Chanonat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chanonat
Village de Jussat.
Village de Jussat.
Blason de Chanonat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Les Martres-de-Veyre
Intercommunalité Mond'Arverne Communauté
Maire
Mandat
Serge Charlemagne
2014-2020
Code postal 63450
Code commune 63084
Démographie
Gentilé Chanonatois
Population
municipale
1 633 hab. (2013)
Densité 129 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 41′ 42″ nord, 3° 05′ 46″ est
Altitude Min. 450 m – Max. 800 m
Superficie 12,70 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Chanonat

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Chanonat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chanonat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chanonat
Liens
Site web chanonat.fr
Vue générale de Chanonat depuis Le Crest.

Chanonat est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Chanonat est située au centre du département du Puy-de-Dôme[Diag 1], au sud de Clermont-Ferrand, entre le plateau de Gergovie et la montagne de la Serre et au pied du puy Giroux, et plus généralement entre la chaîne des Puys à l'ouest et la plaine de la Limagne à l'est[Diag 2]. Elle est adhérente du parc naturel régional des volcans d'Auvergne.

La commune est composée de trois villages : Chanonat (le chef-lieu), Jussat (au nord) et Varennes (à l'ouest)[Diag 1] ; ainsi que des lieux-dits : Birat, Chagourdat, Molède.

Six communes sont limitrophes[1] :

Communes limitrophes de Chanonat
Saint-Genès-Champanelle Romagnat
Chanonat La Roche-Blanche,
Le Crest
Saint-Amant-Tallende,
Saint-Saturnin

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

D'un point de vue géologique, la partie extrême occidentale du territoire communal, et notamment le village de Varennes, occupe des formations volcaniques[Diag 3].

La rivière Auzon, traversant la commune, repose « sur une coulée de trachybasalte provenant du volcanisme néogène », s'étendant « dans le fond de vallée » jusqu'à La Roche-Blanche. En aval, elle s'écoule « sur les terrains sédimentaires de la plaine de la Limagne »[Diag 3].

Les puys de Jussat, de Rizolles et Giroux émanent du « volcanisme pépéritique, caractéristique du volcanisme de Limagne »[Diag 3].

L'altitude de la commune varie, selon l'IGN, entre 447 et 802 mètres[2]. Le point le plus bas se situe à la frontière avec la commune de La Roche-Blanche et le point le plus haut sur les hauteurs du village de Varennes[Diag 2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Auzon.

La commune est traversée par l'Auzon[1], affluent rive gauche de l'Allier coulant d'ouest en est, prenant sa source dans le village de Beaune-le-Chaud (commune de Saint-Genès-Champanelle)[Diag 4].

Cinq ruisseaux coulent sur le territoire communal : de l'amont vers l'aval, le ruisseau de Nadaillat (1,9 km, rive droite, coulant en partie dans la commune), ainsi que quatre affluents rive gauche de la rivière principale : le ruisseau de la Pradelle (1 km), la rase de l'Opme (1,9 km), la rase de Macon (2,5 km) et le Petit Auzon (2,7 km)[Diag 4].

En amont de la commune, la déclivité de l'Auzon varie de 5 à 6 % (4 % en moyenne[Diag 5]) et décroît dès son confluent avec le ruisseau de Nadaillat ; après le pont de la route départementale 3, le lit mineur et la vallée s'élargissent[Diag 4].

Le régime hydrologique est mesuré par une station en aval, à La Roche-Blanche (pont de la D 52d). De type pluvial, il est « influencé par la fonte des neiges sur les monts Dômes », pouvant engendrer un risque d'inondation. Il n'existe pas de données locales sur la commune[Diag 5].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Puy-de-Dôme.

La station météorologique la plus proche est située à Clermont-Ferrand.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Entrée par la D 3 en provenance du Crest.

La commune est traversée d'ouest en est par la route départementale 52, route venant de la chaîne des Puys et continuant vers les communes du sud de l'agglomération clermontoise. Celle-ci part du village de Varennes, traversé par la route départementale 2089 (ancienne route nationale 89 reliant Clermont-Ferrand à Bordeaux).

Elle est également reliée à l'agglomération clermontoise (village d'Opme puis ville de Romagnat) par la route départementale 3 ; celle-ci passe dans le village de Jussat (une D 3a dessert le village) avant de descendre vers le chef-lieu, franchir l'Auzon et remonter la montagne de la Serre en direction du Crest[1].

La route départementale 785 relie la D 3 au chef-lieu de la commune. Il existe aussi des départementales 3b et 52a passant au chef-lieu[1], la D 52, déviée par le nord, correspond à la route des chevaliers de Malte[Diag 6].

Les rues du centre du village chef-lieu sont étroites, rendant difficile le stationnement[Diag 6].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par trois lignes du réseau de transport interurbain du département (Transdôme)[Diag 6] :

  • la ligne 21, reliant Aydat (Rouillas-Bas) à Clermont-Ferrand ; cette ligne relie le village de Varennes à la gare routière de Clermont-Ferrand en dix-huit minutes ; elle ne fonctionne qu'en période scolaire (un aller et un retour)[3] ;
  • la ligne 33, reliant Saint-Saturnin et Le Crest à Clermont-Ferrand ; cette ligne dessert l'école au chef-lieu via La Roche-Blanche et Pérignat-lès-Sarliève ; le temps de trajet entre l'école et la gare routière varie entre trente-cinq et cinquante minutes[4] ;
  • la ligne 52, reliant Messeix et Bourg-Lastic à Clermont-Ferrand ; cette ligne dessert le village de Varennes uniquement le vendredi (plus un retour le samedi) ; la durée de trajet est d'environ quinze minutes[5].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune est composée de trois unités urbaines. Chanonat et La Batisse sont implantés au bord de la rivière Auzon tandis que les autres villages et lieux-dits ont conquis les hauteurs[Diag 7].

L'habitat est ancien dans le centre-bourg ; les constructions pavillonnaires s'élargissent autour des bourgs[Diag 7].

L'habitat est très dense dans les bourgs. L'urbanisation s'accélère dans les années 1980 par la construction des ensembles pavillonnaires mais ralentit ensuite par manque de terrains constructibles[Diag 7].

