les années quatre-vingt comme découlant de son expérience atroce de survivant de la Shoah. Magnéto crée une équipe qui sera l'adversaire des X-Men à de nombreuses reprises : la Confrérie des mauvais mutants.

D'autres super-vilains sont créés dans la série d'origine et deviennent des personnages récurrents : le Fléau, notamment, et surtout les énormes robots chasseurs de mutants nommés Sentinelles. Mais les adversaires des X-Men, au début de la série, sont bien souvent fades et se résument à des mutants criminels, des extra-terrestres belliqueux ou des monstres très frustes. Cette période n'a pas beaucoup de succès et devient la série la moins lue des éditions Marvel[réf. nécessaire].

Lee et Kirby quittent finalement la série en 1966 et sont remplacés par Roy Thomas et Werner Roth. À la fin des années 1960, Thomas est rejoint par Jim Steranko et Neal Adams pour tenter de redonner un souffle à la série qui en a besoin. Ils introduisent deux nouveaux X-Men : Havok, le frère de Scott, qui possède la capacité de produire un rayon de plasma et Polaris qui possède des pouvoirs magnétiques et semble être la fille de Magnéto.

Bien que les ventes augmentent avec l'arrivée d'Adams, ce n'est pas assez pour sauver la série. Elle s'arrête en 1970. Cette première série est rééditée à plusieurs reprises, en premier lieu dans le comic-book éponyme (poursuivant la numérotation entamée), puis parallèlement aux nouvelles aventures qui sont créées par la suite.

Les années 1970[modifier | modifier le code]

Les nouveaux X-Men[modifier | modifier le code]

Il faut donc attendre 1975, avec la formation d'une nouvelle équipe de X-Men pour que la série connaisse un engouement important.

Dans l'annual 1 de 1975 Len Wein, scénariste (aidé de Chris Claremont non crédité)[2], en collaboration avec Dave Cockrum au dessin, reprend certains personnages des premiers X-Men, devenus adultes, et ajoute d'autres mutants, venus d'horizons différents, avec des qualités et des défauts plus marqués et plus détaillés. Len Wein et Dave Cockrum se concertent pour créer les personnages. Ainsi Tornade est inspirée par deux créations de Dave Cockrum : Black Cat, qui inspire l'apparence physique et Typhoon les pouvoirs sur le temps[3]. Cela démontre également la volonté de Marvel d'être publié dans le monde entier[réf. nécessaire]. Ainsi, pour démarrer la série, le professeur Xavier forme une équipe cosmopolite pour sauver la première, prisonnière sur une île vivante et radioactive nommée Krakoa.

Le groupe accueille donc les membres suivants :

Nom de Code Vrai nom Pouvoirs
Le Hurleur (Banshee) Sean Cassidy Irlandais au cri destructeur
Colossus Peter Raspoutine Russe, change son corps en métal
Diablo (Nightcrawler) Kurt Wagner Allemand, grande agilité, téléportation, il a la peau bleue et une queue
Feu du soleil (Sunfire) Shiro Yashida Japonais contrôlant des flammes
Tornade (Storm) Ororo Munroe Africaine, contrôle les éléments
Épervier (Warpath) John Proudstar Apache dont la force et la vitesse sont exceptionnelles
Serval (Wolverine) James Howlett (Logan) Canadien avec des griffes et un squelette en adamantium, des hyper-sens et un facteur auto-guérisseur

Serval, ou Wolverine en anglais, aussi appelé Logan, est un ancien agent du gouvernement canadien qui possède un pouvoir de régénération accélérée et des sens hyper-développés. Un squelette et des griffes rétractables en adamantium lui ont été greffés pour en faire un homme indestructible.

Rapidement l'équipe perd deux éléments : Feu du Soleil (que les auteurs font partir) et Épervier (qui est le premier X-Man à mourir). Les membres de la première équipe, excepté Cyclope, se détachent également des X-Men - même s'ils interviennent parfois dans les histoires. Chris Claremont devient seul scénariste à partir du #97[4] ; Dave Cockrum reste au dessin. L'une des plus importantes histoires créées par ces auteurs est la « Saga de Phénix » dans laquelle Jean Grey devient Phénix et entraîne l'équipe dans des aventures intergalactiques. Ils rencontrent la race extraterrestre Shi'ar et son impératrice Lilandra, qui tombe amoureuse du professeur Xavier et intervient ensuite de façon récurrente dans la série.

En 1978, John Byrne succède à Cockrum. Le travail de Byrne sur la série permet aux X-Men de rencontrer un succès immense. À la suite d'une confrontation avec Magnéto, le professeur Xavier, le Fauve et Jean Grey croient les X-Men morts, et il s'écoule un an avant que les personnages ne se retrouvent. Byrne invente également des aventures canadiennes où les X-Men rencontrent un groupe de super-héros canadiens (la Division Alpha). Wolverine devient alors le personnage le plus populaire auprès du public et des aventures centrées sur le personnage sont régulièrement créées entre 1980 et 1984. C'est à cette époque qu'il tombe amoureux d'une aristocrate japonaise, (Mariko Yashida).

Saga du Phénix (1980)[modifier | modifier le code]

Claremont et Byrne lancent les X-Men dans de nombreuses situations désespérées afin de révéler les personnalités de chacun des héros. Ainsi, la saga du « Phénix Noir » permet à un groupe aristocratique nommé le Club des Damnés (Hellfire Club) de contrôler Phénix. Mais la manipulation échoue et libère le côté sombre de Phénix, qui en vient à déchaîner sa colère et sa puissance jusqu'à détruire totalement une planète et les milliards d'habitants qui y vivent paisiblement. Les autres X-Men tentent de lui faire reprendre le contrôle d'elle-même et ils croient y être parvenus. Ils s'engagent alors dans un duel d'honneur contre la garde impériale de Lilandra, qui veut juger Phénix pour le génocide du peuple disparu. S'ils perdent, Phénix doit mourir car elle est considérée comme une menace majeure pour toutes les planètes et civilisations connues.

