Oscar Isaac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Isaac (homonymie).
Oscar Isaac
Description de cette image, également commentée ci-après

Oscar Isaac au Comic Con 2015.

Nom de naissance Oscar Isaac Hernandez Estrada
Naissance (36 ans)
Guatemala
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Acteur
Films notables Agora
Robin des Bois
Inside Llewyn Davis
The Two Faces of January
A Most Violent Year
Ex Machina
Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force

Oscar Isaac est un acteur et chanteur américain d'origine guatémaltèque, né le au Guatemala.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Oscar Isaac Hernandez Estrada[1],[2] est né au Guatemala d'une mère guatémaltèque Maria Eugenia Estrada Nicolle et d'un père cubain Óscar Gonzalo Hernández-Cano, pneumologue[3],[4]. Il a grandi à Miami, en Floride[5].

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Après avoir terminé ses études à la Juilliard School en 2005, il tourne dans plusieurs films d'envergure internationale. Il avait déjà eu un petit rôle dans Chasseurs de primes. Il incarne Joseph auprès de Keisha Castle-Hughes dans La Nativité, sous la direction de Catherine Hardwicke, puis joue dans Pu-239, également sorti en 2006.

Progression (2008-2012)[modifier | modifier le code]

Il tourne pour la première fois sous la direction d'un grand cinéaste hollywoodien. Steven Soderbergh lui confie en effet un petit rôle dans Che, sorti en 2008. La même année, il fait partie de la distribution du thriller d'espionnage Mensonges d'État, réalisé par Ridley Scott, et mené par les stars Russell Crowe et Leonardo DiCaprio.

En 2009, il est à l'affiche de deux productions étrangères : la co-production européenne Agora, écrite et réalisée par l'espagnol Alejandro Amenábar, où il prête ses traits au préfet d'Alexandrie Oreste, et donne la réplique à l'actrice britannique oscarisée, Rachel Weisz. Il enchaîne avec le thriller australien Conspiration, écrit et réalisé par Robert Connolly.

Il revient l'année d'après aux productions hollywoodiennes : d'abord pour Ridley Scott, qui lui fait confiance pour un rôle de premier plan : celui de Jean sans terre pour le remake Robin des Bois.

En 2011, il participe à deux productions ambitieuses et ambiguës: en incarnant d'abord Blue Jones, dans la fresque fantastique Sucker Punch, écrite et réalisée par Zack Snyder. Il interprète aussi la chanson du générique de fin, Love is a drug, en duo avec sa partenaire à l'écran, Carla Gugino. Puis en participant ensuite au thriller néo-noir Drive de Nicolas Winding Refn.

Après une poignée de films mineurs, Cristeros, sorti en 2011, ou Revenge for Jolly!, sorti en 2012, il participe au blockbuster d'espionnage Jason Bourne : L'Héritage, de Tony Gilroy. Il tourne la même année Thérèse Raquin de Charlie Stratton, adaptation de l'œuvre éponyme d'Emile Zola. Il y incarne Laurent, la moitié masculine du couple maudit.

Confirmation critique et commerciale (2013-)[modifier | modifier le code]

En février 2015, à Marroquín University de Guatemala-City.

En 2013, il confirme enfin avec Llewyn Davis dans la comédie dramatique, écrite et réalisée par les frères Coen, Inside Llewyn Davis, où il livre une prestation largement saluée par la critique, notamment nord-américaine, qui lui décerne plusieurs prix. L'acteur obtient également une nomination au Golden Globe du meilleur acteur. La même année, il est l'affiche de The Two Faces of January, de Hossein Amini, où il évolue aux côtés de Viggo Mortensen et Kirsten Dunst.

En 2014, il partage l'affiche du thriller A Most Violent Year de J.C. Chandor, avec la star Jessica Chastain. En 2015, il livre une prestation habitée et inquiétante dans le thriller de science-fiction, Ex Machina d'Alex Garland. Les deux œuvres sont saluées par une poignée de nominations et de récompenses.

Il s'aventure aussi du côté de la télévision, en tenant le rôle principal de Show Me a Hero, une nouvelle mini-série à base historique de David Simon (The Wire, Treme) en incarnant Nick Wasicsko, maire éphémère de Yonkers à la fin des années 1980. Sa performance est récompensée par un Golden Globe du meilleur acteur dans une mini-série en 2016.

Ces différents succès critiques sont suivis des tournages de blockbusters comme X-Men: Apocalypse, de Bryan Singer, où il incarnera le rôle-titre, et principal antagoniste, le mutant En Sabah Nur / Apocalypse. Avant cela, il se distingue dans le carton mondial Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force, de J. J. Abrams, qui marque la fin de l'année 2015.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Prochainement

Télévision[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Oscar Isaac est doublé par plusieurs comédiens. Parmi les plus fréquents, il y a Benjamin Penamaria qui l'a doublé sur trois films et une série, Axel Kiener ou encore Jonathan Cohen qui l'ont doublé à deux reprises chacun.

Au Québec, Nicolas Charbonneaux-Collombet est la voix française régulière de l'acteur[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Oscar Isaac: Quotes of 2013 » sur Entertainment.inquirer.net
  2. (en) Catherine Shoard, « Oscar Isaac: The irony is not lost on me. Being celebrated for playing someone who wasn't », sur The Guardian.com,‎ (consulté le 22 novembre 2015).
  3. (en) « Oscar Buzz », sur Miami Herald,‎ .
  4. (en) « Celebs you didn't realize were latino or latina », sur Bustle.com,‎ .
  5. « Bourne Legacy Actor Oscar Isaac Triumphs in Hollywood » sur Latino.foxnews.com, 7 août 2012.
  6. (en) « Filmographie à venir d'Oscar Isaac », sur IMDb.com,‎ .
  7. a et b « Comédiens ayant doublé Oscar Isaac au Québec » sur Doublage.qc.ca (consulté le 6 janvier 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]