Chanonat (chef-lieu)[modifier | modifier le code]

Le bourg est situé « en fond de vallée », à une altitude comprise entre 480 et 520 mètres. Le bâti est caractérisé par des constructions de deux ou trois étages ; il est contraint par l'Auzon, d'où son extension vers le nord et l'ouest[Diag 8].

Jussat[modifier | modifier le code]

La rue Saint-Julien (D 3a) dessert le village de Jussat.

Le village de Jussat, situé au nord-est de la commune, « est perché sur les pentes d'une pépérite de Limagne »[Diag 3]. Il s'installe dans l'interfluve entre les puys de Jussat et de Rizolles ; l'altitude varie entre 550 et 600 mètres[Diag 8].

C'est un ancien fort ; le premier aménagement défensif, datant de 1390, « consista à utiliser une ancienne maison du seigneur, que celui-ci céda aux habitants » qui pouvaient fortifier « à leur usage », aménager et stocker le bétail à l'abri[Diag 8].

Perché sur le versant sud du puy du même nom, le village est protégé des vents du nord[Diag 8].

L'église est le noyau central du village ; l'urbanisation a progressé vers le sud et l'ouest[Diag 8].

Varennes[modifier | modifier le code]

Le village de Varennes domine la vallée de l'Auzon et ouvre sur la chaîne des monts Dômes. L'urbanisation, contrainte par la route départementale 2089, s'est étendue vers le sud[Diag 8].

Logement[modifier | modifier le code]

Architecture des logements[modifier | modifier le code]

Dans les cœurs de bourgs, certains éléments historiques, de la période médiévale, sont conservés[Diag 9].

On distingue plusieurs types de maisons selon leur époque[Diag 9] :

  • les maisons vigneronnes, caractérisées par leur passé viticole, une occupation intégrale d'une parcelle ou encore « une adaptation spécifique aux besoins de [l']occupant » (cave, accès par escalier extérieur…) ;
  • les fermettes de l'agriculteur-éleveur, de la fin du XIXe siècle, combinant polyculture et élevage ;
  • les maisons de maître, en cœur de parcelle avec trois à cinq travées, deux étages (comprenant parfois les combles) ;
  • les maisons de bourg, en limite de rue et développées en hauteur.

Les bâtiments plus récents, des XXe et XXIe siècles, offrent « un patrimoine architectural très diversifié ». Le bâti moderne est implanté au milieu d'un jardin et les constructions ne sont pas mitoyennes[Diag 10].

Chiffres du logement[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 771 logements, contre 745 en 2008. Parmi ces logements, 88,9 % étaient des résidences principales, 2,9 % des résidences secondaires et 8,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 96,4 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 3,6 % des appartements[Insee 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 83,4 %, en hausse sensible par rapport à 2008 (81,8 %). La part de logements HLM loués vides était de 0,3 % (contre 0 %)[Insee 2].

Au vu des objectifs du schéma de cohérence territoriale (SCOT) du Grand Clermont, fixant une moyenne de 700 m2 par logement individuel, 41 logements pourront être construits à Chanonat (chef-lieu), 32 à Jussat et 47 à 51 à Varennes[Diag 11]. Les parcelles bâties ne peuvent pas dépasser 82 hectares sur l'ensemble des onze communes de la communauté de communes des Cheires[Diag 12].

Chanonat a le taux de constructions neuves le plus important de l'agglomération ; le prix des terrains est par ailleurs le plus cher de la communauté de communes des Cheires, avec une moyenne de 100 €/m2 au bourg, 110 à Varennes et 135 à Jussat[Diag 12].

Par ailleurs, la commune possède deux logements locatifs sociaux privés ; le programme local de l'habitat souhaite créer onze logements locatifs sociaux publics (cinq créations et six réhabilitations)[Diag 13].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est soumise à plusieurs risques naturels (feu de forêt, inondation, mouvement de terrain, phénomènes liés à l'atmosphère et séisme) mais à aucun risque technologique[6]. Elle a élaboré un DICRIM[6],[7].

Les inondations peuvent se produire en raison des contraintes de relief où les vallons, « au régime hydrographique intermittent », évacuent « le trop-plein des eaux pluviales »[7]. La commune a connu plusieurs crues au cours du XXe siècle[Diag 15] :

  • dans l'entre-deux-guerres, une crue emporte la passerelle située au droit de la commanderie des Templiers et endommage un lavoir et un pont ;
  • à la fin des années 1980 et au début des années 1990, une inondation dans le centre-bourg serait due à l'urbanisation récente du bassin, où l'eau boueuse s'est infiltrée dans un salon de coiffure ; cette inondation pourrait avoir fait l'objet d'un arrêté de catastrophe naturelle daté du et paru au Journal officiel du 3 ;
  • en juin 1992, la rivière Auzon sort de son lit, ce phénomène est dû à un épisode pluvio-orageux prolongé ; un arrêté de catastrophe naturelle a été pris le 4 février 1993 (JO du 27) ;
  • deux autres arrêtés ont été pris en novembre 1994 (arrêté du 24, JO du 2 décembre) et fin 1999 (arrêté du 29 décembre, JO du 30)[6].

Un plan de prévention du risque inondation concernant la rivière Auzon a été prescrit le 12 mars 1998 et approuvé le 9 mai 2007[6],[8].

Le risque mouvement de terrain concerne particulièrement les coteaux de Jussat et de la Serre[7]. La commune est soumise à un risque d'aléa fort[Diag 16] et a fait l'objet d'arrêtés de catastrophe naturelle sur cinq périodes différentes[6] :

  • entre le et le 28 février 1998 (arrêté du 12 juin 1998, JO du ) ;
  • entre le et le 31 mai 1999 (arrêté du 27 décembre 2000, JO du 29) ;
  • entre le et le 30 septembre 2001 (arrêté du , JO du 22) ;
  • en 2002 (arrêté du 8 juillet 2003, JO du 26) ;
  • entre le et le 30 juin 2011 (arrêté du 11 juillet 2012, JO du 17).

Des glissements de terrain se sont produits non loin de la route départementale 52, en 1992 et en 1998, ce dernier étant dû à une cause naturelle ; en 2003 et 2004 à Jussat (érosion) ; en 2003 à Grand Champ (coulée due à la pluie) et en 2004 (affaissement, cause anthropique)[Diag 17].