Lorsque Cyclope est blessé lors du duel, Phénix laisse une nouvelle fois la place au Phénix Noir. Ne supportant pas de voir son compagnon blessé, elle ne peut plus contrôler sa puissance. Le Professeur Xavier ordonne aux X-Men de tuer leur équipière avant qu'elle ne détruise d'autres planètes. En fait, dans un sursaut de conscience, Phénix préfère se suicider avant qu'il ne soit trop tard, constatant que plus personne ne peut l'arrêter et plutôt que de perdre le contrôle totalement. La série est à cette occasion d'une maturité rarement atteinte par un comics. Les personnages majeurs des séries ne meurent que très rarement et c'est la première fois qu'un super-héros se suicide.[réf. nécessaire] Cyclope décide alors de quitter l'équipe, qu'il finira par retrouver quelque temps après. Tornade assure l'intérim de leader des X-Men en l'absence de Cyclope.

Les années 1980[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, les X-Men ont été modifiés, accueillant et perdant des membres régulièrement :

  • Shadowcat (en VF Étincelle, Ariel, puis Shadowcat dans les dernières éditions) : Katherine « Kitty » Pryde est une jeune fille qui peut se dématérialiser, et par exemple, tel un fantôme, traverser les murs. Elle rejoint les X-Men après la mort de Phénix, première étudiante accueillie à l'école depuis la première équipe.
  • Rogue (en VF Malicia) possède le don d'absorber les pouvoirs et la psyché des personnes qu'elle touche. C'est une ancienne ennemie des X-Men, autrefois membre de la Confrérie des mauvais mutants.
  • Phoenix II est Rachel Summers, la fille de Jean Grey et Scott Summers, venue d'un futur alternatif (« Days of Future Past ») et dotée des mêmes pouvoirs que sa mère.
  • Magneto (appelé Magnus par Charles Xavier): Erik Lensherr contrôle le magnétisme et était l'ennemi juré des X-Men. Il dirige pourtant temporairement l'école de Xavier, mais la quitte lorsqu'il ne peut empêcher la mort d'un de ses élèves, et retourne du côté du Mal.
  • Psylocke : Elizabeth « Betsy » Braddock est une ancienne mannequin britannique, « femme fatale » et télépathe, soeur de Captain Britain.
  • Dazzler : Alison Blair, chanteuse disco, peut transformer le son en lumière et en énergie. Déjà croisée lors des heurts avec le Club des damnés, et précédemment héroïne de ses propres aventures, elle intègre l'équipe quelques années plus tard.
  • Longshot est un extraterrestre humanoïde, une star de la télévision dans son monde, qui contrôle la chance et peut retourner les situations de façon extraordinaire.

Les autres membres de l'équipe originelle interviennent de temps à autre.

Days of Future Past[modifier | modifier le code]

Claremont et Byrne écrivent Days of Future Past en 1981. Dans un futur proche, les États-Unis sont totalement sous la coupe des Sentinelles, les robots surarmés construits pour débusquer les mutants. Plusieurs X-Men ainsi que de nombreux autres super-héros de Marvel sont morts. Les survivants sont enfermés dans un camp de concentration. Leurs pouvoirs sont annihilés et ils périssent peu à peu. Les auteurs vont jusqu'au bout de la logique sécuritaire des humains normaux : s'armer pour détruire les mutants et ne pas risquer de perdre le pouvoir. Cette vision pessimiste et intolérante de l'humanité est une constante dans l'histoire de la série - et elle fait une fois de plus fortement penser au roman de SF À la poursuite des Slans, publié par A. E. Van Vogt en 1940[réf. nécessaire].

Tornade, Wolverine, Magneto, Rachel Summers, Franklin Richards, Shadowcat et Colossus se trouvent parmi eux. Ils se rendent compte que la seule façon de vaincre ce monde est d'éviter son existence ; ils mettent alors en marche un plan pour transporter le corps astral de Kate dans le passé. La Kate du futur dans le corps de la Kitty du passé apprend aux X-Men que la cause directe de la haine anti-mutante de son temps est le meurtre du senateur Kelly par la Confrérie des Mauvais Mutants de Mystique. Les X-Men essayent alors d'empêcher ce meurtre. Au cours de cette histoire, le point de vue alterne entre les deux trames temporelles, celle du passé et celle du futur.

God Loves, Man Kills[modifier | modifier le code]

En 1982, Claremont est associé à Brent Anderson pour God Loves, Man Kills (Dieu crée, l'homme détruit en vf) dans lequel le révérend William Stryker lance une croisade anti-mutants, capture le Professeur X pour le manipuler et attaquer l'esprit des mutants. Les X-Men s'allient à leur ennemi Magnéto pour combattre Stryker. Cette histoire est un parfait exemple de la métaphore raciale de la saga des X-Men. Plus de vingt ans plus tard, elle a inspiré le film X-Men 2.

