Marchastel (Cantal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marchastel.
Marchastel
L'église et le monument aux morts de Marchastel.
L'église et le monument aux morts de Marchastel.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Saint-Flour
Canton Riom-ès-Montagnes
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Gentiane
Maire
Mandat
Jean-Maurice Émorine
2014-2020
Code postal 15400
Code commune 15116
Démographie
Gentilé les Marchastellous
Population
municipale
148 hab. (2014)
Densité 6,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 17′ 02″ nord, 2° 43′ 33″ est
Altitude Min. 769 m
Max. 1 176 m
Superficie 22,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte administrative du Cantal
City locator 14.svg
Marchastel

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte topographique du Cantal
City locator 14.svg
Marchastel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marchastel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marchastel

Marchastel est une commune française située dans le département du Cantal, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont les Marchastellous.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Marchastel est situé au nord des monts du Cantal, à leur limite avec le haut plateau du Cézallier. La séparation est visible grâce à la rivière coulant dans une faille, la Grolle. La commune est bordée à l'ouest par la Petite Rhue.

Les communes limitrophes de Marchastel sont Riom-ès-Montagnes, Saint-Amandin, Lugarde, Saint-Saturnin, Cheylade et Apchon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1970 2008 Claude Flagel    
2008 en cours Jean-Maurice dit Baptiste Émorine[1] DVG Retraité de l'enseignement

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 148 habitants, en diminution de -6,92 % par rapport à 2009 (Cantal : -1,2 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 319 1 160 1 251 1 243 1 073 1 220 1 262 1 263 1 278
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 270 1 211 1 107 1 063 977 1 074 1 039 1 052 937
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
966 958 855 761 734 752 720 632 525
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
505 513 410 305 216 169 165 150 148
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Ressources[modifier | modifier le code]

La commune vit d'une économie agricole pastorale extensive, mais tend à se diversifier vers la zootechnie porcine intensive hors-sol.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le porche de l'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Léon Boyer, poète, instituteur, né le au hameau de Falgère, tué à l'ennemi le devant Verdun.
  • Lucienne Escourolle, tenancière du café "chez Lulu" depuis 83 ans. Elle a fêté ses 100 ans en août 2015 et sert toujours les clients[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]