Murat-le-Quaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Murat-le-Quaire
Murat-le-Quaire
Le village de Murat-le-Quaire en hiver.
Blason de Murat-le-Quaire
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Issoire
Intercommunalité Communauté de communes du Massif du Sancy
Maire
Mandat
Jean-François Cassier
2020-2026
Code postal 63150
Code commune 63246
Démographie
Population
municipale
488 hab. (2020 en augmentation de 1,46 % par rapport à 2014)
Densité 42 hab./km2
Population
agglomération
2 245 hab. (2020)
Géographie
Coordonnées 45° 35′ 55″ nord, 2° 44′ 09″ est
Altitude Min. 836 m
Max. 1 508 m
Superficie 11,64 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine La Bourboule
(banlieue)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Sancy
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Murat-le-Quaire
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Murat-le-Quaire
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Murat-le-Quaire
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Murat-le-Quaire

Murat-le-Quaire (/my.ʁa.lə.kɛʁ/[Note 1] ; en occitan : Murat e lo Caire) est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Murat-le-Quaire est située au sud-ouest du département du Puy-de-Dôme.

Quatre communes (cinq en incluant le quadripoint avec Perpezat) sont limitrophes de Murat-le-Quaire[1] :

Communes limitrophes de Murat-le-Quaire
Laqueuille Perpezat (quadripoint)
Saint-Sauves-d'Auvergne Murat-le-Quaire
La Bourboule Mont-Dore

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La Banne d'Ordanche, sommet emblématique de la commune.

Commune située dans le massif volcanique des monts Dore, dominée par le sommet basaltique de la Banne d'Ordanche (1 512 m). Le village est lui-même accroché à 1 030 m d'altitude sur l'adret de la haute vallée de la Dordogne, autour d'un piton rocheux qui domine La Bourboule.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique à tendance montagnarde, assez rigoureux, mais le site profite globalement de son exposition et de son bon ensoleillement.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par les routes départementales 88 (reliant Murat-le-Quaire au col de Vendeix, sur la commune de la Bourboule), 219 (reliant la D 922 à la D 996 à Mont-Dore), et 609 vers la Banne d'Ordanche[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Murat-le-Quaire est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[2],[3],[4].

Elle appartient à l'unité urbaine de La Bourboule, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[5] et 2 245 habitants en 2020, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

La commune est en outre hors attraction des villes[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (57,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (57,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (32,3 %), prairies (28,8 %), forêts (25,4 %), zones urbanisées (8,5 %), zones agricoles hétérogènes (5,1 %)<[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Il est actuellement retenu que le toponyme Murat vient du terme générique de langue occitane Murat[11] qui désigne, notamment au Moyen Âge, un village fortifié[12]. C'est un toponyme occitan fréquent que l'on retrouve par exemple à Murat, dans le Cantal ou encore à Murat-sur-Vèbre, dans le Tarn.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dominé par un château-fort au Moyen Âge, le site a eu très tôt une importance défensive, servant de verrou à l'entrée de la vallée. Village pauvre et rural jusqu'au XIXe siècle, c'est le thermalisme qui se développe aux Bains — aujourd'hui, Le Mont-Dore —, puis à La Bourboule qui l'ouvre sur l'extérieur.

Aujourd'hui, c'est une commune péri-urbanisée, qui vit essentiellement du tourisme.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Murat-le-Quaire est membre de la communauté de communes du Massif du Sancy[13], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est au Mont-Dore. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[14].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement d'Issoire depuis 2017[Note 3], à la circonscription administrative de l'État du Puy-de-Dôme et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[13]. Jusqu'en , elle faisait partie du canton de Rochefort-Montagne[17].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton du Sancy pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[13], et de la troisième circonscription du Puy-de-Dôme pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[17].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Murat-le-Quaire, commune de moins de 1 000 habitants, est élu au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours[18] avec candidatures isolées ou groupées et possibilité de panachage[19]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 11. La totalité des candidats en lice est élue dès le premier tour, le , avec un taux de participation de 63,98 %[20].

Chronologie des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1919 1935 Michel. Rozier    
1936 1945 Maurice. Lacrèche    
1945 mars 1959 Maurice Barrat    
mars 1959 mars 1965 Jean Coutelle    
mars 1965 mars 1995 Marcel Bony PS  
mars 1995 mars 2008 Danielle Muller PS  
mars 2008 2020 Gérard Brugière[21] PS  
2020 En cours
(au )
Jean-François Cassier[22]   Agriculteur, musher[23]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[25].

