Ridley Scott

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Scott.
Ridley Scott
Description de cette image, également commentée ci-après

Ridley Scott le 18 août 2015.

Nom de naissance Ridley Scott
Surnom Rid
R-Scott
Naissance (79 ans)
South Shields, Tyne and Wear, Angleterre
Nationalité Britannique
Profession Réalisateur, producteur
Films notables Alien
Blade Runner
Thelma et Louise
Gladiator
Seul sur Mars

Sir Ridley Scott, né le à South Shields dans le Tyne and Wear, est un réalisateur et producteur britannique.

Scott est reconnu pour son style visuel très concentré et atmosphérique, qui a inspiré un grand nombre de réalisateurs[1],[2]. Il a été nommé à trois reprises à l'oscar du meilleur réalisateur, ainsi qu'aux Golden Globes et BAFTA Awards. En 2003, il est anobli par la reine Élisabeth II pour services rendus aux arts britanniques, et en 2015, il reçoit un doctorat honorifique par le Royal College of Art de Londres.

Il est le frère aîné du réalisateur Tony Scott (1944-2012) avec qui il a fondé la société de production Scott Free Productions en 1995, et ont reçu un BAFTA Award pour leur contribution remarquable au septième art. Il est le père de trois enfants, tous réalisateurs : Jake, Luke et Jordan (également romancière).

Il est un réalisateur de films à succès tels que Gladiator, Hannibal, Robin des Bois ou encore Exodus: Gods and Kings, qui s'est particulièrement distingué dans le genre spatial-science-fiction, dans lequel il est le réalisateur le plus prolifique avec Alien, le huitième passager, Blade Runner, Prometheus et Seul sur Mars (son plus grand succès à ce jour). Son œuvre unique et pionnière poursuit sa prospection en 2017 avec son film Alien: Covenant.

Biographie[modifier | modifier le code]

Passionné de dessin, il étudie entre 1954 et 1958 au West Hartlepool College of Arts où il est diplômé en design. Puis il entre au Royal College of Art à Londres. Il réalise sa première œuvre cinématographique sous la forme du court métrage Boy and Bicycle. Après un bref séjour aux États-Unis, il est engagé par la BBC où il exerce les fonctions de chef-opérateur, de chef-décorateur puis de réalisateur. Il met alors en images quelques épisodes de séries britanniques populaires comme The Informer et Z-Car.

Scott a quitté la BBC en 1968 et a fondé une maison de production appelée Ridley Scott Associates, en partenariat avec Sir Alan Parker, Hugh Hudson, Hugh Johnson et avec pour employé Tony Scott, son frère. Il fait ses armes sur des publicités pour la télévision britannique dans les années 1970 — notamment la campagne de 1974 pour Hovis, Bike Round for Hovis[3] (avec, comme musique, la symphonie no 9 d'Antonín Dvořák), qui a été tournée à Shaftesbury, dans le Dorset. Ridley Scott continuera à réaliser des films publicitaires tout au long de sa carrière.

Les Duellistes[modifier | modifier le code]

En 1977, à l'âge de 40 ans, il réalise Les Duellistes, son premier film qui obtient le prix de la meilleure première œuvre au Festival de Cannes. Produit en Europe, son succès commercial est limité aux États-Unis. Situé pendant la période des guerres napoléoniennes, il met en scène deux hussards, officiers de cavalerie français, Armand d'Hubert et Gabriel Féraud (joués respectivement par Keith Carradine et Harvey Keitel). Leur brouille, initiée par un incident très mineur, se transforme en une querelle amère et prolongée qui s'étendra sur les quinze années suivantes, et sera en interaction avec le cadre plus large des guerres qui restent toujours en toile de fond. Tiré d'une nouvelle de Joseph Conrad, Le duel, ce film a été remarqué pour la qualité de ses reconstitutions historiques : notamment pour les uniformes de l'armée napoléonienne et pour les manœuvres militaires à la manière de l'époque et, enfin, pour l'utilisation de techniques usitées au début du XIXe siècle et recréées par l'artificier William Hobbs.

