Le Falgoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Falgoux
Le Falgoux
Le Falgoux, situé au pied du Puy Mary, au cœur du parc des volcans d'Auvergne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Mauriac
Canton Riom-ès-Montagnes
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Salers
Maire
Mandat
Louis Chambon
2014-2020
Code postal 15380
Code commune 15066
Démographie
Population
municipale
128 hab. (2015 en diminution de 11,11 % par rapport à 2010)
Densité 4,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 09′ 22″ nord, 2° 37′ 24″ est
Altitude Min. 813 m
Max. 1 780 m
Superficie 30,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Falgoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Falgoux

Le Falgoux, est une commune française, située dans le département du Cantal en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Le Falgoux
Le Vaulmier Collandres Cheylade
Saint-Bonnet-de-Salers, Saint-Paul-de-Salers Le Falgoux Le Claux
Le Fau Saint-Projet-de-Salers Mandailles-Saint-Julien

La commune est située dans le Massif central, dans les monts du Cantal, près du Puy Mary, dans la vallée du Mars. Elle est arrosée par le Mars.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1800 Mt Blaise Gaillard    
1801 1815 M. Antoine Combart    
1815 1819 M. Jean Sabatier    
1819 1837 M. Antoine Borderie    
1837 1843 M. Jacques Chatonnier    
1843 1849 M. Antoine Rongier    
1849 1858 M. Jean-Marie Hugary    
1858 1860 M. Raboisson    
1860 1863 M. Antoine Rongier    
1863 1872 M. Jean Hugary    
1872 1881 M. Jean Rongier    
1881 1884 M. Antoine Chanut    
1884 1888 M. François Vidal    
1888 1893 M. Blaise Fontolive    
1893 1896 M. Jean-Marie Borderie    
1896 1900 M. Jean Borderie cadet    
1900 1908 M. Émile Lavergne    
1908 1912 M. Jean-Marie Borderie    
1912 1925 Commandant Morio    
1925 1929 M. Jules Maisonneuve    
1929 1945 M. René Lavergne    
1945 1949 M. André Gibert    
1949 1959 M. Pierre Escure    
1959 1965 M. Lucien Chavaroc    
1965 1968 M. Gabriel Lecorne    
1968 1995 M. Jean-Claude Vizet    
1995 2008 Mme Joëlle Borderie    
2008 2014 Mlle Geneviève Fabre    
2014 en cours M. Louis Chambon[1] PRG  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2015, la commune comptait 128 habitants[Note 1], en diminution de 11,11 % par rapport à 2010 (Cantal : -1,31 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
786 538 842 794 908 862 921 783 764
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
728 758 740 800 704 673 716 723 709
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
724 727 708 695 683 671 646 559 544
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
502 418 350 292 226 193 160 155 150
2013 2015 - - - - - - -
130 128 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Roc d'Hozières est un site d'escalade aménagé.
  • La commune est entourée par : le Rocher de l'Aygue, le Suc Gros ou le Peylat, le Suc de la Blatte, le Puy de la Tourte, le Puy Mary et son col routier : le Pas de Peyrol, la Roche Taillade, le Roc des Ombres et la Brèche d'Enfloquet ainsi que le col de Néronne.
  • Dans la commune, le cirque glaciaire du Falgoux qui permet la pratique du ski de fond et des ballades en raquettes en période hivernale dans un paysage dans un espace naturel à l'abri du vent ; les cascades du Biaguin et le Roc du Merle.
  • Dans l'église paroissiale Saint-Germain, une cloche de bronze est classée monument historique[6] : elle date de 1493.
  • Point de départ de nombreuses randonnées vers la vallée du Mars (Le Vaulmier, Saint-Vincent-de-Salers) et le GR 400 qui traverse la commune en direction des crêtes pour atteindre le village de Le Claux sur l'autre versant du Puy Mary.

Lieux et monuments disparus[modifier | modifier le code]

  • La lanterne des morts qui se situait dans le cimetière autour de l’ancienne église [7]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires du Cantal sur le site de la préfecture (consulté le 25 octobre 2014).
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  6. Base de données Palissy du Ministère de la Culture
  7. L'ancienne église du Falgoux