Les X-Men deviennent une franchise (1983-1987)[modifier | modifier le code]

Par la suite, Claremont travaille avec d'autres dessinateurs, comme Paul Smith ou John Romita Junior. Au début des années 1980, le groupe de mutants marginaux nommé Morlocks apparaît. Tornade est confrontée à la perte temporaire de ses pouvoirs. Cyclope démarre sa relation avec Madelyne Pryor, qui est en réalité un clone de Jean Grey. En 1986, Mutant Massacre permet d'introduire les Maraudeurs, un groupe de mutants meurtriers qui attaquent et blessent grièvement les X-Men. Sinistre en est le leader et prend place comme un personnage central de plusieurs aventures. Pendant la bataille, Colossus, Étincelle et Diablo sont grièvement blessés, et sont rapatriés sur l'île de Muir avec la plupart des survivants des Morlocks. C'est durant cette saga qu'Angel perd ses ailes, que Colossus tue Riptide, et que Dents de sabre réapparaît (il était déjà apparu dans la série Iron Fist de Claremont et Byrne). Les auteurs font de Dents de sabre un adversaire personnel de Wolverine, avec l'idée que leurs passés sont liés. La deuxième époque se termine par le mariage de Scott et Madelyne.

La popularité grandissante des X-Men et le développement de l'activité de Marvel conduit la société à créer des séries dérivées :

  • Les Nouveaux Mutants en 1983 (un groupe de jeunes mutants de l'académie de Xavier, nouveaux jeunes élèves de Xavier) ;
  • X-Factor en 1986 qui est formé au départ des 5 premiers X-Men, après la découverte de Jean Grey ressuscitée ;
  • Les aventures solo de Wolverine en 1988 de manière régulière bien qu'il ait déjà bénéficié d'une publication solo dès 1982 (Je suis Wolverine) ;
  • Excalibur en 1988 avec Phoenix II, Diablo, Étincelle/Shadowcat, Captain Britain et Meggan, équipe créée après Mutant Massacre.

Les X-Men deviennent donc une « franchise » lucrative pour Marvel. Ce foisonnement de personnages et d'histoires souvent entremêlées rend la série plus complexe et par moment difficile à suivre.

Une controverse importante a lieu en 1986 quand les auteurs exilent le professeur Xavier au fin fond de l'espace pour être soigné de ses blessures et lorsque Magneto est choisi pour remplacer l'illustre créateur des X-Men aux commandes de l'académie et de l'équipe.

Fall of the Mutants et Inferno[modifier | modifier le code]

En 1988, Fall of the Mutants décrit la mort des X-Men à Dallas, devant les caméras de télévision, et leur résurrection pour combattre un démon nommé l'Adversaire. L'équipe est alors temporairement localisée en Australie. Lors de cette époque australienne les Reavers (des mercenaires cyborgs) combattent les X-Men. Dans la saga Inferno, on apprend que Madelyne Pryor (séparée de Scott Summers, parti à la recherche de Jean Grey ressuscitée) est en fait un clone de Jean Grey créé par Mister Sinister, et elle est séduite par le démon N'astirh. Les X-Men et X-Factor combattent alors Pryor devenue la Goblin Queen (la Reine Démon en VF), ainsi que les démons avec qui elle s'est alliée. Puis l'époque australienne s'achève avec les morts présumées de Tornade et de Malicia, ainsi que la première mort d'Illyana Raspoutine, la sœur de Colossus (à la fin d’Inferno). Claremont saisit ici l'occasion de faire sortir du groupe Dazzler et Longshot (officiellement pour élever leur enfant dans le monde de Longshot). Comme bien d'autres personnages de la série, on les voit rarement par la suite.

De 1987 à 1990, Marc Silvestri illustre Uncanny X-Men. Il est ensuite remplacé par un jeune artiste nommé Jim Lee, devenu l'un des plus populaires illustrateurs de la série.

Les années 1990[modifier | modifier le code]

Logo de la série de comic books X-Men (1991)

En 1990 « The X-tinction Agenda » permet aux X-Men de se reformer, avec l'apparition de deux nouveaux membres : Jubilé, qui peut lancer du plasma par ses doigts et Gambit, un acadien lanceur de cartes à jouer, véritables mini-bombes qu'il charge d'énergie kinésique.

Après le retour des X-Men dans la ville de Westchester et le retour sur Terre du Professeur X au début de 1991, Marvel bouleverse ses équipes de super-héros. Rob Liefeld transforme ainsi The New Mutants en X-Force, dirigée par le mystérieux Cable qui vient du futur. Les anciens X-Men abandonnent X-Factor pour retrouver leur équipe initiale, certains totalement transformés (le Fauve est à nouveau affublé d'une fourrure bleue comme il l'était de 1972 à 1986, Angel, désormais nommé Archangel est doté d'une peau bleue et des ailes de métal). Havok, Polaris et d'autres mutants forment un nouveau X-Factor.

Marvel lance une deuxième série X-Men simplement nommée X-Men. Écrite par Claremont et illustrée par Lee, la nouvelle série suit « l'équipe Bleue » (le Fauve, Psylocke, Malicia, Gambit, Cyclope et Wolverine). Uncanny X-Men, écrite par Claremont et illustrée par Whilce Portacio, suit « l'équipe Or » (Colossus, Iceberg, Archangel, Jean Grey, Tornade, et le nouveau venu Bishop). Les deux couleurs viennent des couleurs prépondérantes des uniformes des X-Men. Bishop, dernier arrivé, vient d'un futur similaire à Days of Future Past, où un traître dans les rangs des X-Men avait provoqué la mort de ses coéquipiers. L'identité du traître deviendra un des mystères les plus obsédants de la série dans les années qui suivirent. Le Professeur X, Banshee et Jubilee restent X-Men, mais ne participent quasiment pas aux combats.

Le talent de Lee et Portacio et la nouvelle organisation des X-Men permettent aux publications de Marvel de battre des records de vente et contribuent à populariser ces comics dans le monde entier.