Alien[modifier | modifier le code]

La déception de Scott face à l'accueil mitigé fait aux Duellistes est alors amplifiée devant le succès que connaissait alors Alan Parker avec ses films (Scott a reconnu qu'il fut alors « malade pendant une semaine » de jalousie). Ridley Scott avait d'abord pensé à s'attaquer à une adaptation de l'opéra Tristan und Isolde, mais après avoir vu le premier épisode de Star Wars, il fut convaincu du réel potentiel que pouvaient avoir les films réalisés avec des effets spéciaux. Il accepta donc de réaliser Alien (1979), ce film entre l'horreur et la science-fiction proposé par la 20th Century Fox. Alien doit beaucoup au talent de Scott pour tout ce qui tient de la grande qualité de ses décors et des effets visuels si particuliers. De plus, l'accentuation faite sur le réalisme de l'histoire donne au film un caractère intemporel. Le film est un grand succès et obtient l'Oscar des meilleurs effets visuels en 1979.

Blade Runner[modifier | modifier le code]

Après une année passée à travailler sur une adaptation du roman Dune de Frank Herbert, et après la disparition soudaine de son frère Franck, Scott signe pour réaliser l'adaptation au cinéma d'un roman de Philip K. Dick, intitulé Do Androids Dream of Electric Sheep?. Le rôle principal est donné à Harrison Ford et la musique, composée par Vangelis, est une réussite. Blade Runner sort sur les écrans en 1982 et en est retiré très vite. Cependant, il atteint le statut de « film culte » lorsqu'il passe à la télévision et est mis en vente en vidéo. Les notes de Scott sont alors réutilisées par Warner Bros. pour ressortir en 1991 une nouvelle version qui supprimait les voix off et modifiait la fin. Scott supervise personnellement la restauration numérique de Blade Runner et donne son approbation pour le montage final, qui sortit sur les écrans de Los Angeles, New York et Toronto le . Cette version est ensuite distribuée en DVD en , dès que furent résolues certaines questions de droits entre la Warner Bros. et les garants du film[4]. Aujourd'hui, Blade Runner est souvent classé par les critiques comme l'un des plus importants films de science-fiction du XXe siècle[5] et on le considère généralement, avec le Neuromancer, roman de William Gibson, comme à l'origine du genre cyberpunk. Scott considère Blade Runner comme son « film le plus complet et le plus personnel »[6].

« 1984 », une publicité pour le Macintosh d'Apple[modifier | modifier le code]

En 1984, Scott réalise pour Apple le film publicitaire 1984, écrit par Steve Hayden et Lee Clow de l'agence Chiat\Day et produit par Fairbanks Films (New York). Les acteurs sont Anya Major, pour l'héroïne anonyme, et David Graham dans le rôle de Big Brother[7],[8]. Cette publicité de 60 secondes n'est apparue qu'une seule fois sur les écrans américains, le , pendant le troisième quart-temps du 18e Super Bowl[9]. Elle fait la toute première présentation de l'ordinateur Macintosh et est considérée aujourd'hui comme « la marque d'un tournant »[10] et un « chef-d'œuvre ».

Les images font référence à 1984, le roman de George Orwell où, dans un futur imaginaire, le monde est gouverné par une entité nommée « Big Brother ». L'héroïne, vêtue d'un T-shirt portant le logo Macintosh, fait voler en éclats un écran géant où s'exprime Big Brother devant une foule muette et sauve l'humanité de la « conformité ».

Legend[modifier | modifier le code]

En 1985, Scott réalise Legend, un film fantastique, produit par Arnon Milchan. N'ayant encore jamais abordé le genre féerique, Scott décide de faire un film façon « Il était une fois », et qui parle de merveilleux, de princesses et de gobelins. Scott choisit Tom Cruise pour jouer le héros du film, Jack, Mia Sara pour la Princesse Lily, et Tim Curry pour interpréter le diabolique Seigneur des Ténèbres. Mais une série de problèmes liés à des éléments aussi essentiels que la photographie et la post-production, notamment un remaniement au montage et le remplacement de la musique originale de Jerry Goldsmith, allait compliquer la sortie du film et vaudra à Legend des critiques acerbes. Celui-ci est ensuite devenu un film culte grâce à la sortie en DVD de sa version originale, telle que la voulait Ridley Scott.

Traquée et Black Rain[modifier | modifier le code]

Désireux de renouer avec un réel succès en salles, et aussi de gagner le respect de la presse qui le considère alors comme un faiseur de films commerciaux à effets visuels fantastiques mais sans épaisseur, Scott décide de remettre à plus tard la suite de ses incursions dans le genre fantastique et de science-fiction. Il veut alors éviter d'être étiqueté, en se concentrant sur des histoires plus réalistes et matures.

