Romagnat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Romagnat
Romagnat
Château d'Opme sur la commune de Romagnat.
Blason de Romagnat
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Intercommunalité Clermont Auvergne Métropole
Maire
Mandat
Laurent Brunmurol
2020-2026
Code postal 63540
Code commune 63307
Démographie
Gentilé Romagnatois
Population
municipale
7 793 hab. (2018 en diminution de 2,55 % par rapport à 2013)
Densité 463 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 43′ 50″ nord, 3° 06′ 05″ est
Altitude Min. 391 m
Max. 838 m
Superficie 16,84 km2
Élections
Départementales Canton d'Aubière
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Romagnat
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Romagnat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Romagnat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Romagnat
Liens
Site web ville-romagnat.fr

Romagnat (/ʁɔ.ma.ɲa/) (Ròmanhat en occitan) est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Romagnat est située au centre du département du Puy-de-Dôme[1], à 5,5 km au sud de Clermont-Ferrand à vol d'oiseau[2].

Elle est limitrophe avec Beaumont, Aubière, Pérignat-lès-Sarliève, La Roche-Blanche, Chanonat, Saint-Genès-Champanelle et Ceyrat.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'altitude maximale est de 838 mètres au puy Giroux.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'Artière ainsi que son affluent, la Gazelle.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Située à proximité de la faille de la Limagne, la commune comprend plusieurs milieux naturels[R 1] :

  • le puy de Chomontel, intégrée dans la zone Natura 2000 « Vallées et coteaux xérothermiques des Couzes et Limagnes » et abrite de nombreuses espèces d'orchidées. Ce site, de 3,5 ha, est géré par le Conservatoire d'espaces naturels (CEN) Auvergne ;
  • le parc Bernard-de-Tocqueville, parc de dix hectares labellisé « refuge LPO » depuis le  ;
  • le plateau de Gergovie, au sud de la commune.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par les routes départementales 3, 21, 21b, 120, 133, 800 et 2089.

La route départementale 3 relie Clermont-Ferrand et Beaumont à Opme et à Chanonat, c'est une liaison nord-sud ; en venant d'Aubière, c'est la RD 21 qui assure la desserte du nord-est vers le sud-ouest, en desservant le quartier de Clémensat. Une RD 21b relie la RD 21 à Saulzet-le-Chaud.

La RD 120 relie Saulzet-le-Chaud, sur la RD 2089, à Opme ; elle y croise la RD 3 et la RD 800 prend son origine pour desservir le plateau de Gergovie.

L'autoroute A75 est la plus proche (par la sortie 2) ; elle est accessible par la route départementale 2089, contournement sud de l'agglomération clermontoise, puis l'ancienne route nationale 89 pendant la traversée de Saulzet-le-Chaud.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Trois lignes du réseau T2C desservent la commune.

La ligne 3, prolongée à certaines heures de la place des Ramacles à Aubière jusqu'au terminus de Gergovia sur la départementale 3 en direction d'Opme, elle est fonctionnelle sept jours sur sept (les dimanches et jours fériés, certaines courses sont limitées à La Gazelle). Ces bus continuent vers Clermont-Ferrand jusqu'aux Vignes ou au stade Gabriel-Montpied via le centre-ville.

La ligne 12 dessert systématiquement la place François-Mitterrand. Elle relie la place Delille, à Clermont-Ferrand, et Aubière, du lundi au samedi. Celle-ci est doublée par la ligne 27 jusqu'à l'arrêt Tocqueville, en desservant les quartiers de Clémensat, Saulzet-le-Chaud et Opme. Un service de transport à la demande est proposé pour la desserte de ces deux quartiers.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un plan local d'urbanisme, approuvé par le conseil métropolitain de Clermont Auvergne Métropole le [R 2].

Zonages d'études[modifier | modifier le code]

Selon les zonages d'études définis par l'Insee, Romagnat fait partie des unité urbaine, aire urbaine, zone d'emploi et bassin de vie de Clermont-Ferrand[3].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le quartier Bezance abrite la mairie, ancien château du baron de Romagnat[4].

La Gazelle est un quartier d'habitation où sont situés le lycée professionnel et une école primaire.

De nombreux commerces sont installés place de la Liberté, devenue place François-Mitterrand, en centre-ville.

On trouve dans le quartier Pérouses la gendarmerie, un complexe sportif (gymnase, terrains de football, de rugby et de tennis). C'est avant tout un quartier d'habitation.