Malgré le succès, quelques frictions dans l'équipe de création des X-Men entraînent le départ de Claremont après seulement trois numéros de X-Men. Les désaccords avec Marvel et Lee ont raison d'une collaboration de quinze années du scénariste pour la série des X-Men. Chris Claremont, déjà vexé que Barry Windsor-Smith ait raconté les origines de Wolverine dans le Graphic Novel Weapon X, s'oppose au fill-in proposé pour les numéros 4 à 7 de X-Men, qui revient sur les liens qui unissaient Wolverine et Dents de Sabre dans le passé.

Quelques mois plus tard, Liefield et Lee quittent également Marvel avec d'autres artistes populaires comme Silvestri et Portacio pour créer Image Comics.

Cela n'empêche pas la popularité des X-Men de continuer à grandir, grâce notamment au dessin animé tiré de la série produit par la Fox pour la télévision en 1992. Pendant ce temps, Uncanny X-Men est pris en main par Scott Lobdell et Joe Madureira à partir de 1994, dont le style « manga » des dessins aide à donner un nouveau souffle à la série au Japon. X-Men continue avec Fabian Nicieza au scénario et Andy Kubert pour le dessin.

The X-Cutioner Song (Le chant du bourreau, 1992)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : The X-Cutioner Song.

Lors d'un concert de Lila Cheney, le Professeur X est abattu, apparemment par Cable, avec une balle infectée par une souche d'un virus techno-organique. On saura plus tard que le vrai coupable est Stryfe, le clone génétique de Cable (Nathan Christopher Summers), fils de Cyclops et de Madelyne Pryor, et capturé, lorsqu'il était enfant, par les agents d'Apocalypse. Stryfe vient du futur, ayant suivi Cable, pour se venger des mauvais traitements d'Apocalypse ; il kidnappe Jean Grey et Cyclope (ceux qu'il pense être ses parents) pour l'avoir abandonné (sacrifié) et laissé à la merci d'Apocalypse. Comme la plupart des autres protagonistes, Stryfe ignore qu'il n'est qu'un clone de Cable, et Cable ignore qu'il est le vrai Nathan Christopher Summers. Après avoir été poignardé par Stryfe, Apocalypse se réfugie auprès des X-Men et s'allie avec eux pour guérir Xavier de l'attentat.

La bataille finale entre Cable et Stryfe ne se fait pas attendre, et Stryfe meurt. Le virus Legacy (en français : « héritage »), que Stryfe a fourni à Mr Sinistre en échange de ses deux « parents », est alors libéré. Il a été conçu pour tuer dans un premier temps les homo superior, en exacerbant leurs pouvoirs. La sœur de Colossus, Illyana Rasputin, le Cerveau et Pyro en sont les premières victimes. La mort d'Illyana occasionnera à son frère une longue dépression, et déclenchera plus tard son départ des X-Men pour les Acolytes. Apocalypse est apparemment tué (cette fois par ses agents, les Dark Riders, qui l'abandonnèrent pour suivre Stryfe, car Apocalypse était considéré comme étant trop faible pour pouvoir survivre).

Fatal Attractions[modifier | modifier le code]

Avec Fatal Attractions (1993), Magneto s'empare du vaisseau de Cable et le transforme en Avalon, le paradis des mutants. Le gouvernement américain tente de l'exclure de la Terre en mettant en place un réseau de satellites qui priveraient le mutant de ses pouvoirs sur Terre. Dans un accès de rage, Magneto détruit le champ électrique de ces satellites, confrontant le globe terrestre à une IEM de très forte intensité. Cable essaye de reprendre « Graymalkin » (son vaisseau), mais Magneto le laisse au bord de la mort en lui arrachant toutes ses parties métalliques. Charles Xavier lance alors une attaque sur Avalon. Pendant la bataille, alors que Wolverine l'attaque sauvagement, Magnéto utilise ses pouvoirs magnétiques pour détacher l'adamantium de son corps. Le choc immense surcharge le pouvoir auto-guérisseur de Wolverine, qui n'est pas loin d'en mourir. Furieux, Xavier attaque télépathiquement Magneto et le met en état catatonique, absorbant sans le savoir son côté sombre. C'est la première fois qu'on voit Xavier craquer et perdre son sang-froid. Les émotions négatives de Magnéto se mélangent avec les envies réprimées de Xavier, formant plus tard une entité psionique puissante, pour le moment à l'état dormant, Onslaught.

Bloodties (1993)[modifier | modifier le code]

Immédiatement après Fatal Attractions, une guerre civile éclate à Genosha, une île située au large de la côte Est de l'Afrique, entre les sapiens et les mutants incités par Fabian Cortez, ancien protégé de Magneto et ex-chef des Acolytes. Ignorant l'état catatonique de ce dernier, il kidnappe sa petite-fille Luna, pour se protéger et l'utiliser comme monnaie d'échange contre sa vie. La mère de Luna, Crystal étant un membre des Vengeurs, et son père Vif-Argent s'étant allié aux X-Men, les deux équipes doivent coopérer ensemble pour l'arrêter. La situation se complique encore quand un nouvel Acolyte, Exodus, veut tuer Cortez pour avoir trahi Magneto, et Luna pour avoir « humilié » son grand-père en étant née humaine.

Phalanx Covenant (1994)[modifier | modifier le code]

Plusieurs scientifiques croient avoir trouvé la solution au problème mutant : ils ont découvert un virus (le transmodal) qui transforme la matière organique en information technologique. Ils pensent que ce virus permet à l'homme d'atteindre un niveau d'évolution capable de compenser les mutations, sans se rendre compte que ce virus permet à une race d'extraterrestres (les Phalanx) d'utiliser les humains pour s'implanter sur Terre.