Il tourne ainsi Traquée (1987), un film à mi-chemin entre le policier et la romance dans lequel jouent Tom Berenger, Lorraine Bracco et Mimi Rogers. Puis Black Rain (1989), un film de flics, incarnés par Michael Douglas et Andy Garcia, et dont une partie du tournage se déroule à Tokyo et à Osaka, au Japon. Mais, à nouveau, ces deux films n'ont qu'un succès mitigé au cinéma.

Cependant Scott est à nouveau reconnu pour ses effets visuels particuliers, mais est encore critiqué pour ses films ressemblant à des versions longues de publicités télévisées[réf. nécessaire].

Thelma et Louise et 1492[modifier | modifier le code]

En 1991, il renoue avec le succès grâce à Thelma et Louise avec Geena Davis et Susan Sarandon dans les rôles respectifs de Thelma et de Louise. Toutes les deux connaissent une période de découverte personnelle, d'amitié, et d'amour, alors qu'elles commettent un meurtre et sont obligées de fuir à travers les paysages américains. Ce crime va créer un lien entre les deux personnages. Harvey Keitel joue le rôle d'un sympathique détective qui essaie de résoudre l'affaire. Brad Pitt, dans un tout petit rôle, se fait remarquer par la profession. Ce film ravive la réputation de Scott comme auteur de films.

Il supervise ensuite la fabrication d'un film indépendant sur l'histoire de Christophe Colomb : 1492 : Christophe Colomb. Considéré comme sa réalisation la plus paresseuse, le film est un échec et éloigne Scott des plateaux de tournage pendant quatre ans.

Période de maturité[modifier | modifier le code]

En 1995, associé à son frère Tony, Ridley monte la société de production Scott Free Productions pour financer des projets télévisuels et cinématographiques, à Los Angeles. À partir de cette époque, tous ses films de genre, à commencer par Lame de fond et À armes égales (avec Demi Moore et Viggo Mortensen), sont produits sous le sigle de Scott Free. La même année, les deux frères ont aussi investi des intérêts dans les Studios de Shepperton, qui deviennent plus tard les Pinewood Studios.

Gladiator et les travaux suivants[modifier | modifier le code]

En 2000, Ridley Scott rencontre son énorme succès et fait renaître par la même occasion un genre considéré alors comme moribond : le péplum. Gladiator offre à son interprète principal, Russell Crowe, une renommée internationale et l'Oscar du meilleur acteur pour lequel il rend hommage à Ridley Scott dans son discours de remerciement. Après cela, il se consacra à Hannibal, la suite du célèbre Le Silence des agneaux de Jonathan Demme. C'est aussi en 2001 qu'a lieu la sortie du film de guerre La Chute du faucon noir , qui assoit davantage Scott dans sa position de bon réalisateur, reconnu par les critiques et couru dans les salles, et lui vaut deux Oscars.

En 2003, Scott réalise Les Associés, adapté d'un roman d'Eric Garcia, avec Nicolas Cage, Sam Rockwell et Alison Lohman. La plupart des critiques sont positives mais l'accueil du public est assez modéré. La même année, il s’investit dans la restauration et la redistribution d'Alien, notamment en accordant des interviews aux médias pour en faire la promotion. À cette occasion, il annonce avoir participé à des pourparlers sur un cinquième film qui clôturerait la franchise. Dans une interview de 2006, le réalisateur dira qu'il n'a pas eu de chance avec Alien: The Director's Cut, et qu'il a le sentiment que la version originale était « quasi parfaite » et que les ajouts apportés sur la version de 2003 étaient plutôt des instruments de marketing[11].

En 2005 le réalisateur travaille sur Kingdom of Heaven, un film qui connait lui aussi un succès relatif. L'histoire, basée sur la période des Croisades, fait explicitement référence aux conflits religieux toujours d'actualité et aux déchirements qui subsistent sur les terres de l'ancien Royaume de Jérusalem. Une partie du film est tournée en Espagne et l'autre au Maroc (aux Studios Atlas de Ouarzazate et à Essaouira). Pendant le tournage au Maroc, Scott reçoit un gros apport de figurants grâce au roi Mohamed VI qui lui prête même certains de ses soldats, qui sont alors payés et costumés pour jouer indifféremment des soldats de Saladin ou des habitants chrétiens, selon les jours de production. La version montée pour le cinéma rencontre un échec au box-office (particulièrement aux États-Unis). Scott reconnut qu'il avait abandonné sa version à la suite des critiques (trop long, etc.) faites par ceux qui avaient prévisualisé le film. Après cela, Ridley Scott supervise l'édition d'une « director's cut », distribuée en DVD en 2006. La nouvelle version offre une nouvelle vie au film, plus riche avec des personnages plus profonds, salué enfin par les critiques[12]. Dans une interview donnée pour promouvoir la sortie de la nouvelle version, Scott s'explique sur le fait d'être pour ou contre les prévisualisations en général : « Cela dépend de celui qui est aux commandes. Si celui qui fait mon boulot est un type lunatique, alors vous avez besoin de prévisualiser. Mais un bon réalisateur devrait avoir assez d’expérience pour estimer si ce qu'il pense est la bonne version à faire sortir au cinéma. »[13]