La commune est également concernée par le risque sismique. Le risque s'élève au niveau 3 (modéré), tout comme la majorité des communes du département[6],[8].

Elle l'est également par le risque feu de forêt[6],[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune prit les noms de Canonis Acum dans l'Antiquité puis Cannonagus[Ch 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Templiers et hospitaliers s'implantèrent à la fin du XIIe siècle. En 1293, Jean de Trie donne le nom de la commanderie de Chanonat, l'une des vingt-cinq de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem. Tous les membres de l'ordre des Templiers sont arrêtés sur ordre de Philippe le Bel au début du XIVe siècle ; l'ordre est supprimé en 1312 par le pape Clément V ; les biens du Temple sont transférés à l'Hôpital, puis les Hospitaliers d'Auvergne prennent possession en 1313[Ch 1].

Après avoir appartenu au comté d'Auvergne, Chanonat relève du Dauphiné d'Auvergne au milieu du XIIe siècle ; elle entre dans la maison de la Tour d'Auvergne de 1423 à 1789[Ch 1].

À l'époque moderne, Chanonat dépendait de la paroisse d'Auvergne, du parlement de Paris et de l'intendance de Riom. Elle comptait 190 feux[9].

La commune possédait deux sources minérales :

  • la source de Fontrouge (ou de Font Rouge[10]), nommée « à cause du sédiment ferrugineux qu'elle dépose sur son passage[11] », sans saveur bitumineuse et analogue aux eaux de Jaude ou de Saint-Alyre, à Clermont-Ferrand[10], se trouvant dans une propriété située à deux kilomètres à l'ouest du village. D'une température de 12 °C, son débit variait de « trois à quatre litres par minute ». Celle-ci fut mentionnée notamment par Duclos en 1675 et Chomel en 1734 ; cette eau, consommée par les habitants de la commune, était prescrite contre la chlorose[11] ;
  • la source de la Bâtisse, en rive droite de l'Auzon, « dans l'enclos de la Bâtisse », décrite comme « peu abondante, froide, acidule et peu minéralisée »[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Aux élections municipales de 2014, le maire sortant ne s'est pas représenté. S'opposent deux candidats, Serge Charlemagne, qui remporte l'élection avec 59,05 % des voix et quinze sièges au conseil municipal dont trois au conseil communautaire. Roland Bonjean perd avec 40,94 % des voix et acquiert les sièges restants. Le taux de participation s'élève à 73,13 %[12].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La mairie.

En 2011, Chanonat comptait 1 617 habitants[13]. Ce nombre étant compris entre 1 500 et 2 499, dix-neuf membres sont élus au conseil municipal.

Sa composition est la suivante[12],[14] :

Composition du conseil municipal (mandature 2014-2020)
Nuance Liste présidée par Sièges Statut
DVG « Ensemble : continuons d'avancer pour notre commune » Serge Charlemagne 15 (3) majorité
DVD « Trois villages… une commune… un nouvel élan » Roland Bonjean 4 (1) opposition
Le nombre d'élus entre parenthèses correspond au nombre de sièges au conseil communautaire
de la communauté de communes des Cheires.

Le conseil municipal, élu à la suite des élections municipales de 2014, est composé de quatre adjoints, d'un conseiller délégué et de treize conseillers municipaux[Ch 2].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[15]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 1790 Raymond    
1790 1791 Amable Murent    
1791 1791 Antoine Vasson    
1791 1792 Antoine Le Fabre    
1792 1798 Amable Cannée    
1798 1808 Gaudy-Bonnet    
1808 1830 Bernard-Antoine Magaud    
1830 1848 Pierre Voilhat    
1848 1852 Antoine Martin    
1852 1862 Pierre Voilhat    
1862 1870 François Martin    
1870 1874 Antoine Martin    
1874 1878 Antoine Voilhat    
1878 1881 Antoine Martin    
1881 1900 Étienne Bohatier    
1900 1916 Michel Martin    
1916 1919 Paul Martin    
1919 1932 Paul de Soualhat    
1932 1936 Pierre Secques    
1936[Note 1] 1946[Note 1] Edmond Giscard d'Estaing   Inspecteur des finances (1919)[16]
Président de sociétés[16]
Président de la chambre de commerce internationale (1947-1959)[16]
Membre de l'Académie des sciences d'outre-mer[16]
1946 1962 Jean-Baptiste Lepetit    
1962 1975 Jean-Baptiste Martin    
1975 1995 Pierre de Neufville    
1995 1999 Lévon Avedikian    
1999  ?[Note 2] Gérard Rives    
 ? 2014 Jean-Pierre Pezant[réf. souhaitée]    
2014 en cours
(au 9 avril 2014)
Serge Charlemagne[17] DVG Directeur général d'une association reconnue d'utilité publique[précision nécessaire]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Au niveau administratif, Chanonat dépendait du district de Clermont-Ferrand en 1793 puis de l'arrondissement de Clermont-Ferrand depuis 1801, ainsi que du canton de La Roche de 1793 à 1801 puis du canton de Saint-Amand-Tallende (puis de Saint-Amant-Tallende) de 1801[18] à mars 2015 ; à la suite du redécoupage des cantons du département, elle est rattachée au canton des Martres-de-Veyre[19].

Au niveau judiciaire, elle dépend de la cour administrative d'appel de Lyon, de la cour d'appel de Riom, de la cour d'assises du Puy-de-Dôme, ainsi que des tribunaux administratif, d'instance, de grande instance et de commerce de Clermont-Ferrand[20].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Chanonat fait partie, jusqu'en 2016, de la communauté de communes Les Cheires. Quatre membres sont élus au conseil communautaire, dont le maire, ainsi que Serge Proust, vice-président chargé de l'aménagement du territoire[21].

La communauté de communes a fusionné le avec les communautés de communes Allier Comté Communauté et Gergovie Val d'Allier Communauté[22] et prend le nom de « Mond'Arverne Communauté », à la suite de l'arrêté préfectoral du [23].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La gestion de l'eau est assurée, sur le territoire communal, par le SIVOM de la région d'Issoire. La commune est alimentée par le forage de Tourtour (commune de Saint-Genès-Champanelle) pour le village de Jussat et par l'eau provenant de la galerie de Rouillas (commune d'Aydat, lieu-dit Rouillas-Bas)[Diag 18].