Les Phalanx sont capables de compenser les pouvoirs d'un mutant, mais pas de les contaminer. Le quartier général des X-Men est insidieusement envahis, et tous les membres de l'équipe sont faits prisonniers, exception faite du Hurleur et de Jubilé, qui libèrent la Reine Blanche et Dents de sabre afin de s'opposer à cette invasion. Durant leur recherche des jeunes mutants menacés par la Phalanx, une jeune femme psychokinètique, Blink, doit se sacrifier pour sauver ses camarades : les conséquences de ce combat seront la création de Génération X, dirigée par le Hurleur et la Reine Blanche, sous l'égide de Xavier, en remplacement de l'ancienne école de Frost.

Pendant ce temps, les équipes de Facteur-X, X-Force et Excalibur se regroupent, afin d'élaborer une stratégie pour limiter l'expansion des Phalanx. Douglock, membre d'Excalibur et anciennement Phalanx, les conduit à la « nursery » et permet à Forge de les neutraliser. Enfin, Cyclope, Jean Grey, Wolverine et Cable mettent le point final à l'invasion, en sauvant les X-Men kidnappés.

Legion Quest et Age of Apocalypse (1995-1996)[modifier | modifier le code]

Quand Legion, le fils de Charles Xavier et Gabrielle Haller, voyage dans le passé pour tuer Erick Lensherr, avant que celui-ci ne devienne Magneto, le Xavier du passé (alors ami de Erick), se sacrifie pour le sauver, provoquant un paradoxe du grand-père : si Xavier est mort, Legion ne peut exister et si Legion n'existe pas, il ne tuerait pas Xavier.

Les conséquences de ce paradoxe entraînent une fissure dans la réalité et dans le temps : l'histoire de l'univers Marvel est complètement modifiée, et Apocalypse prend le contrôle de l'Amérique. Seul Bishop, déjà en transition temporelle, reste ancré à la nouvelle réalité tout en se souvenant de l'histoire « normale ».

Les mutants sont alors répartis en deux camps : ceux qui œuvrent pour Apocalypse et ses féaux (Sinistre, Mikhail Raspoutine, Cyclope…), et ceux qui se rangent aux côtés de Magneto et de ses X-Men (Forge, Gambit, Mystique…) pour contrer « selon l'idéal de Xavier » la dictature d'Apocalypse.

Grâce à l'aide de Bishop, la réalité recouvre ses droits. Seuls quatre personnages peuvent s'échapper de leur monde condamné, et se retrouver dans la réalité : X-Man, Holocauste, Dark Beast et Sugar Man.

Onslaught (1996)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Onslaught.

Lors de ce « méga-cross-over », l'identité du traître est enfin révélée : il s'agit de Charles Xavier. Celui-ci, sous la forme d'Onslaught, se réveille finalement dans son esprit et décide de réaliser ses rêves : exterminer les sapiens ainsi que les mutants. Il tente de rallier à lui les X-Men, mais devant leur refus, il les neutralise. Bishop réussit alors à leur sauver la vie, accomplissant là la mission qu'il s'était donnée.

Onslaught kidnappe Franklin Richards et X-Man pour recréer le monde de Age of Apocalypse. Mais en se rendant compte de la vraie nature de ce monde, il déclare les humains et mutants indignes de vivre. Des alliances inattendues se créent avec les autres personnages Marvel pour le combattre (Apocalypse et Cable, Joseph et Xavier, ou Red Richards et le Docteur Fatalis), avec une association des X-Men avec les Vengeurs, Hulk et les Quatre Fantastiques).

Dans la bataille finale, Onslaught est vaincu par Hulk qui brise son armure. Malheureusement, pour éviter qu'il ne se rende maître d'un autre corps, les super-héros non mutants sont contraints de se sacrifier ; c'est ainsi que la majorité des Vengeurs et les Fantastiques semblent mourir. Une fois ceux-ci sacrifiés, les X-Men font exploser le champ de force à l'intérieur duquel les héros sont morts. Pour le reste du monde, les X-Men sont donc responsables de ces morts. Ils sont considérés comme des meurtriers ; cet événement déclenche une vague de haine envers tous les mutants, bons comme mauvais.

Post-Onslaught (1997-2001)[modifier | modifier le code]

Le gouvernement, disposant cette fois d'un prétexte parfait pour exterminer définitivement les mutants, confie le problème à un agent du SHIELD, Bastion. Celui-ci utilise les « Sentinels Prime », qui sont en réalité des humains avec des implants robotiques. Bastion retient Charles Xavier sur la base Zero Tolerance, voulant libérer le pouvoir de Onslaught. Il capture Jubilee qui lui donne assez d'information pour attaquer la Maison X. Bastion se bat avec Cable et capture Cyclope, Jean Grey, Tornade, Wolverine et Rocket. Finalement, les X-Men sont libérés et la base Zero Tolerance est fermée par le gouvernement. Bastion est emprisonné.

Avec Operation Zero Tolerance conclue en 1997, des personnages majeurs de la série comme Bishop, Gambit, Jean Grey et Cyclope (qui avaient fini par se marier) sont écartés des X-Men par les auteurs. À la place, une nouvelle équipe est constituée avec Wolverine, Malicia, le Fauve, Tornade et de nouveaux personnages comme Rocket, Marrow, Maggott et Cecilia Reyes.