En 2005, il produit avec son frère la série télévisée Numb3rs, diffusée sur CBS, dans laquelle un mathématicien aide le FBI à résoudre des crimes en utilisant son génie des mathématiques.

Scott refait ensuite équipe avec Russell Crowe, pour la réalisation du film Une grande année (A Good Year), basé sur le best-seller Un Bon Cru de Peter Mayle. Le film est distribué dans les salles le . Cette comédie romantique, la première pour Scott, se déroule dans le sud de la France, avec des acteurs français comme Marion Cotillard ou Didier Bourdon. Le changement de genre cinématographique de Scott fut très mal accueilli par la critique et les fans[14],[15].

Sa réalisation suivante est American Gangster, d'après l'histoire vraie du baron de la drogue Frank Lucas. C'est pour lui l'occasion de travailler pour la première fois avec Denzel Washington, et de retrouver Russell Crowe. Il est le troisième réalisateur à s'être intéressé au projet, après la tentative d'Antoine Fuqua (avec pour titre Tru Blu) renvoyé à cause d'un trop gros budget envisagé. Denzel Washington avait déjà été choisi pour interpréter son personnage, ce qui lui permettait de retravailler avec Fuqua qui l'avait dirige dans Training Day, film pour lequel il avait gagné un Oscar du meilleur acteur. Dans le projet initial, le deuxième personnage devait être joué par Benicio del Toro. Le projet fut ensuite transféré aux mains de Terry George, le réalisateur de Hotel Rwanda. Certaines rumeurs laissent alors penser que le film sera tourné dans une version moins brute et que le rôle principal serait confié à Don Cheadle. Finalement, le réalisateur et l'acteur se désistent et Ridley Scott reprend le projet au début de l'année 2006. Il rappelle le scénariste Steven Zaillian pour retravailler un scénario davantage centré sur la relation entre Frank Lucas et Richie Roberts. Washington est à nouveau sur le projet et Crowe est sollicité pour jouer Roberts. Le film sort finalement en , et reçut un accueil positif des critiques puis du public : 46,3 millions de dollars de recettes lors du premier week-end de trois jours après la sortie du film.

Fin 2008, Ridley Scott sort le film d'espionnage Mensonges d'État où il retrouve à nouveau Russell Crowe, qui partage la vedette avec Leonardo DiCaprio. Le film reçoit un bon accueil dans les salles malgré le peu d'enthousiasme des critiques.

En 2010, il dirige Robin des Bois toujours avec Russell Crowe, et qu'ils coproduisent notamment tous les deux. Le tournage se déroule de mars à août 2009 après avoir pris six mois de retard pour de nombreuses raisons : la forme finale du scénario, les lieux du tournage à mettre en place, le choix des interprètes et, par-dessus le tout, la grève des scénaristes de 2007-2008. Interrogé au cours du tournage en juin 2009, Russell Crowe (dans le rôle de Robin) décrit la production du film comme « gargantuesque - la plus grosse dans laquelle j'ai jamais travaillé ». L'acteur a pourtant joué dans des films à gros budget et à grand spectacle (tels que Gladiator, du même Ridley Scott, ou Master and Commander : De l'autre côté du monde, de Peter Weir)… La musique est composée par Marc Streitenfeld. Cate Blanchett est Lady Marianne. Robin des Bois fut le film d'ouverture du Festival de Cannes 2010, et devint un gros succès au Box-office en dépit des critiques très mitigés de la presse sur la longueur excessive du film et son manque de fond.

Le retour à la science-fiction[modifier | modifier le code]

Avec Charlize Theron et Michael Fassbender au Wondercon 2012 à Anaheim, Californie.