La commune dispose d'un schéma directeur d'assainissement depuis 2000. Elle gère le réseau de collecte des eaux usées en régie. Le réseau intercommunal de transfert est quant à lui géré par le syndicat intercommunal d'assainissement de la vallée de l'Auzon (SIAVA) ; celui-ci recueille les eaux usées de Theix (commune de Saint-Genès-Champanelle) jusqu'à Cournon-d'Auvergne[Diag 19].

En dehors de quelques rares constructions très récentes, notamment à Jussat, ou encore dans le lieu-dit de Chagourdat, tous les logements sont reliés au réseau d'assainissement collectif de la commune[Diag 19].

La gestion des déchets est assurée par le SICTOM des Couzes, assurant la collecte et le traitement des déchets ménagers de quarante-deux communes du département dont les onze de la communauté de communes des Cheires, laquelle a délégué cette compétence en janvier 2004[Diag 20].

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 15 septembre 2016, Chanonat n'est jumelée avec aucune commune[24].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Chanonatois.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[26],[Note 3].

En 2013, la commune comptait 1 633 habitants, en augmentation de 1,62 % par rapport à 2008 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 172 1 161 1 361 1 331 1 225 1 294 1 241 1 210 1 241
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 294 1 151 1 085 1 082 1 092 1 138 1 163 1 095 1 011
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
918 880 838 649 580 569 533 453 496
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2013
580 565 649 1 073 1 238 1 426 1 596 1 615 1 633
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006 [27].)
Histogramme de l'évolution démographique

La commune, qui comptait encore plus de mille habitants au XIXe siècle avec un maximum à 1 361 en 1806, a connu une chute démographique importante en raison non seulement des deux guerres mondiales, mais aussi de maladies, d'épidémies, ou de l'exode rural. Cette population s'accroît de nouveau après 1946 du fait de « l'installation de personnes travaillant à Clermont ou sa banlieue » et le développement de l'urbanisation de type pavillonnaire dans les années 1970-1980[Diag 21].

L'augmentation de la population dans la commune à la fin du XXe siècle suit la tendance de la communauté de communes[Diag 21].

La population de la commune est relativement moyennement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à soixante ans (24,4 %)[Insee 3] est légèrement supérieur au taux national (24 %) et inférieur au taux départemental (26,2 %).

À l'inverse des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est inférieure à la population masculine. Le taux (49,4 %) est inférieur au taux national (51,6 %).

Pyramides des âges en 2013 en pourcentage
Commune de Chanonat[Insee 4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
3,4 
75 à 89 ans
4,8 
20 
60 à 74 ans
20,2 
23,9 
45 à 59 ans
25,1 
19,7 
30 à 44 ans
20,4 
13,4 
15 à 29 ans
13,2 
19,1 
0 à 14 ans
16,3 
Département du Puy-de-Dôme[28]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,5 
75 à 89 ans
10,6 
16 
60 à 74 ans
16,6 
20,8 
45 à 59 ans
20,1 
19,5 
30 à 44 ans
18,1 
19 
15 à 29 ans
17,5 
17,1 
0 à 14 ans
15,6 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Chanonat dépend de l'académie de Clermont-Ferrand et gère deux écoles publiques.

Le village de Jussat avait sa propre école, aussi les élèves du village allaient à l'école de Jussat. Le regroupement pédagogique a été instauré en 1983 dans la commune[Ch 3].

L'école maternelle Gérard-Rives[Ch 4], située chemin de la Chaux, a été ouverte en 2007[Ch 3]. Elle accueille 56 élèves pour l'année 2016-2017[29].

L'école élémentaire (depuis 2006, auparavant, celle-ci assurait les cours de la maternelle au CM2[Ch 5]), située rue Saint-Jean, accueille 67 élèves pour l'année scolaire 2016-2017[30].

Les élèves poursuivent leur scolarité au collège de Ceyrat[31] puis dans les lycées de Clermont-Ferrand : Jeanne-d'Arc ou Blaise-Pascal pour les filières générales, Lafayette ou Roger-Claustres pour la filière STI2D ou Sidoine-Apollinaire pour la filière STMG[32].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

La commune possède un cabinet médical et un cabinet infirmier[Diag 14].

Sports[modifier | modifier le code]

Les associations sportives de la commune : Union Sportive des Jeunes Chanonatois, un club de lutte[Ch 6], ainsi qu'un club de football[Diag 14].

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage s'élevait à 42 453 €, ce qui plaçait Chanonat au 1 925e rang des communes de plus de quarante-neuf ménages en métropole[33].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2013, la population âgée de quinze à soixante-quatre ans s'élevait à 1 085 personnes, parmi lesquelles on comptait 75,5 % d'actifs dont 70,9 % ayant un emploi et 4,6 % de chômeurs[Insee 5].

On comptait 107 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 774, l'indicateur de concentration d'emploi est de 13,8 %, ce qui signifie que la commune offre moins d'un emploi par habitant actif[Insee 6].

665 des 774 personnes âgées de quinze ans ou plus (soit 85,9 %) sont des salariés[Insee 7]. 10,5 % des actifs travaillent dans la commune de résidence[Insee 8].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , Chanonat comptait 64 entreprises : une dans l'industrie, vingt dans la construction, neuf dans le commerce, le transport, l'hébergement et la restauration, vingt dans les services aux entreprises et quatorze dans les services aux particuliers[Insee 9].

En outre, elle comptait 69 établissements[Insee 10].

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune appartient à la région agricole de la Limagne viticole. Elle est par ailleurs incluse dans trois aires géographiques[Diag 22] :

Au recensement agricole de 2010, la commune comptait quinze exploitations agricoles. Ce nombre est en nette diminution par rapport à 2000 (22) et à 1988 (26)[34].

La superficie agricole utilisée sur ces exploitations était de 190 hectares en 2010, dont 92 ha sont allouées aux terres labourables, 5 ha aux cultures permanentes et 92 ha sont toujours en herbe[34].

