People for the Ethical Treatment of Animals

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir PETA.
People for the Ethical Treatment of Animals
Devise : « Les animaux ne nous appartiennent pas. Nous n’avons pas le droit d’en disposer, que ce soit pour notre alimentation, notre habillement, nos loisirs ou nos expériences scientifiques[trad 1] »

Région Crystal Clear app package network.png Monde
Création
Type Association à but non lucratif
Organisation non gouvernementale internationale
Siège Norfolk, Virginie, Drapeau des États-Unis États-Unis
Budget $44,924,110 (2015)
Membres 3,000,000 (y compris les partisans)
Fondateurs Ingrid Newkirk
Alex Pacheco
Site web PETA.org PETAfrance.com

People for the Ethical Treatment of Animals (PETA) qui peut se traduire en français par « Pour une Éthique dans le Traitement des Animaux » — est une association à but non lucratif dont l'objet est de défendre les droits des animaux[1],[2]. PETA compte plus de trois millions d’adhérents et de partisans ; c’est la plus grande organisation au monde œuvrant pour les droits des animaux[3].

L'action de PETA est fondée sur quatre thèmes principaux : l’élevage industriel, l’élevage d’animaux à fourrure, les expérimentations sur les animaux et les spectacles avec des animaux. PETA s’attaque aussi à des sujets tels que la pêche, le massacre d’animaux considérés comme nuisibles, l’enchaînement abusif des chiens, les combats de coqs, la tauromachie et la consommation de viande. Un des objectifs de PETA est d’informer le public de sa position par le biais de campagnes publicitaires, d’enquêtes secrètes, de sauvetage d’animaux et de lobbying.

Historique[modifier | modifier le code]

Un des singes de Silver Spring pris en photo par Pacheco

L'association est fondée en 1980 par Alex Pacheco et Ingrid Newkirk qui se sont rencontrés alors qu'ils travaillaient dans des abris pour animaux abandonnés[4],[5]. En 1981, un événement la propulse sous les feux des projecteurs : PETA révèle la torture des singes dans le laboratoire de recherche de Silver Spring (Maryland), entraînant pour la première fois l’arrestation et l’inculpation du chercheur en neurosciences (Edward Taub) pour cruauté envers les animaux et la suspension de fonds de recherche du gouvernement fédéral des États-Unis. Bien que condamné en première instance, Edward Taub fut disculpé en appel de toutes les charges[6]. Selon David Hubel (prix de Nobel de médecine), reprenant les arguments de la défense de Taub : « Il y a de fortes suspicions que les photos de singes de Silver Spring aient été une mise en scène orchestrée par les défenseurs des droits des animaux »[7].

Philosophie[modifier | modifier le code]

Manifestation de PETA contre le port de fourrures

La politique de PETA repose sur le principe suivant : « Les animaux ne nous appartiennent pas. Nous n’avons pas le droit d’en disposer, que ce soit pour notre alimentation, notre habillement, nos loisirs ou nos expériences scientifiques. »[8].

PETA concentre ses efforts sur l’élevage industriel, l’expérimentation, la fourrure et les spectacles considérant que c’est dans ces domaines que les animaux souffrent le plus, le plus longtemps et en plus grand nombre[9]. Mais PETA se consacre à diverses autres actions connexes, tels que la chasse, le gavage[10], la maltraitance des animaux domestiques ou l’extermination des « nuisibles ».

Organisation[modifier | modifier le code]

Basée aux États-Unis, à Norfolk en Virginie, l’association comprend des bureaux au Royaume-Uni (PETA Europe), en Allemagne, en Inde, aux Pays-Bas et en France. Ingrid Newkirk est l’actuelle présidente internationale de PETA[11]. En France, Isabelle Goetz est la porte-parole du mouvement.

Parmi les groupes de PETA, il existe également la Street Team de Peta2[12], un groupe dédié aux lycéens et aux étudiants militants. Ainsi que « The Foundation to Support Animal Protection » (fondation soutenant financièrement d’autres associations de protection animale) qui gère les actifs de PETA. Fondée en 1993, la fondation fournit à l'association des services administratifs et financiers[13].