Quand Alan Davis reprend en main les X-Men en 1998, il bouleverse cette équipe, gardant Marrow, Malicia, Tornade et Wolverine et réintégrant Étincelle, Diablo, Colossus, Gambit et le Professeur X. Les fans accueillent le travail de Davis pour X-Men et celui de Adam Kubert pour Uncanny X-Men avec un entrain modéré. Marvel décide finalement de faire appel à Claremont au début de 2000 pour un retour attendu aux commandes des X-Men. Avec Revolution (2000), Marvel instaure un saut dans le temps de six mois dans l'histoire des X-Men. Cela permet à Claremont et aux illustrateurs de complètement redéfinir les X-men en seulement un mois. Claremont reprend donc les personnages principaux des X-Men d'origine et ajoute deux membres : Tessa/Sage une cyberpathe qui faisait partie du Club des Damnés mais qui en fait espionnait pour le compte du Pr X, et un nouveau Thunderbird, un indien nommé Neal Shaara, aux pouvoirs pyrokinétiques.

Des histoires décousues et des adversaires des X-Men transparents finissent par contraindre Joe Quesada à retirer à Claremont le contrôle des deux magazines au début 2001. Claremont est associé au dessinateur Salvador Larroca pour un nouveau titre : X-Treme X-Men avec Sage, Psylocke, Bishop, Gambit, Malicia et Tornade en dehors de l'équipe centrale des X-Men.

Nouvelles séries[modifier | modifier le code]

Les années 1990 voient l'éclosion de nombreuses séries et mini-séries tirées de l'univers des X-Men. Generation X est créée pour former une nouvelle équipe de mutants teenagers. Marvel lance également des aventures solos pour plusieurs personnages : Cable, Gambit, Bishop et Deadpool.

En 1998 Excalibur et X-Factor sont abandonnés et le deuxième est remplacé par Mutant X avec Havok, qui se réveille, après sa mort présumée, dans un monde parallèle. En même temps, Marvel supprime Gambit, Bishop, X-Man, Mutant X et Generation X tandis que X-Force est complètement remanié. Même si ces séries se vendent assez bien, Quesada argue du fait qu'un nombre aussi important de titres de super-héros mutants est exagéré.

Marvel lance quelques séries un peu différentes :

  • Weapon X, un groupe de mercenaires avec Dents de Sabre, Marrow et d'autres personnages.
  • Exiles, un groupe de mutants issus de mondes parallèles et qui rétablissent l'ordre d'un monde à l'autre (dans la veine de la série Sliders)
  • Une nouvelle X-Force (renommée plus tard en X-Statix), des super-héros mutants médiatiques, populaires et sponsorisés.

Les années 2000[modifier | modifier le code]

2001-2003[modifier | modifier le code]

Logo de la série de comic books New X-Men

En 2001, une nouvelle série nommée Ultimate X-Men est créée. Le scénariste Mark Millar et le dessinateur Adam Kubert réinventent le concept des X-Men teenagers et attirent de nombreux nouveaux lecteurs. Ultimate X-Men appartient à l'univers Ultimate Marvel tout comme Ultimate Spider-Man ou The Ultimates, qui voient les origines des personnages majeurs de Marvel Comics réinventées et réactualisées. D'autres événements scénaristiques importants ont lieu à cette époque, dans Eve of Destruction, comme la mort de personnages majeurs (Colossus et Psylocke) ou l'histoire tant attendue des origines de Wolverine en 2001.

2001 est aussi le début de l'ascension de Grant Morrison au scénario, et de Frank Quitely au dessin, pour le magazine X-Men rebaptisé New X-Men pendant quelques numéros. Dans la série E for Extinction, ils suivent les personnages du Fauve, Jean Grey, Professeur X, Cyclope, Wolverine et Emma Frost, une télépathe séduisante, ancienne Reine Blanche du Club des Damnés. Le groupe porte des uniformes en cuir noir ressemblant à ceux du film « X-Men » sorti en 2000. Les histoires des nouveaux X-Men sont basées sur des scénarios de science-fiction complexes aux nombreux retournements de situation comme la mort de seize millions de mutants à Genosha, causée par les Sentinelles. Des changements controversés ont également lieu, impliquant des personnages majeurs. On peut citer par exemple l'aventure extra-conjugale de Cyclope avec Emma Frost après le retour de Jean qui meurt une deuxième puis une troisième fois d'une rafale de l'usurpateur de Magnéto après être morte dans l'espace et réincarnée par le Phénix, sauvant par là Wolverine ; dans ses derniers moments, elle se reconcilia avec Cyclope).

En 2003, Uncanny X-Men est ensuite remanié par Joe Casey (scénario) et Ian Churchill (dessin) puis Chuck Austen (scénario) avec différents dessinateurs. Le magazine, qui se concentre sur des aventures traditionnelles d'action et de combats, met en scène Iceberg, Diablo, Archangel, Havok, Polaris, Véga, Chamber, Husk et à la surprise générale le Fléau, le célèbre criminel ennemi des X-men depuis le milieu des années 1960. Chuck Austen fait revenir Havok, qui flottait dans les limbes depuis l'annulation de la série Mutant X lors de la purge de 2000. Casey et Austen reçoivent beaucoup de critiques négatives. Il leur est reproché de ne pas hisser Uncanny X-Men au niveau des New X-Men ; certains choix de scénarios sont mal accueillis (Diablo devient prêtre catholique, Polaris finit par devenir terroriste et Archangel et Husk ont une aventure alors que cette dernière est adolescente et qu'Archangel fait le double de son âge).

X-Men Reload (mai 2004)[modifier | modifier le code]

En 2004, Morrison quitte New X-Men et Marvel supprime X-Treme X-Men pour placer de nouveau Claremont aux commandes de Uncanny X-Men. La société lance aussi Astonishing X-Men avec le scénariste Joss Whedon (connu pour la création de la série télévisée Buffy contre les vampires) et le dessinateur John Cassaday. Cette opération a pour nom X-Men Reload.

