Bourg-Lastic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bourg-Lastic
Bourg-Lastic
Église Saint-Fargheon.
Blason de Bourg-Lastic
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Intercommunalité Communauté de communes Chavanon Combrailles et Volcans
Maire
Mandat
Jean-François Bizet
2020-2026
Code postal 63760
Code commune 63048
Démographie
Gentilé Bourcagnauds
ou Bourcagnots[1]
Population
municipale
872 hab. (2018 en diminution de 2,02 % par rapport à 2013)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 53″ nord, 2° 33′ 33″ est
Altitude Min. 637 m
Max. 931 m
Superficie 40,46 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Saint-Ours
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Bourg-Lastic
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Bourg-Lastic
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourg-Lastic
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourg-Lastic
Liens
Site web bourg-lastic.fr

Bourg-Lastic (/buʁ.las.tik/) est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bourg-Lastic est située à l'ouest du département du Puy-de-Dôme. Elle est entourée par six communes, dont trois dans le département voisin de la Corrèze[2] :

Communes limitrophes de Bourg-Lastic
Feyt (Corrèze)
Laroche-près-Feyt (Corrèze)
Saint-Germain-près-Herment
Lastic
Monestier-Merlines (Corrèze) Bourg-Lastic Saint-Sulpice
Messeix

Elle possède une enclave autour du hameau de Fougère. Cette enclave est entourée par les territoires des communes de Saint-Sulpice au sud, de Briffons au nord-est et de Lastic au nord-ouest.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par deux affluents du Chavanon, le ruisseau de Cornes et la Clidane qui sert de limite naturelle au territoire communal, le séparant au sud de celui de Messeix sur environ neuf kilomètres.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Bourg-Lastic est située au croisement de deux anciennes routes nationales :

La commune est également traversée par l'autoroute A89. Un ouvrage d'art, le viaduc de la Clidane, est situé sur les communes de Bourg-Lastic et de Messeix lorsque l'autoroute franchit la Clidane. Les échangeurs les plus proches sont le 24 (Ussel-Est) à l'ouest et le 25 (Saint-Julien-Sancy) à l'est.

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

La gare de Bourg-Lastic - Messeix est située sur la commune de Messeix. Elle est située sur la ligne d'Eygurande - Merlines à Clermont-Ferrand mais plus aucun train ne circule entre les gares de Laqueuille et d'Ussel depuis le . Pour permettre le maintien des circulations ferroviaires entre Laqueuille et Eygurande, 21 000 traverses auraient dû être remplacées, pour un coût de sept millions d'euros[3] qui auraient été financés par RFF, l'État et les régions Limousin et Auvergne[4], mais cette dernière refusant, la fermeture de la ligne devient inéluctable. En conséquence, plus aucun train ne circule entre Eygurande - Merlines et Ussel, sur la ligne du Palais à Eygurande - Merlines, le parcours s'effectuant en intégralité par autocar entre Clermont-Ferrand et Ussel.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bourg-Lastic est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7].

La commune est en outre hors attraction des villes[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (54,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (55,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (53,3 %), prairies (23,5 %), zones agricoles hétérogènes (19,8 %), zones urbanisées (2,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,2 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une embuscade le menée conjointement par la Résistance corrézienne et les FFI de la zone 3 du Puy-de-Dôme peu après le pont du Chavanon fait 22 (ou 23) morts dans les rangs d'un convoi du 95ème régiment de sécurité (colonne de ravitaillement de la Wehrmacht) se rendant de Clermont-Ferrand à Ussel, dont un officier.

En représailles de cette attaque, après une semaine d'enquêtes et d'interrogatoires, le , 23 otages dont le maire de Bourg-Lastic, Henri Chassagny infirme et âgé de 73 ans, sont fusillés au camp militaire de Bourg-Lastic. Mis à part le maire, complice actif de la Résistance locale, ainsi que quatre autres otages dont le manque d'information ne permet pas de conclure (l'un d'entre eux est notamment toujours non identifié), tous les otages fusillés le étaient des combattants de la Résistance. En préalable, un premier habitant de Bourg-Lastic avait été exécuté sommairement le 9 juillet après que les troupes de répressions allemandes aient cerné le village.

Le , 6 résistants des maquis de Corrèze, faits préalablement prisonniers par la brigade Jesser à Meymac et Neuvic, dont Georges Monéger, sont fusillés dans la sapinière sur la route de Messeix (RN 687 d'alors).

À la fin de la guerre d'Algérie, à l'été 1962 et pendant tout l'hiver 1962, 4 945 harkis et leurs familles sont logés sous des tentes de l'armée au camp militaire de Bourg-Lastic. Un petit cimetière dans les bois accueille les tombes de onze très jeunes enfants de harkis morts sur place et une stèle dédiée « aux enfants de harkis morts au camp de Bourg-Lastic » porte un verset du Coran[12][réf. incomplète].