En juin 2009, il est annoncé à la réalisation d'une préquelle à Alien. Finalement, le film Prometheus est un projet original[16] dont le tournage débute en mars 2011[17]. Le film sort à partir du 30 mai 2012[18]. On y retrouve des acteurs avec lesquels il n'a jamais travaillé : Noomi Rapace, Michael Fassbender ou encore Charlize Theron. L'accueil critique est plutôt bon dans l'ensemble mais les spectateurs sont moins séduits[19],[20], reprochant un scénario incohérent ainsi qu'un côté Série B[21],[22],[23]. Le film rapporte plus de 400 millions de dollars au Box-office[24], une suite est planifiée.

Cartel, Exodus, Alien: Covenant et Tout l'argent du monde[modifier | modifier le code]

Une fois Prometheus sorti en salles, il s'attaque au tournage de Cartel (The Counselor), un thriller sur le trafic de drogue à la frontière américano-mexicaine, écrit par l'écrivain Cormac McCarthy, où il retrouve Michael Fassbender, auquel s'ajoutent les noms de Javier Bardem, Brad Pitt, Penélope Cruz et Cameron Diaz[25]. Un film considéré comme intimiste pour Scott (25 millions de dollar de budget), avec de fortes attentes. Le film sort en novembre 2013 dans le monde. Les recettes au box-office sont décevantes[26], la réception critique est médiocre[27],[28], l'une des plus mauvaises pour un film de Scott.

Après Cartel, il change à nouveau de registre avec Exodus, sorti en décembre 2014, dans lequel Christian Bale incarne Moïse[29]. La distribution inclut également Sigourney Weaver, Ben Kingsley et Aaron Paul. Le film est une version fictive et réinterprétée de l'Ancien Testament, notamment de l'exode hors d'Égypte, dans une fresque épique à grand budget, ce qui peut être rapproché avec Les Dix Commandements de Cecil B. DeMille. Si le box-office international est correct, le film est un échec aux USA, y compris pour la critique, très décevante.

En 2015, il produit la série télévisée The Man in the High Castle, adaptée du roman Le Maître du Haut Château de Philip K. Dick, et diffusée dès janvier 2015 sur Amazon Video. Il met ensuite en scène un nouveau long métrage de science-fiction, Seul sur Mars (The Martian), adaptation du roman du même nom d'Andy Weir. Matt Damon y incarne un astronaute piégé sur la planète Mars devant survivre aux conditions hostiles à l'homme. Le film sort en octobre 2015 et est un gros succès aussi bien critique que commercial, avec 629 millions de dollars de recettes au box-office et 7 nominations aux Oscars dont une du meilleur film.

Ridley Scott demeure dans la science-fiction avec la suite de Prometheus, intitulée Alien: Covenant. Le film sort en mai 2017. Ridley Scott chapeaute en parallèle la production de Blade Runner 2049, suite de son film Blade Runner (1982), la réalisation étant confiée à Denis Villeneuve[30]. Harrison Ford y reprend son rôle[31], aux côtés de Ryan Gosling. Le film sort en octobre 2017. Quelques mois à peine après la sortie de Alien: Covenant, il sortira un nouveau film comme réalisateur, Tout l'argent du monde. Ce thriller s'inspire d'un fait réel survenu à Rome en 1973. Kevin Spacey y incarne Jean Paul Getty, un industriel américain multimilliardaire dont le petit-fils a été kidnappé[32].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Producteur exécutif[modifier | modifier le code]

Coproducteur[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Films Budget Recettes mondiales
Les Duellistes (1977) 900 000 $ 4 500 000 $
Alien, le Huitième Passager (1979) 11 000 000 $ 203 600 000 $
Blade Runner (1982) 28 000 000 $ 33 800 000 $
Legend (1985) 24 500 000 $ 15 500 000 $
Traquée (1987) 17 000 000 $ 10 278 549 $
Black Rain (1989) 30 000 000 $ 134 200 000 $
Thelma et Louise (1991) 16 500 000 $ 45 500 000 $
1492 : Christophe Colomb (1992) 47 000 000 $ 59 000 000 $
Lame de fond (1996) 38 000 000 $ 10 292 300 $
À armes égales (1997) 50 000 000 $ 97 100 000 $
Gladiator (2000) 103 000 000 $ 457 600 000 $
Hannibal (2001) 87 000 000 $ 351 600 000 $
La Chute du faucon noir (2001) 92 000 000 $ 173 000 000 $
Les Associés (2003) 62 000 000 $ 65 600 000 $
Kingdom of Heaven (2005) 130 000 000 $ 211 600 000 $
Une grande année (2006) 35 000 000 $ 42 100 000 $
American Gangster (2007) 100 000 000 $ 266 500 000 $
Mensonges d'État (2008) 70 000 000 $ 115 100 000 $
Robin des Bois (2010) 200 000 000 $ 321 600 000 $
Prometheus (2012) 130 000 000 $ 430 400 000 $
Cartel (2013) 25 000 000 $ 71 000 000 $
Exodus: Gods and Kings (2014) 140 000 000 $ 286 200 000 $
Seul sur Mars (2015) 108 000 000 $ 630 200 000 $
Alien: Covenant (2017) 97 000 000 $[33]
Total 1 641 000 000 $ 4 036 270 849 $