Industrie et artisanat[modifier | modifier le code]

La commune possède un atelier artisanal, un électricien, trois entreprises de maçonnerie, un menuisier ébéniste, un plaquiste plâtrier et deux plombiers chauffagistes[Diag 14].

Commerce et services[modifier | modifier le code]

La commune possède peu de services. Les services absents dans la commune se trouvent à Saint-Amant-Tallende et à Clermont-Ferrand[Diag 14].

La base permanente des équipements de 2015 recensait une boulangerie[35].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Au , la commune ne comptait aucun hôtel[Insee 11], camping[Insee 12] ou autre hébergement collectif[Insee 13].

La commune possède toutefois un gîte de groupe et trois chambres d'hôtes[Diag 14].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chanonat compte six monuments répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[36] et deux lieux et monuments répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[37]. Par ailleurs, elle compte six objets répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[38].

Elle compte par ailleurs seize sites archéologiques[Diag 23].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Croix monumentales[modifier | modifier le code]

Chanonat compte seize croix[Ch 7] :

  • la croix de Notre-Dame du Bel Amour, place de l'Église sur l'ancien cimetière ;
  • la croix de Saint Michel ;
  • la croix de Saint Roch, datant probablement du XIXe siècle, placée à l'origine à l'angle des rues Notre-Dame-de-l'Arbre et de la Croix-Saint-Roch ;
  • la croix de Notre-Dame de l'Arbre ;
  • la croix de Saint Barthélemy ;
  • la croix de Saint Étienne, dans le quartier de Mâcon ;
  • la croix de Malte ;
  • la croix de Saint Jean Baptiste, « accolée au mur du cimetière » ;
  • la croix de Sainte Anne, du XVIe siècle, route de La Roche-Blanche, seule croix protégée aux monuments historiques (inscription par arrêté du 17 juillet 1926[39]) ;
  • la croix de Saint Éloy de Noyon, la seule située au-dessus d'une fontaine ;
  • une croix de mission, accompagnée de sa statue, datant du XIXe siècle ;
  • la croix de Saint Jacques le Majeur (dans la cour de la cure)[Note 4] ;
  • la croix de la Cure[Note 4] ;
  • la croix de Malte (deux gravées au sol aux portes de la médiathèque)[Note 4] ;
  • la croix du pignon de l'église ;
  • une croix dans l'église, gravée au sol, indiquant l'emplacement probable de l'inhumation de Pierre de Fretat (XVIIIe siècle).

La croix, située rue Saint-Julien, en pierre de Volvic, est cerclée et ornée de deux sculptures : Christ côté sud et Saint côté nord. La base du fût cylindrique contient le nom du sculpteur : DOMAS SAHUT, Volvic. Des inscriptions sont gravées sur les quatre faces du socle trapézoïdal agrafé au soubassement :

LUMINIER – S. MARTIN – FAURE – 1837 ST ETIENNE (saint patron de Chanonat)

La croix de la place de l'Église est une croix d'andésite réalisée en 1830. De type cylindrique à amortissements arrondis, elle est ornée de feuillage, d'un Christ et d'une Vierge. Seule donatrice : Antoinette TR

Rue de la Mission :

  • Ange : Grand ange tenant une couronne de fleurs dans sa main gauche. La statue est sur un soubassement en calcaire avec un fût carré en ciment avec inscription MISSIONS DE 1869 AB CURE.
  • Statuette : petite statue de Marie et Jésus après la crucifixion, en andésite située dans une niche dans le mur de clôture. La niche assise sur une corniche, est encadrée de deux colonnettes supportant un arc en ogive.
  • Croix : croix métallique de grande hauteur.

Elle repose sur un socle hexagonal coupé en pierre de Volvic. Les trois côtés du socle sont sculptés de vitraux en croisés d’ogive. Inscription : 1844
Fleurdélisée, la croix richement ciselée est rectangulaire.

Églises[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Étienne, des XIIe, XVe, XVIIe et XVIIIe siècles, est un édifice à nef unique et à quatre travées romanes. Les arcs en plein cintre reposent sur des piliers avec chapiteaux ornés le plus souvent de feuillages. Le transept se termine par des petites chapelles semi-circulaires. Le chevet est éclairé par de longues baies en plein cintre garnies de vitraux du peintre verrier clermontois THIBAUD. Elle est inscrite aux Monuments historiques le 27 octobre 1986[40].

Les objets mobiliers classés sont :

  • le Christ en croix, la Vierge et Saint Jean, statue, bois, début du XVIe siècle, classé au titre objet le 20 mai 1958[41] ;
  • un bénitier, du XIVe siècle, classé au titre objet le 30 septembre 1911[42] ;
  • trois reliefs représentant les trois vertus (charité, force et justice), du XVIe siècle, classé au titre objet le 30 mars 1962[43].

L'église Saint-Jean a été rénovée au XVe siècle par l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Peu de signes subsistent. Sont visibles des meurtrières et au-dessus de l'entrée ouest les traces d'une rosace murée[Diag 24]. Elle a servi de salle de réunion pour l'assemblée communale depuis le 28 novembre 1790 ; elle n'est plus lieu de culte depuis une centaine d'années[réf. souhaitée] et ne bénéficie d'aucune protection[Diag 24].

L'église Saint-Julien, à Jussat, « a été construite sur un plan rectangulaire » et « se termine par une abside à l'est ». Elle appartenait aux religieux de Prémonté de Saint-André-lèz-Clermont aux XIIe et XVIIe siècles[Diag 24].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

La commanderie des chevaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem[44] date du XVIe siècle. Élévation et toiture sont protégés au titre des Monuments historiques par inscription le 19 octobre 1965[45].

Le château de la Batisse.

Le château de la Batisse fut à l'origine une tour de défense au XIIIe siècle[Diag 24]. Trois autres tours ont été construites au XIVe siècle, réunies au XVe siècle par « les corps de logis[46] »[47] et au XVIIe siècle par des calottes à lanternons[46]. Il a été restauré au XVIIIe siècle pour être « transformé en demeure résidentielle »[Diag 24].