Le carrefour entre les avenues Jean-Jaurès et Jean-Moulin a été rénové courant 2012-2013.[réf. souhaitée]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune comptait 3 790 logements, contre 3 745 en 2011. Parmi ces logements, 90,2 % étaient des résidences principales, 1,8 % des résidences secondaires et 8 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 76 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 23,7 % des appartements[a 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 70,5 %, en hausse sensible par rapport à 2011 (69,9 %). La part de logements HLM loués vides était de 13,7 % (contre 13,1 %)[a 2].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Un pôle de vie — baptisé Bernard-Brajon, du nom de l'ancien maire — est en construction sur le site de l'ancien lycée professionnel Vercingétorix, à proximité des installations sportives communales. Ce projet, d'un coût de plus de 2,8 millions d'euros incluant des subventions de l'État, de la région Auvergne-Rhône-Alpes et du département, accueillera un espace d'accueil pour enfants, une cuisine fournissant des établissements de la commune (mais aussi ceux d'Aubière et de Pérignat-lès-Sarliève) et une salle « dédiée au spectacle vivant »[R 3].

Énergie[modifier | modifier le code]

La gestion de l'éclairage public est assurée par Clermont Auvergne Métropole. La commune procède à l'extinction de l'éclairage public entre h 30 et h 30 sauf pendant les fêtes de fin d'année et autour du 14 juillet[R 4].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est soumise à plusieurs risques[5] :

  • feu de forêt ;
  • inondation ;
  • mouvement de terrain : sur la période allant du au 31 décembre 1991, la commune a subi plusieurs glissements de terrain par retrait-gonflement des sols argileux ; un arrêté de catastrophe naturelle a été publié au Journal officiel du 18 août 1992[6]. Elle se situe dans une zone à aléa fort[6] ;
  • séisme : niveau 1b selon la classification déterministe de 1991[7] ou 3 (modérée) selon la classification probabiliste de 2011[5],[6].

Romagnat est aussi concernée par le risque transport de matières dangereuses, de tels véhicules pouvant emprunter le contournement sud de l'agglomération clermontoise ou traverser Saulzet-le-Chaud ; ils n'ont pas l'autorisation d'emprunter des voies structurantes de la commune comme le boulevard du Chauffour[7].

Un plan de prévention des risques naturels concernant l'inondation sur la rivière Artière a été prescrit par un arrêté du 27 décembre 1999 et approuvé le 6 mars 2002[5],[6]. Le territoire de Clermont-Ferrand - Riom, auquel appartient Romagnat, est soumis à un risque important d'inondation[5].

La commune a élaboré un DICRIM[7], ainsi qu'un plan communal de sauvegarde[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de cette localité incite à lui trouver une origine liée à l'époque gallo-romaine. Une des hypothèses les plus souvent avancées est celle selon laquelle il faudrait la voir dans la phrase latine Romanii hac Obiere et Perignum, que l'on peut traduire approximativement par « les Romains périrent ici » (cf. la victoire des Gaulois au siège de Gergovie, car ce célèbre lieu qui consacra la victoire, en juin 52 av. J.-C., de Vercingétorix sur Jules César en personne aux commandes de ses armées, est abrité sur le territoire communal). C'est évidemment une fausse étymologie savante inventée à l'époque moderne qu'il faut rejeter définitivement.

Le XVe siècle voit Romagnat entreprendre ses premières fortifications qui doivent assurer la sécurité des habitants. Outre un fossé et d'épais remparts, huit tours gardent les entrées de la ville. Il ne reste aujourd’hui que la tour du Terrail, face à la Poste.

En 1631, la peste fait des ravages dans la ville.

En mars 1789, Romagnat et Opme, paroisses distinctes à l'époque, rédigent deux cahiers de doléances qui sont conservés aux Archives départementales. Le 22 mars 1789, le Baron Emmanuel d'Aubier de la Monteilhe, seigneur de Saulzet, est désigné rapporteur de la Commission nommée pour examiner la question importante de l'égalité de tous devant l'impôt.

L'événement majeur du Second Empire est sans conteste la visite de Napoléon III à Gergovie (à l'époque appelé Merdogne) et à Romagnat. Elle engendre un grand émoi au sein de la commune, comme en témoigne le compte rendu du conseil municipal en date du 26 juin 1862 (registre en Mairie).

