Rochefort-Montagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rochefort-Montagne
Rochefort-Montagne
Le bourg de Rochefort-Montagne.
Blason de Rochefort-Montagne
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Issoire[1]
Intercommunalité Communauté de communes Dômes Sancy Artense (siège)
Maire
Mandat
Dominique Jarlier
2020-2026
Code postal 63210
Code commune 63305
Démographie
Population
municipale
859 hab. (2017 en diminution de 6,73 % par rapport à 2012)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 41′ 08″ nord, 2° 48′ 17″ est
Altitude Min. 771 m
Max. 1 280 m
Superficie 17,45 km2
Élections
Départementales Orcines
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Rochefort-Montagne
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Rochefort-Montagne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rochefort-Montagne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rochefort-Montagne
Liens
Site web rochefort-montagne.com

Rochefort-Montagne est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation, relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

À gauche, la roche Tuilière, commune de Rochefort-Montagne ; à droite la roche Sanadoire, commune d'Orcival.

La commune est située dans la partie ouest du département du Puy-de-Dôme. Elle est bordée au nord-est par le Sioulot, un affluent de la Sioule, et arrosée par le ruisseau de Rochefort, affluent de la Miouze.

L'altitude minimale, 771 mètres, se trouve à l'extrême nord-est, là où le Sioulot quitte le territoire communal et entre sur celui de Saint-Bonnet-près-Orcival. L'altitude maximale avec 1 280 ou 1 288 mètres[Note 1] est localisée au sud, à la roche Tuilière[2].

Établi le long du ruisseau de Rochefort, le bourg de Rochefort-Montagne se situe en distances orthodromiques, douze kilomètres au nord-est de La Bourboule.

Le bourg est limitrophe avec quatre communes :

Communes limitrophes de Rochefort-Montagne
Saint-Pierre-Roche Saint-Bonnet-près-Orcival
Perpezat Rochefort-Montagne Orcival

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la route départementale 2089, ancienne route nationale 89 reliant Lyon à Bordeaux ; la préfecture de département Clermont-Ferrand, ainsi que l'autoroute A89 (en direction d'Ussel) est accessible par cette route. Un viaduc, traversé par l'ancienne route nationale, et construit au début des années 1970[3], domine le bourg.

Le territoire communal est également desservi par les routes départementales (RD) 11 à l'ouest, 74 à l'est (en direction de Vernines), 80 au nord, 80a au sud (vers le Mont-Dore), 216 et 555 au nord-est (en direction du hameau de Saint-Martin-de-Tours).

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Rochefort-Montagne est desservie par plusieurs lignes de transport en commun[RM 1] :

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières mentions du bourg connues sont datées de 1043.

En 1871, un incendie ravage le village. 75 maisons sont endommagées, dont l'église qui fut alors reconstruite 35 mètres plus loin.

En juin 1959, le bourg de Rochefort-Montagne connait une inondation fulgurante. Des trombes d’eau ont provoqué la sortie du lit des deux rivières. La place principale du bourg et la RN 89 en direction de Laqueuille furent transformées en énorme torrent boueux avec jusqu’à 1,5m d’eau dans les rues. Des voitures furent emportées, et un éboulement de la chaussée a formé un trou important. Des caves et les rez-de-chaussée ont été noyés. Les dégâts ont été chiffrés à des centaines de millions de francs.

Le viaduc de la route Nationale 89 est achevé en 1972. Avant cela, la traversée du bourg était nécessaire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Jusqu'en mars 2015, la commune était chef-lieu du canton ; à la suite du redécoupage des cantons du département, la commune est rattachée au canton d'Orcines[6].

Les limites territoriales des cinq arrondissements du Puy-de-Dôme ont été modifiées afin que chaque nouvel établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre soit rattaché à un seul arrondissement au [7]. La communauté de communes Dômes Sancy Artense à laquelle appartient la commune est rattachée à l'arrondissement d'Issoire ; ainsi, Rochefort-Montagne est passée le de l'arrondissement de Clermont-Ferrand à celui d'Issoire[1].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 En cours
(au 30 août 2020)
Dominique Jarlier[8],[9] PS Vétérinaire retraité[10]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La collecte des ordures ménagères est assurée par le syndicat mixte de collecte et de traitement des ordures ménagères (SMCTOM) de Haute-Dordogne[RM 2].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12].