Whedon permet à la série de rencontrer un grand succès grâce à la qualité de ses dialogues et de ses scénarios, le style réaliste de John Cassaday se mariant bien aux histoires. Beaucoup expliquent également le succès par la relative simplicité des scénarios, tranchant avec la complexité des années 1990, accumulant les flashbacks et les références au passé des personnages. Les fans assistent au retour du X-Man Colossus, personnage très populaire lorsqu'il fut « tué ». Psylocke réapparaît également sans explication évidente quant à son retour d'entre les morts.

Marvel lance toujours d'autres séries secondaires, comme District X mettant en scène Bishop à New York, New X-Men: Academy X et un nouveau Excalibur. Malicia, Diablo, Gambit, et Jubilee ont aussi droit à leur propres aventures.

Marvel met finalement un terme à X-Statix quand les créateurs Peter Milligan et Mike Allred abandonnent le magazine. Milligan remplace Chuck Austen comme scénariste de X-Men (qui perd le « New » à l'occasion d'X-Men Reload) en janvier 2005.

Pendant ce temps, la série NYX démarre avec pour vedette le personnage X-23, une jeune femme clone de Wolverine qui apparaît pour la première fois dans la série télévisée X-Men: Evolution. X-23 rejoint alors Uncanny X-Men. C'est la troisième fois que Marvel intègre un personnage issu de la télévision. Le premier fut Firestar de Spider-Man and His Amazing Friends (1981), et le second fut Morph (avec quelques changements physiques) de la série animée X-Men de 1992.

House of M (2005)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : House of M.

En 2005 sort aux États-Unis le cross-over House of M. Il parait en France en 2007, publié par Marvel France. C'est le début de beaucoup de bouleversements dans l'univers Marvel, et particulièrement chez les X-Men et les New Avengers.

Wanda Maximoff, la sorcière rouge, fille de Magnéto et membre des Vengeurs, sombre dans la folie. Elle a le pouvoir de modifier la réalité selon ses désirs. La communauté des Super-Héros pense qu'elle représente un danger pour la terre, et certains d'entre eux décident de la tuer. Pour contrer leur projet, elle modifie le monde afin que chacun vive la vie dont il a toujours rêvé. Dans le monde imaginé par Wanda, les mutants n'ont plus à se cacher.

Pourtant une partie des héros se souvient du monde d'avant. Estimant que leur monde ne devrait pas être, ils trouvent un moyen de forcer Wanda à dissiper son sortilège. Les lecteurs apprennent alors que Wanda a été manipulée par son frère, Vif-Argent, et non par son père, Magneto, lequel ne supporte cependant pas que son fils ait pu provoquer ce cataclysme en son nom, et le tue. Pour Wanda, choquée par la mort de son frère qu'elle chérit, le pouvoir des mutants représentent un danger. Afin de rêgler la question et particulièrement les problèmes de cohabitation humains/mutants, elle formule ce simple souhait : Plus de mutant.

Decimation (2005)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Decimation (comics).

Le monde des héros Marvel revient donc à la « normale ». Mais après le M-Day, provoqué par la Sorcière Rouge, 91,4 % des mutants perdent leurs pouvoirs. Aujourd’hui, ils ne sont plus qu’une poignée à les avoir conservés. Cyclope déclare alors que les mutants survivants peuvent s’ils le souhaitent rejoindre l'institut pour se protéger. Le gouvernement américain reprend cette proposition à son compte et lance le projet Sentinelle Squad One. Il envoie ces agents dénicher les mutants survivants où qu’ils se trouvent, afin de les amener à l’institut, désormais surveillé jour et nuit par des Sentinelles, sous le prétexte de les protéger des extrémistes anti-mutants.

Les X-Men s'aperçoivent qu'ils sont devenus une espèce vouée à l'extinction, car même la possibilité de devenir un mutant a été supprimée du génome humain. Nombre des élèves de l'académie ont perdu leurs pouvoirs, et pour leur sécurité ils sont renvoyés chez eux (beaucoup pensent que comme ils n'ont plus de pouvoirs, ils n'intéressent plus les professeurs). Qu'en est-il de leur avenir ?

Civil War (2006)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Civil War (comics).

Lors d'un combat entre des super-vilains et une équipe de super-héros, connue sous le nom des New Warriors, le super-terroriste nommé Nitro explosa, causant la mort de six cents personnes, dont près de la moitié étaient les enfants d'une école, bouleversant l'opinion publique. Ce drame provoque l'application d'une nouvelle loi, le Superhuman Registration Act, qui vise à obliger tous les super-héros à s'enregistrer auprès du gouvernement, et à en faire de fait des agents du SHIELD. Cette situation entraine une division de la communauté des super-héros et provoque une guerre entre eux. La faction en faveur de la loi est menée par Iron Man, tandis que le leader de l'opposition est Captain America qui continue de dénoncer les travers du rêve américain pour mieux l'incarner.

Les X-Men souhaitent rester neutres dans le conflit (les mutants sont exclus du SHRA parce qu'ils sont nés avec des superpouvoirs sans le vouloir) mais la situation allait bientôt les obliger à choisir un camp, qu'ils le veuillent ou non…

Bishop abandonna alors l’équipe afin de rejoindre les partisans du Superhuman Registration Act et localiser les 198 évadés. La poursuite les mena à une ancienne base militaire que les mutants en fuite avaient découverte et occupée. C’est alors que le général Demetrius Lazer, avec l’aide du mutant Johnny Dee, amena Cyclope à attaquer Bishop, qui fut bientôt surchargé d’énergie avant de la décharger dans le ciel. Finalement, Cyclope ayant retrouvé ses esprits, Bishop et les X-Men s’associèrent pour sauver les 198 de l’explosion de la base, aidés par Iron Man et Miss Marvel.