En août 1910, pour la fête patronale, l'électricité brille sur Romagnat.

En 1940-1941, le général de Lattre de Tassigny séjourne dans le village voisin d'Opme où il fonde une école de cadres.

En 1959 débute la construction de la cité de Bezance. C'est le départ de l'expansion démographique et urbaine. Romagnat prend son caractère de banlieue résidentielle de Clermont-Ferrand, tandis que Saulzet et Opme conservent longtemps encore leur aspect agricole de semi-montagne.

En 1961, la commune achète au baron de Tocqueville le château de Bezance pour en faire l'hôtel de ville.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Au niveau administratif, Romagnat dépendait du district de Clermont-Ferrand en 1793, puis de l'arrondissement de Clermont-Ferrand depuis 1801. Elle était rattachée au canton d'Aubieres en 1793, puis du canton de Clermont-Ferrand-Sud de 1801 à 1982 et du canton d'Aubière[8].

Au niveau électoral, la commune reste dans le canton d'Aubière, inchangé à la suite du redécoupage des cantons du département de 2014. Romagnat faisait partie, jusqu'en 2007, de la 2e circonscription du département. À la suite du redécoupage des circonscriptions législatives françaises de 2010, elle fait désormais partie de la 4e circonscription.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Jusqu'en mars 2014, Romagnat était plutôt tournée à gauche. Les électeurs ont choisi un candidat de gauche aux élections législatives de 2002, 2007 et 2012 et ont voté en majorité pour le candidat élu aux élections présidentielles et régionales.

À l'élection présidentielle de 2002, Jacques Chirac avait recueilli plus de 90 % des suffrages exprimés, avec un taux de participation de 85,09 %[9]. À partir de 2007, ce sont les candidats de gauche qui ont recueilli le plus de voix, avec Ségolène Royal (battue à l'échelle nationale) en 2007 (55,97 %, participation 88,45 %[10]) et François Hollande (élu à l'échelle nationale) en 2012 (61,09 %, participation 85,78 %[11]).

Aux élections législatives : à l'époque où le canton d'Aubière se retrouvait dans la 2e circonscription, Alain Néri avait recueilli la majorité des voix en 2002 (51,07 %, participation 65,51 %[12]) et en 2007 (58,21 %, participation 62,07 %[13]). En 2012, dans la nouvelle 4e circonscription, Jean-Paul Bacquet, élu au premier tour, obtient 48,40 % des voix, avec un taux de participation de 58,13 %[14].

Aux élections européennes, les deux meilleurs scores dans la commune sont détenus en 2004 par Catherine Guy-Quint (39,03 %) et Brice Hortefeux (20,35 %)[15], puis en 2009 par Jean-Pierre Audy (25,71 %) et Henri Weber (23,51 %)[16]. Les taux de participation sont inférieurs à 50 % (respectivement 48,15 % et 48 %).

Aux élections régionales de 2004, à l'époque de la nomination du président du Conseil régional d'Auvergne, Pierre-Joël Bonté avait recueilli 55,48 % des suffrages exprimés, avec un taux de participation de 71,51 %[17]. En 2010, René Souchon obtenait 65,82 % des voix dans la commune, avec une participation moindre (57,59 %)[18].

Le maire sortant s'est représenté aux élections municipales de 2014 mais a été battu par un candidat tenant une liste divers droite, Laurent Brunmurol, qui obtient 63,79 % des suffrages (2 497 voix sur 3 914 exprimés). Le taux de participation est de 65,65 % (4 101 votants sur 6 247 inscrits)[19].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 5 000 et 9 999, le nombre de membres du conseil municipal est de 29.

Le conseil municipal est composé de huit adjoints et de dix-neuf conseillers municipaux (quinze de la majorité et quatre d'opposition[R 5].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Le château de Bezance
Mairie - château de Bezance.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1985 Arsène Boulay FGDS puis PS Fonctionnaire des Ponts et chaussées
Député de la 1re circonscription du Puy-de-Dôme (1963-1978)
Conseiller général du canton de Clermont-Ferrand-Sud (1962-1982)
Conseiller général du canton d'Aubière (1982-1988)
Président du conseil général du Puy-de-Dôme (1970-1973 puis 1976-1988)
1985 2006 Bernard Brajon PS  
2006 mars 2008 Jean-François Sauvadet PS puis DVG  
mars 2008 mars 2014 François Farret PS Médecin
mars 2014
(réélu en 2020)
En cours
(au 30 août 2020)
Laurent Brunmurol[20],[21] DVD Comptable[22]
Membre du bureau communautaire CAM[23]

Finances communales[modifier | modifier le code]

En 2019, le budget municipal s'élevait à 6 914 357 € en fonctionnement et à 8 282 255 € en investissement. Ces montants ont été votés lors d'un conseil municipal tenu le . Ce budget sert notamment à la mise en accessibilité de certains équipements communaux aux personnes à mobilité réduite, à la rénovation de l'éclairage public ou encore le développement de l'attractivité de la commune, notamment avec la rénovation de la place François-Mitterrand[R 6].

