Saint-Ours (Puy-de-Dôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Saint-Ours-les-Roches » redirige ici. Pour les articles homonymes, voir Saint-Ours.
image illustrant une commune du Puy-de-Dôme
Cet article est une ébauche concernant une commune du Puy-de-Dôme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Saint-Ours
L'ancienne carrière du puy de Lemptégy.
L'ancienne carrière du puy de Lemptégy.
Blason de Saint-Ours
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Saint-Ours
Intercommunalité Communauté de communes Riom Limagne et Volcans
Maire
Mandat
Philippe Coulon
2014-2020
Code postal 63230
Code commune 63381
Démographie
Gentilé Ursiniens
Population
municipale
1 666 hab. (2014)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 51′ 03″ nord, 2° 53′ 33″ est
Altitude Min. 596 m – Max. 1 202 m
Superficie 55,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Ours

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Ours

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Ours

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Ours
Liens
Site web http://www.saint-ours-les-roches.fr/

Saint-Ours, aussi appelé Saint-Ours-les-Roches, est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand. Ses habitants sont les Ursiniens.

Le symbole de la ville est le moulin, en hommage au saint patron de la ville, saint Ours qui, selon la légende, apporta les premiers moulins dans la région.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Ours est située à quatre kilomètres de Pontgibaud, à 13 km de Volvic et à 21 km de Clermont-Ferrand.

Onze communes sont limitrophes de Saint-Ours[1] :

Communes limitrophes de Saint-Ours
Chapdes-Beaufort Pulvérières Charbonnières-les-Varennes
Volvic
Bromont-Lamothe
Pontgibaud
Saint-Ours Chanat-la-Mouteyre
Saint-Pierre-le-Chastel Mazaye
Ceyssat
Orcines

Transports[modifier | modifier le code]

La route départementale 941 au lieu-dit Les Maisons Rouges en direction de Pontgibaud
La RD 941 aux Maisons Rouges en direction de Pontgibaud en 2010.

La commune est traversée par les axes départementaux RD 941 reliant Clermont-Ferrand à Pontgibaud par Vulcania, Les Roches, Les Maisons Rouges et La Courteix, ainsi que la RD 943 reliant Riom et Volvic à Pontgibaud par Le Vauriat et le bourg. Vers l'ouest, ces deux axes desservent ou contournent Pontgibaud ; la RD 941 continue vers Pontaumur, Guéret et Limoges. L'A89 est à sept kilomètres en direction de Tulle et Bordeaux ou Paris, par l'échangeur 26.

Le village du Vauriat, au nord de la commune, est traversé par les départementales 50 (liaison vers Pulvérières) et 576 (vers Chapdes-Beaufort). Le chef-lieu de la commune l'est aussi par la RD 62 reliant Les Ancizes-Comps et Saint-Georges-de-Mons en croisant la RD 943 puis en rejoignant la RD 941 près du lieu-dit des Maisons Rouges, avant de continuer à La Courteix en direction de Saint-Pierre-le-Chastel (il existe une RD 62c)[1].

Enfin, à l'extrême est de la commune, la RD 559 reliant Chanat-la-Mouteyre à Mazaye en desservant le parc Vulcania[1].

Une gare ferroviaire est implantée au hameau du Vauriat, à deux kilomètres du bourg : la gare du Vauriat, sur la ligne d'Eygurande - Merlines à Clermont-Ferrand.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du latin Ursus (ours) utilisé comme nom de personne, un soldat de la légion thébaine, martyrisé à Soleure, à la fin du IIIe siècle.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Saint-Ours est très étroitement associé à la seigneurie des Roches de Coffins qui fut propriété pendant près de 500 ans de la même famille : les Aymé des Roches de Noyant, famille importante d'Auvergne qui donna d'ailleurs son nom à la rue des Aimés à Clermont-Ferrand.

Pierre Aymé, évêque d'Auxerre, hérita la terre et le château des Roches de Coffins en 1361 de son oncle, l'éminent prélat Étienne Aldebrand qui fut d'ailleurs enterré aux Roches de Coffins.

A la mort de Pierre Aymé en 1372, la seigneurie et le château devait revenir aux moines de l'abbaye de Saint-Alyre. Toutefois Robert Aymé, frère de l'évêque contesta cette donation et en vint à bout par transaction passée le 24 mars 1381. Les religieux de l'abbaye de Saint-Alyre lui abandonnèrent la terre et le château à condition que lui et ses successeurs payeraient au monastère la rente annuelle de quarante septiers de froment ce qui fut perpétué — non parfois sans querelles judiciaires entre les Aymé et Saint-Alyre — au moins jusqu'en 1484.

En 1689, François Aymé des Roches, seigneur des Roches de Coffins, de Noyant et de Soubrevy déclare à propos de son château des Roches « devoir plus que son bien ne vaut ».