Campagnes[modifier | modifier le code]

« Laissez le végétarisme croître en vous », exemple de campagne publicitaire

Pour mener à bien sa mission, l'association organise des campagnes d’information et de protestation ainsi que des animations de rue et d’autres manifestations, notamment grâce au concours de célébrités ; elle effectue à la fois des enquêtes de terrain et des travaux de recherche ; elle porte secours aux animaux et intervient aussi au niveau législatif.

En 1989, PETA forme une coalition internationale composée de plus de 80 organisations de protection animale totalisant plus de 3,3 millions de membres afin d’obtenir la libération des singes de Silver Spring avec l’appui du Congrès américain. En 2002, PETA persuade quarante sociétés, y compris Nike, Reebok et Chrysler, de déclarer un moratoire sur le cuir en provenance d’Inde, où les animaux sont transportés dans des conditions effroyables et écorchés vifs : c’est une perte de quarante millions de dollars pour les producteurs indiens.

L'organisme a lancé un vif débat en 2004 aux États-Unis sur la place des pratiques religieuses d'abattage en diffusant un vidéo sur le shehita, utilisé par Agriprocessors (en) de Postville, Iowa (en), montrant des bovins peinant à se maintenir en équilibre pendant une minute sur leurs pattes après avoir eu la trachée et l'œsophage sectionnés.

En juin 2004, une lettre adressée par le Dalai Lama s'opposant à l'ouverture d'un restaurant d'une chaîne de fast food sur sa terre natale du Tibet au motif que l'abattage massif d'animaux par cette chaîne violait les valeurs tibétaines fut rendue publique par PETA. En juillet 2004, cette chaîne abandonna son projet.

Fin 2008, PETA s'est lancé dans une campagne pour la protection animale en République populaire de Chine, et faire cesser l'abattage de chiens, de chats et d'autres animaux[14],[15]. De 2012 à 2015, PETA a enquêté sur la fabrication du duvet d'oie en Chine. C'est en effet dans la République chinoise que serait produit 80% du duvet mondial. La vidéo tournée par l'association montre des conditions terribles pour les oies, plumées vivantes[16].

En mai 2016, PETA lance une campagne contre Hermès et ses techniques d'abattage des autruches. La marque utilise en effet la peau de ces oiseaux dans la fabrication de sacs et d'accessoires de luxe. La porte-parole de PETA France, Isabelle Goetz, avait fait le déplacement lors de l'Assemblée générale des actionnaires[17]. De son côté, PETA USA a lancé une campagne contre la laine dite "italienne", souvent utilisée dans l'industrie du luxe, mais qui est en réalité fabriquée au Chili dans des conditions extrêmes pour les moutons et les agneaux. L'association a sorti une vidéo choc pour appuyer son enquête[18].

Critiques et polémiques[modifier | modifier le code]

Pratique de l'euthanasie[modifier | modifier le code]

La PETA a été critiquée pour le nombre d'animaux qu'elle euthanasie chaque année[19]. Cette polémique sur l'euthanasie a été initiée par le Center for Consumer Freedom (en) via un site internet créé pour l'occasion. Cet organisme de lobbying de l'industrie du fast-food, de la viande, de l'alcool et du tabac est connu pour attaquer les associations de consommateurs, de santé, et les associations environnementales. Entre 1998 et 2008, l'association est accusée par cet organisme d'avoir euthanasié 21 339 chiens et chats[20],[21]. D'un autre côté, elle milite activement pour la stérilisation des animaux de compagnie à travers la campagne « Animal Birth Control - ABC »[22].

Sur cette question, PETA répond que son refuge de Virginie est un refuge de la dernière chance pour des animaux en si mauvais état que les refuges traditionnels refusent de les prendre en charge. Les animaux adoptables sont transférés à des refuges traditionnels et n'entrent pas dans ces statistiques[23].

