Virargues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Virargues
Virargues
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Arrondissement de Saint-Flour
Canton Murat
Intercommunalité Hautes Terres Communauté
Maire
Mandat
Michel Marsal
2014-2020
Code postal 15300
Code commune 15263
Démographie
Population
municipale
133 hab. (2016 en diminution de 4,32 % par rapport à 2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 07′ 33″ nord, 2° 54′ 40″ est
Altitude Min. 854 m
Max. 1 225 m
Superficie 11,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte administrative du Cantal
City locator 14.svg
Virargues

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte topographique du Cantal
City locator 14.svg
Virargues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Virargues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Virargues

Virargues est une commune française située dans le département du Cantal, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle est située sur la planèze de Chalinargues.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Chavagnac
(Neussargues en Pinatelle)
Chalinargues
(Neussargues en Pinatelle)
Rose des vents
Chastel-sur-Murat
(Murat)
N Celles
(Neussargues en Pinatelle)
O    Virargues    E
S
Murat
(Murat)
La Chapelle-d'Alagnon

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Elle est bordée au sud-est par l'Alagnon et drainée par le ruisseau de la Gaselle, grossi du ruisseau de Chavagnac (ou des Farges). À l'ouest, le ruisseau de Foufouilloux.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1815, le maréchal Michel Ney, poursuivi par les troupes de Louis XVIII en tant qu'allié de l'empereur Napoléon, passa une nuit dans la commune de Virargues, avant de fuir vers le château de Cayrols. Il fut finalement capturé au château de Bessonnies dans le Lot. Après une nuit à la prison d'Aurillac, il fut rapatrié à Paris, jugé et condamné à mort par la chambre des Pairs. Il est fusillé le 7 décembre de la même année à l'âge de 46 ans.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1805 1829 M. François Peschaud    
1829 1842 M. Rolland    
1842 1870 M. Antoine Aimé    
1870 1881 M. François Regimbal    
1881 1900 M. Joseph Regimbal    
1900 1912 M. Combes    
1912 1935 M. Auguste Margerit    
1935 1944 M. Pierre Margerit    
1959 2001 M. Maurice Capelle   conseiller général du canton de Murat (1979-1992)
2001 2002 M. Michel Champagnac    
décembre 2002 En cours M. Michel Marsal[1]   Agriculteur

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 133 habitants[Note 1], en diminution de 4,32 % par rapport à 2011 (Cantal : -1,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
552318494512478508526542504
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
510448449420410421411373430
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
416431417418380367361292260
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
232191189155158140140141133
2016 - - - - - - - -
133--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Avec un important gisement de diatomite, Virargues est l'un des deux gisements français de cette roche utilisée dans l'industrie.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Sainte-Reine
Article détaillé : Chapelle Sainte-Reine de Virargues.
  • Vallée de l'Alagnon : l'Alagnon passe près du village de Clavières qui fait partie de la commune et se trouve à mi-chemin entre Murat et Neussargues.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Annuaire des maires du Cantal, sur le site de l'Association des Maires du Cantal (consulté le 30 avril 2019).
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]