En 2017, la commune comptait 859 habitants[Note 2], en diminution de 6,73 % par rapport à 2012 (Puy-de-Dôme : +2,45 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3291 1101 3271 4351 4441 4211 4101 4951 410
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5511 4991 5181 4731 4301 5161 5311 4481 434
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4161 4221 3611 1831 1861 2571 2301 1291 157
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 0851 0771 081984948910906899921
2017 - - - - - - - -
859--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Rochefort-Montagne dépend de l'académie de Clermont-Ferrand.

Les élèves commencent leur scolarité à l'école primaire publique de la commune (classes de la petite section au CM2). Ils la poursuivent au collège Gordon-Bennett[RM 3],[15], puis dans les lycées de Clermont-Ferrand (Ambroise-Brugière pour les filières générales et la filière technologique sciences et technologies du management et de la gestion (STMG), ou Lafayette ou Roger-Claustres pour la filière technologique sciences et technologies de l'industrie et du développement durable (STI2D))[16].

Un lycée agricole est implanté sur le territoire communal. Il accueille des élèves dans les domaines de la gestion des milieux naturels et de la production agricole, et prépare à la filière technologique sciences et technologies de l'agronomie et du vivant (STAV), mais également au BTS Gestion et protection de la nature[RM 3].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Blaise Daurière, né le 5 janvier 1823 à Montcheneix (village de la commune), a donné son nom à une rue à Clermont-Ferrand[17].
  • Eugène Roy (1882-1938), homme politique, est mort à Rochefort-Montagne.
  • Jean Amblard (1911-1989), artiste peintre, originaire du village de Montcheneix[18].
  • François Boucheix (1940-), artiste peintre, né à Montcheneix (village de la commune).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Deux données contradictoires selon le Géoportail : 1 280 mètres pour la boîte « Communes » et 1 288 mètres sur la carte.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. « Transports en commun » (consulté le 16 octobre 2019).
  2. « Tri sélectif et ordures ménagères » (consulté le 16 octobre 2019).
  3. a et b « Education » (consulté le 16 octobre 2019).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes, « Arrêté no 16-536 du 21 décembre 2016 portant sur les modifications des limites territoriales des cinq arrondissements du Puy-de-Dôme » [PDF], Recueil des actes administratifs no 63-2016-065, sur puy-de-dome.gouv.fr, Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 11 mars 2017), p. 211-214.
  2. « Roche Tuilière » sur Géoportail (consulté le 29 décembre 2013).
  3. J. Moitry, L. Rouge et P. Dantec, « Le viaduc de Rochefort-Montagne sur la RN 89 », Revue générale des routes et aérodromes, no 611,‎ , p. 29-41 (résumé).
  4. Fiche horaire ligne 83 : Clermont-Ferrand – Le Mont-Dore – Mauriac – Ussel [PDF], éditée par la SNCF et TER Auvergne-Rhône-Alpes, horaires valables du 14 juillet au 14 décembre 2019, version du 19 juin 2019 (consulté le 16 octobre 2019).
  5. Fiche horaire ligne 52 : Messeix Bourg-Lastic – Clermont-Ferrand [PDF], éditée par le conseil départemental du Puy-de-Dôme, horaires valables du au 31 août 2020 (consulté le 16 octobre 2019).
  6. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme.
  7. « Modification des limites territoriales des arrondissements du Puy-de-Dôme au  », sur puy-de-dome.gouv.fr, Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 11 mars 2017).
  8. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 28 septembre 2014).
  9. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme », sur amr63.asso.fr, Association des maires ruraux du Puy-de-Dôme (consulté le 30 août 2020).
  10. Supplément « Annuaire des maires Puy-de-Dôme », La Montagne, , p. 32 (édition du Puy-de-Dôme).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  15. « Sectorisation Puy-de-Dôme », sur puy-de-dome.fr, Conseil départemental du Puy-de-Dôme (consulté le 16 octobre 2019) ; taper « ROCHEFORT-MONTAGNE » dans le champ de saisie.
  16. Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], sur ac-clermont.fr, (consulté le 16 octobre 2019), p. 11.
  17. Louis Passelaigue, Blaise Daurière, quand un paysan se fait soldat pour entrer dans la légende, le Gonfanon no 40, Argha.
  18. André Amblard et Jean-Rémy Le Chapelain, « Un artiste auvergnat trop méconnu : Jean Amblard », Le Gonfanon no 79, Argha 2013.