Saint-Bonnet-près-Orcival

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Bonnet (homonymie).
Saint-Bonnet-près-Orcival
Image illustrative de l'article Saint-Bonnet-près-Orcival
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Orcines
Intercommunalité Communauté de communes de Rochefort-Montagne
Maire
Mandat
Michelle Gaidier
2014-2020
Code postal 63210
Code commune 63326
Démographie
Population
municipale
467 hab. (2014)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 42′ 28″ nord, 2° 51′ 37″ est
Altitude Min. 743 m – Max. 1 046 m
Superficie 14,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Bonnet-près-Orcival

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Bonnet-près-Orcival

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Bonnet-près-Orcival

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Bonnet-près-Orcival

Saint-Bonnet-près-Orcival est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Bonnet se trouve sur le versant nord des monts Dore. Les différents hameaux de la commune s'alignent dans la haute vallée de la Sioule.

La commune est composée du bourg et de plusieurs villages : Juégheat, Voissieux, Vareilles, Olmont, Villejacques, le moulin de Villejacques, Farges, Polagnat, la Baraquette, les Mouillards et une partie du village de Pont-des-Eaux.

Au XVIIIe siècle, Saint-Bonnet était considéré comme une terre « assez bonne, produisant des bestiaux ». Actuellement, son sol est entièrement voué à l'élevage des bovins comme tout le canton de Rochefort.

Elle fait partie du parc naturel régional des volcans d'Auvergne.

La commune est entourée par les communes suivantes : Orcival, Rochefort-Montagne, Saint-Pierre-Roche, Olby, Nébouzat, Aurières et Vernines

Histoire[modifier | modifier le code]

Des archives exceptionnelles

Le passé de Saint-Bonnet a laissé une trace dans l'histoire sous la forme d'un recueil de procès-verbaux d'assemblées ou deslibératoires dit Cahier des actes et affaires de la paroisse tenu de 1639 à 1642, conservé aux archives du Puy-de-Dôme. Ce document a été transcrit et bénéficiera d'une édition scientifique accompagnée d'articles. Il témoigne notamment des difficultés relatives aux impôts et aux passages de troupes. Avec la paroisse voisine de Nébouzat, Saint-Bonnet a en plus laissé un ensemble exceptionnel de rôles de taille (le document administratif le plus produit en France aux XVIe-XVIIIe siècles et le plus disparu) et des comptes de collecte qui correspondent en partie aux deslibératoires.

Sommaire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1800 1800 François Verdier[Note 1]    
1800 1815 Joseph Cougoul-Solignat   notaire
1815 1823 Joseph Archimbaud Lagarde    
1823 1830 Louis Daubusson    
1830 1853 Guillaume Serre    
1853 1857 Jules Mouroult de Villeneuve    
1857 1861 Jean Faugeras   Cultivateur
1862 1872 François Magaud d'Aubusson    
1872 1876 Louis Magaud d'Aubusson    
1876 1884 Jacques Brun   cultivateur
1884 1888 Louis Magaud d'Aubusson    
1888 1889 Jacques Marcel Léger Baudonnat   Chef de division à la préfecture
1889 1900 Martin Bony   Cultivateur
1900 1904 Jacques Fournier    
1904 1908 Félix Monier    
1908 1912 Bonnet Colombier    
1912 1925 Martin Bony    
1925 1959 René Chomette    
1959 1965 Joseph Andan    
1965 1998 Henri Serre    
1998 2001 Marie-Pierre Guittard SE Agricultrice
2001 2009 Alain Ollier SE Artisan Boucher
2009 2014 Jacques Fournier SE Responsable Études et Travaux
2014 en cours Michelle Gaidier SE Guide conférencière

Le peuplement est ancien ; vers 1900, près du village de Juégheat, un attelage de labour s'est enfoncé dans une cavité voûtée qui est apparue comme une construction romaine, quelques fouilles effectuées en 1912 ont permis de découvrir de nombreux tessons, une meule en basalte et une hache en pierre polie.

Avant la Révolution de 1789, le territoire de Saint-Bonnet se trouva divisé en plusieurs seigneuries (Voissieux, Saint-Bonnet, Vareilles, Villejacques et Polagnat).

En 1906, lors des inventaires des biens d'église (à la suite de la loi de séparation des Églises et de l'État de décembre 1905), Saint-Bonnet fut le théâtre de vifs incidents. Le percepteur chargé de la mission fut chassé par les habitants et le curé de la commune, l'abbé Lévigne ; peu après une colonne militaire fut envoyée de Clermont-Ferrand, elle dispersa par la force les opposants qui bloquaient l'église et fit sauter sa porte par une cartouche de dynamite, ce qui provoqua une violente polémique dans les différents journaux locaux.

Après avoir fait partie dès le début de la Révolution du canton d'Olby, puis de 1801 à 2015 de l'ancien canton de Rochefort-Montagne, la commune fait désormais partie du canton d'Orcines à la suite du redécoupage des cantons décidé en 2014[1].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 467 habitants, en augmentation de 5,9 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
590 1 004 1 022 1 089 1 189 935 930 955 902
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
849 743 819 860 892 845 785 748 791
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
759 710 739 657 614 617 619 549 528
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
485 474 398 369 414 382 422 441 467
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Au centre de la commune culmine un calvaire (909 mètres d'altitude) érigé en 1925 par Etienne Lévigne, curé de la commune entre 1892 et 1935. Cet ensemble cultuel est devenu un lieu touristique avec une belle vue sur le village, la vallée de la Sioule et la chaîne des Puys

La commune est située à proximité d'Orcival, haut lieu touristique et religieux en Auvergne.


L'église reconstruite en 1867 remplace un édifice du XIIe siècle.

Le château de Voissieux date des XIIe et XIIIe siècles mais il a été remanié plusieurs fois au cours des siècles. Celui de Polagnat, mentionné pour la première fois en 1270, a été plusieurs fois modifié au cours des siècles. À Vareilles existait aussi un château mais il est en ruine depuis le XVIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Magaud d'Aubusson(1847-1917), avocat, maire de Saint-Bonnet-près-Orcival de 1872 à 1876 et 1884 à 1888, ornithologue, fondateur de la Ligue pour la protection des oiseaux et premier président de la LPO de 1912 à son décès en 1917. Il est l'auteur de nombreuses monographies ornithologiques.
  • Michel Adanson(1727-1806), botaniste célèbre, dont le père Léger Adanson était natif de Villejacques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. nommé par le préfet le 8 messidor an VIII (27 juin 1800), il démissionne 4 jours plus tard car selon sa lettre de démission, il ne s'estime pas « assez instruit pour exercer cette charge ».
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]