Les Martres-de-Veyre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Martres-de-Veyre
Image illustrative de l'article Les Martres-de-Veyre
Blason de Les Martres-de-Veyre
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Veyre-Monton
Intercommunalité Gergovie Val d'Allier Communauté
Maire
Mandat
Pascal Pigot
2014-2020
Code postal 63730
Code commune 63214
Démographie
Population
municipale
3 934 hab. (2011)
Densité 424 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 41′ 06″ N 3° 11′ 26″ E / 45.685, 3.1906 ()45° 41′ 06″ Nord 3° 11′ 26″ Est / 45.685, 3.1906 ()  
Altitude Min. 323 m – Max. 500 m
Superficie 9,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Martres-de-Veyre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Martres-de-Veyre
Liens
Site web http://www.mairie-lesmartresdeveyre.fr

Les Martres-de-Veyre est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située au confluent des rivières Veyre (appelée la Monne par les habitants des Martres) et Allier, la ville des Martres-de-Veyre se trouve à une quinzaine de kilomètres au sud de Clermont-Ferrand.

La commune a une superficie d'environ 900 hectares et incluait jusqu'en 1875 la commune actuelle de Corent.

La commune présente la particularité de compter de nombreuses sources minérales. On en comptait 39 sur 2 kilomètres le long de l'Allier en 1875. Les plus célèbres sont les sources des Saladis, la source Saint Martial et la Font de Bleix.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Elle est limitrophe avec[1] :

Rose des vents Clermont-Ferrand Le Cendre La Roche-Noire Rose des vents
Orcet N Mirefleurs, Saint-Maurice
O    Les Martres-de-Veyre    E
S
Veyre-Monton Corent Vic-le-Comte

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 928 hectares ; son altitude est comprise entre 323 et 500 m[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Elle est traversée par les routes départementales 8, permettant d’accéder au Cendre, et 225 vers Vic-le-Comte.

La commune possède une gare SNCF sur la Ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Nîmes-Courbessac. Elle est desservie par des trains TER Auvergne reliant les gares de Clermont-Ferrand au nord et Vic-le-Comte au sud (certains trains peuvent continuer au-delà de ces gares précitées).

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 1977 Paul Brun    
1977 1983 Raymond Deval    
1983 2007 Jean-Pierre Decombas Parti Socialiste Conseiller général de 1998 à 2011
Maire honoraire
2007 2008 Claude Duchet    
2008 réélu en 2014 Pascal Pigot[3]    

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune des Martres-de-Veyre est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 934 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 900 2 465 3 116 2 651 3 026 2 749 2 786 2 727 2 641
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 640 2 527 2 508 2 509 1 794 1 688 1 754 1 780 1 740
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 671 1 534 1 457 1 424 1 669 1 608 1 635 1 664 1 858
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
2 086 2 293 2 633 2 615 3 151 3 914 3 949 3 934 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gérard Bocholier, poète, directeur de la revue Arpa, originaire des Martres-de-Veyre.
  • Peter Dmytruk, dit « Pierre le Canadien », né à Radisson, province du Saskatchewan au Canada, le 27 mai 1920 de parents d'origine ukrainienne. En juillet 1941, il s'engage comme sergent au 405e escadron de bombardiers et gagne l'Angleterre en juillet 1942. De retour d'un raid sur Stuttgart, son avion est mitraillé par les Allemands qui l'obligent à atterrir. Sans être repéré, il parcourt 400 km à travers la France occupée et, caché dans les bois, il est repéré par un maquisard, Joseph Planeix, qui l'emmène chez lui à Parent. La présence de cet étranger chez les frères Planeix attire l'attention de la police locale et Peter est transféré chez un autre maquisard, Marcel Coutarel, épicier à Chamalières où il a servi comme clients des soldats allemands. De cache en cache dans les collines environnantes, il apprend le maniement des armes aux jeunes maquisards à qui il disait : « Je préfère combattre avec vous ». Le 9 décembre 1943, à 22 heures, une équipe de sabotage place des explosifs sur la voie ferrée à 300 mètres de la gare des Martres-de-Veyre ; un convoi est neutralisé (avec la perte de 20 soldats allemands). De retour d'une autre opération quelques instants plus tard, Peter passe devant la gare où il est mitraillé par les Allemands. Il est tué sur le coup par une balle dans la tête (il avait 23 ans). Son compagnon Dumas, placé à ses côtés dans le véhicule, survivra. Dans une édition spéciale en date du 15 décembre 1943, la police locale demandait à « toute personne de donner des renseignements susceptibles d'identifier le soldat mort d'une balle dans la boîte crânienne ». Après le départ des Allemands, les habitants des Martres enterrèrent Peter Dmytruk avec les honneurs.
  • Serge Michel, administrateur de nombreuses sociétés nationales françaises, dont Vinci (entreprise), Veolia, Eiffage, Soficot, etc.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les Martres-de-Veyre sur Lion 1906
  2. Répertoire géographique des communes (IGN)
  3. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 2 juin 2014).
  4. a et b site de la commune : [1]
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011