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ridley Scott s'est vu remettre l'insigne de Knight Bachelor (chevalier) pour services rendus au cinéma britannique au début de l'année 2003[34],[35]. Il est ainsi devenu « Sir Ridley Scott ».

Cérémonie Date Résultat Catégorie Film
American Film Institute Awards Drapeau des États-Unis 2002 Nommé Réalisateur de l'année La Chute du faucon noir
Nommé Film de l'année partagé avec le producteur Jerry Bruckheimer La Chute du faucon noir (2002)
Oscars du cinéma (Academy Awards) Drapeau des États-Unis 1992 Nommé Meilleur réalisateur Thelma et Louise (1991)
2001[36] Nommé Meilleur réalisateur Gladiator (2000)
2002 Nommé Meilleur réalisateur La Chute du faucon noir (2002)
British Academy Film Awards Drapeau du Royaume-Uni 1992 Nommé Meilleur réalisateur Thelma et Louise (1991)
Nommé Meilleur film partagé avec Mimi Polk Gitlin Thelma et Louise (1991)
1995 Remporté Michael Balcon Award Récompense honorifique
2001 Nommé Meilleur réalisateur Gladiator (2000)
2008 Nommé Meilleur film partagé avec Brian Grazer American Gangster (2007)
Bodil Drapeau du Danemark 1992 Remporté Meilleur film non-européen Thelma et Louise (1991)
César du cinéma Drapeau de la France 1992 Nommé Meilleur film étranger Thelma et Louise (1991)
David di Donatello Drapeau de l'Italie 1978 Remporté Meilleur réalisateur - Film étranger Les Duellistes (1977)
Directors Guild of America Drapeau des États-Unis 1992 Nommé Meilleur réalisateur Thelma et Louise (1991)
2001 Nommé Meilleur réalisateur Gladiator (2000)
2002 Nommé Meilleur réalisateur La Chute du faucon noir (2002)
Empire Awards Drapeau du Royaume-Uni 2001 Nommé Meilleur réalisateur britannique Gladiator (2000)
European Film Awards Europe 2000 Nommé Meilleur film Gladiator (2000)
2001 Nommé Meilleur réalisateur Hannibal (2001)
Fantasporto Drapeau du Portugal 1983 Nommé Meilleur film Blade Runner (1982)
1988 Nommé Meilleur film Traquée (1987)
1993 Nommé Meilleur film - Director's Cut Blade Runner (1982)
Festival de Cannes Drapeau de la France 1977 Sélectionné Compétition officielle Les Duellistes (1977)
Remporté Prix de la première œuvre Les Duellistes (1977)
Festival du film de Hollywood Drapeau des États-Unis 2015 Remporté Hollywood Producer Award Seul sur Mars (2015)
Golden Globes Drapeau des États-Unis 2001 Nommé Meilleur réalisateur Gladiator (2000)
2008 Nommé Meilleur réalisateur American Gangster (2007)
Las Vegas Film Critics Society Awards Drapeau des États-Unis 2000 Nommé Meilleur réalisateur Gladiator (2000)
London Film Critics Circle Drapeau du Royaume-Uni 1992 Remporté Meilleur réalisateur Thelma et Louise (1991)
2001 Nommé Meilleur réalisateur britannique Gladiator (2000)
National Board of Review Awards Drapeau des États-Unis 2015 Remporté Meilleur réalisateur Seul sur Mars (2015)
Palm Springs International Film Festival Drapeau des États-Unis 2001 Remporté Lifetime Achievement Award Récompense honorifique
Premio Sant Jordi de Cinematografía Drapeau de l'Espagne 2001 Remporté Meilleur réalisateur étranger American Gangster (2007)
Satellite Awards Drapeau des États-Unis 2001 Nommé Meilleur réalisateur Gladiator (2000)
Saturn Awards Drapeau des États-Unis 1980 Remporté Meilleur réalisateur Alien, le huitième passager (1979)
1983 Nommé Meilleur réalisateur Blade Runner (1982)
2001 Nommé Meilleur réalisateur Gladiator (2000)
2004 Remporté George Pal Memorial Award Récompense honorifique
2016 Remporté Meilleur réalisateur Seul sur Mars
Semana Internacional de Cine de Valladolid Drapeau de l'Espagne 2001 Remporté Meilleur film Thelma et Louise (1991)

