Le Claux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Claux
Le Claux
Vue d'ensemble du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Arrondissement de Saint-Flour
Canton Murat
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Gentiane
Maire
Mandat
Guy Loubeyre
2014-2020
Code postal 15400
Code commune 15050
Démographie
Population
municipale
187 hab. (2016 en diminution de 11,79 % par rapport à 2011)
Densité 6,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 09′ 38″ nord, 2° 42′ 22″ est
Altitude Min. 994 m
Max. 1 780 m
Superficie 28,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte administrative du Cantal
City locator 14.svg
Le Claux

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte topographique du Cantal
City locator 14.svg
Le Claux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Claux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Claux
Liens
Site web www.leclaux-puymary.com

Le Claux Puy Mary - Gites - Vacances - Randonnée ...

Le Claux est une commune française, située dans le département du Cantal en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé dans le Massif central et plus particulièrement dans les monts du Cantal au cœur du parc naturel régional des volcans d'Auvergne sur la Petite Rhue, Le Claux a reçu les labels de station verte et de village de Neige.

La vallée glaciaire dans laquelle se niche Le Claux, à 1050 m d'altitude, recèle de nombreux atouts faisant de ses paysages de moyenne montagne un véritable paradis pour les amoureux de nature et d'espace.

La commune se compose de deux vallées s'étendant du Puy Mary au sud jusqu'à la commune de Cheylade au nord. Dans chaque vallée coule une rivière (à l'est : la Petite Rhue et à l'ouest la Petite Rhue d'Eybes son affluent). Le plateau de Lascourt sépare les deux vallées. À l'est la commune est bordée par le plateau du Limon (limitrophe avec la commune de Dienne et de Lavigerie. À l'ouest la commune du Falgoux suivant la ligne de crête s'étendant du Puy Mary au Cros Chaumeil en passant par le Puy de la Tourte. La Véronne prend également sa source sur le territoire communal.

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Cheylade Rose des vents
Le Falgoux N
O    Le Claux    E
S
Mandailles-Saint-Julien Lavigerie

Toponymie[modifier | modifier le code]

Vient de l'auvergnat claus, claux (« clos »), du latin clausum « endroit fermé ».

Ce nom désigne « un lieu clos, fermé ».

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est créée en 1835 par distraction de la commune de Cheylade[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 1953 Emile Chappe SE  
mars 1953 mars 1989 André Roux SE  
mars 1989 mars 1991 Guy Serre SE  
mars 1991 mars 2001 Armand Rodde SE  
mars 2001 mars 2008 Lucien Chauvet SE  
mars 2008 avril 2014 Jacques Bergeron    
avril 2014 En cours Guy Loubeyre[2] DVD Agriculteur retraité

Économie[modifier | modifier le code]

La commune du Claux vit quasi exclusivement de l'agriculture de montagne. On y trouve essentiellement des exploitations familiales destinées à l'élevage ou à la production laitière, avec notamment la fabrication de fromage.

La plupart des commerces de la commune ont fermé à la fin du XXe siècle.

Il ne reste qu'un hôtel/bar/restaurant actuellement en cours de reprise et une épicerie ouverte uniquement en période estivale. Afin de pallier le manque de services sur la commune l'école de parapente propose également un snack bar.

Les autres services sont : , un point-poste, deux menuiseries, un garage et une école de parapente très réputée ainsi qu'un camping comprenant un terrain de tennis et un minigolf.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1836. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2016, la commune comptait 187 habitants[Note 1], en diminution de 11,79 % par rapport à 2011 (Cantal : -1,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876
814781766720795788835800822
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
899910862877875928934797778
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
717662600570506405352341293
1999 2004 2009 2014 2016 - - - -
260224215188187----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Tourisme[modifier | modifier le code]

La commune est située en plein cœur de la vallée de Cheylade, sur les pentes du Puy Mary. La commune se trouvant sur les GR 4 et GR 400, de nombreux randonneurs y font donc halte. Il existe quelques chambres d'hôtes, des hébergements communaux et un camping municipal.

La commune est un lieu privilégié pour la pratique de la chasse, de la pêche ou du ski de fond (domaine nordique du Haut-Cantal).

La fête patronale se déroule le dernier week-end d'août.

Chaque année est également organisée la fête de la randonnée (deuxième week-end de juin) et la fête du terroir (premier week-end d'août).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Sentiers pédestres[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

André Vers, écrivain français.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Roux, Claude Sevre, Le Claux, terre de montagne, 1995, 174 pp.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice communale - Le Claux - Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, consulté le 20 septembre 2015
  2. Liste des maires du Cantal, site de la préfecture du Cantal (consulté le 16 juillet 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :