Saint-Genès-Champespe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Genès-Champespe
Saint-Genès-Champespe
Le village de Saint-Genès-Champespe.
Blason de Saint-Genès-Champespe
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Issoire
Intercommunalité Communauté de communes du Massif du Sancy
Maire
Mandat
Roland Perron
2020-2026
Code postal 63850
Code commune 63346
Démographie
Population
municipale
218 hab. (2018 en diminution de 3,54 % par rapport à 2013)
Densité 6,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 11″ nord, 2° 43′ 28″ est
Altitude Min. 858 m
Max. 1 056 m
Superficie 32,33 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Sancy
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Genès-Champespe
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Genès-Champespe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Genès-Champespe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Genès-Champespe

Saint-Genès-Champespe est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Genès-Champespe est située au sud-ouest du département du Puy-de-Dôme.

Elle jouxte six autres communes, dont trois dans le département voisin du Cantal[1] :

Communes limitrophes de Saint-Genès-Champespe
Saint-Donat Picherande
Champs-sur-Tarentaine-Marchal
(Cantal)
Saint-Genès-Champespe Égliseneuve-d'Entraigues
Trémouille
(Cantal)
Montboudif
(Cantal)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le ruisseau de l'Eau verte, le Taurons et le ruisseau de Gabacut.

Transports[modifier | modifier le code]

Les routes départementales 30 et 614, reliant Champs-sur-Tarentaine-Marchal à Picherande, traversent la commune du sud-ouest vers le nord-est. La RD 30 continue vers Égliseneuve-d'Entraigues à l'est et la RD 88 relie Saint-Donat à Montboudif et à Condat[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Genès-Champespe est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (51,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (52,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (47,1 %), forêts (32,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (15,2 %), zones agricoles hétérogènes (4,4 %), zones urbanisées (0,9 %), eaux continentales[Note 2] (0,2 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Genès-Champespe est membre, depuis le , de la communauté de communes du Massif du Sancy[9], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est au Mont-Dore. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[10].

De fin 2005[11] à 2016, elle faisait partie de la communauté de communes Sancy-Artense Communauté. Cette structure intercommunale a fusionné avec la communauté de communes de Rochefort-Montagne[12] le . À cette même date, la commune a rejoint la communauté de communes du Massif du Sancy, du fait de son accessibilité par la route départementale 30, déneigée en priorité, et des achats des habitants sur le territoire de l'intercommunalité précitée[12].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement d'Issoire, à la circonscription administrative de l'État du Puy-de-Dôme et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[9]. Jusqu'en , elle faisait partie du canton de La Tour-d'Auvergne[13].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton du Sancy pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[9], et de la troisième circonscription du Puy-de-Dôme pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[13].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Saint-Genès-Champespe, commune de moins de 1 000 habitants, est élu au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours[14] avec candidatures isolées ou groupées et possibilité de panachage[15]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 11. Sur les douze candidats en lice, onze sont élus dès le premier tour, le , avec un taux de participation de 77,05 %[16].

Chronologie des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1793 1796 Jean Tartière (officier public)    
1796 1800 Jacques Goigoux (agent municipal)    
1800 1803 Jacques Goigoux    
1803 1821 Pierre Vantalon    
1822 1848 Pierre Genestoux    
1848 1865 Jacques Vantalon    
1865 1881 Jacques Genestoux    
1881 1919 Jacques Vaissaire    
1919 1925 Ignace Servaire    
1925 1933 Pierre Goigoux    
1934 1935 Gabriel Auriel    
1935 1941 Antoine Trapenard    
1942 1943 Lucien Assaleix    
1944 1973 Franck Manaranche    
1974 1983 André Vessère    
1983 2006 Pierre Vaissaire    
2006 2008 Roland Perron    
2008 2014 Gérard Vessère    
2014 Daniel Gaydier    
[17] En cours
(au )
Roland Perron[18]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[20].

En 2018, la commune comptait 218 habitants[Note 3], en diminution de 3,54 % par rapport à 2013 (Puy-de-Dôme : +2,82 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
684410727723750704701701800
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
740736740823776841888819775
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
815821760693605651620603568
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
526543488414317259239236227
2017 2018 - - - - - - -
219218-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Genès-Champespe dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Il n'existe aucune école.

Hors dérogations à la carte scolaire, les collégiens se rendent au collège Sancy Artense à La Tour-d'Auvergne[23], et les lycéens à Clermont-Ferrand, au lycée Ambroise-Brugière pour les filières générales et STMG ou au lycée La-Fayette pour la filière STI2D[24].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Genès-Champespe adhère au parc naturel régional des volcans d'Auvergne[25].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Genès-Champespe Blason
De sinople à la tour d'argent, ouverte du champ, maçonnée et ajourée de sable, surmontée de trois abeilles d'or rangées en chef.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte de la commune sur le site Géoportail de l'IGN (consulté le 9 décembre 2015).
  2. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l'Insee (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Insee, (consulté le 2 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le 2 avril 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le 24 avril 2021).
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 24 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. a b et c « Commune de Saint-Genès-Champespe (63346) », sur le site de l'Insee (consulté le 14 juillet 2021).
  10. « CC du Massif du Sancy (No SIREN : 246300966) », sur la base nationale sur l'intercommunalité (consulté le 14 juillet 2021).
  11. « Les communes », Communauté de communes Sancy-Artense (consulté le 2 décembre 2016).
  12. a et b « Schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) – Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 17 octobre 2016).
  13. a et b « Découpage électoral du Puy-de-Dôme », sur Politiquemania (consulté le 14 juillet 2021).
  14. Article L. 252 du Code électoral.
  15. « Municipales : le mode de scrutin dans les communes de moins de 1 000 habitants », sur vie-publique.fr, .
  16. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le 14 juillet 2021).
  17. « Réunion du conseil municipal du  » [PDF], sur le site de la commune (consulté le 14 juillet 2021).
  18. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], sur mairesruraux63.fr, Association des maires ruraux du Puy-de-Dôme (consulté le 14 juillet 2021).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  23. « Sectorisation », sur puy-de-dome.fr, Conseil départemental du Puy-de-Dôme (consulté le 14 juillet 2021). Taper « SAINT-GENES-CHAMPESPE » dans le formulaire de saisie.
  24. Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], sur ac-clermont.fr, Académie de Clermont-Ferrand (consulté le 27 juin 2021), p. 13.
  25. « Décret no 2013-520 du 19 juin 2013 portant classement du parc naturel régional des Volcans d'Auvergne (région Auvergne) », sur Légifrance (consulté le 9 décembre 2015).