Messiah Complex (2008)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Messiah Complex.

Le cross-over de titres X façon années 1990 (Uncanny X-men ; X-Men: Legacy ; New X-Men ; X Factor et un one Shot), qui suit de près les conséquences de House of M.

La communauté mutante est bouleversée par la venue au monde du tout premier enfant mutant depuis le M-Day. Ce symbole d'espoir ne dure pas longtemps, très vite de vieux adversaires surgissent pour s'emparer du bébé. Les X-Men se rassemblent (Young X-Men, X-Force, X-Factor) pour faire face à plusieurs aux ambitions de chacun, Reavers, Maraudeurs, Acolytes, Purificateurs et Prédateur X sont au rendez-vous, mais comme toujours le plus grand danger vient de l'intérieur.

Cable et Bishop démarrent leur affrontement fratricide dont le bébé est la cause, chacun ayant sa propre interprétation du futur.

Lorsque l’enfant mutant vient au monde à Cooperstown en Alaska, les X-Men ne réagissent qu'après coup. Quand ils arrivent sur place, l’enfant a déjà disparu, emmené par Cable, juste avant l’arrivée des Maraudeurs et des Purificateurs laissant un vaste champ de bataille derrière eux.

La naissance de l’enfant attire aussi l’attention du Prédateur X, une créature créée par le Complexe pour les Purificateurs pour traquer et dévorer les mutants. Ignorant l’implication de Cable et terrifiés à l’idée que l’enfant soit tombée aux mains de Sinistre et ses alliés ou même des Purificateurs, les X-Men partent à sa recherche. Au terme de multiples affrontements, ils parviennent à garder l'enfant, mais préfèrent le remettre entre les mains de Cable qui le cachera dans le futur. L'institut est rasé par des sentinelles « possédées », et Xavier reçoit dans la tête une balle de Bishop, puis disparaît étrangement sur la dernière planche, avant que Bishop ne parte à la poursuite de Nathan et de l'enfant. À chaud, Cyclope décide de dissoudre les X-Men, de fermer l’institut et de renvoyer les élèves chez eux…

Le rideau tombe pour : Charles Xavier, Caliban, Sinistre, Scrambler, Vertigo, Prisme, Blockbuster, Lady Deathstrike. Après cette parution le titre New Excalibur tire sa révérence, mais X-Force et Cable obtiennent leur propre série, la première pour présenter une équipe travaillant dans l'ombre qui prend l'initiative sur les ennemis des X-Men et la seconde pour servir de transition en vue du prochain chapitre de la trilogie du « Messie ».

Les années 2010[modifier | modifier le code]

Second Coming (2010)[modifier | modifier le code]

Cet épisode relate le retour de Hope dans le temps présent puis l'attaque de Bastion qui s'achève par le sacrifice de Cable et celui de Nightcrawler (Diablo en VF).

Schism (2011)[modifier | modifier le code]

À la suite d'une attaque perpétrée par les enfants héritiers du Club des Damnés, les X-Men se séparent en deux factions, l'une est dirigée par Wolverine qui retourne au Manoir de Westchester, et l'autre par Cyclope qui reste sur l'île d'Utopia.

  • Le groupe de Cyclope comprend Colossus, Danger, Dazzler, Docteur Nemesis, Hope Summers, Magik, Magneto, Namor, Pixie, Prodigy, Psylocke, Transonic, etc.
  • Le groupe de Wolverine est constitué de Blindfold, Le Crapaud, Le Fauve, Frenzy, Gambit, Iceberg, Kitty Pryde, Malicia, Oya, Quentin Quire, Rachel Summers, Rockslide, Tornade, etc.

Adaptations de la série[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

En 1989, Marvel produit le pilote d'une série animée, basé sur les X-Men, nommé Pryde of the X-Men. l'épisode n'est finalement jamais diffusée, mais sort bien plus tard en vidéo.

En 1992, Fox lance une série télévisée nommée X-Men (X-Men: The Animated Series) sous forme de dessin animé. Elle met en scène le Fauve, Cyclope, Gambit, Jean Grey, Jubilee, le Professeur X, Malicia, Tornade et Wolverine. Bishop et Cable y font des apparitions fréquentes. La série rencontre un succès important, devenant une des séries d'animation les plus populaires de la télévision américaine. Elle dure cinq saisons jusqu'en 1997. En France, elle a été diffusée à partir de juillet 1994 sur Canal+[5].

En 2000, Warner Bros. lance également une série animée pour la télévision. Cette fois, X-Men: Evolution met en scène des X-Men adolescents dans le cadre de leurs études à l'académie du Professeur Xavier. La série dure quatre saisons jusqu'en 2003.

Plusieurs autres séries suivront :

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

De nombreux jeux vidéo ont été réalisés à partir de la série des X-Men. Pratiquement toutes les générations de consoles ont eu droit à leurs adaptations :

Films[modifier | modifier le code]

La première tentative pour réaliser un film basé sur l'univers des X-Men date de la fin des années 1980. James Cameron, réalisateur de Aliens, le retour et Terminator est alors pressenti pour la réalisation. Mais le projet n'aboutit pas.

En 1996, la Fox produit un téléfilm nommé Generation X.

Voici la liste actuelle des films (sortis, prévus et en projet) centrés sur les X-Men

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]