Liens allégués avec l'ALF et l'ELF[modifier | modifier le code]

L'association fut aussi critiquée en 2005 par Jim Inhofe, sénateur de l'Oklahoma, qui affirma que la PETA jouait le rôle de vitrine, de recruteur et de source de financement pour l'Earth Liberation Front et l'Animal Liberation Front, après que des activistes associés à ces groupuscules eurent commis ce que le gouvernement américain qualifie « d'actes de terrorisme »[24]. PETA s'est également exprimé à ce sujet, en affirmant : « Le mouvement pour les droits des animaux est non violent. Notre combat se fonde sur le refus de porter atteinte à un animal, qu'il soit humain ou non. Cependant, comme dans n'importe quel mouvement d'importance, il peut exister des factions qui utilisent la violence.»[25].

Condamnation de deux de leurs employés pour cruauté envers les animaux[modifier | modifier le code]

À Ahoskie (Caroline du Nord), on trouva sur une période de quatre semaines une centaine de cadavres de chiens dans la benne à ordure d'un supermarché. Alors que la police se tenait en faction devant cette poubelle, elle observa deux personnes à bord d'une camionnette décharger d’imposants paquets. La police découvrit au total 31 chiens morts. Il fut révélé par la police que le van appartenait à la Peta. L'autopsie pratiquée sur d'un des chiens prouva qu'il était en bonne santé avant qu'il ne soit tué. Ces deux personnes ont été inculpées de 62 chefs d'accusation pour cruauté envers les animaux[26].

Positions sur la recherche médicale par l'utilisation des animaux[modifier | modifier le code]

Ingrid Newkirk, la présidente de PETA, a suscité des réactions[Qui ?] avec sa déclaration, dans une interview publiée dans le magazine Vogue de septembre 1989, selon laquelle même si la recherche sur les animaux devait aboutir à un traitement contre le sida, PETA serait opposée à celle-ci (Even if animal research resulted in a cure for AIDS, we'd be against it)[27].

Critique religieuse de certaines publicités[modifier | modifier le code]

En décembre 2009, la ligue catholique a réagi à une campagne de PETA utilisant des symboles chrétiens en association avec la nudité dans ses photos[28].

Représentation de la Shoah[modifier | modifier le code]

Certaines de ses actions et campagnes, assimilant le transport et le massacre des animaux à la Shoah et au massacre des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, ont fait l’objet de critiques. Selon Abraham Foxman de l'Anti-Defamation League, ce genre de campagne, par ces comparaisons, nuit à l'effort de compréhension de la Shoah nécessaire pour que de tels évènements ne se reproduisent jamais[29].

Handicap[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Ambox globe content.svg
Cette section adopte un point de vue régional ou culturel particulier et doit être internationalisée (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

En août 2015, deux organismes français, le Collectif Citoyen Handicap, basé à Marcq-en-Barœul [30] et l’Union des mamans d’enfants handicapés, associations de défense des handicapés, ont porté plainte contre PETA en France, suite à une phrase de l'association qui établissait un parallèle entre les droits des animaux et ceux des handicapés mentaux[31]. La phrase était située dans la foire aux questions du site : «  Chaque animal devrait avoir des droits indépendamment de l'intérêt que cet animal peut présenter pour les humains, qu'il soit mignon ou pas, que son espèce soit menacée de disparition ou pas, qu'un humain y soit attaché ou pas (de la même façon, un handicapé mental a des droits, même s'il n'est pas mignon ou si personne ne l'aime) »[32]. L'association a par la suite modifié cette phrase sur son site internet français[33].

Sexisme[modifier | modifier le code]

PETA est accusée de sexisme à la suite de campagnes de promotion du végétarisme réalisées avec des photographies de femmes célèbres nues ou en maillot de bain, comme Jodie Marsh, Pamela Anderson et Zahia Dehar, dont le corps présente un schéma de découpe des morceaux de viande bovine, assorti du slogan « Tous les animaux sont faits des mêmes morceaux ». Ces campagnes sont considérées comme une atteinte à l'image des femmes par des associations et des médias féministes[34], qui attirent l'attention sur la comparaison de corps féminins sexualisés avec de la viande, ainsi que sur l'absence d'hommes de ces visuels[35].