En 2020, la commune comptait 488 habitants[Note 4], en augmentation de 1,46 % par rapport à 2014 (Puy-de-Dôme : +2,74 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7997508249591 0231 0181 0259501 064
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0261 0201 0111 103440469420403422
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
441395415354317335331305289
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
385382367419435499490483475
2015 2020 - - - - - - -
481488-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie rurale a quasiment disparu : ne se maintiennent qu'une poignée d'agriculteurs qui entretiennent prairies et pâturages d'altitude. C'est surtout le tourisme qui fait vivre la commune, classée station verte de montagne, et dont les atouts sont :

  • la diversité des activités de plein air (randonnées pédestres, aéromodélisme et plan d'eau en été, raquettes et chiens de traineaux en hiver…) ;
  • le dynamisme des sites culturels et pédagogiques (Scénomusée de la Toinette et Julien, chèvrerie pédagogique, fabrication du Saint-Nectaire à la ferme…) ;
  • la diversité des hébergements (campings, hôtels, nombreuses locations…) ;
  • la présence de commerces, principalement dans le bourg (cafés-restaurants, vente de produits locaux aux celliers muratois).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Scénomusée de la Toinette et de Julien[28] : site culturel ambitieux, permettant deux visites scénographiées brillamment mises en scène . La maison de Toinette présente le patrimoine local et la vie au XIXe siècle dans le massif du Sancy. La maison de Julien présente un exemple de retour à la ruralité pour une famille actuelle.
  • Sommet de La Banne d'Ordanche : point de vue exceptionnel sur la vallée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le chanteur Jean-Louis Murat a pris comme nom de scène celui de la commune où résidaient ses grands-parents.
  • Joseph Rozier (1924-1994), évêque de Poitiers, naquit et est enterré dans le village.
  • Marcel Bony (1926-2010), sénateur né à Saint-Sauves, s'installa dans la commune avec sa famille et l'administra pendant trente ans.
  • Le docteur Guillaume Duliège (1842-1900), ancien maire de la commune entre 1870 et 1874, ancien conseiller général[29]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Prononciation en français standard retranscrite phonémiquement selon la norme API.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Les limites territoriales des cinq arrondissements du Puy-de-Dôme ont été modifiées afin que chaque nouvel établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre soit rattaché à un seul arrondissement au [15]. La communauté de communes du Massif du Sancy à laquelle appartient la commune est rattachée à l'arrondissement d'Issoire ; ainsi, Murat-le-Quaire est passée le de l'arrondissement de Clermont-Ferrand à celui d'Issoire[16].
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Géoportail (consulté le 14 mars 2017).
  2. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de la Bourboule », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le ).
  11. Cristian Omelhièr, Petit Dictionnaire Français-Occitan d'Auvergne, Ostal del Libre, (ISBN 2-914662-06-8), p. 296.
  12. Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, Toponymie occitane, Bordeaux, Éditions Sud Ouest, coll. « Sud Ouest université », (ISBN 9782879012155), « A propos de quelques noms de rues et de villes », p. 92.
  13. a b et c « Commune de Murat-le-Quaire (63246) », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  14. « CC du Massif du Sancy (No SIREN : 246300966) », sur la base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  15. « Modification des limites territoriales des arrondissements du Puy-de-Dôme au  », sur puy-de-dome.gouv.fr, Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le ).
  16. Préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes, « Arrêté no 16-536 du 21 décembre 2016 portant sur les modifications des limites territoriales des cinq arrondissements du Puy-de-Dôme » [PDF], Recueil des actes administratifs no 63-2016-065, sur puy-de-dome.gouv.fr, Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le ), p. 211-214.
  17. a et b « Découpage électoral du Puy-de-Dôme », sur Politiquemania (consulté le ).
  18. Article L. 252 du Code électoral.
  19. « Municipales : le mode de scrutin dans les communes de moins de 1 000 habitants », sur vie-publique.fr, .
  20. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  21. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le ).
  22. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], sur mairesruraux63.fr, Association des maires ruraux du Puy-de-Dôme (consulté le ).
  23. Supplément « Annuaire des maires Puy-de-Dôme », La Montagne, , p. 30 (édition du Puy-de-Dôme).
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  28. Scénomusée de la Toinette et de Julien
  29. Laurent Beaudonnat, « Rôle des docteurs Chabory, Tardieu et Duliège sur le développement de deux stations thermales du Sancy », Le Gonfanon no 82, Argha 2016.