Les taux d'imposition votés par la commune sont les suivants[R 6] :

Taux d'imposition
Part communale Part intercommunale
Taxe d'habitation 13,24 % 10,45 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties 86,84 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties 17,94 % 11,28 %
Part communale : taux votés par le conseil municipal.
Part intercommunale : taux votés par le conseil métropolitain de Clermont Auvergne Métropole.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Romagnat est jumelée avec deux communes[R 7] :

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Eau, assainissement et déchets[modifier | modifier le code]

La gestion de l'eau et de l'assainissement collectif est assurée par Clermont Auvergne Métropole. L'assainissement non collectif est quant à lui géré par le syndicat mixte de l'eau de la région d'Issoire[R 8].

Une déchèterie, gérée par Clermont Auvergne Métropole, est implantée sur le territoire communal[24],[R 9].

Espaces publics[modifier | modifier le code]

Les 22 hectares d'espaces verts de la commune sont entretenus sans utilisation de produits phytosanitaires depuis 2016. Romagnat s'est engagée dans une démarche « zéro phyto »[R 10].

La commune dispose de trois parcs[R 11] :

  • le parc Bernard-de-Tocqueville, avec une aire de jeux ;
  • le parc de Saulzet-le-Chaud, près de l'école, avec une aire de jeux et un terrain de pétanque à proximité ;
  • un parc à Opme.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Romagnat dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère cinq écoles primaires dont deux aux niveaux maternelle et élémentaire (Jacques-Prévert et Louise-Michel), ainsi qu'une école élémentaire (Saulzet-le-Chaud)[25].

Les élèves poursuivent leur scolarité au collège d'Aubière (ceux des quartiers de Saulzet-le-Chaud ou d'Opme vont à Ceyrat)[26], puis à Clermont-Ferrand, au lycée Blaise-Pascal (ou Jeanne-d'Arc) pour les filières générales, aux lycées Lafayette ou Roger-Claustres pour la filière STI2D ou au lycée Sidoine-Apollinaire pour la filière STMG[27].

Le conseil régional d'Auvergne gérait le lycée professionnel Vercingétorix[25], mais dans le cadre du nouveau schéma sur l'offre de formation des lycées professionnels, et malgré plusieurs manifestations contre la fermeture de cet établissement, celui-ci a fermé ses portes en 2015[28]. Des formations ont dû être transférées vers d'autres lycées de l'agglomération clermontoise (La Fayette et Roger-Claustres à Clermont-Ferrand[29]), le bâtiment de ce lycée étant « construit en 1979 [et] en très mauvais état » qui aurait dû conduire à sa « fermeture administrative »[30].

L'établissement régional d'enseignement adapté de Lattre-de-Tassigny est situé dans le quartier d'Opme[25],[R 12],[31] ; c'est une ancienne école de cadres construite par de Lattre, de 1940 à 1941[32].

En 2013, sur une population non scolarisée de quinze ans ou plus de 6 115 habitants, 30,1 % n'étaient titulaires d'aucun diplôme ou au plus d'un brevet d'études du premier cycle ou du diplôme national du brevet, 23,6 % d'un CAP ou d'un BEP, 17,2 % d'un baccalauréat, et 29 % d'un diplôme de l'enseignement supérieur[a 3].

Santé[modifier | modifier le code]

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

Au niveau judiciaire, Romagnat relève de la cour administrative d'appel de Lyon, de la cour d'appel de Riom, du tribunal administratif de Clermont-Ferrand, de la cour d'assises du Puy-de-Dôme à Riom, du tribunal d'instance, du tribunal de grande instance et du tribunal de commerce de Clermont-Ferrand[33].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[34]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[35].