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Le groupe de hard rock britannique Iron Maiden a composé la chanson The Duellists en référence au film éponyme de Ridley Scott.
  • Gunpei Yokoi s'inspirant du film Alien pour créer Metroid, il rend hommage à Ridley Scott en appelant ainsi Ridley le principal antagoniste de la série[37].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Ridley Scott », sur Encyclopaedia Britannica
  2. (en) Jack Matthews, « Regarding Ridley : For 15 years, Ridley Scott has dazzled us with expressive imagery. 'Every time you make a film, really you're making a novel,' says the director », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Hovis advert is a big hit in 122 seconds - HubPages
  4. (en) Blade Runner Final Cut Due - SciFi Wire, 26 mai 2006 (voir archive)
  5. (en) Top 10 sci-fi films - The Guardian, 2011
  6. (en) Scott's corner - The Guardian, 6 janvier 2002
  7. (en) Fiche David Graham - IMDb
  8. (en) Google Answers article #741952
  9. (en) Apple's 1984: The Introduction of the Macintosh in the Cultural History of Personal Computers - Ted Friedman, Duke University, octobre 1997
  10. (en) Apple's '1984' Super Bowl commercial still stands as watershed event - USA Today, 28 janvier 2004
  11. (en) A good year ahead for Ridley - BBC News [vidéo]
  12. « Kingdom of Heaven: Director's Cut DVD official website »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 29 mars 2013)
  13. Total Film magazine, July 2006: 'Three hours, eight minutes. It's beautiful.' (Interview to promote Kingdom of Heaven: The Director's Cut)
  14. « Critique presse de Une Grande Année », sur Allociné
  15. (en) « A Good Year », sur Rotten Tomatoes
  16. « Le prequel d'Alien n'en est plus un et devient Prometheus ! », sur AlloCiné,
  17. (en) « Prometheus: Michael Fassbender on Ridley Scott's "breathtaking" project », sur Los Angeles Times,
  18. « Dates de sortie pour Prometheus », sur IMDb
  19. « Allociné - Prometheus Critiques Spectateurs »
  20. « Metacritic - Prometheus User Review »
  21. « Prometheus, la vraie fausse promesse de Ridley Scott... », sur Atlantico,
  22. « Prometheus », sur Cinécourt,
  23. « Les 5 désillusions de Prometheus de Ridley Scott, diffusé sur W9 », sur L'Express,
  24. (en) « Prometheus », sur Box Office Mojo
  25. The Counselor : qui face à Michael Fassbender ? - AlloCiné, 9 mars 2012
  26. (en) « Ridley Scott Movie Box Office Results », Box Office Mojo
  27. (en) « The Counselor », Rotten Tomatoes
  28. « Cartel (The Counselor) », Allociné
  29. Exodus : Ripley retrouve Ridley Scott 34 ans après "Alien" ! - AlloCiné, 28 août 2013
  30. « Harrison Ford to Return for Blade Runner Sequel Directed by Denis Villeneuve », sur Variety,
  31. « Blade Runner 2 wont be directed by ridley scott », sur The Verge
  32. « L'affaire Getty selon Ridley Scott », sur Le Journal du dimanche, (consulté le 19 août 2017)
  33. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=alienparadiselost.htm
  34. (en) Bates and Scott lead showbiz honours - BBC News, 31 décembre 2002
  35. (en) New Year's Honours List - United Kingdom - London Gazette no 56797, p. 1, 31 décembre 2002
  36. Les producteurs Douglas Wick, David Franzoni et Branko Lustig remportent l'Oscar du meilleur film.
  37. Voir l'article Personnages et créatures de Metroid

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]