Laveissenet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Laveissenet
default.svg
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Saint-Flour
Intercommunalité Hautes Terres Communauté
Maire
Mandat
Claire Teissedre
2020-2026
Code postal 15300
Code commune 15100
Démographie
Population
municipale
130 hab. (2018 en augmentation de 22,64 % par rapport à 2013)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 04′ 56″ nord, 2° 53′ 23″ est
Altitude Min. 949 m
Max. 1 480 m
Superficie 10,79 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Flour
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Murat
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Laveissenet
Géolocalisation sur la carte : Cantal
Voir sur la carte topographique du Cantal
City locator 14.svg
Laveissenet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laveissenet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laveissenet

Laveissenet est une commune française située dans le département du Cantal, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé sur la Planèze de Saint-Flour, haut plateau formé par l'ancien volcan du Cantal.Les sommets de la commune sont : Le calvaire de Niermont 1464 mètres , le Puy des Cerfs 1319 mètres...

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Laveissenet
La Chapelle-d'Alagnon
Albepierre-Bredons Laveissenet Ussel
Paulhac Valuéjols

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Laveissenet est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Flour, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 36 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (66,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (66,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (61,3 %), forêts (18,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (15,6 %), zones agricoles hétérogènes (4,9 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Cyr et Sainte-Julitte[Note 3] appartenait aux Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. La paroisse faisait partie du membre de Loubizargues dépendant de la commanderie de Montchamp au sein du grand prieuré d'Auvergne[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 juillet 2020 Bernard Rispal[9]   Agriculteur
juillet 2020 En cours Claire Teissèdre    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11].

En 2018, la commune comptait 130 habitants[Note 4], en augmentation de 22,64 % par rapport à 2013 (Cantal : −1,54 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
346341365357354370344386384
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
371318349335310321347401308
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
309307303225231231212174204
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1811651491441161049597123
2018 - - - - - - - -
130--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Puis acquisition par les de L'Estrange (Claude de Lestrange de Boulogne, marié en 1558 à Catherine de Chabannes-Curton ; Catherine était la fille de Joachim et la petite-fille de Jean Ier de Chabannes-Curton, ce dernier étant le cousin germain du maréchal de La Palice ; surtout, Catherine était la belle-sœur de François vicomte d'Estaing qui avait épousé en 1540 sa demi-sœur aînée homonyme, autre Catherine de Chabannes-Curton), continués par les Hautefort, les Saint-Nectaire et les Crussol-Florensac (la fille de Claude, Marie de L'Estrange épouse René de Hautefort vers 1580, et en 1620 leur fils Claude de Hautefort du Teil marie Paule de Chambaud dame de Privas ; la fille de ces derniers, Marie de Hautefort, transmet Cheylane vers 1635 à son mari Charles de Saint-Nectaire-Châteauneuf, frère cadet du maréchal Henri ; le fils de Charles et Marie, Henri de Saint-Nectaire-L'Estrange, a une fille, Marie-Louise-Thérèse de St-Nectaire-Lestrange, qui épouse en 1688 Louis de Crussol-Florensac, † 1716, fils puîné de François de Crussol duc d'Uzès : leur fille Anne-Charlotte devient duchesse d'Aiguillon en épousant Armand-Louis de Vignerot du Plessis d'Aiguillon, et leur fils François-Emmanuel de Crussol-Florensac épouse Marguerite Colbert de Villacerf, d'où Pierre-Emmanuel, marié à Marguerite-Charlotte Fleuriau de Morville et père d'Emmanuel-Henri-Charles et Alexandre-Charles-Emmanuel de Crussol-Florensac).[réf. nécessaire]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Aujourd'hui cette église est connue uniquement sous le vocable de saint Cyr.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 23 avril 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 23 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Hippolyte Bouffet, « Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean en Haute-Auvergne », Revue de la Haute-Auvergne, Aurillac, t. XVI,‎ , p. 115, lire en ligne sur Gallica
  9. Liste des maires du Cantal, site de la préfecture du Cantal (consulté le 17 juillet 2014).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. « Cheylane, p. 202-203 », sur Nobiliaire d'Auvergne, t. II, par Jean-Baptiste Bouillet, 1847