En 2018, la commune comptait 7 793 habitants[Note 1], en diminution de 2,55 % par rapport à 2013 (Puy-de-Dôme : +2,82 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5071 8842 0681 9732 1292 0941 9901 9521 847
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7781 7651 6601 7101 7151 7011 6061 6521 576
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5061 3761 3231 1571 3011 2461 2311 2391 729
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3 0644 2445 9836 9748 2688 1778 2718 0497 634
2018 - - - - - - - -
7 793--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[36].)
Histogramme de l'évolution démographique

Depuis les années 1960, la population n'a cessé d'augmenter. Le solde naturel était en effet très élevé sur la période 1968-1975, avec un taux de natalité de 19,9  contre un taux de mortalité de 5,5 . Le taux annuel moyen de variation atteignait 5 %. Depuis le début du XXIe siècle, ce taux est en baisse (-1,1 % entre 2011 et 2016)[a 4].

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à soixante ans (33,5 %)[a 5] est en effet supérieur au taux national (25,4 %) et au taux départemental (27,3 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,66 %) est supérieur aux taux national (51,59 %) et départemental (51,62 %).

Pyramides des âges en 2016 en pourcentage
Commune de Romagnat[a 6]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ans ou +
1,6 
10 
75 à 89 ans
11,9 
21 
60 à 74 ans
21,6 
21,6 
45 à 59 ans
22 
16,1 
30 à 44 ans
15 
15 
15 à 29 ans
13,5 
15,6 
0 à 14 ans
14,3 
Département du Puy-de-Dôme[37]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ans ou +
1,8 
7,1 
75 à 89 ans
10,4 
17 
60 à 74 ans
17,5 
20,5 
45 à 59 ans
19,8 
18,9 
30 à 44 ans
17,7 
18,7 
15 à 29 ans
17,2 
17,2 
0 à 14 ans
15,6 

En 2016, on comptait 3 430 ménages (soit 7 485 habitants), dont 29,7 % sont des ménages d'une personne et 68,2 % avec familles[a 7]. Parmi les 2 340 ménages avec famille, 24,8 % étaient des couples avec enfants, 8,9 % des familles monoparentales et 34,5 % des couples sans enfant[a 8].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

La commune dispose de plusieurs équipements sportifs[R 13] :

  • le stade des Pérouses, composé d'un terrain principal (Michel-Brun) et d'un terrain d'entraînement en gazon naturel, un terrain de football en gazon synthétique et d'une piste d'athlétisme ;
  • le complexe polyvalent, géré par la métropole, où sont pratiqués basket-ball, volley-ball, badminton et tennis de table ;
  • six courts de tennis (deux couverts et quatre extérieurs) ;
  • un citypark permettant la pratique du football, du handball et du basket-ball ;
  • trois terrains de pétanque ;
  • il existe également des salles de sport au sein du foyer laïc d'éducation populaire.

Clubs sportifs[modifier | modifier le code]

Associations sportives de la commune[R 14]

  • L'ASM Romagnat rugby féminin (anciennement Ovalie romagnatoise Clermont Auvergne), un club de rugby à XV féminin ;
  • L'AS Romagnat Basket est un club de basket-ball ;
  • L'Association Sportive Romagnatoise (ASR), avec les sections : athlétisme, football, handball, plongée, etc.

Médias[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La commune dispose, sur son territoire, de deux zones d'activités, gérées par Clermont Auvergne Métropole[R 15] :

  • la zone d'activités de l'Artière, à vocation industrielle et commerciale, qui s'étend sur 684 000 m2 et compte 163 entreprises ;
  • la zone d'activités tertiaires du Cheix, qui s'étend sur 24 000 m2 et compte 18 entreprises.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage s'élevait à 35 622 €, ce qui plaçait Romagnat au 7 023e rang des communes de plus de 49 ménages en métropole[39].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2016, la population âgée de quinze à soixante-quatre ans s'élevait à 4 521 personnes, parmi lesquelles on comptait 74 % d'actifs dont 67,4 % ayant un emploi et 6,6 % de chômeurs[a 9].

On comptait 2 351 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 3 077, l'indicateur de concentration d'emploi est de 76,4 %, ce qui signifie que la commune offre moins d'un emploi par habitant actif[a 10].