Autres[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

PETA est une organisation critiquée par les partisans de la libération animale et de la convergence des luttes[réf. nécessaire] (antispécisme, antiracisme, antisexisme, etc.) pour ses campagnes qui instrumentalisent des oppressions humaines, avec des campagnes sexistes et racistes[réf. nécessaire], mais aussi pour son message welfariste, qui ne vise pas clairement l'abolition de toutes les formes d'exploitation animale (promotion du "végétarisme" et campagnes welfaristes ciblées).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Gregory Pence, Classic Cases in Medical Ethics: Accounts of Cases That Have Shaped Medical Ethics, McGraw-Hill, 2007, 448 p. (ISBN 978-0078038457)
  • (en) Dave P. Workman, Peta Files: The Dark Side of the Animal Rights Movement, Merril Press, 2003, 196 p. (ISBN 978-0936783321)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Animals are not ours to eat, wear, experiment on, use for entertainment, or abuse in any way »
  1. (en)Site officiel PETA
  2. Garden design, American Society of Landscape Architects. Publication Board - 2000, « People for the Ethical Treatment of Animals (PETA), an advocacy group headquartered in Norfolk, Virginia »
  3. (en) [The bulletin, Numéros 6510 à 6517 J. Haynes and J.F. Archibald, 2006].
  4. (en)« PETA’s History: Compassion in Action », sur PETA
  5. « PETA en quelques dates », sur PETA France
  6. (en) Silver Spring monkeys.
  7. (en) Hubel DH, « Are we willing to fight for our research? », Annual Review of Neuroscience, vol. 14,‎ , p. 1–8 (PMID 2031569, DOI 10.1146/annurev.ne.14.030191.000245)
  8. « Foire Aux Questions », sur PETA France
  9. Véronique Cauhapé, « Les anti-fourrure font leur réapparition », sur Le Monde,‎
  10. « Roger Moore poursuit sa bataille contre le foie gras », sur Le Monde,‎
  11. (en)Site officiel Ingrid Newkirk
  12. « La Street Team », sur Peta2
  13. « La Fondation PETA », sur petafoundation.org
  14. « Le terrible commerce de la fourrure de chiens et de chats en Chine », sur PETA France
  15. « La Chine accusée de torturer les lapins angoras par PETA », sur Le Point.fr,‎
  16. « VIDEO. Plumage à vif : comment est vraiment produit le duvet de vos oreillers », sur nouvelobs.com,‎
  17. « Hermès interpellé par l'association Peta », sur Le figaro.fr,‎
  18. « PETA révèle une nouvelle fois le prix à payer pour de la laine « de luxe » », sur vegactu.com,‎
  19. (en)Jeneen Interlandi, « PETA and Euthanasia », sur Newsweek,‎
  20. (en)Site officiel PETA kills animals
  21. « La PETA : refuge ou abattoir ? », sur Le Point.fr,‎
  22. PETA kills animals
  23. "PETA Saves Animals | Euthanasia, No Kill, Animal Shelters, and More | PETA.org"
  24. (en) U.S. Senate Committee on Environment & Public Works, Hearing Statements, 05/18/2005.
  25. FAQ sur le site de PETA
  26. (en)« PETA Workers Charged With Animal Cruelty », sur Fox News,‎
  27. (en) The Scientist, 1993.
  28. Philippe Berry, « Nudité et crucifix: la dernière campagne de PETA est-elle choquante ? », sur 20 minutes,‎
  29. (en) 'Holocaust on a plate' angers US Jews.
  30. « Un collectif marcquois dépose plainte contre PETA pour des propos « handiphobes » », sur avoixdunord.fr,‎ (consulté le 25 juillet 2016)
  31. « Deux associations déposent plainte contre Peta », sur lefigaro.fr,‎
  32. « La Peta compare les animaux et les handicapés mentaux », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 16 juin 2016)
  33. « Foire aux questions », sur petafrance.com
  34. « Zahia nue pour PETA : une bonne nouvelle pour les animaux, pas pour les femmes », sur metronews.fr,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  35. « On nous prend pour des vaches ! », Causette, no 58,‎ , p. 11

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :