Murat-le-Quaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Murat.
Murat-le-Quaire
Le village de Murat-le-Quaire en hiver.
Le village de Murat-le-Quaire en hiver.
Blason de Murat-le-Quaire
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Issoire
Canton Le Sancy
Intercommunalité Communauté de communes du Massif du Sancy
Maire
Mandat
Gérard Brugière
2014-2020
Code postal 63150
Code commune 63246
Démographie
Population
municipale
481 hab. (2014)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 35′ 55″ nord, 2° 44′ 09″ est
Altitude Min. 836 m
Max. 1 508 m
Superficie 11,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Murat-le-Quaire

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Murat-le-Quaire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Murat-le-Quaire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Murat-le-Quaire

Murat-le-Quaire est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Murat-le-Quaire est située au sud-ouest du département du Puy-de-Dôme.

Quatre communes (cinq en incluant le quadripoint avec Perpezat) sont limitrophes de Murat-le-Quaire[1] :

Communes limitrophes de Murat-le-Quaire
Laqueuille Perpezat (quadripoint)
Saint-Sauves-d'Auvergne Murat-le-Quaire
La Bourboule Mont-Dore

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La Banne d'Ordanche, sommet emblématique de la commune.

Commune située dans le massif volcanique des monts Dore, dominée par le sommet basaltique de la Banne d'Ordanche (1 512 m). Le village est lui-même accroché à 1 030 m d'altitude sur l'adret de la haute vallée de la Dordogne, autour d'un piton rocheux qui domine La Bourboule.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique à tendance montagnarde, assez rigoureux, mais le site profite globalement de son exposition et de son bon ensoleillement.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par les routes départementales 88 (reliant Murat-le-Quaire au col de Vendeix, sur la commune de la Bourboule), 219 (reliant la D 922 à la D 996 à Mont-Dore), et 609 vers la Banne d'Ordanche[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dérivé du latin muratus, « entouré de murs »[2].

En langue celtique, Murat signifierait « roc escarpé » [réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dominé par un château-fort au Moyen Âge, le site a eu très tôt une importance défensive, servant de verrou à l'entrée de la vallée. Village pauvre et rural jusqu'au XIXe siècle, c'est le thermalisme qui se développe aux Bains — aujourd'hui, Le Mont-Dore —, puis à La Bourboule qui l'ouvre sur l'extérieur.

Aujourd'hui, c'est une commune péri-urbanisée, qui vit essentiellement du tourisme.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1919 1935 M. Rozier    
1936 1940 M. Lacrèche    
fin 1944 mars 1959 Maurice Barrat    
mars 1959 mars 1965 Jean Coutelle    
mars 1965 mars 1995 Marcel Bony PS  
mars 1995 mars 2008 Danielle Muller PS  
mars 2008 en cours
(au 9 avril 2014)
Gérard Brugière[3] PS  

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Les limites territoriales des cinq arrondissements du Puy-de-Dôme ont été modifiées afin que chaque nouvel établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre soit rattaché à un seul arrondissement au [4]. La communauté de communes du Massif du Sancy à laquelle appartient la commune est rattachée à l'arrondissement d'Issoire ; ainsi, Murat-le-Quaire est passée le de l'arrondissement de Clermont-Ferrand à celui d'Issoire[5].

À la suite du redécoupage cantonal appliqué en 2015, la commune est rattachée au canton du Sancy[6].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 481 habitants, en augmentation de 1,05 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
799 750 824 959 1 023 1 018 1 025 950 1 064
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 026 1 020 1 011 1 103 440 469 420 403 422
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
441 395 415 354 317 335 331 305 289
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
385 382 367 419 435 499 490 475 481
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie rurale a quasiment disparu : ne se maintiennent qu'une poignée d'agriculteurs qui entretiennent prairies et pâturages d'altitude. C'est surtout le tourisme qui fait vivre la commune, classée station verte de montagne, et dont les atouts sont :

  • la diversité des activités de plein air (randonnées pédestres, aéromodélisme et plan d'eau en été, raquettes et chiens de traineaux en hiver…) ;
  • le dynamisme des sites culturels et pédagogiques (Scénomusée de la Toinette et Julien, chèvrerie pédagogique, fabrication du Saint-Nectaire à la ferme…) ;
  • la diversité des hébergements (campings, hôtels, nombreuses locations…) ;
  • la présence de commerces, principalement dans le bourg (cafés-restaurants, vente de produits locaux aux celliers muratois).

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Scénomusée de la Toinette et de Julien[11] : site culturel ambitieux, permettant deux visites scénographiées brillamment mises en scène . La maison de Toinette présente le patrimoine local et la vie au XIXe siècle dans le massif du Sancy. La maison de Julien présente un exemple de retour à la ruralité pour une famille actuelle.
  • Sommet de La Banne d'Ordanche : point de vue exceptionnel sur la vallée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le chanteur Jean-Louis Murat a pris comme nom de scène celui de la commune où résidaient ses grands-parents.
  • Joseph Rozier (1924-1994), évêque de Poitiers, naquit et est enterré dans le village.
  • Marcel Bony (1926-2010), sénateur né à Saint-Sauves, s'installa dans la commune avec sa famille et l'administra pendant trente ans.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Géoportail (consulté le 14 mars 2017).
  2. Stéphane Gendron - Les noms des lieux en France: essai de toponymie, Page 141.
  3. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 4 juillet 2014).
  4. « Modification des limites territoriales des arrondissements du Puy-de-Dôme au  », sur puy-de-dome.gouv.fr, Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 14 mars 2017).
  5. Préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes, « Arrêté no 16-536 du 21 décembre 2016 portant sur les modifications des limites territoriales des cinq arrondissements du Puy-de-Dôme » [PDF], Recueil des actes administratifs no 63-2016-065, sur puy-de-dome.gouv.fr, Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 14 mars 2017), p. 211-214.
  6. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. Scénomusée de la Toinette et de Julien