Sur les 3 360 habitants actifs, la majorité sont des employés (900, dont 760 ont un emploi). La commune compte par ailleurs 895 professions intermédiaires (dont 870 avec un emploi), 745 cadres et professions intellectuelles supérieures (tous avec emploi), 600 ouvriers (520), 180 artisans, commerçants ou chefs d'entreprise (165) et trente agriculteurs exploitants, ces derniers ayant tous un emploi[a 11]. Toutefois, parmi les 2 321 emplois, elle compte plus de professions intermédiaires (699, 30,1 %) que d'employés (637, 27,5 %) ou d'ouvriers (479, 20,7 %)[a 12]. Par secteur d'activité, le secteur administratif compte plus d'emplois (968, soit 41,7 %) que dans le commerce (667, soit 28,7 %)[a 13].

2 716 des 3 077 personnes âgées de quinze ans ou plus (soit 88,3 %) sont des salariés[a 14]. 18,2 % des actifs travaillent dans la commune de résidence[a 15].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , Romagnat comptait 416 entreprises : 32 dans l'industrie, 76 dans la construction, 80 dans le commerce, le transport, l'hébergement ou la restauration, 118 dans les services marchands aux entreprises et 110 dans les services marchands aux particuliers[a 16].

En outre, elle comptait 458 établissements[a 17].

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune comptait en 2016, au sens de l'Insee, trente agriculteurs exploitants[a 11], 34 emplois dans cette catégorie socio-professionnelle[a 12] et quarante emplois dans ce secteur d'activité[a 13].

Elle comptait dix-sept exploitations agricoles en 2010, contre 24 en 2000 et 25 en 1988, pour une superficie agricole qui a en revanche augmenté (905 hectares en 2010 contre 659 en 2000 et 480 en 1988)[40].

Industrie et artisanat[modifier | modifier le code]

Romagnat comptait 251 emplois en 2016 (soit 10,8 % des emplois de la commune), dont 90,6 % de salariés[a 13].

Commerce et services[modifier | modifier le code]

Centre commercial
Centre commercial.

Le secteur du commerce (et par extension aux transports et aux services divers) représentait 28,7 % des emplois de la commune en 2016[a 13].

La commune de Romagnat compte entre autres deux supermarchés, trois pharmacies, quatre boulangers et cinq restaurants[R 16].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Romagnat compte deux édifices protégés au titre des monuments historiques et un lieu répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel, tous situés dans le village d'Opme :

  • le jardin du château d'Opme, XVIIe siècle, classé monument historique depuis le 6 novembre 1969[41] ;
  • l'église d'Opme, XIe siècle, inscrite au titre des monuments historiques depuis le 17 juin 1959[42] ;
  • le château d'Opme, XIVe et XVIIe siècles, classé monument historique le 6 septembre 1916 (sa ferme est inscrite le 20 mars 2006)[43].

Autres édifices :