Le château est classé aux Monuments historiques par arrêté du 16 juin 1970 pour les façades, les toitures et le grand salon du rez-de-chaussée et le 17 juillet 1997 pour les jardins, les escaliers, la serre, les pavillons, les fontaines, les bassins, les parterres, les allées, le labyrinthe, la glacière et les cascades[47]. Le site est inscrit par arrêté du 30 août 1977[47].

Les objets protégés sont :

  • un groupe sculpté : Vierge de Pitié (XVIe siècle), classé MH le 11 septembre 1961[48] ;
  • l'ancien plan des jardins, œuvre de Jean-Baptiste Girard de Châteauneuf, datée du XVIIIe siècle, classée le 10 avril 1958[49] et conservé à l'intérieur du château[47].

Des visites du château sont animées par la troupe Les Compagnons de Gabriel, laquelle officia précédemment au château de Murol : démonstration de pièces d'artillerie, d'archers, commentaires sur l'armement et l'armorial de la famille, cours de cuisine et de langage médiévaux. Seigneurie des Girard de Châteauneuf par achat du 27 mars 1697. À la mort de Jean Girard de Chateauneuf, le général baron Arnoux de Maison-Rouge hérite le château.

Le château est toujours au XXIe siècle la résidence de la famille Arnoux de Maison Rouge.

Le jardin, œuvre de Le Nôtre, a été aménagé dans le style classique (à la française), tout en s'adaptant au site « mouvementé et agrémenté d'aménagements tels que labyrinthes, glacières [ou] cascades »[47]. Le parc, couvrant 9,71 hectares, est site classé[Diag 24].

Le château de la Varvasse, d'origine médiévale (un château a été mentionné en 1310[Diag 24]), a été reconstruit en 1565 par François Savaron et remanié aux XVIIIe et XIXe siècles[Diag 24]. Son décor intérieur est caractéristique des réalisations du début du XIXe siècle[50]. La chapelle date de la fin du XIXe siècle ; la ferme a été réaménagée en 1860[50].

Le domaine et le parc sont inscrits aux monuments historiques le 24 novembre 1995[50],[51].

Le château fut acquis par Edmond Giscard d'Estaing, maire de Chanonat, dans les années 1933 à Marie de Bellaigue de Soulhat. Elle tenait Varvasse de son arrière-grand-père Augustin de Bellaigue de Bughas (1795-1876) qui l'a acheté en 1848 à M. de Riberolles. C'est le fils d'Augustin, le vicomte Victor de Bellaigue de Bughas (1828-1894), inspecteur général des finances qui restaure le château en 1886 et élève l'aile gauche d'un étage, son frère le père Henri de Bellaigue a fait construire la chapelle, dessiné et exécuté les gargouilles et le bas relief.

Il comprend 1 200 m2 habitables sur un parc de quinze hectares avec jardin à la française, prairie et bois.

La famille Giscard d'Estaing y a longtemps résidé, notamment Valéry Giscard d'Estaing lorsqu'il était maire de Chamalières (1967-1974) puis président du conseil régional d'Auvergne (1986-2004).

Le château était à vendre en mars 2008[52].

Autres édifices[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le prieuré, dont l'existence est attestée en 1157, a été fondé par les moines bénédictins de l'abbaye de Port-Dieu (en Bas Limousin).

En dessous du prieuré se trouve un ensemble de bâtiments présentant des éléments architecturaux intéressants, s'organisant autour d'une cour rectangulaire où l'on accède à l'ouest par une porte avec linteau en anse de panier ; sur moitié d'un mâchicoulis tous les tympans des porte sont blasonnés. Une tour carrée au sud domine le ruisseau de l'Auzon (où vécut le poète Delille – d'où le nom tour Delille). Elle comprend un escalier à vis, desservant une salle voûtée au premier étage, reliée par une courtine à une tour cylindrique.

À gauche de la porte d’entrée, on remarque le corps de logis rectangulaire, avec fenêtres à meneaux et tourelle d'escalier en saillie sur la façade.

En continuant côté est, on accède à un autre bâtiment desservi par un large escalier aux marches usées par les ans, et avec une tour mâchicoulis qui lui fait suite.

En suivant le rempart sud-est bien délimité et percé de meurtrières, on trouve une tour d'angle, dite tour de Merle. C'est vers 1500, en pleine époque des guerres de religion, que ce capitaine Huguenot, Mattieu Merle prend successivement les villes d'Ambert et d'Issoire.

Parti en direction de Clermont, en brûlant dans les villages, églises, statues et tableaux, il occupe Chanonat et la légende nous dit qu'il pendait ses richesses à la tour.

La fontaine de la place Delille est réalisée en andésite, avec un bac octogonal composé de pierres monolithiques agraphiées. Le fût est surmonté d'un ensemble pyramidal se terminant par un gland sculpté.

Inscription de la construction : 1827 M. MAGAUD VARVAS, maire.

En hommage au poète Jacques Delille élevé jusqu'à treize ans à Chanonat par des parents nourriciers. Cette épitaphe est inscrite sur le côté sud :

À notre illustre nourrisson,
À Delille, enfant d'Apollon,
Nous consacrons cette fontaine
Ce sont les eaux de l'Hippocrène
Puisqu'elles coulent sous son nom.

  • Maison capitulaire.
  • Pont du Chabris, pompe : joli pont en arc surhaussé franchissant l'Auzon, avec petite maison attenante, abritant un ancien moulin.
  • Bief apparent en surplomb de la rivière.
  • La pompe à eau au début de la rue du Sault-Guillaume est un bel exemple de pompe à manivelle BAYARD, fonctionnant.
  • Fontaine rue du Voisin : composée de trois bacs dont deux récents. Le bac original est en andésite. L'eau coule depuis un mascaron figurant une tête d'homme coiffé d'un bicorne, avec oreilles à chèvre et bouc.
  • Fontaine rue du Chabris : le bac est surmonté de quatre rangées de pierre de taille maçonnées terminées par un fronton triangulaire avec l'inscription : 1827 MM. L'eau coule depuis un mascaron figurant la tête d'un animal du bestiaire fantastique.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La commune possède un pôle culturel rassemblant la bibliothèque et la médiathèque communautaire[Diag 14].

La médiathèque de la commune propose plus de vingt mille documents[Ch 8].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune adhère à la charte du parc naturel régional des volcans d'Auvergne.