La terre et le château des Roches de Coffins resta sans discontinuer propriété des Aymé des Roches jusqu'en 1781 où il fut vendu par Claude Jean-Baptiste Amable Aymé des Roches, comte de Noyant à Michel-Amable de Reynaud de Montlosier (1712-1789). La famille Aymé des Roches de Noyant s'éteignit en 1863 dans la famille de Thoury en Nivernais avec le mariage de Marie-Antoinette Aymé des Roches de Noyant et du marquis Eugène de Thoury qui reprit avec sa postérité le titre de comte de Noyant.

Le château, aujourd'hui propriété privée est resté dans la descendance des Reynaud de Montlosier.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

La maire sortante s'est représentée aux élections municipales de mars 2014. Néanmoins, elle a été battue au premier tour par Philippe Coulon, élu avec 59,36 % des suffrages exprimés. 79,13 % des électeurs ont voté[2].

La commune a changé de canton et devient le bureau centralisateur du canton de Saint-Ours. Le binôme Audrey Manuby - Lionel Muller, élu dans le canton au premier tour avec 52,49 % des voix[3], a recueilli 57,84 % des suffrages exprimés. Le taux de participation, s'élevant à 57,63 % dans la commune[4], est moindre que dans le canton (60,49 %)[3].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

En 2011, Saint-Ours comptait 1 606 habitants. Ce chiffre de population détermine le nombre de membres du conseil municipal. Avec une population comprise entre 1 500 et 2 499 habitants, la commune compte dix-neuf membres[5]. Deux d'entre eux, dont le maire, sont élus au conseil communautaire[2].

Composition du conseil municipal (mandature 2014-2020)
Nuance[6] Liste[6] présidée par[6] Sièges[2] Statut
DVD « Ensemble au service des Ursiniens » Sylvie Ligoux 4 opposition
DVG « Un nouvel horizon » Philippe Coulon 15 majorité

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Gabriel Barlot SE  
mars 2008 17 juin 2011
(décès)
Michel Elter SE  
septembre 2011 mars 2014 Sylvie Ligoux SE  
mars 2014 en cours Philippe Coulon DVG[2] Vice-président de la Communauté de communes Riom Limagne et Volcans chargé de environnement [7]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Saint-Ours fait partie de l'arrondissement de Riom. Jusqu'en mars 2015, elle faisait partie du canton de Pontgibaud. Un décret de 2014 modifie le découpage des cantons du département ; depuis les élections départementales de mars 2015, elle est le bureau centralisateur d'un nouveau canton[8].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 666 habitants, en augmentation de 5,44 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 819 1 808 2 130 2 214 2 157 2 209 2 189 2 238 2 201
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 115 2 028 2 078 2 113 1 990 1 942 1 940 1 820 1 788
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 707 1 646 1 550 1 514 1 416 1 318 1 225 1 160 1 057
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 043 1 011 983 1 053 1 230 1 370 1 556 1 657 1 666
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Ours dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère une école élémentaire publique[13].

Les élèves poursuivent leur scolarité au collège de Pontgibaud[14] puis dans les lycées de Riom (Virlogeux ou Pierre-Joël-Bonté selon les filières)[15].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Saint-Ours-les-Roches.
  • Église romane Saint-Ours, modifiée au XIIIe siècle.
  • Ancien château féodal des Roches de Coffins, du XVIe siècle.
  • Croix du XVIe siècle.
  • Chapelle des Roches du XIXe siècle.
  • Griffon de la Froude (source salée) située au fond du vallon en contrebas de la station d'épuration ;
  • Le site touristique Vulcania qui a ouvert ses portes le est situé sur la commune. La municipalité est engagée dans la SEM Volcans.
  • Plusieurs sites du parc naturel régional des volcans d'Auvergne, dont le puy Chopine et le puy de Lemptégy.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Carte de Saint-Ours sur le site Géoportail de l'IGN.
  2. a, b, c et d « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 31 octobre 2015).
  3. a et b « Résultats des élections départementales 2015 - PUY DE DOME (63) - canton de Saint-Ours (28) », Ministère de l'Intérieur (consulté le 31 octobre 2015).
  4. « Résultats des élections départementales 2015 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 31 octobre 2015).
  5. Article L. 2121-2 du Code général des collectivités territoriales.
  6. a, b et c « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 - Candidatures par commune », Ministère de l'Intérieur (consulté le 31 octobre 2015).
  7. Riom Limagne Volcans :Découvrez les élus de la nouvelle intercommunalité !, sur le site de la La Montagne (consulté le 14 Janvier 2017).
  8. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. Annuaire des établissements scolaires de Saint-Ours sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 5 juin 2016).
  14. « SECTORISATION - DEPARTEMENT du PUY-DE-DÔME » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 5 juin 2016).
  15. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 5 juin 2016).