  • La mairie est un château ancien.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Romagnat Blason
De sable au chevron d'or accompagné en chef de deux besants d'argent et en pointe d'une tour du même ouverte du champ.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. FOR T2 – Diplôme le plus élevé de la population non scolarisée de 15 ans ou plus selon le sexe en 2013.
  4. POP T2M – Indicateurs démographiques.
  5. POP T0 – Population par grandes tranches d'âges.
  6. POP T3 – Population par sexe et âge en 2016.
  7. FAM T1 – Ménages selon leur composition.
  8. FAM T3 – Composition des familles.
  9. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  10. EMP T5 – Emploi et activité.
  11. a et b EMP T3 – Population active de 15 à 64 ans selon la catégorie socioprofessionnelle.
  12. a et b EMP T7 – Emplois par catégorie socioprofessionnelle en 2016.
  13. a b c et d EMP T8 – Emplois selon le secteur d'activité.
  14. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2016.
  15. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  16. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  17. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. « Environnement » (consulté le 15 décembre 2019).
  2. « Plan Local d'Urbanisme (PLU) » (consulté le 15 décembre 2019).
  3. « Pôle de vie Bernard-Brajon » (consulté le 17 décembre 2019).
  4. « Éclairage public » (consulté le 15 décembre 2019).
  5. « Élus » (consulté le 18 décembre 2019).
  6. a et b « Budgets communaux » (consulté le 17 décembre 2019).
  7. « Jumelage » (consulté le 15 décembre 2019).
  8. « Eau et assainissement » (consulté le 15 décembre 2019).
  9. « Gestion des déchets » (consulté le 15 décembre 2019).
  10. « Nature et espaces verts » (consulté le 15 décembre 2019).
  11. « Parcs et jeux » (consulté le 15 décembre 2019).
  12. « Lycée d'enseignement adapté de Lattre de Tassigny (LEA) » (consulté le 16 mars 2014).
  13. « Equipements sportifs » (consulté le 17 décembre 2019).
  14. « Associations » (consulté le 17 décembre 2019).
  15. « Tissu économique » (consulté le 18 décembre 2019).
  16. « Commerces » (consulté le 18 décembre 2019).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Romagnat », sur Lion 1906.
  2. « Orthodromie entre Romagnat et Clermont-Ferrand », sur Lion 1906 (consulté le 5 avril 2015).
  3. « Commune de Romagnat (63307) », sur insee.fr (consulté le 15 décembre 2019).
  4. Le château de Bezance. Edmond Pince, Le Gonfanon n°84, Argha 2018
  5. a b c d et e « Rapport », sur georisques.gouv.fr, Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le 16 décembre 2019).
  6. a b c et d « Dossier départemental sur les risques majeurs dans le Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 5 avril 2015).
  7. a b et c Ville de Romagnat, « Dossier d'information communal sur les risques majeurs » [PDF], sur georisques.fr (consulté le 16 décembre 2019).
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Résultats de l'élection présidentielle de 2002, Ministère de l'Intérieur.
  10. Résultats de l'élection présidentielle de 2007, Ministère de l'Intérieur.
  11. Résultats de l'élection présidentielle de 2012, Ministère de l'Intérieur.
  12. Résultats des élections législatives de 2002, Ministère de l'Intérieur.
  13. Résultats des élections législatives de 2007, Ministère de l'Intérieur.
  14. Résultats des élections législatives de 2012, Ministère de l'Intérieur.
  15. Résultats des élections européennes de 2004, Ministère de l'Intérieur.
  16. Résultats des élections européennes de 2009, Ministère de l'Intérieur.
  17. Résultats des élections régionales de 2004, Ministère de l'Intérieur.
  18. Résultats des élections régionales de 2010, Ministère de l'Intérieur.
  19. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 5 mai 2015).
  20. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 9 juin 2014).
  21. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme », sur amr63.asso.fr, Association des maires ruraux du Puy-de-Dôme (consulté le 30 août 2020).
  22. Supplément « Annuaire des maires Puy-de-Dôme », La Montagne, , p. 32 (édition du Puy-de-Dôme).
  23. « BRUNMUROL LAURENT », Clermont Auvergne Métropole (consulté le 13 janvier 2017).
  24. « Déchèterie de Romagnat », Clermont Auvergne Métropole (consulté le 13 janvier 2017).
  25. a b et c « Annuaire des établissements scolaires de la commune de Romagnat », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 6 octobre 2013).
  26. « SECTORISATION - DEPARTEMENT du PUY-DE-DÔME » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le 21 août 2016).
  27. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le 21 août 2016).
  28. France Bleu Pays d'Auvergne, « Le lycée Vercingétorix de Romagnat fermera en 2015 », sur francebleu.fr, (consulté le 6 octobre 2013).
  29. « Le lycée professionnel Vercingétorix de Romagnat vers la fin d'exercice », sur France 3 Auvergne, (consulté le 13 décembre 2015).
  30. Conseil régional d'Auvergne, « Transfert des formations du lycée Vercingétorix de Romagnat » [PDF], sur auvergne.fr (consulté le 6 octobre 2013).
  31. « Établissement régional d'enseignement adapté de Lattre de Tassigny EREA », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 16 mars 2014).
  32. « EREA de Lattre de Tassigny – Romagnat », sur erea-de-lattre-de-tassigny.entauvergne.fr (consulté le 16 mars 2014).
  33. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », Ministère de la Justice (consulté le 24 décembre 2015).
  34. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  35. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  36. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  37. « Évolution et structure de la population en 2016 – Département du Puy-de-Dôme (63) », Insee (consulté le 18 décembre 2019).
  38. Publications sur le site de la mairie.
  39. Revenus fiscaux localisés des ménages, fichier [zip] édité par l'Insee, données 2011.
  40. « Données générales des exploitations ayant leur siège dans Romagnat commune », Ministère de l'Agriculture (consulté le 25 août 2016).
  41. « jardin du château d'Opme », notice no IA63000894, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. « Eglise d'Opme », notice no PA00092330, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  43. « Château d'Opme », notice no PA00092329, base Mérimée, ministère français de la Culture.