Elle comprend également cinq ZNIEFF de type 1 et deux ZNIEFF de type 2, ainsi qu'une zone importante pour la conservation des oiseaux (ZICO)[Diag 25] :

  • la ZNIEFF 1 « Puy de Jussat », site de 85 hectares au nord-est de la commune autour du village du même nom ; sur coteaux et plateaux secs, on y trouve la laîche humble, l'Ophrys insecte ou le grand rhinolophe (chauve-souris). Ce site est également répertorié comme espace naturel sensible[Diag 26] ;
  • la ZNIEFF 1 « Environs de Chanonat », s'étendant sur 307 hectares entre le village de Chanonat inclus et la partie nord de la montagne de la Serre[Diag 26] ;
  • la ZNIEFF 1 et ZICO « Montagne de la Serre » : s'étendant sur six communes et 912 hectares pour la ZNIEFF et 2 600 hectares pour la ZICO, ce site, « formé par le relief inversé d'une cheire », se caractérise par « une grande diversité de milieux », avec des écosystèmes variés. Un grand nombre d'oiseaux migrateurs peuvent être observés, dont des rapaces ou des passereaux peu communs[Diag 26] ;
  • la ZNIEFF 1 « Versants du Plateau de Gergovie » ;
  • la ZNIEFF 1 « Vallée de l'Auzon » : 300 hectares, à cheval avec la commune de Saint-Genès-Champanelle, fréquenté par de nombreux oiseaux[Diag 26] ;
  • la ZNIEFF 2 « Coteaux de Limagne occidentale », étendue au sens large de Riom à Langeac, couvrant le plateau de la Serre et la vallée de l'Auzon[Diag 26] ;
  • la ZNIEFF 2 « Pays Coupés » ;

ainsi qu'un site classé (parc du château de la Batisse) et deux sites inscrits (château de la Batisse ; village de Chanonat et abords)[Diag 25].

Chanonat est par ailleurs à la limite nord de la zone Natura 2000 « Pays des Couzes »[Diag 26].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Archives[modifier | modifier le code]

  • Registres d'état civil depuis : 1863
  • Délibérations municipales depuis : 1873

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Selon FranceGenWeb, Edmond Giscard d'Estaing a été maire entre 1936 et 1946[15], alors que l'Académie des sciences morales et politiques mentionne la période 1932-1947[16].
  2. Selon FranceGenWeb, Gérard Rives a été élu jusqu'en 2014[15] alors qu'un autre maire a été élu.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. a, b et c Cette croix est visible depuis la médiathèque communautaire de la communauté de communes des Cheires[Ch 7].

Références[modifier | modifier le code]

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Introduction » / « Présentation du territoire », p. 9.
  2. a et b « Section I : État initial de l'environnement » / « 1. Les éléments physiques » / « 1.1. Géographie », p. 20.
  3. a, b, c et d « Section I : État initial de l'environnement » / « 1. Les éléments physiques » / « 1.2. Géologie », p. 21-23.
  4. a, b et c « Section I : État initial de l'environnement » / « 1. Les éléments physiques » / « 1.3. Hydrographie », p. 24-25.
  5. a et b « Section I : État initial de l'environnement » / « 2. Les ressources naturelles » / « 2.3. Les données sur l'eau », p. 30-38.
  6. a, b et c « Section II : L'environnement urbain » / « 1. Les voies de communication », p. 98-103.
  7. a, b et c « Section II : L'environnement urbain » / « 2. L'organisation du territoire » / « 2.1. Introduction », p. 104.
  8. a, b, c, d, e et f « Section II : L'environnement urbain » / « 2. L'organisation du territoire » / « 2.2. Evolution », p. 105-110.
  9. a et b « Section II : L'environnement urbain » / « 3. Le patrimoine bâti » / « 3.3. L'architecture traditionnelle », p. 129-132.
  10. « Section II : L'environnement urbain » / « 3. Le patrimoine bâti » / « 3.4. Le bâti des 20e et 21e siècles », p. 133-136.
  11. « Section II : L'environnement urbain » / « 2. L'organisation du territoire » / « 2.3. Bilan et Perspectives », p. 111-115.
  12. a et b « Section III : Les ressources humaines et économiques » / « 2. Habitat » / « 2.1. Les directives supra communales », p. 142-145.
  13. « Section III : Les ressources humaines et économiques » / « 2. Habitat » / « 2.2. Le contexte communal », p. 146-150.
  14. a, b, c, d, e, f et g « Section III : Les ressources humaines et économiques » / « 3. La vocation économique », p. 151-153.
  15. « Section I : État initial de l'environnement » / « 3. Les risques naturels » / « 3.2. Le risque inondation », p. 51-52.
  16. « Section I : État initial de l'environnement » / « 3. Les risques naturels » / « 3.3. Le risque Gonflement / Retrait des Argiles », p. 53.
  17. « Section I : État initial de l'environnement » / « 3. Les risques naturels » / « 3.4. Le risque Effondrement / Mouvement de terrain », p. 54-57.
  18. « Section I : État initial de l'environnement » / « 2. Les ressources naturelles » / « 2.4. L'eau potable », p. 39-40.
  19. a et b « Section I : État initial de l'environnement » / « 2. Les ressources naturelles » / « 2.5. L'assainissement », p. 41-47.
  20. « Section I : État initial de l'environnement » / « 2. Les ressources naturelles » / « 2.6. Les déchets ménagers », p. 48.
  21. a et b « Section III : Les ressources humaines et économiques » / « 1. Démographie », p. 138-141.
  22. « Section III : Les ressources humaines et économiques » / « 4. La vocation agricole », p. 154-158.
  23. « Section II : L'environnement urbain » / « 3. Le patrimoine bâti » / « 3.1. Le patrimoine archéologique », p. 116-122.
  24. a, b, c, d, e, f, g et h « Section II : L'environnement urbain » / « 3. Le patrimoine bâti » / « 3.2. Le patrimoine majeur », p. 123-128.
  25. a et b « Section I : État initial de l'environnement » / « 4. Les zonages naturels » / « 4.1. Introduction », p. 59-60.
  26. a, b, c, d, e et f « Section I : État initial de l'environnement » / « 4. Les zonages naturels » / « 4.2. Les zonages naturels », p. 61-69.
  • Autres sources :
  1. a, b et c « Chanonat, sur les rives de l'Auzon, des vestiges de l'histoire, des croix et des fontaines… » (consulté le 26 septembre 2016).
  2. « Le conseil municipal » (consulté le 15 septembre 2016).
  3. a et b « L'histoire : Petit historique des écoles de la commune » (consulté le 15 septembre 2016).
  4. « Infos générales de l'école maternelle » (consulté le 15 septembre 2016).
  5. « Infos générales de l'école élémentaire » (consulté le 15 septembre 2016).
  6. « Les associations » (consulté le 15 septembre 2016).
  7. a et b « Le chemin des croix de Chanonat » [PDF],‎ (consulté le 10 septembre 2016).
  8. « Médiathèque » (consulté le 26 septembre 2016).