Le , 335 réfugiés kurdes irakiens arrivent de Turquie et sont pris en charge à la demande de la fondation France Libertés. Ils sont installés dans des villages d'Auvergne. Cette opération fait suite à la visite en mai 1989 de l'épouse du président de la République Danielle Mitterrand dans les territoires kurdes de la Turquie.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bourg-Lastic Blason
Parti, au premier d'or au loup ravissant de sable armé et lampassé de gueules, au second de gueules à trois chevrons d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Bourg-Lastic est membre de la communauté de communes Chavanon Combrailles et Volcans[13], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Pontaumur. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[14]. Jusqu'en 2016, elle faisait partie de la communauté de communes Sioulet-Chavanon dont elle était le siège[15].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Riom depuis 2017[Note 2], à la circonscription administrative de l'État du Puy-de-Dôme et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[13]. Avant , elle était chef-lieu de canton[18].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Saint-Ours pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[13], et de la deuxième circonscription du Puy-de-Dôme pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010 (troisième circonscription avant 2010)[18].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Bourg-Lastic, commune de moins de 1 000 habitants, est élu au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours[19] avec candidatures isolées ou groupées et possibilité de panachage[20]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 15. La totalité des candidats en lice est élue au premier tour, le , avec un taux de participation de 55,14 %[21].

Chronologie des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1938 15 juillet 1944[Note 3] Pierre Chassagny   Commerçant
mai 1945 mars 1971 Dr Willy Mabrut SFIO Médecin,
ancien Résistant, Conseiller general
mars 1971 mars 1977 Marius Faure Droite Industriel
mars 1977 mars 2001 Roger Béraud PS Entrepreneur
mars 2001 mars 2008 Armand Blanchet Droite Ouvrier, Conseiller general
mars 2008 mars 2014 Gilles Bellaigue PS Commerçant
mars 2014
(réélu en 2020)
En cours
(au )
Jean-François Bizet[22],[23]   Retraité[24]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[26].

En 2018, la commune comptait 872 habitants[Note 4], en diminution de 2,02 % par rapport à 2013 (Puy-de-Dôme : +2,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0652 1332 0882 3002 7072 6082 7592 8142 404
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5122 5792 5991 7401 7431 6011 5731 6121 558
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5821 5711 6501 5451 4651 3611 4471 2211 273
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 3101 3391 1681 1911 0691 009957899877
2018 - - - - - - - -
872--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Bourg-Lastic dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère une école élémentaire publique dirigée par Mme Plantade ; le département du Puy-de-Dôme gère le collège Willy-Mabrut[29] dirigé par Mr Cohade.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gilbert-Roger Fayard, né le à Bourg-Lastic et mort en 1996. Durant la Résistance, il est, sous le nom de Colonel Mortier, chef d'état-major des maquis d'Auvergne. Général commandant l'École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1952, commandant la 11e DI puis la 15e DIM, il est aussi inspecteur général des réserves de l'armée de terre. Son fils, le lieutenant Jacques Fayard, capturé par la Gestapo à Vichy, est mort en déportation en Allemagne en avril 1945.
  • Georges Monéger (1920-1944), alias Jo, Chef du Maquis de Neuvic, Compagnon de la Libération, y fut fusillé le 1er août 1944.
  • Michel Chassagny (né en 1865 à Bourg-Lastic / mort en 1918) : inspecteur de l'académie de Paris.
  • Marcel Georges Chassagny (1903-1988), fils du précédent : fondateur de la société MATRA.
  • Willy Mabrut, docteur, ancien maire SFIO de Bourg-Lastic (1945-1971), conseiller général (1950-1967), chef civil de la résistance locale sous le pseudonyme "Tonton". Le collège de la localité porte son nom.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Les limites territoriales des cinq arrondissements du Puy-de-Dôme ont été modifiées afin que chaque nouvel établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre soit rattaché à un seul arrondissement au [16]. La communauté de communes Chavanon Combrailles et Volcans à laquelle appartient la commune est rattachée à l'arrondissement de Riom ; ainsi, Bourg-Lastic est passée le de l'arrondissement de Clermont-Ferrand à celui de Riom[17].
  3. Fusillé par les Allemands.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bourg-Lastic (63750) », sur habitants.fr, SARL Patagos (consulté le ).
  2. Géoportail (consulté le 4 mars 2017).
  3. Christian Bélingard, « La ligne Laqueuille-Eygurande ne présente plus les garanties de sécurité selon RFF et sera suspendue à partir de juillet 2014 » sur France 3 Limousin, 28 octobre 2013.
  4. « Mobilisation et pétition contre la fermeture de la ligne Laqueille – Eygurande », article du parti politique EELV de Clermont-Ferrand du 19 mai 2014.
  5. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. La Montagne, 23 mars 2012, p. 17.
  13. a b et c « Commune de Bourg-Lastic (63048) », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  14. « CC Chavanon Combrailles et Volcans (No SIREN : 200071215) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  15. « CC de Sioulet Chavanon (No SIREN : 246301071) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  16. « Modification des limites territoriales des arrondissements du Puy-de-Dôme au  », sur puy-de-dome.gouv.fr, Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le ).
  17. Préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes, « Arrêté no 16-536 du 21 décembre 2016 portant sur les modifications des limites territoriales des cinq arrondissements du Puy-de-Dôme » [PDF], Recueil des actes administratifs no 63-2016-065, sur puy-de-dome.gouv.fr, Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le ), p. 211-214.
  18. a et b « Découpage électoral du Puy-de-Dôme », sur Politiquemania (consulté le ).
  19. Article L. 252 du Code électoral.
  20. « Municipales : le mode de scrutin dans les communes de moins de 1 000 habitants », sur vie-publique.fr, .
  21. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  22. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le ).
  23. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], sur mairesruraux63.fr, Association des maires ruraux du Puy-de-Dôme (consulté le ), p. 1.
  24. Supplément « Annuaire des maires Puy-de-Dôme », La Montagne, , p. 24 (édition du Puy-de-Dôme).
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  29. Annuaire des établissements scolaires de Bourg-Lastic sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 4 mars 2017).