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. POP T0 – Population par grandes tranches d'âges.
  4. POP T3 – Population par sexe et âge en 2013.
  5. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 – Emploi et activité.
  7. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2013.
  8. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  9. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  10. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .
  11. TOU T1 – Nombre et capacité des hôtels au .
  12. TOU T2 – Nombre et capacité des campings au .
  13. TOU T3 – Nombre d'autres hébergements collectifs au .

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Carte de Chanonat sur le site Géoportail de l'IGN (consulté le 20 septembre 2016).
  2. « Répertoire géographique des communes », Institut national de l'information géographique et forestière.
  3. « Ligne 21 : Aydat – Clermont-Ferrand » [PDF], Conseil départemental du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 18 septembre 2016).
  4. « Ligne 33 : Saint-Saturnin – Le Crest – Clermont-Ferrand » [PDF], Conseil départemental du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 18 septembre 2016).
  5. « Ligne 52 : Messeix – Clermont-Ferrand » [PDF], Conseil départemental du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 18 septembre 2016).
  6. a, b, c, d, e, f et g « Résultat de la recherche : Chanonat », sur macommune.prim.net (consulté le 11 septembre 2016).
  7. a, b et c « Précautions à prendre en cas de risques majeurs » [PDF], sur macommune.prim.net (consulté le 11 septembre 2016).
  8. a, b et c « Dossier départemental sur les risques majeurs dans le Puy-de-Dôme », Préfecture du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 11 septembre 2016).
  9. Abbé Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, t. 2 : C-E, Paris, Desaint & Saillant, (lire en ligne), p. 211.
  10. a et b Henri Lecoq, Les eaux minérales du Massif central de la France considérées dans leurs rapports avec la chimie et la géologie, Paris, J. Rothschild, (lire en ligne), p. 123.
  11. a, b et c Pierre Truchot, Dictionnaire des eaux minérales du département du Puy-de-Dôme, Paris, A. Delahaye, (lire en ligne), p. 64-65.
  12. a et b « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 26 septembre 2016).
  13. « Populations légales 2011 de la commune de Chanonat », Insee (consulté le 26 septembre 2016).
  14. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 - Candidatures du 1er tour », Ministère de l'Intérieur (consulté le 26 septembre 2016).
  15. a, b et c « Les maires de Chanonat », sur FranceGenWeb (consulté le 10 septembre 2016).
  16. a, b, c, d et e « Edmond Giscard d'Estaing », Académie des sciences morales et politiques (consulté le 10 septembre 2016).
  17. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 23 juin 2014).
  18. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. « Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme », sur Légifrance.
  20. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur annuaires.justice.gouv.fr, Ministère de la Justice (consulté le 26 septembre 2016).
  21. « Conseil Communautaire », Communauté de communes Les Cheires (consulté le 15 septembre 2016).
  22. «  : en route pour la fusion ! », Les Cheires infos, Communauté de communes Les Cheires, no 32,‎ , p. 4 (lire en ligne [PDF]).
  23. Direction des collectivités territoriales et de l'environnement – Bureau du contrôle de légalité – Intercommunalité, « Arrêté prononçant la fusion des communautés de communes : « Allier Comté Communauté », « Gergovie Val d'Allier Communauté » et « Les Cheires » à compter du  » [PDF], Recueil des actes administratifs no 63-2016-059, Préfecture du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 9 décembre 2016), p. 85-95.
  24. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », Ministère des Affaires étrangères (consulté le 15 septembre 2016) ; rechercher « Chanonat ».
  25. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  28. « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Département du Puy-de-Dôme (63) », Insee.
  29. « École maternelle publique », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 14 septembre 2016).
  30. « École élémentaire publique », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 14 septembre 2016).
  31. « SECTORISATION - DEPARTEMENT du PUY-DE-DÔME » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 14 septembre 2016).
  32. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 14 septembre 2016).
  33. Revenus fiscaux localisés des ménages [zip], Insee, données 2011.
  34. a et b « Données générales des exploitations ayant leur siège dans Chanonat commune », Ministère de l'Agriculture (consulté le 10 septembre 2016).
  35. « Base permanente des équipements : commerce » [zip], Insee,‎ .
  36. « Liste des monuments historiques de Chanonat », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. « Liste des lieux et monuments de Chanonat répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  38. « Liste des monuments historiques de Chanonat », base Palissy, ministère français de la Culture.
  39. « Croix de chemin », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  40. « Eglise Saint-Etienne », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. « 3 statues : Christ en croix, Vierge (la), saint Jean », base Palissy, ministère français de la Culture.
  42. « bénitier », base Palissy, ministère français de la Culture.
  43. « 3 reliefs : les trois vertus : charité, force, justice », base Palissy, ministère français de la Culture.
  44. Site de la commanderie de Chanonat.
  45. « Ancienne commanderie des Chevaliers de Malte », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  46. a et b « Le château de la Batisse », sur auvergne-centrefrance.com (consulté le 8 septembre 2016).
  47. a, b, c, d et e « Château de la Bâtisse », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  48. « groupe sculpté : Vierge de Pitié », base Palissy, ministère français de la Culture.
  49. « dessin : ancien plan des jardins », base Palissy, ministère français de la Culture.
  50. a, b et c « Domaine de Varvasse », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  51. « parc du château de Varvasse », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  52. Batiactu- info, emploi, moteur de recherche BTP & immobilier